Rite zaïrois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le rite zaïrois est une variante du rite romain. Il fut approuvé par Rome en 1988. La mise sur pied du "rite zaïrois" correspond à la mise en pratique de l'idée d'inculturation, cherchant à impliquer les fidèles dans la liturgie par la reconnaissance et la prise en compte de la culture locale.

Le cardinal Joseph-Albert Malula qui est à l'origine du rite zaïrois a pu être décrit comme « le pionnier par excellence de l’africanisation de l’Église sur le continent noir ».[réf. nécessaire]

Particularités[modifier | modifier le code]

Le rite zaïrois insiste sur la participation active de l'assemblée, y compris par des gestes et mouvements, qui ne sauraient toutefois être confondus avec une forme de danse liturgique, ainsi que le rappelle le pape Benoît XVI :

« D'ailleurs aucun rite chrétien ne connaît la danse. Ce qu'on appelle ainsi dans la liturgie éthiopienne ou dans la forme zaïroise de la liturgie romaine, est en fait une procession en cadence, tout à fait appropriée à la dignité de la liturgie. Cette démarche rythmée confère une unité et une ordonnance aux différents moments de la liturgie, une beauté et une dignité à la mesure de Dieu. »

— Benoît XVI, L'esprit de la liturgie, Ad Solem Éditions SA, Genève, 2001, « Le corps dans la liturgie », p.157

Dans une conférence tenue par le cardinal Francis Arinze le 2 septembre 2007 à Bloomingdale dans l’Ohio, celui-ci estime encore que « La danse est inconnue du rite latin de la Messe. (…) Dans le strict cadre liturgique (Messe, sacrements), on ne devrait parler de danse liturgique en aucune façon. »

Une autre particularité est l'invocation des ancêtres[réf. nécessaire] et des saints qui tient une place importante dans la liturgie zaïroise. C'est une affirmation eschatologique de l'assemblée chrétienne et une évocation essentielle qui fait partie de la culture du Congo. Une troisième caractéristique est le rôle des lecteurs dans les célébrations liturgiques qui sont mandatés par le prêtre et reçoivent de lui une bénédiction avant d'aller lire. Le dialogue entre célébrant et assemblée est très développé. Quant au déroulement de la messe, l'aspersion d'eau bénite, la préparation pénitentielle et le rite de paix ont lieu au milieu de la messe, avant l'offertoire.

Références[modifier | modifier le code]