Rite lyonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Antiphonaire à l'usage du rite lyonnais, XIIe siècle. Premier répons des matines du premier dimanche de l'Avent. Lettre ornée A “Aspiciebam” et notation musicale.

Le rite lyonnais (en latin : le ritus lugdunensis) est une des manières de célébrer la messe et les sacrements dans l'Église catholique latine. Il est attesté, comme rite propre de l'Archidiocèse de Lyon, dès le IXe siècle, mais à la différence des rites ambrosien ou mozarabe, il a quasiment disparu à la suite des réformes liturgiques de 1969. Toutefois, certaines de ses caractéristiques (surtout des points de détail) persistent dans la liturgie célébrée dans certaines églises de Lyon, par exemple à la Primatiale Saint-Jean-Baptiste, l'église-cathédrale de Lyon. Ainsi, par exemple, le rite de l'encensement est différent : il se fait à chaîne longue, à l'orientale, et non à chaîne courte comme dans le rite romain.

Histoire de la liturgie lyonnaise[modifier | modifier le code]

Un rite antique[modifier | modifier le code]

Le rite lyonnais puise ses particularités dans une histoire riche de composantes fixées depuis le bas Moyen Âge. Il se situe, comme le rite romain, dans le système liturgique occidental, mais avec des emprunts aux rituels gallicans en vigueur jusqu’au IXe siècle. Ceux-ci furent marginalisés par la romanisation progressive des liturgies franques voulue par Charlemagne, mais le rite lyonnais en conserva un certain nombre.

Le socle principal sur lequel repose la liturgie lyonnaise est donc le rite romain du IXe siècle tel qu'il se pratiquait autour de l'empereur, auquel s’ajoutent des reliquats de liturgie d'origine franque. Mais si le rite romain est en constante évolution, le rite lyonnais se caractérise par un conservatisme extrême. Formé vers 850, celui-ci ne connaîtra ses premiers changements qu’au XVIIIe siècle, au moment des réformes de Mgr de Montazet. Défendu ardemment par l'archevêque et le chapitre de la cathédrale Saint-Jean, ceux-ci résistent ainsi aux réformes du Concile de Trente[1].

La romanisation progressive[modifier | modifier le code]

Avant lui, des innovations liturgiques ont commencé à modifier le rite lyonnais[2], promues par Mgr de Rochebonne.

En 1749, Mgr de Montazet promulgue sans l'aval du chapitre cathédral un nouveau missel. Sa volonté est de se rapprocher des livres liturgiques romains, et d'aligner presque tout le missel lyonnais[3]sur le missel parisien. Cette décision ne fait qu’entériner un mouvement initié dès la fin du XVIIe siècle. Toutefois, les religieux lyonnais attachés à leur forme de culte n'acceptent pas la décision et utilisent tous les moyens de recours dont ils disposent. De procès en procès, le conflit arrive jusqu'au Parlement qui tranche en faveur de l'archevêque. Durant le conflit, Mgr de Montazet réforme également le bréviaire local. Son action lui vaut des accusations de jansénisme. Toutefois, si les textes changent, le rite en lui-même reste peu modifié.

À la sortie de la Révolution française, le clergé lyonnais parvient à expurger du bréviaire les parties jugées trop jansénistes.

Le rite se modifie au XIXe siècle. Un orgue est installé dans la cathédrale, alors que jusqu'ici, toutes les cérémonies n'utilisaient que le plain-chant, sans instrument.

Le cardinal de Bonald, en 1866, promulgue un missel dont l’intitulé est à lui seul annonciateur du contenu : Missale Romano-Lugdunense, sive missale Romanum in quo ritus Lugdunenses ultimi tridui ante Pascha, ordinis missae et vigiliae Pentecostes auctoritate Sanctae Sedis Apostolicae iisdem ritibus romanis proprio loco substituuntur.

L’édition de 1904, conduite par le cardinal Coullié, intercalait des rites et des fêtes propres. La dernière édition typique du Missel lyonnais fut publié en 1956, avec le cardinal Gerlier. Neuf ans plus tard, en 1965, alors que les réformes liturgiques du Concile Vatican II se préparaient avec de plus en plus d’acuité, un rituel propre au diocèse de Lyon était encore publié.

Malgré cette dernière publication, les réformes de 1970 entrainèrent la disparition presque complète du rite lyonnais, remplacé par le rite romain rénové par Paul VI. Seuls quelques chanoines-comtes de Lyon (à la cathédrale) et quelques membres de la société Saint-Irénée (amicale de prêtres diocésains de Lyon) maintinrent la pratique de ce rite occasionnellement.

Lorsque la Fraternité Saint-Pie-X (dans les années 70), puis la Fraternité Saint-Pierre (en 1988), dont une des spécificités est l'emploi des livres liturgiques antéconciliaires, s'implantèrent dans le diocèse, elles utilisèrent toutes deux la forme tridentine du rite romain, alors que celui-ci n'avait jamais été utilisé dans les paroisses lyonnaises. Pour autant, à Saint-Georges, dont les fidèles sont catholiques romains mais ont obtenu de l'archevêque la permission de célébrer selon le rite antéconcilaire selon les dispositions du motu proprio Ecclesia Dei, la messe en rite lyonnais est régulièrement célébrée.

Messe lyonnaise et messe romaine[modifier | modifier le code]

C’est dans les déploiements de la messe pontificale que se rencontrent les différences entre rite romain et lyonnais les plus nettes, mais des nuances notables sont décelables dès la messe basse. Voici les principales divergences :

« Pour la messe basse, notez avant tout : texte différent des prières au bas de l’autel ; conservation des séquences (disparues au romain après le Concile de Trente) ; utilisation d’un corporal à quinze parties ; offertoire différent (hostie et calice en même temps) ; bras du prêtre en croix pendant l'Unde et memores, en croix sur la poitrine pendant le Supplices te rogamus ; […] transport du missel fermé (ouvert au romain) par le servant […]

À la messe pontificale, le déploiement maximal de la pompe liturgique lyonnaise accentue encore les différences. Là où la liturgie romaine requiert le service d'une quinzaine de clercs, la messe lyonnaise mobilise trente-six servants. À la cathédrale Saint-Jean par exemple, jusqu'à la réforme liturgique de Paul VI, le chœur descendait jusqu'au commencement des stalles afin de ménager un espace suffisamment vaste pour le déroulement des cérémonies pontificales. Pour les messes solennelles, la plupart des chants étaient psalmodiés sur des tons différents de ceux du rite romain, un sous-diacre se tenait derrière l'autel pendant l'élévation - pour cette raison, l'autel lyonnais n'était jamais adossé au mur de l'abside - et encensait à longue chaîne, à la manière orientale. De plus, les ministres inférieurs utilisaient un manipule, à l'instar du prêtre, et un rite propre à Lyon, l'administration, avait lieu pendant le Graduel.

Une dernière différence majeure apparaissait lors de la messe pontificale du jeudi-saint : les six prêtres assistant l'évêque concélébraient avec lui sacramentellement, seule occasion, avec les rites d'ordination, de concélébration dans l'ensemble des rites latins[4].

Ces particularités apparaissaient aux yeux du simple fidèle par la simple comparaison des oraisons du Missel, mais les différences entre forme tridentine du rite romain et rite lyonnais à la messe basse, et même à la messe chantée, sont assez minimes. Toutefois, il semble que des coutumes propres comme « l'administration » et le « rite des tablettes » étaient connues des catholiques lyonnais. Ainsi, le rite lyonnais, au début des années soixante, était encore bien vivant.

Par ailleurs, certains éléments de tout temps présents dans la liturgie de Lyon se sont vu remettre en valeur dans le rite romain à l’issue des réformes du Concile Vatican II, à l’instar de la concélébration. Ceci explique peut-être la faiblesse des oppositions que rencontra cette pratique dans le diocèse de Lyon, alors que certains la virent ailleurs comme non-traditionnelle.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. voir Béghain p. Dictionnaire historique de Lyon page 1136.
  2. Dom Denys Buenner assimile ces réformes à une mutilation.
  3. hormis certaines rubriques et l’ordinaire de la messe.
  4. La messe, hier, aujourd'hui et demain, Dom Jean-Denis Chalufour osb, Petrus et stella, 2000. p. 214.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Amiet, Les manuscrits liturgiques du diocèse de Lyon : description et analyse, Paris, CNRS éd, coll. « Documents, études et répertoires », , 240 p. (ISBN 2-271-05568-7, notice BnF no FRBNF37028074)
  • Dom Denys Buenner, O.S.B., L'Ancienne Liturgie romaine. Le rite lyonnais, Lyon / Paris, Emmanuel Vitte, 1934, 343 p., ill., 21 cm.
  • Dom Jean-Denis Chalufour, O.S.B., La messe, hier, aujourd'hui et demain, Petrus et stella, 2000. chapitre 7.
  • Patrice Béghain, Bruno Benoit, Gérard Corneloup, Bruno Thévenon, Dictionnaire historique de Lyon, Stéphane Bachès, 2009, Lyon, 1054 p., (ISBN 978-2-915266-65-8)