Art gothique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Sainte-Chapelle (1242-1248) à Paris, chef-d’œuvre de l’art gothique.

L’art gothique ou art français (en latin francigenum opus) est une période artistique s'étendant sur environ quatre cents ans, qui s'est développée à partir de la seconde partie du Moyen Âge en France puis en Europe occidentale.

Apparu en région d'Île-de-France vers le XIIe siècle, l'art gothique français se développe en Europe, évoluant au XIVe siècle vers le gothique international au caractère plus profane. L'art gothique est d'abord illustré par l'architecture, mais aussi par la sculpture, la peinture sur bois, le vitrail, et l'enluminure.

Initialement dénommé francigenum opus (art français) au Moyen Âge, le terme « gothique » n'apparaît qu'à partir de la renaissance. Cette expression péjorative est utilisée par les artistes italiens Antonio Averlino (Le Filarète) et Giorgio Vasari pour désigner un art du Moyen Âge qu'ils jugent barbare et grossier.

Le mouvement artistique gothique est précédé par l'art roman et suivi par la Renaissance.

Origine du terme[modifier | modifier le code]

L'expression « art gothique » n'apparaît qu'à la Renaissance et est utilisée pour désigner un ensemble de production artistique médiévale avec une connotation péjorative car dévalorisée aux yeux des contemporains par rapport à l'Antiquité et à la Renaissance[1].

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

Abbaye de Saint-Denis, abside et façade septentrionale, lithographie par Félix Benoist.

L'art gothique est plus présent dans les domaines religieux que profane ; des édifices architecturaux représentatifs de cet art sont de nombreuses cathédrales de l'époque[2]. L'architecture gothique est née en France puis s'est diffusée en Grande-Bretagne (notamment pour la cathédrale de Canterbury), ainsi que dans toute l'Europe à la fin du XIIIe siècle[2].

Les cathédrales gothiques sont vastes et complexes. Une nouvelle technique architecturale est utilisée : celle de la voûte sur croisée d'ogives[2] : une voûte formée de deux arcs qui se croisent en diagonales. Cette technique est une caractéristique de l'architecture gothique. Les cathédrales gothiques sont très élevées car les piliers et les croisées d'ogives en forment la structure porteuse, qui est ainsi moins lourde que dans le cas d'une structure faite de murs porteurs et de piliers travaillant par deux ; on peut donc monter plus haut avec moins de poids. Cette technique de construction permet aussi d'ouvrir plus largement ce qui était autrefois des murs porteurs[2] et qui ne font plus maintenant office que de remplissage. Les arcs des ouvertures sont à présent en arc brisé[2].

Infographie avec quelques termes de l'architecture gothique.

Pour soutenir le poids des voûtes sur croisée d'ogive, on a utilisé la technique des arcs-boutants. Un arc-boutant est l'élément d'appui en forme de demi-arc situé à l'extérieur de l'édifice ; il repose sur un contrefort et soutient le mur là où s'exercent les plus fortes poussées des voûtes sur croisées d'ogives. Les constructeurs ont cherché à annuler le poids des ogives par des arcs-boutants cachés dans la couverture de l'édifice, puis par un support extérieur sur un contrefort. Les arcs-boutants paraissent nécessaires dès la construction pour les édifices du premier art gothique qui ont adopté une élévation à trois niveaux.

Cette technique de construction permettant davantage d'ouvertures et de plus grande taille, les cathédrales ont alors pu comporter davantage de vitraux que les cathédrales romanes[2] ; les vitraux de ces cathédrales gothiques sont colorés.

La cathédrale Saint-Étienne de Sens est l'un des premiers grands édifices de cet art[2]. La basilique Saint-Denis, dans la ville française du même nom, est devenue l'un des chefs-d’œuvre de l'art gothique à la suite d'une rénovation entre les XIIe et XIVe siècles ; d'autres édifices marquants sont la cathédrale Notre-Dame de Reims et la cathédrale Notre-Dame de Chartres, ainsi que la Sainte-Chapelle de Paris et la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg en ce qui concerne le gothique flamboyant[2].

Sculpture[modifier | modifier le code]

L'art gothique touche également la sculpture, avec notamment l'apparition du style monumental, avec la Sainte-Chapelle, à Paris, entre la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe[2]. Au début du XIVe siècle, l'art gothique est à son apogée en Italie, mais il est bientôt suivi par les prémices de la Renaissance[2].

Peinture[modifier | modifier le code]

Enluminure[modifier | modifier le code]

Art gothique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Art et architecture gothiques », sur www.lumni.fr (consulté le )
  2. a b c d e f g h i et j « L’art gothique », sur www.grandpalais.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas-Xavier Willemin, Monuments français inédits pour servir à l'histoire des arts depuis le VIe siècle jusqu'au commencement du XVIIe, 1839, tome I (lire en ligne)
  • Gérard Denizeau, L'art gothique, Paris, Nouvelles éditions Scala, 2010, (ISBN 978 2-35988-021-2).
  • Rolf Toman, L'Art gothique, Paris, Place des Victoires, 2006
  • Willibald Sauerländer, Le siècle des cathédrales (1140-1260), Paris, Gallimard, coll. « L'Univers des formes », 1989
  • Alain Erlande-Brandenburg, La conquête de l'Europe (1260-1380), Paris, Gallimard, coll. « L'Univers des formes », 1987
  • Albert Monpied et Roland Recht, Automne et renouveau (1380-1500), Paris, Gallimard, coll. « L'Univers des formes »,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :