Pierre Tevanian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Tevanian
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Journaliste, essayiste, militant associatif, polémiste, enseignantVoir et modifier les données sur Wikidata

Pierre Tevanian, né en février 1970 à Paris, est un enseignant, essayiste et militant associatif français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, Pierre Tevanian est professeur agrégé de philosophie en Seine-Saint-Denis (à Drancy[1].

Il s'est intéressé aux questions liées aux discriminations et au racisme. Son action vise globalement à défendre les libertés publiques notamment en critiquant les lois qu'il considère comme des lois « d'exception à l'encontre de populations spécifiques visées en fonction de leur origine, de leurs situation sociale ou de leur religion ».

Fondateur avec Sylvie Tissot du collectif « Les Mots sont importants » en 2001, Pierre Tevanian est responsable de la rédaction de Imsi.net, la « lettre d'info » du collectif sur internet [2].

Pour Mona Chollet, le livre Les filles voilées parlent d’Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian « montre l’ampleur des dégâts - absolument invisibles dans les médias - causés par la loi de 2004 »[3].

Pour Caroline Fourest, Pierre Tevenian « symbolise à lui seul le militant de gauche prêt à succomber aux sirènes de l'islamisme au prétexte de l'antiracisme. Il défend un tiers-mondisme particulièrement caricatural, où tout est colonisation, et publie des articles incendiaires contre ni putes ni soumises et SOS Racisme qu'il accuse d'entretenir l'« islamophobie » ambiante. Il soupçonne tous les mouvements dénonçant les viols, le sexisme et l'homophobie dans les cités de stigmatiser les banlieues comme « boucs-émissaires »[4] »

Marina Da Silva dans une critique de l'ouvrage Les mots sont importants. 2000-2010 (Libertalia, 2010) parue dans Le Monde diplomatique souligne que les textes publiés sont « produits par dix années de combat » et considère que les auteurs — Sylvie Tissot et Pierre Tevanian — y ont cherché « à partir de leur propre engagement féministe, antiraciste et antisécuritaire […] à exposer la « complexité » de toutes les formes de résistance[5] ».

Pour Pierre-André Taguieff, il est un « agitateur gauchiste[6] ».

Il est accusé de falsification des écrits et traductions de Karl Marx[7],[8],[9],[10],[11].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le racisme républicain : réflexions sur le modèle français de discrimination, l'Esprit frappeur, 2002
  • Le ministère de la peur : réflexions sur le nouvel ordre sécuritaire, l'Esprit frappeur, 2004
  • Le voile médiatique : un faux débat : « l'affaire du foulard islamique », Raison d'agir, 2005
  • La République du mépris : métamorphoses du racisme dans la France des années Sarkozy, La Découverte, 2007
  • La mécanique raciste, Éditions Dilecta, 2008 (ISBN 978-2-916275-44-4)
  • Dévoilements : du hijab à la burqa, les dessous d'une obsession française, Libertalia, 2012[12]
  • La haine de la religion : comment l'athéisme est devenu l'opium du peuple de gauche, La Découverte, 2013
  • Chronique du racisme républicain, Syllepse, 2013

En collaboration avec Sylvie Tissot[modifier | modifier le code]

  • Stop quelle violence ?, l'Esprit frappeur, 2001
  • Dictionnaire de la lepénisation des esprits, l'Esprit frappeur, 2002
  • Les mots sont importants : 2000/2010, Libertalia, 2010

Participation à des ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Faut-il avoir la haine ?, dir. Olivier Le Cour Grandmaison, Éd., L'Harmattan, 2001
  • L'époque de la disparition. II, dir. Jean-Louis Déotte, Éd., L'Harmattan, 2002
  • Le foulard islamique en questions, dir. Charlotte Nordmann, Éd., Éditions Amsterdam, 2004
  • La machine à punir : discours et pratiques sécuritaires, dir. Laurent Bonelli, Éd., L'esprit frappeur, 2004
  • Almanach de la critique des médias, dir. Olivier Cyran et Mehdi Ba, Éditions Les Arènes, 2005
  • Livre noir de la condition des femmes, S. Treiner, F. Gaspard, C. Ockrent éd., XO éditions, 2006
  • Culture postcoloniale, N. Bancel, P. Blanchard éd., Éditions Autrement, 2006
  • Les filles voilées parlent, Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian, Éditions La Fabrique, 2008
  • Burqa-bla-bla : petit chahut deviendra grand (sous la direction d'Abdellah Boudami), Égalité éditions, 2012

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pascal Marchand, « Pierre Tévanian, Le voile médiatique : un faux débat : « l’affaire du foulard islamique » », Communication [En ligne], vol. 25/1, 2006, mis en ligne le 8 mai 2010, consulté le 2 octobre 2016 (lire en ligne)
  2. Pierre Tevanian, « responsable de la rédaction », sur lmsi.net (consulté le 22 septembre 2016)
  3. Mona Chollet Marianne, ta tenue n’est pas laïque ! Périphéries, avril 2008
  4. « Frère Tariq : discours, stratégie et méthode de Tariq Ramadan », Caroline Fourest, Grasset, 2004, p. 264 (version epub)
  5. Marina Da Silva, « Les livres du mois », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  6. Une France antijuive ? : regard sur la nouvelle configuration judéophobe, Pierre-André Taguieff, CNRS Éditions, 2015, page 302 (version epub)
  7. http://mensuel.lutte-ouvriere.org/2017/01/22/le-piege-de-la-lutte-contre-lislamophobie_75202.html
  8. https://blogs.mediapart.fr/germinal-pinalie/blog/100613/les-mots-de-marx-sont-importants-sur-la-haine-de-la-religion-de-pierre-tevanian
  9. http://www.icl-fi.org/francais/lebol/204/tevanian.html
  10. http://www.mondialisme.org/spip.php?article1916
  11. http://www.gauchemip.org/spip.php?article20981 parti de gauche Midi-pyrénées
  12. « Collection À Boulets rouges - Pierre Tevanian - Dévoilements », sur editionslibertalia.com

Liens externes[modifier | modifier le code]