Notre-Dame de Fátima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Notre-Dame de Fátima sur le blason de la ville.

Notre-Dame de Fátima est le nom sous lequel est invoquée la Vierge Marie telle qu'elle serait apparue à trois enfants à Fátima, petit village du centre du Portugal, à six reprises au cours de l'année 1917. Ces apparitions, dont le message porte sur la prière et les fins dernières, ont d'abord été l'objet de méfiance, aussi bien de la part des autorités civiles que des autorités religieuses. Puis, dès 1930, le succès populaire de ce qui devient un grand centre de pèlerinage est accompagné de la reconnaissance de ces apparitions par l'Église catholique romaine.

La fête de Notre-Dame de Fátima a été fixée par le Saint-Siège en 2009, à la date du [1], jour anniversaire de la première apparition, le 13 mai 1917.

Apparitions[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Apparitions mariales de Fátima.

Les apparitions mariales à Fátima se sont déroulées, d'après le témoignage des voyants, en 1917. Elles ont été précédées de trois apparitions d'un ange en 1915 et 1916. Cet ange qui s'est présenté aux voyants sous le titre de « l'ange du Portugal » invite les enfants à prier et leur enseigne une prière : la prière de l'ange de Fatima[2],[3].

Les trois petits bergers de Fátima: Lucie, François et Jacinthe.

Les apparitions mariales sur le site de Fátima sont au nombre de six et débutent le . « Une dame toute vêtue de blanc » apparait à trois petits bergers (François et Jacinthe Marto, et leur cousine Lucie dos Santos) et leur demande de revenir le mois suivant pour prier. De mois en mois l'apparition se reproduit et les enfants sont accompagnés par une foule de plus en plus nombreuse jusqu'à l'apparition du où plusieurs dizaines de milliers de croyants et curieux se pressent pour voir le « miracle » qui aurait été promis par la Vierge. Il se produit alors dans le ciel un phénomène lumineux appelé par la suite « le miracle du soleil » ou la « danse du soleil ». Parmi les observateurs il y a des universitaires et des non croyants. Tous attestent du phénomène « non explicable »[4],[5].

L'évêque de Leiria, Mgr José Alves Correia da Silva, après avoir mené une enquête canonique reconnait officiellement les apparitions mariales en 1930, et approuve la dévotion à Notre-Dame de Fátima. François et Jacinthe Marto, atteints de la grippe espagnole meurent très vite (en 1919 et 1920). Ils sont béatifiés le par le pape Jean-Paul II. Lucie Dos Santos entrée au noviciat des sœurs Dorothée, puis au Carmel de Coimbra décède en 2005. Son procès en béatification est en cours[6].

Les secrets de Fátima[modifier | modifier le code]

Lors de la troisième apparition, la Vierge a révélé un message aux enfants et leur a demandé de ne pas le divulguer immédiatement.

Article détaillé : Secrets de Fatima.

Le sanctuaire Notre-Dame-de-Fátima[modifier | modifier le code]

L'extérieur de la chapelle des apparitions du Sanctuaire de Notre-Dame de Fátima.
L'extérieur de la basilique du Rosaire.
L'intérieur de la basilique du Rosaire.

C'est le 28 avril 1919 qu'est construite la première chapelle sur le site des apparitions, par des pèlerins, le curé de Fátima ayant reçu la consigne de se tenir à l'écart de ces manifestations de dévotions. C'est une petite chapelle faite de pierres et de chaux, couverte de tuiles et mesurant 3,30 m de longueur, 2,80 m de largeur et 2,85 m de hauteur.

En 1921, le nouvel évêque de Leiria autorise la dévotion à Marie sur le site de Fátima. Après sept ans d'enquête, en 1930, il reconnaît officiellement les apparitions. Les constructions peuvent alors commencer[7],[8].

Dès 1928 est commencée la construction de l'église de Fátima. Terminée en 1931, la basilique néoclassique mesure 70,50 m de longueur et 37 m de largeur. Les quinze autels qu’elle comporte sont dédiés aux quinze mystères du Rosaire. Dans la chapelle du côté gauche se trouvent les tombeaux de Jacinthe et de Lucie et dans celle de droite celui de François.

Le sanctuaire, si l’on inclut l’ensemble des édifices et son immense enceinte, a une surface de 86 400 m2, et peut contenir environ 300 000 personnes.

Fátima est aujourd'hui un centre mondial de pèlerinages très connu. La ville compte 10 000 habitants, et chaque année 4 millions de pèlerins et touristes se rendent à Fátima[9], ce qui en fait le quatrième lieu de pèlerinage catholique du monde (après la Basilique de Notre-Dame de Guadalupe au Mexique, la Basilique Saint-Pierre au Vatican et les Sanctuaires de Lourdes en France).

« Aucun catholique n’est obligé de croire à ce type de révélations ; cependant il est indéniable que les apparitions de Fátima et leur « secret » ont représenté comme une carte routière pour le chemin incertain du XXe siècle[10]. »

Le , le Pape Paul VI y a célébré la messe (en portugais). Étaient entre autres présents, dans la tribune d'honneur, les parents des deux enfants « voyants » décédés Francisco Marto et Jacinta Marto, ainsi que Lucie dos Santos[11].

Durant quatre jours ( - ), le pape Benoît XVI s'est rendu au Sanctuaire de Fátima où il a présidé les cérémonies religieuses du . Cette visite a eu lieu à l'occasion de l'anniversaire (qui n’est pas à proprement parler une fête de la Vierge) de la première apparition de la Vierge Marie, qui est apparue à trois petits bergers le à Fátima. Le Pape Benoit XVI en profite pour offrir au sanctuaire de Fatima une rose d'or, ornement béni par le Saint-Père qui est accordé à des sanctuaires que le souverain pontife souhaite honorer.

La visite du Pape Benoit XVI à Fátima succède à celle de son prédécesseur Jean-Paul II, dix ans auparavant.

La messe du est présidée par Benoit XVI devant plus de 500 000 pèlerins[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article de DICI.org
  2. Marie-Gabrielle Lemaire, Les apparitions mariales, Namur, Éditions Fidélité, coll. « Que penser de… ? », , 133 p. (ISBN 9782873563882), p. 74-76.
  3. Yves Chiron, Enquête sur les apparitions de la Vierge, Paris, Éditions Perrin, coll. « Tempus », , 432 p. (ISBN 978-2-262-02733-9), p. 245-247.
  4. Chiron 2007, p. 248-254.
  5. Lemaire 2008, p. 76-77.
  6. Lemaire 2008, p. 83-84.
  7. Lemaire 2008, p. 84.
  8. Chiron 2007, p. 256
  9. « Dossier : Un siècle religieux » du 21 décembre 2001 dans Valeur actuelle
  10. P. Luigi Gaetani, OCD, Commentaire après l'enterrement de sœur Lucie, paru le 24 février 2005
  11. Article sur Fatima.be
  12. http://w2.vatican.va/content/benedict-xvi/pt/homilies/2010/documents/hf_ben-xvi_hom_20100513_fatima.html Viagem apostólica a Portugal no 10º aniversário da beatificação de Jacinta e Francisco, pastorinhos de Fátima (11-14 de maio de 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chanoine C. Barthas, Il était trois petits enfants, Résiac, Montsûrs (Mayenne), 1990
  • Émilie Bonvin, Le 3e Secret de Fatima Prières et Révélations, Exclusif, 2011 (ISBN 9782848910864)
  • Bernard Lecomte, Les Secrets du Vatican, Perrin, Paris, 2009, chapitre 16 : « Le troisième secret de Fátima », p. 325-349
  • Sœur Lucie, Mémoires de sœur Lucie, Secrétariat des Pastoureaux (Secretariado dos Pastorinhos), Fátima, 2005, 360 pages (ISBN 9728524250)
  • Frère Michel de la Sainte Trinité, Toute la vérité sur Fatima, Éditions de la Renaissance catholique, 1986
  • Gilles Pinon, Le “Miracle” de Fátima, Interkeltia, 2010, 400 pages (ISBN 9782357780262)
  • Gérard de Sède, Fátima, enquête sur une imposture, Alain Moreau, Paris, 1977, 294 pages

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :