Univers de Dune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Univers de Dune

Univers de fiction
Genre(s) Science fantasy[1]
Auteur(s) Frank Herbert
Année de création 1965
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue d’origine anglais
Support d’origine Suite romanesque
Thème(s)
Public visé Lecteurs de science-fiction
États
  • Futur lointain où l'humanité s'est répandue au sein de l'ensemble de la galaxie
  • Niveau technologique : vaisseaux spatiaux, voyages intersidéraux fréquents, clonage et manipulations génétiques
  • Rôle important de l'Épice qui permet des voyages spatiaux longue distance
  • Organisation sociale : empire galactique aristocratique figé et noblesse répartie en Maisons rivales (grandes Maisons et Maisons mineures)
Autre(s) support(s)

L’univers de Dune est un univers de fiction créé par l'écrivain Frank Herbert comme cadre pour ses romans de science-fiction du cycle de Dune, apparaissant pour la première fois dans le roman Dune (1965).

L'univers de Dune est centré sur un vaste empire galactique aristocratique appelé l’« Imperium », et dirigé par l’Empereur Padishah, à l'époque du premier roman l'empereur Shaddam IV de la Maison Corrino.

Univers composé de nombreuses planètes appartenant à l’Imperium, « Dune » est le surnom de la planète Arrakis, le lieu principal où se déroule une grande partie des intrigues du roman Dune et de ses suites. La planète est le centre névralgique de l'Imperium, étant donné qu'elle est la seule source d’Épice gériatrique, une ressource vitale dans cet univers de fiction.

L'univers de Dune est aussi composé des divers ordres et organisations, comme le Bene Gesserit ou la Guilde spatiale, qui œuvrent chacun de leur côté pour faire aboutir leurs plans.

Éléments de l'univers[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

L’origine du calendrier de l'univers de Dune commence avec la création de la Guilde spatiale, à la suite du djihad Buthlérien. Les évènements se déroulent au cours du XIe millénaire après la Guilde. Le premier roman débute en l'an 10 191 AG (après la Guilde).

Langages[modifier | modifier le code]

De nombreux langages sont employés dans cet univers. Le principal idiome est le galach, parlé dans tout l’Imperium et qui évoluera au cours des siècles. D'autres langues spécialisées ou des langages secrets existent, comme le chakobsa (langue de chasse) des Fremen, la langue flûtée des Tleilaxu pour contrôler leurs Danseurs-Visage mais aussi leur langage secret, le « langage de l'Islamiyat » de la Grande croyance, etc.

Par ailleurs, de nombreux termes de l’univers de Dune sont inspirés de la langue arabe (djihad, mahdietc.)

Mondes[modifier | modifier le code]

Des dunes dans le désert de Namibie, un paysage désertique qui évoque la planète Arrakis.

Dans sa dimension de cycle spatial, l’univers de Dune se déroule sur diverses planètes. Les premières, introduites dès le premier roman, sont Arrakis — planète de sable et source unique de l’Épice, Caladan — monde d’origine de la Maison Atréides, Giedi Prime — planète gouvernée par les Harkonnens — et Kaitain — siège de la Maison impériale Corrino.

Organisations[modifier | modifier le code]

Dans l’univers de Dune, empreint de féodalisme[2], les principales organisations (ordres) sont :

  • la Guilde spatiale : une organisation ayant le monopole des voyages spatiaux longue distance, grâce aux capacités de prescience limitée de ses navigateurs ;
  • la CHOM (Combinat ou Compagnie des Honnêtes Ober Marchands) : une organisation commerciale tentaculaire qui gère le négoce de toutes les denrées de l'Imperium à une échelle galactique ;
  • les Grandes Maisons du Landsraad : l'ensemble des grandes familles nobles de l'Imperium, et un contrepoids politique aux pouvoirs de l’empereur Padishah ;
  • le Bene Gesserit : un ordre spirituel et d'enseignement spécialisé, qui cherche à créer par sélection génétique le Kwisatz Haderach, un surhomme capable de voir l'avenir, et qui cultive son influence politique au sein des autres organisations ;
  • le Bene Tleilax : un ordre mystique et mystérieux, qui a recours à la manipulation génétique à des fins commerciales.
  • les Ixiens, des fabriquant de produits technologiques divers.

Personnages[modifier | modifier le code]

Les personnages du cycle de Dune sont le reflet des différentes factions participant à son univers : nobles des Grandes Maisons, sœurs du Bene Gesserit, peuple fremen du désert de Dune, Tleiaxu et Danseurs-Visage du Bene Tleilaxetc. Cette variété est représentée par certains des principaux protagonistes de la série.

Peuples[modifier | modifier le code]

Les peuples autochtones de cet univers sont composés de ceux nés sur les diverses planètes de l’Imperium (par exemple, les gens de Caladan, ceux de Geidi Prime ou de Salusa Secundus, les Fremen d’Arrakis, les Tleilaxu des planètes du Bene Tleilax, les Ixiens de Ix).

Certains peuples exotiques apparaissent dans les derniers romans du cycle : les Futars et les Belluaires ; les Honorées Matriarches de la Dispersion (dans Les Hérétiques de Dune et la La Maison des mères), voire les Truitesses de l’empereur Leto II (dans L'Empereur-Dieu de Dune).

Technologies[modifier | modifier le code]

Diverses technologies et matériels sont présents dans l’univers de Dune :

  • les moyens de transport : les vaisseaux long-courrier de la Guilde Spatiale ; l'aéronef ornithoptère, les non-vaisseaux créés par les Ixiens, les tubes anti-gravité, etc. ;
  • les machines de production : les cuves Axlotl du Bene Tleilax ; les usines-moissonneuses d’Épice sur Arrakis, amenées sur site par une aile volante, etc. ;
  • les diverses armes et armement : les boucliers à Effet Holtzman, les « Atomiques » des grandes familles nobles, les lasers de combat, les poisons (Chaumas et Chaumurky), les mini-drones assassins appelés « chercheurs-tueurs », les boites à effet d'induction de douleur du Bene Gesserit, etc. ;
  • les objets divers : le distille et les pièges à vent des Fremen, les non-espaces des Ixiens, etc.

Thèmes[modifier | modifier le code]

Le cycle de Dune aborde de nombreux thèmes divers : l’écologie planétaire, l’organisation politique et religieuse, la géopolitique, les rivalités princières et celles des maisons nobles, les rivalités politiques et économiques entre les ordres et les organisations de cet univers, l’acquisition et la préservation de ressources (notamment l’Épice), la remise en cause de l’intelligence artificielle et des robots intelligents (djihad Buthlérien), le transhumanisme et les manipulations génétiques (avec les gholas), mais aussi le mysticisme, le messianisme et le contrôle des religions (Missionaria Protectiva) pour guider la population.

Inspirations[modifier | modifier le code]

Frank Herbert a cherché à inscrire son univers dans le fictif le plus total et le dépaysement. Néanmoins, il effectue en filigrane des parallèles entre l'univers de Dune et le nôtre. En effet, le cycle de Dune comporte de nombreuses références au monde réel et à des considérations purement contemporaines et/ou historiques de l'humanité. Herbert se réfère ainsi à différentes civilisations, telles que la civilisation arabe ou la civilisation européenne.

  • La civilisation berbère est très présente, notamment au travers des termes arabes en tamasheq : dialecte berbère des touaregs. Le Tanzerouft, le « Pays de la Soif » et une partie du désert d'Arrakis, est proche du nom d’une partie du Sahara, Tanezrouft dans le sud de l’Algérie. De plus, le terme Fremen semble être inspiré par le nom que se donnent les Touaregs, ainsi que d’autres peuples berbères d’Afrique du Nord, les Imazighen[réf. nécessaire], littéralement « les hommes libres » (« free men » en anglais).
  • La civilisation judéo-chrétienne et musulmane, avec le thème de l’arrivée d’un prophète annoncé de longue date.
  • La civilisation perse, notamment avec la référence au padichah, « grand roi » en persan, le titre des empereurs iraniens.
  • Les civilisations germaniques et chinoises : le personnage de Paul Muad-Dib, prophète prescient, n’a que des visions de mort. Le seul destin possible est la destruction puis la renaissance (un cycle). Tout le cycle de Dune montre la naissance d’un nouveau monde sous la bannière des Atréides, puis sa destruction lors de la Diaspora (la Dispersion). On peut rapprocher cette vision des perceptions cycliques du temps dans les civilisations chinoise et des croyances nordiques (ragnarök).
  • La civilisation grecque antique : la lignée des Atrides donnant naissance aux « Atréides » en reprenant le mythe d’Agamemnon. De plus, le nom « Leto » utilisé pour deux membres de la Maison Atréides (le duc Leto Atréides puis l’empereur-dieu Leto II) peut faire référence à Léto de la mythologie grecque, la mère des dieux Apollon et Artémis. Cette référence à la mythologie grecque est renforcée dans les séries Avant Dune postérieures à l’œuvre d'Herbert, avec le Titan cyborg Agamemnon.
  • La civilisation bouddhique : des similitudes peuvent être trouvées entre la Mémoire Seconde de l'ordre du Bene Gesserit ou les réincarnations en série des Maîtres du Bene Tleilax avec les tulkus. Les zenchiites et zensunnis semblent avoir quelques sources dans le Bouddhisme Zen, et le Sentier d'Or peut être apparenté au Noble sentier octuple.
  • Les rites initiatiques africains : dans les romans, « l’Eau de la vie » permet l’initiation. Elle peut tuer ou élever la conscience. Cette drogue étant à l’origine d’un rite religieux de retour aux ancêtres, elle peut se rapprocher du rituel bwiti de l’Iboga.
  • Les cultures slaves, notamment les Cosaques, auxquelles les Fremen « empruntent » la dénomination de sietch et s'apparentent à ces cavaliers des steppes en chevauchant le ver géant de Dune.

Frank Herbert eu l’idée de Dune après avoir étudié un projet gouvernemental américain conçu pour arrêter l’expansion des dunes de sable des Oregon Dunes, à Florence dans l'Oregon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Frank Herbert’s Dune : Science Fiction’s Greatest Epic Fantasy Novel », sur Tor.com, (consulté le 31 juillet 2020).
  2. « En effet le Jihad Butlérien a créé une société féodale quelque peu bloquée » - Frank Herbert (trad. Michel Demuth), Dune, vol. tome II, Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction / Cycle de Dune », , 512 p. (ISBN 2-266-11403-4), p. 8

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]