Annibale Carracci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carracci.
Annibal Carrache
Annibale Carracci - Self-portrait.jpg
Annibal Carrache, Autoportrait de profil (vers 1590-1600),
Florence, Galerie des Offices.
Naissance
Décès
Nom de naissance
Annibale Carracci
Activités
Autres activités
Maître
Mouvement
Fratrie
Parentèle
Œuvres principales
signature d'Annibal Carrache
signature

Annibale Carracci, en français Annibal Carrache, né à Bologne (Émilie-Romagne) en 1560 et mort à Rome en 1609, est un peintre italien. Travaillant en général avec son frère Agostino et son cousin Lodovico, il connut de son vivant une grande renommée.

Avec Le Caravage, auquel il a été opposé dès le XVIIe siècle, il est considéré comme le rénovateur de la peinture italienne à la fin du XVIe siècle. Comme lui, il utilisa en effet un style différent pour mettre en application les principes du Concile de Trente et se dégager du maniérisme finissant. Il donna naissance à une nouvelle conception classique et naturaliste de la peinture, faisant définitivement basculer cet art dans le classicisme, qui devint l'une des grandes orientations de la peinture au XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et débuts

Les Carrache étaient originaires de Crémone et venaient d'une famille, vouée par tradition à d'autres occupations que la peinture. Bologne est alors une ville importante, deuxième centre de l'État pontifical et sujette à un contrôle très étroit de l'autorité ecclésiastique[1], notamment celle l’archevêque Gabriele Paleotti, un des grands instigateurs du Concile de Trente. Celui-ci milite pour un art religieux simple et direct, à fonction essentiellement didactique, à l'opposé du courant maniériste alors en vigueur.

Annibal Carrache, son frère Augustin Carrache (1557-1602), principalement graveur, et son cousin Ludovic Carrache (1555-1619), furent influencés particulièrement par les artistes de Parme (Le Parmesan, Le Corrège). C'est Louis leur cousin plus âgé qui le premier voulu se libérer des formes maniéristes en faveur d'une peinture plus intime et plus directe[1]. Mais après une formation auprès des peintres maniéristes Prospero Fontana et Bartolomeo Passarotti, c'est Annibal, le plus jeune des trois, qui orienta les préambules de Louis dans une direction nettement subversive[1]. D'autres personnalités, en particulier scientifiques, comme Ulisse Aldrovandi influenceront également l'art d'Annibal Carrache.

L’Académie

La fondation de l’accademia degli incamminati par les Carrache est un évènement majeur pour l'art. En effet, cette institution n'est pas un simple bottega, une réunion d'artisans, comme on en trouve à la renaissance, mais elle regroupe aussi des médecins, des astronomes, des philosophes, dans le but de créer des artistes cultivés. L'accademia devient une véritable école, où les élèves apprennent à dessiner d'après le nu et des modèles célèbres, et une institution culturelle, qui permet la conception et la diffusion d’une théorie et d’un style artistiques novateurs. La doctrine de l’académie se résume en trois points : le retour à l’étude de la nature, l'étude des grands maîtres du passé et l'étude de l’antique, tout ceci s'inscrivant dans une recherche du beau idéal. Ces principes seront repris par les artistes de l'école de peinture de Bologne et, pendant plus de deux siècles et demi, surtout en France. «Écrire l'histoire des Carrache et de leurs disciples est presque écrire l'histoire de la peinture en Italie pour les deux siècles qui suivirent» dira même Lanzi dans son Histoire de la peinture en Italie (1792).

Durant son séjour à Bologne, Annibal Carrache peint principalement des tableaux privés, scènes de genre, portrait, paysages, et quelques tableaux d'autel. Mais c'est avec les décors des palais Fava et Magnani, réalisé avec Ludovico et Agostino qu'il acquiert une notoriété suffisante pour éveiller l'attention du cardinal Farnèse.

Rome

C'est finalement en 1595 qu'Annibal Carrache est invité à Rome par le cardinal Édouard Farnèse afin de décorer son palais. Son premier travail a lieu dans le Camerino, mais l'œuvre majeure est sans aucun doute le décor de la galerie. Si la voûte fut réalisée par le seul Annibal, les parois sont en fait l'œuvre de sa famille et de trois de ses élèves, Guido Reni, Giovanni Lanfranco, et le Dominiquin. On trouve à ses côtés quelques peintres bolonais accourus à Rome à la suite de son succès, Francesco Albani et Le Dominiquin[1]. Pendant son séjour à Rome, Annibal est confronté onze ans aux œuvres, très différentes, du Caravage. Son style évolue cependant à l'opposé de ce grand artiste, vers un plus grand classicisme, une étude de l'antique et des grands maîtres comme Raphaël plus poussée. Le décor du palais est toutefois assez mal reçu par le cardinal, provoquant une profonde déception de la part d'Annibal, qui sombre alors dans la mélancolie et la dépression. Il meurt en 1609, plus ou moins fou. Son corps repose au Panthéon de Rome.

Œuvre[modifier | modifier le code]

La classification de Carrache est assez difficile. Le peintre est en effet à la fois baroque, dans l'illusionnisme, l'exubérance des formes, la composition foisonnante et classique, de par sa mise en page équilibrée, son dessin net, la qualité sculpturale de ses personnages. On doit plutôt lui reconnaître un certain éclectisme, sans lui nier un style personnel, plutôt que de tenter de l'enfermer dans une catégorie.

On divise généralement la carrière d'Annibal Carrache en deux temps : celui de Bologne, jusqu'en 1595, puis celui de Rome jusqu'à sa mort en 1609. Toutefois, ses dernières œuvres, peintes après la galerie Farnèse doivent être considérées à part (ex : Jupiter et Junon) car elles relèvent d'une esthétique toute différente.

Les débuts : scènes de genre et observation du réel[modifier | modifier le code]

Crucifixion (1583)
Église Santa Maria della Carità (Bologne)

Les premières œuvres de Carrache représentent en général le quotidien, présenté de manière spectaculaire, vu de près. Il rompt avec les versions anecdotiques et moralisantes de son maître Passerotti pour privilégier le rendu pictural de la réalité, et ce avec des effets de touches, et une absence de stylisation qui donnent une impression de vécu et de spontanéité.

Trois grands types de peintures sont alors privilégiés : scènes de genre, portraits et paysages.

Dans La Boucherie, réalisée dans les années 1580, la nouveauté consiste non seulement à introduire une scène de genre de format monumental, mais aussi à peindre de manière que les coups de pinceau, rapides, soient bien visibles. Le Mangeur de haricots, datant de 1583-1584, est encore plus parlant, avec son cadrage serré, qui sollicite le spectateur comme assis en face de la table, et la pose triviale du personnage, pris sur le vif. Idem pour le Jeune garçon buvant, réalisé vers 1582.

  • La Boucherie (années 1580), huile sur toile, 1,85 × 2,66 m, Christ Church College, Oxford
  • Portrait d'homme tenant un crâne, ou Portrait du docteur Boissy, Annibale Carrache ou son entourage (vers 1580-1585 ?), 1,16 × 0,90 m, musée du Louvre, Paris
  • Jeune Garçon buvant (vers 1582), huile sur toile, 56 × 43,8 cm, collection particulière, New York

Il adopte une manière de peindre âpre et intentionnellement « anti-gracieuse », comme on le voit dans Le Grand Massacre, conservé au Christ Church College d'Oxford. Mais ses choix durent apparaître beaucoup plus scandaleux dans les thèmes sacrés comme La Crucifixion, exécutée en 1583 pour l'église San Niccoló[1]. Il cherche à réaliser une synthèse entre dessin et couleur, et à faire entrer le sacré dans le réel. Il y utilise ce style un peu brut qu'on retrouve dans ses scènes de genre : grands aplats colorés, effets d'empâtement.

La peinture à fresque est toutefois toujours considérée comme l’expression majeure de la peinture. Le succès des trois Carrache débute donc grâce aux décors de fresques à Bologne, comme ceux du Palais Fava, (1583-84), ou encore ceux du palais Magnani, chacun étant signé conjointement par Annibal, Augustin et Ludovic. Au palais Fava, une grande frise est réalisée ayant pour thème Jason et Médée. On y note à la fois un certain réalisme des figures et des nus, mais toujours une inspiration de l’antique, alors que le paysage prend une importance nouvelle. Le décor du palais Magnani marque l’apogée de la carrière des trois peintres à Bologne, et vaudra finalement à Annibal d'être appelé à Rome.

Dans son Autoportrait avec son père et son neveu, conservé à Milan et peint vers 1585, l'artiste, visiblement un peu bohème, « à peine propre », se représente en confrontation directe avec le spectateur, qu'il regarde non sans une certaine inquiétude. D'autres portraits, comme celui du docteur Bossi, présentent ce même rapport direct avec le spectateur, à rapprocher du goût de Carrache pour la scène de genre.

L'Assomption (vers 1590)
musée du Prado, Madrid



En représentant une nature immédiate et réaliste (arbres cassés, lumière naturelle), Annibal Carrache remet aussi au goût du jour le genre du paysage, considéré jusqu'ici comme tout à fait mineur. Toutefois, même s'il s'appuie sur l'observation du réel, Carrache n'hésite pas à changer la nature, la recomposer, pour lui donner une perfection irréelle. Pour Yves Bonnefoy, ces « milles paysages composés vont bientôt répandre la souvenance mélancolique du pays perdu de toute harmonie » : Carrache recherche une harmonie parfaite et impossible.

Par contre, une évolution vers un style différent de ses tableaux d'autels, a lieu rapidement, passant par des œuvres quasiment baroques comme L'Apparition de la Vierge à saint Luc et à sainte Catherine du musée du Louvre (1592) et d'autres plus douces et plus équilibrées, telles la Madone saint Louis de la pinacothèque de Bologne (vers 1590). Des influences variées, comme celles du Corrège, de Tintoret ou de Raphaël peuvent être alors mises en évidence.

  • La Toilette de Vénus (1590-1595), huile sur toile, National Gallery, Washington
  • Paysage avec personnages et bateau à voile près d'un estuaire (1590-1595) - dessin, National Gallery, Washington
  • L'Apparition de la Vierge à saint Luc et à sainte Catherine (1592), huile sur toile, 4,01 × 2,26 m, musée du Louvre, Paris
  • Le Résurrection du Christ (1593), huile sur toile, 2,16 × 1,60 m, musée du Louvre, Paris
  • La Vierge aux cerises (vers 1593), huile sur toile, 1,20 × 0,98 m, musée du Louvre, Paris
  • Allégorie fluviale (1593-1594), huile sur toile, musée national de Capodimonte, Naples

Rome entre 1595 et 1605[modifier | modifier le code]

Portrait de Giulio Mascheroni jouant du luth (1599-1600), huile sur toile, 77 × 64 cm, Dresde, Gemäldegalerie Alte Meister.

Plusieurs tableaux, notamment d'autels sont réalisés dans ces années par Annibal Carrache, comme une Pietà, datée vers 1600. La référence à la Pietà de Michel Ange semble évidente, mais on retrouve aussi dans le tableau, grâce aux jeux d’ombres et de lumière notamment, le lyrisme du Corrège. Une seconde Pietà, datée de 1606, et conservée à la National Gallery de Londres est encore plus marquée par le lyrisme. Inspirée d'une déposition (conservée à la pinacothèque de Parme), elle s'organise autour d'une composition rigoureuse : les personnages, monumentaux, sont inclus dans un ovale et organisés selon deux diagonales. Liés par les regards, les mains et les formes qui s’emboîtent, ils donnent un mouvement ascendant, par paliers, qui tourne autour du Christ. La Vierge, livide, est très réaliste, ajoutant à la dramatisation de la scène ; mais le Christ bien dessiné, posé en pleine lumière, semble un peu idéalisé. Ce tableau exprime néanmoins fortement l’émotion et le drame.

  • Le Couronnement de la Vierge (1595), huile sur toile, 118 × 141 cm, Metropolitan Museum, New York[2]
  • Vénus et Adonis (vers 1595) - Huile sur toile, 2,17 × 2,46 m, Kunsthistorisches Museum, Vienne
  • Vénus, Adonis et des amours (vers 1595) - Huile sur toile, 2,12 × 2,68 m, musée du Prado, Madrid
  • Hercule au repos (1595-1597) - dessin, Cleveland Museum of Art, Cleveland
  • Saintes femmes au tombeau (1595-1600), huile sur toile, 121 × 145 cm, musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg[3]
  • Camerino et galerie du palais Farnese, Annibal Carrache, sa famille et trois élèves (1595-1602) fresque, palais Farnèse, Rome
  • Le Choix d'Hercule (1596), - huile sur toile, 167 × 273 cm, Musée Capodimonte de Naples
  • Le Christ en gloire, avec saint Pierre, saint Jean l'Évangéliste, sainte Marie-Madeleine, Ermenegildo martyr et Odoardo Farnèse (1597), huile sur toile, 194 × 142 cm, Galerine Palatine, Florence[1]
  • L'Adoration des bergers (1597-1598) - huile sur toile, Musée des Beaux-Arts d'Orléans
  • Marsyas et Olympe (1597-1600) - huile sur toile, National Gallery, Londres
  • Satyre (1597-1600) - dessin, National Gallery, Washington
  • Silène cueillant des grappes de raisins (1597-1600) - décor d'un instrument à clavier, National Gallery, Londres


La Galerie du palais Farnèse (1597-1602)[modifier | modifier le code]

Galerie Farnèse
Le Triomphe de Bacchus et Ariane (vers 1600), fresque, panneau central de la galerie Farnèse, Rome, Palais Farnèse.
Article détaillé : Fresques de la galerie Farnèse.

Toutefois, la grande œuvre d'Annibal Carrache à Rome est encore une fois un travail à fresque, à savoir le décor du Camerino et de la galerie du palais Farnese. La plupart des historiens d'art estiment d'ailleurs que cette galerie pose réellement le premier jalon de la peinture moderne.

L'iconographie de la galerie peut surprendre. En général, dans ce lieu d’honneur par excellence des demeures romaines, qu'est la galerie, on décore par de grands moments de la famille, ou des légendes héroïque servant de dithyrambe du commanditaire. Ici, cependant, est illustré un thème insolite, surtout dans le palais d'un cardinal la domination universelle de l'amour. Cette iconographie pourrait être liée au mariage entre le duc de Parme et Marguerite Aldobrandini en 1600, et devrait alors être considéré un peu comme un épithalame. Cependant, de nombreuses autres interprétations ont cours.

Plusieurs références peuvent être identifiées, comme Michel-Ange (Chapelle Sixtine) pour la monumentalité et Raphaël (Villa Farnesina) pour la grâce des nus féminins. De nombreux procédés illusionnistes, comme la « quadratura » (système proprement Bolonais, prolongeant l’espace réel par un espace fictif à dans les angles), ou le « quadririportati » (« tableaux rapportés », avec un cadre, donnant l’impression de toiles de chevalet accrochées) sont utilisées. De même, bien que tout soit entièrement peint, des hermès et des atlantes donnent l'illusion de stucs, les médaillons évoquent des bronzes, et l'accumulation d’éléments sur les parois comme les sculptures antiques situées dans des niches participent encore de l'illusion…

La bacchanale qui constitue le tableau central montre clairement plusieurs sources d'inspiration, telles que la bacchanale de Titien, les noces de psyché par Raphaël et des sarcophages antiques (qualités sculpturales, frise, fluidité, jeu de contraposto). On y note la présence d’humour et de sarcasme, comme dans les léopards un peu ridicules, et une complexité savante. Cette galerie inspirera fortement de nombreux peintres, comme Poussin et Rubens.

Les Dernières années (1605-1609)[modifier | modifier le code]

La Fuite en Égypte (1603), huile sur toile, 122 × 230 cm, Rome, Galerie Doria-Pamphilj.

À partir de 1605, Carrache sombre dans la dépression, pour finalement mourir fou en 1609. Son Autoportrait, conservé au musée de l'Ermitage, marque son anxiété et ses doutes. Quelques œuvres majeures datent de cette période, comme la Fuite en Égypte conservée à la Galerie Doria-Pamphilj à Rome, qui constituerait la pièce maîtresse d'un groupe de six toiles (selon Aldobrandini). Le sujet religieux est inséré dans un paysage de campagne romaine, recomposé pour créer un équilibre et un dynamisme (eau, chêne). Ce tableau constitue ainsi une sorte de résumé de l’esthétique classique du « bel composto ».


Suiveurs de Carrache[modifier | modifier le code]

Grâce à l'accademia, de nombreux peintres formés par les Carrache permettent la diffusion de son style à travers l'Europe entière de façon durable. On peut ainsi citer les noms de l'Albane, qui reprend les conceptions du paysage idyllique d'Annibal Carrache, du Dominiquin, avec son classicisme minutieux et intransigeant, de Guido Reni, qui fréquenta l’académie des Carrache et fonde un grand atelier à Bologne en 1614, ou encore du Guerchin, qui, bien qu'autodidacte, s'inspira d'œuvre des Carrache et installa à Bologne, après la mort de Guido Reni. Plusieurs œuvres du Baciccio, sont elles aussi inspirées de ses tableaux.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Daniele Benati, « Les peintres émiliens et romagnols », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 343-348
  2. Matthew Armstrong, L’Europe de 1600 à 1750 : par les conservateurs du Metropolitan Museum of Art, Gründ, , 159 p. (ISBN 2-7000-2058-8), p. 17
  3. Mikhaïl Piotrovski, Ermitage, P-2 ART PUBLISHERS, v.2001, p. 117
  4. Arnaud Brejon de Lavergnée, « Magnificence d’une famille, prestige d’une collection : IFarnèse à Naples », Connaissances des arts, no 521,‎ , p. 78
  5. Erika Langmuir, National Gallery : Le Guide, Flammarion, , 335 p. (ISBN 2-08-012451-X), p. 182
  6. Christ et St Pierre, Londres (musée)
  7. Venus, Chantilly (utpictura18)
  8. Pietà, Vienne (musée)
  9. James Stourton, Petits Musées, grandes collections : Promenade à travers l’Europe, Scala, (ISBN 2-86656-327-1), p. 123

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roberto Zapperi, Annibale Carracci : Portrait de l'artiste en jeune homme, Aix-en-Provence, Alinéa, , 174 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :