Calendrier fixe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le calendrier fixe comporte treize mois de vingt-huit jours. Un mois supplémentaire, nommé sol, est donc intercalé entre juin et juillet, et un trois cent soixante-cinquième jour est ajouté après le 28 décembre.

Ce jour est un jour blanc ou épagomène, c'est-à-dire qu'il ne rentre pas dans le décompte de la semaine.

Ce système permettrait à tous les mois d'être identiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le calendrier fixe a été proposé pour la première fois en 1849 par Auguste Comte et par la suite amendé par Paul Delaporte. Cependant, les Celtes ont eu un calendrier similaire auparavant. Chez les Celtes, à la conquête romaine, le temps humain s’est calqué sur l'agriculture et les mois duraient 28 jours, compromis entre la durée approximative d’une lunaison et la variation de ses quartiers. Il y avait alors une année de 13 mois de 28 jours (364 jours) plus 1 jour intercalaire, qui correspondait au changement de l’année ; ce qui était une assez bonne approximation de l’année solaire (365,2422) pour un retour aux équinoxes.

Détail[modifier | modifier le code]

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28

Les années bissextiles, un vingt-neuvième jour blanc serait ajouté au mois de juin.

Comportant treize mois, ce type de calendrier ne pourrait donc plus être organisé en trimestres ou en semestres et les anniversaires du 30 et du 31 disparaîtraient. Son adoption a donc été rejetée par de nombreux états et églises qui le jugent trop radical. Les projets de calendrier universel cherchent à répondre à ces critiques en conservant le nombre et la durée des mois.

Variante[modifier | modifier le code]

Une variante de ce calendrier (le « calendrier perpétuel universel à symétrie de miroir ») fut présentée en 1998 par Piotr Elistratov dans le bulletin de l'Académie des Sciences Russe en réponse au concours international pour réformer le calendrier grégorien de l'ONU.

Calculé pour entrer en vigueur le 1er janvier du XXIe siècle (défini arbitrairement comme un lundi), l'année est divisée en quatre saisons de 91 jours. Chaque saison est précédée d'une semaine intercalaire dite « la semaine du trimestre ». Chaque trimestre est divisé en 3 mois, eux-mêmes divisés en 4 semaines de 7 jours. Cela porte l'année à 364 jours. Les années bissextiles sont fixes les 4e, 9e, 15e, 20e et 26e années d'un cycle de 28 ans.

De fait, les lundis correspondent toujours aux 1er, 8e, 15e et 22e jours de chaque mois, chaque trimestre, tous les ans (le premier janvier étant le jour de la nouvelle année) ; les mardis tombent les 2e, 9e, 16e et 23e jours, etc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]