Pierre Tevanian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Tevanian
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (47 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Essayiste, militant associatif, polémiste, enseignant, philosopheVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web

Pierre Tevanian, né en février 1970 à Paris, est un essayiste et militant associatif français. Ancien élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, il est professeur agrégé de philosophie en Seine-Saint-Denis (à Drancy)[1].

Philosophie[modifier | modifier le code]

Pierre Tevanian a publié deux ouvrages de philosophie : La Mécanique raciste[2] — qui est selon l'historienne américaine Joan Scott, « une dissection sans pitié du phénomène raciste, un traité théorique pour un public large »[3] —, et La haine de la religion : comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche[4], un ouvrage — consacré aux idées de Karl Marx sur la religion et sur le rapport des partis marxistes français contemporains à la question religieuse[5] — mal reçu par une partie des militants de gauche.

En ce qui concerne le racisme, étudié à la fois comme concept, perception et affect[3], les concepts principaux de Tevanian inspirés de l’œuvre du philosophe Sidi Mohamed Barkat (autour du « corps d'exception ») de « corps furieux », « corps invisible » ou « corps infirme » permettent de penser les différentes formes de l'altérisation qu'opère l'oppression raciste[6]. Sidi Mohammed Barkat et Pierre Tévanian proposent une réflexion sur les « fondements de la violence politique en situation coloniale, post-coloniale et dans le champ de l’immigration[7] », et sur le thème du corps de l’immigré — « corps spécifique susceptible d’être violenté par l’État[8] ».

Pierre Tevanian écrit également dans le domaine de l'esthétique avec des textes portant plus spécifiquement sur la musique[9] ou le cinéma[10]. L'essayiste et réalisateur Pacôme Thiellement, qui qualifie Pierre Tévanian de « confrère » d'exégèse de la culture populaire[11], se réfère à ses thèses sur le cinéma notamment dans son ouvrage Cinéma Hermetica (Chapitre 7) et dans une conférence [12].

Ses écrits les plus récents portent sur le thème de l'anti-héroïsation politique, le négationnisme et les traumatismes autour de la question du génocide des Arméniens[13],[14].

Engagements[modifier | modifier le code]

Fondateur avec Sylvie Tissot du collectif « Les Mots sont importants » en 2001, Pierre Tevanian est responsable de la rédaction de Imsi.net, la « lettre d'info » du collectif sur internet[15].

En 2003, la France est le lieu de polémiques sur le port du voile qui relancent, pour la troisième fois en 15 ans[16], le débat sur le principe de laïcité, et la commission Stasi conduit une réflexion sur son application dans les écoles.

Pierre Tevanian, défavorable à la création d'une nouvelle loi, participe au sein d'un collectif à la rédaction de l'appel lancé le « Oui à la laïcité, non aux lois d'exception »[17], publié notamment dans la revue ProChoix[18] cofondée par Caroline Fourest — qui pourtant ne partage pas les mêmes convictions[19].

En octobre, le collectif Les mots sont importants participe, aux côtés notamment des Jeunesses communistes révolutionnaires, du Mouvement de l'immigration et des banlieues, et de l'association féministe Femmes publiques, à l'organisation d'un rassemblement de soutien devant l'établissement scolaire de Alma et Lila Lévy — deux jeunes filles qui doivent passer devant le conseil de discipline pour avoir refusé de retirer le voile islamique. Caroline Fourest écrit « Pierre Tévanian et quelques autres militants favorables à l'entrée du voile à l'école ont organisé une manifestation de soutien.[20] », pendant que les organisateurs affirment « Nous ne sommes pas pour le voile, nous sommes contre les exclusions »[21].

Les milieux militants laïcs, féministes et antiracistes dont se réclament Tevanian et Fourest sont divisés à la fois sur les enjeux et sur les solutions. ProChoix — qui considère que Tevanian est un « auteur d'excellents ouvrages sur la paranoïa sécuritaire »[22] — publie en décembre 2003, un commentaire qui illustre la fracture apparue sur le sujet de la laïcité : « On le savait suffisamment proche du MIB (Mouvement de l'Immigration et des Banlieues de plus en plus séduit par Tariq Ramadan) pour avoir initié la pétition "Oui au foulard dans l'école laïque" parue sous ce titre dans Libération avant l'été, pour avoir organisé une manifestation de soutien aux sœurs Lévy[23] ».

Pour Tevanian[n 1] ; « il n’y a pas, d’un côté, des laïques, forcément prohibitionnistes, et de l’autre des « partisans » ou des « défenseurs du voile » ». Il soutient que la laïcité « concerne les locaux, les programmes scolaires et le personnel enseignant – et non les élèves », et considère que le refus de retirer le foulard ne doit pas entraîner l'exclusion définitive de l'école — « un espace irremplaçable, où les élèves peuvent acquérir des savoirs, des savoir-faire et des diplômes, qui comptent parmi les principaux instruments de leur émancipation »[25].

En septembre 2005, il publie Le voile médiatique. Un faux débat : « l’affaire du foulard islamique »[26], un ouvrage dans lequel l'auteur questionne le débat français qui a conduit à la loi sur les signes religieux à l'école[n 2]. Tevanian se demande en quoi « une loi éloignant de l’école laïque des collégiennes et des lycéennes pourrait mettre en difficulté un quelconque groupe intégriste »[28]. Selon lui, l'adoption du texte législatif est le résultat d'un ensemble de causes — surmédiatisation, focalisation, sélection biaisée des intervenants dans le débat, etc. — qui a débouché sur la « production d’un consensus islamophobe, faisant de l’élève voilée le vecteur de tous les maux et de toutes les menaces », « l’exutoire inespéré à un racisme latent que l’on retrouve dans tous les milieux sociaux et toutes les familles politiques »[29], une question qui est venu brouiller durablement « l’identité et l’unité de la gauche »[28].

En 2016, Caroline Fourest écrit : « Pierre Tevanian […] a fini par monter un comité de soutien aux sœurs Lévy en compagnie de T. Ramadan[30][non pertinent][Quand ?][Lequel ?].

Pour l'essayiste Caroline Fourest, Pierre Tevenian « symbolise à lui seul le militant de gauche prêt à succomber aux sirènes de l'islamisme au prétexte de l'antiracisme. Il défend un tiers-mondisme particulièrement caricatural, où tout est colonisation, et publie des articles incendiaires contre ni putes ni soumises et SOS Racisme qu'il accuse d'entretenir l'« islamophobie » ambiante. Il soupçonne tous les mouvements dénonçant les viols, le sexisme et l'homophobie dans les cités de stigmatiser les banlieues comme « boucs-émissaires »[31] ».
En réponse, Pierre Tevanian écrit un texte critique dans lequel ces affirmations sont qualifiées d'« affabulations »[32].

55

Par ailleurs, ses engagements concernent également la lutte contre le sexisme, l'homophobie et la transphobie. Il soutient le projet de loi sur le mariage homosexuel en France et le programme d'expérimentation pédagogique des ABCD de l'égalité.

En 2014, il publie un texte qui, pour Florence Ciaravola et Arthur Leduc du front de gauche, montre comment les renoncements se sont opérés « dans le domaine de la lutte pour l'égalité des droits »[33]. Les « réflexions éparses » de l'auteur mettent notamment en cause les opposants au mariage pour tous et aux ABC qui se fondent sur la protection de l'enfance « pour dénoncer, à coups de rumeurs, d’approximations, de caricatures, de citations tronquées, de semi-vérités, de purs et simples mensonges et de délires interprétatifs, un véritable complot contre l'enfance »[34].

Pour Pierre-André Taguieff il est un « agitateur gauchiste[35] ». Dans un autre ouvrage en 2010, il notait à propos des « groupes gauchistes extrémistes défendant une vision multicommunautariste de la société française, tout en manifestant de la complaisance, et souvent de l'empathie, à l'égard des milieux islamistes »; que Pierre Tévanian est « passé par le MRAP et la mouvance Dieudonné, signataire de l'appel des indigènes de la République, et auteur de libelles répétitifs[36] »[non pertinent].

Réception critique[modifier | modifier le code]

En 2008, il figure parmi « la jeune garde » dans un classement effectué par Le Nouvel Observateur sur les « 50 stars de la pensée »[37].

Marina Da Silva dans une critique de l'ouvrage Les mots sont importants. 2000-2010[38] parue dans Le Monde diplomatique souligne que les textes publiés sont « produits par dix années de combat » et considère que les auteurs — Sylvie Tissot et Pierre Tevanian — y ont cherché « à partir de leur propre engagement féministe, antiraciste et antisécuritaire […] à exposer la « complexité » de toutes les formes de résistance[39] ».

Son ouvrage La haine de la religion. Comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche[4] reçoit un bonne critique de Frédéric Pagès pour Le Canard enchaîné[40]. Ce dernier écrit : « Pourquoi l’islam ne serait-il pas, lui aussi, contradictoire, menant "à l’apathie mais aussi à l’action", provoquant "un surcroît d’inquiétude" et en même temps "un supplément d’activisme" ? demande Tevanian, qui connaît ses classiques »[41]. Le journaliste Edwy Plenel écrit au sujet du même ouvrage qu'il « montre comment un athéisme sectaire et intégriste, à rebours de la véritable laïcité, devient parfois l'opium du peuple de gauche »[42].
Benjamin Caraco[n 3], dans son compte rendu de lecture, écrit que l'auteur « prend le temps de citer et de commenter les grands textes marxistes sur la question, s'élevant au-dessus des dogmatismes et rendant sa complexité au problème »[45]. Pierre Dharréville[n 4], dans un ouvrage consacré à la question de la laïcité, en France cite Pierre Tevanian comme exemple de philosophe ayant critiqué les confusions fréquentes dans le débat public entre athéisme et laïcité[47].
En revanche, il est accusé par des blogueurs et partis politique marxistes de falsifier « la position marxiste sur la religion »[48],[49],[50],[51]. Même son de cloche en 2017 du côté du parti trotskyste Lutte ouvrière qui évoque une « falsification des écrits et traductions de Karl Marx »[52].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le racisme républicain : réflexions sur le modèle français de discrimination, l'Esprit frappeur, 2002
  • Le ministère de la peur : réflexions sur le nouvel ordre sécuritaire, l'Esprit frappeur, 2004
  • Le voile médiatique : Un faux débat : « l'affaire du foulard islamique », Liber, coll. « Raisons d'agir », , 141 p. (ISBN 2912107245)
  • La République du mépris : métamorphoses du racisme dans la France des années Sarkozy, La Découverte, 2007
  • La mécanique raciste, Dilecta, coll. « État des lieux », , 126 p. (ISBN 2916275444)
  • Dévoilements : du hijab à la burqa, les dessous d'une obsession française, Libertalia, coll. « À Boulets rouges », , 160 p. (ISBN 9782918059233, présentation en ligne)
  • La haine de la religion : comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche, La Découverte, , 128 p. (ISBN 2707175900, présentation en ligne)
  • Chronique du racisme républicain, Syllepse, 2013

En collaboration avec Sylvie Tissot[modifier | modifier le code]

Participation à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Faut-il avoir la haine ?, dir. Olivier Le Cour Grandmaison, Éd., L'Harmattan, 2001
  • L'époque de la disparition. II, dir. Jean-Louis Déotte, Éd., L'Harmattan, 2002
  • Le foulard islamique en questions, dir. Charlotte Nordmann, Éd., Éditions Amsterdam, 2004
  • La machine à punir : discours et pratiques sécuritaires, dir. Laurent Bonelli, Éd., L'esprit frappeur, 2004
  • Almanach de la critique des médias, dir. Olivier Cyran et Mehdi Ba, Éditions Les Arènes, 2005
  • Livre noir de la condition des femmes, S. Treiner, F. Gaspard, C. Ockrent éd., XO éditions, 2006
  • Culture postcoloniale, N. Bancel, P. Blanchard éd., Éditions Autrement, 2006
  • Les filles voilées parlent, Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Éditions La Fabrique, 2008
  • Burqa-bla-bla : petit chahut deviendra grand (sous la direction d'Abdellah Boudami), Égalité éditions, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En janvier 2004, Pierre Tevanian — qui précise « le titre de Libération est un titre dans lequel les initiateurs de l’appel " ne se reconnaissent pas " » — critique le billet de ProChoix, sur le site du collectif lmsi [24].
  2. Le 15 mars 2004, l'article 141-5-1[27] insère les deux paragraphes suivants dans le code de l'éducation :
    - Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.
    - Le règlement intérieur rappelle que la mise en œuvre d’une procédure disciplinaire est précédée d’un dialogue avec l’élève.
  3. Benjamin Caraco contribue aux pôles politique, histoire et littérature de Nonfiction[43], doctorant au moment de cette recension, il est docteur en histoire depuis février 2017, et conservateur des bibliothèques[44].
  4. Pierre Dharréville est écrivain, secrétaire départemental du PCF dans les Bouches-du-Rhône[46].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pascal Marchand, « Pierre Tévanian, Le voile médiatique : un faux débat : « l’affaire du foulard islamique » », Communication, vol. 25/1,‎ , p. 362-368 (lire en ligne)
  2. Dilecta « État des lieux », 2008
  3. a et b Joan Scott, « Pierre Tevanian : La mécanique raciste. Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian : Les filles voilées parlent », Nouvelles Questions Féministes, vol. 28, no 3,‎ , p. 126–130 (ISSN 0248-4951, lire en ligne)
  4. a et b La découverte, 2013
  5. http://lmsi.net/La-haine-de-la-religion.
  6. Pierre Tevanian, « Le «corps d’exception» et ses métamorphoses », Quasimodo, t. 2, no 9,‎ , p. 163-180 (lire en ligne [PDF])
  7. Rachid Mendjeli, Généticisation et responsabilités, Dalloz, coll. « Thèmes Et Commentaires », (lire en ligne [PDF]), « Le gouvernement des corps suspect », p. 143
  8. Maud Joly, « « Corps en guerre. Imaginaires, idéologies, destructions », Quasimodo, n°8 et n°9, Printemps 2005 », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, no 30,‎ (lire en ligne)
  9. « Save The Babies, Save The Babies »,
  10. http://lmsi.net/Les-spectatrices-emancipees
  11. « Les objets Pop sont des canaux du sacré », sur www.pacomethiellement.com (consulté le 17 mars 2017)
  12. « Le monde imaginal de ce qui cloche dans le monde », sur www.pacomethiellement.com (consulté le 17 mars 2017)
  13. http://lmsi.net/Le-genocide-armenien-et-l-enjeu-de,271
  14. « La négation du génocide arménien sur Internet », sur www.phdn.org (consulté le 29 mars 2017)
  15. Pierre Tevanian, « responsable de la rédaction », sur lmsi.net (consulté le 22 septembre 2016)
  16. Françoise Gaspard, « Le foulard de la dispute », Cahiers du Genre, vol. 3,‎ , p. 75-93 (lire en ligne)
  17. Texte de l'appel : « Voile islamique. Tel quel Oui à la laïcité, non aux lois d'exception », sur humanite.fr,
  18. Appel Collectif, « Oui à la laïcité, non aux lois d'exception », ProChoix, no 25,‎ , p. 14 (lire en ligne [PDF])
  19. Caroline Fourest et Fiammetta Venner, « Les enjeux cachés du voile à l'école », ProChoix, no 25,‎ , p. 19 (lire en ligne [PDF])
  20. Caroline Fourest, « Le Monde à l’envers », ProChoix, no 26-27,‎ , p. 55 (lire en ligne [PDF])
  21. « L'exclusion de deux lycéennes voilées divise l'extrême gauche », sur lemonde.fr,
  22. Caroline Fourets et Fiammetta Venner, « Les enjeux cachés du voile à l’école », ProChoix, no 25,‎ , p. 27 (lire en ligne [PDF])
  23. ProChoix, « Pierre Tévanian ou la gauche pro-voile », (consulté le 15 mars 2017)
  24. Pierre Tevanian, « ProChoix : le choix de la calomnie », sur lmsi.net,
  25. Pierre Tevanian, « Une loi antilaïque, antiféministe et antisociale », sur monde-diplomatique.fr,
  26. Liber « Raisons d'agir », 2005
  27. « Article L141-5-1 », sur legifrance.gouv.fr
  28. a et b Marina Da Silva, « Le Voile médiatique », Le Monde diplomatique,‎ , p. 35 (lire en ligne)
  29. Pascal Marchand, « Pierre Tevanian, Le voile médiatique. Un faux débat : « l’affaire du foulard islamique » », Communication, vol. 25/1,‎ (lire en ligne)
  30. Modernité trompeuse du féminisme religieux et sexiste.C. Fourest, Revue des Deux Mondes, juin 2016: Femmes, islam et République
  31. « Frère Tariq : discours, stratégie et méthode de Tariq Ramadan », Caroline Fourest, Grasset, 2004, p. 264 (version epub)
  32. Pierre Tevanian, « Sœur Caroline est de retour : A propos des dernières affabulations de Caroline Fourest », sur lmsi.net (consulté le 6 mars 2017)
  33. Florence Ciaravola et Arthur Leduc, « De renoncement en renoncement… », sur ensemble-fdg.org,
  34. Pierre Tevanian, « On est pas des Nordiques ! », sur lmsi.net,
  35. « Voir notamment les multiples interventions répétitives de l'agitateur gauchiste Pierre Tévanian, soutenant la thèse selon laquelle « le communautarisme le plus puissant en France c'est la Communauté blanche ». Une France antijuive ? : regard sur la nouvelle configuration judéophobe, Pierre-André Taguieff, CNRS Éditions, 2015, page 302 (version epub)
  36. La nouvelle propagande antijuive: Du symbole al-Dura aux rumeurs de Gaza. Pierre-André Taguieff, éditions Presses Universitaires de France, Paris, 2010
  37. « Le pouvoir intellectuel en France », sur nouvelobs.com, (consulté le 18 mars 2017)
  38. Libertalia, 2010
  39. Marina Da Silva, « Les livres du mois », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  40. Frédéric Pagès, « Ce n’est pas sa tasse d’athée », Canard Enchaîné du 13 mars 2013)
  41. « Ce n’est pas sa tasse d’athée », sur rougemidi.fr,
  42. « L'opium du peuple | Podcasts | Mediapart », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  43. Biographie « Benjamin Caraco », sur nonfiction.fr (consulté le 17 mars 2017)
  44. Fiche personnelle « Benjamin Caraco », sur univ-paris1.fr (consulté le 17 mars 2017)
  45. Benjamin Caraco, « Pierre Tevanian, La haine de la religion. Comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche », Lectures,‎ (ISSN 2116-5289, lire en ligne)
  46. « Pierre Dharréville candidat du PCF pour conserver la circonscription de Martigues », sur marsactu.fr, (consulté le 17 mars 2017)
  47. Pierre Dharréville, La laïcité n'est pas ce que vous croyez, Éditions de l'Atelier, (ISBN 9782708244245, lire en ligne)
  48. Le Bolchévik no 204 http://www.icl-fi.org/francais/lebol/204/tevanian.html
  49. https://blogs.mediapart.fr/germinal-pinalie/blog/100613/les-mots-de-marx-sont-importants-sur-la-haine-de-la-religion-de-pierre-tevanian
  50. http://www.mondialisme.org/spip.php?article1916
  51. http://www.gauchemip.org/spip.php?article20981 parti de gauche Midi-Pyrénées
  52. http://mensuel.lutte-ouvriere.org/2017/01/22/le-piege-de-la-lutte-contre-lislamophobie_75202.html

Liens externes[modifier | modifier le code]