Calendrier romain général (liturgie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Missel Romain

Le Calendrier romain général (Calendarium romanum generale) indique les dates des Solennités, Fêtes, Mémoires obligatoires et facultatives dans le rite romain. Ces célébrations peuvent être liées à une date fixe ou peuvent être liées à un jour particulier de la semaine ou bien encore en fonction de la date de Pâques. Le calendrier général romain contient uniquement les célébrations destinées à être observées dans le rite romain dans tous les pays du monde.

L'actuelle forme du calendrier romain général lui a été donné par le motu proprio Mysterii paschalis publié le 14 février 1969 par le pape Paul VI, et par des modifications, dues principalement à des canonisations, publiées dans les éditions ultérieures du Missel romain.

La revision opérée en 1969 mettait en application les demandes de la constitution conciliaire Sacrosanctum Concilium du IIe concile œcuménique du Vatican. Deux idées majeures dirigeaient cette réforme : la valorisation du dimanche, comme « fête de la Résurrection », et la réduction du nombre de fêtes de saints à célébrer universellement dans la liturgie romaine[1]. En ce qui concerne ces derniers, on a suivi cinq principes[2]:

  1. Réduction du nombre de fêtes de dévotion. Dans son application du décret du concile de Trente, le pape Pie V n'a retenu en 1569/1570 que deux fêtes de dévotion : Fête-Dieu (1264) et Fête de la Sainte Trinité (1334). Après on a inséré autres 16 : Fête du Saint Nom de Marie (1683), Notre Dame de la Merci (1696), Notre Dame du Rosaire (1716), Saint Nom de Jésus (1721), Notre-Dame du Mont-Carmel (1726), Compassion de la Vierge Marie (1727), Sept Douleurs de la Vierge Marie (1814), Précieux Sang (1849), Sacré-Cœur (1856), Notre-Dame de Lourdes (1907), Sainte Famille (1921), Fête du Christ Roi (1925), Maternité de Marie (1931), Cœur immaculé de Marie (1942), Bienheureuse Vierge Marie Reine (1954), Saint Joseph artisan (1955).
  2. Examen critique des hagiographies traditionnelles, dont certaines semblent être simplement légendaires.
  3. Choix des saints d'importance majeure.
  4. Révision des jours de célébration, pour faire correspondre, selon les possibilités, le jour de fête au jour de naissance au ciel.
  5. « Universalisation » du calendrier par l'inscription de saints des divers continents et régions.

Calendrier romain général[modifier | modifier le code]

Il est à noter que parmi les nombreux saints reconnus par le Saint-Siège ne sont régistrés ici que les très rares saints officiellement inclus dans ce calendrier général. Les saints célébrés à niveau continental, national ou local peuvent être insérés uniquement sous la rubrique « Propres liturgiques » ci-dessous.

Janvier[modifier | modifier le code]

Février[modifier | modifier le code]

Mars[modifier | modifier le code]

Avril[modifier | modifier le code]

Mai[modifier | modifier le code]

Juin[modifier | modifier le code]

Juillet[modifier | modifier le code]

Août[modifier | modifier le code]

Septembre[modifier | modifier le code]

Octobre[modifier | modifier le code]

Novembre[modifier | modifier le code]

Décembre[modifier | modifier le code]

Propres liturgiques[modifier | modifier le code]

Avec quelques variations sur le Calendrier Romain général, des célébrations particulières à telle ou telle communauté chrétienne existent. On appelle ceci des Propres. Ils sont nombreux et de niveaux divers : Propre d’un pays, d’une province, d'un continent, d’un diocèse, d’une ville, d’une église, d’une chapelle, d’un ordre, d’une congrégation ou d’une communauté religieuse.

Propres continentaux[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Propres provinciaux[modifier | modifier le code]

Afrique du Nord[modifier | modifier le code]

Propres nationaux[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Brésil[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

Selon le calendrier liturgique propre aux diocèses du Canada (l'Ordo), tel que publié par l'Office national de liturgie et approuvé par la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) :

Chili[modifier | modifier le code]

Écosse[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Finlande[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Sources[4],[5],[6]

Inde[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Liban[modifier | modifier le code]

Luxembourg[modifier | modifier le code]

Malte[modifier | modifier le code]

Mexique[modifier | modifier le code]

Norvège[modifier | modifier le code]

Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Pérou[modifier | modifier le code]

Philippines[modifier | modifier le code]

Porto Rico[modifier | modifier le code]

Roumanie[modifier | modifier le code]

Slovaquie[modifier | modifier le code]

Sri Lanka[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Ukraine[modifier | modifier le code]

Viêt Nam[modifier | modifier le code]

Propres des villes[modifier | modifier le code]

Maastricht[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]