Amailloux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Amailloux
Amailloux
Le château de Tennessus.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Parthenay
Intercommunalité Communauté de communes de Parthenay-Gâtine
Maire
Mandat
Nathalie Brescia
2020-2026
Code postal 79350
Code commune 79008
Démographie
Gentilé Amaliens, Amalliens
Population
municipale
827 hab. (2017 en diminution de 4,72 % par rapport à 2012)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 50″ nord, 0° 18′ 55″ ouest
Altitude Min. 139 m
Max. 221 m
Superficie 37,24 km2
Élections
Départementales Canton de Parthenay
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Amailloux
Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres
Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Amailloux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Amailloux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Amailloux

Amailloux (anciennement Amaillou) est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Amaliens ou Amalliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Amailloux est traversée du sud ouest au nord-est par la Raconnière, un ruisseau affluent du Cébron et sous-affluent du Thouet. La Raconnière prend sa source sur le territoire communal, deux kilomètres au sud-ouest du bourg, en limite de la commune de Saint-Germain-de-Longue-Chaume. Des bois couvrent une partie de la commune principalement au nord-ouest[1].

Le bourg est situé en distances orthodromiques, 12 kilomètres au nord-ouest de Parthenay et 17 kilomètres au sud-est de Bressuire, sur la route départementale 46, à un kilomètre de la route nationale 149 qui relie ces deux villes.

La commune est également desservie à l'ouest par la route départementale 143.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'origine du toponyme est incertaine. Son nom au XIe siècle, Amallo, suggère qu'il s'agissait d'une ancienne villa ou « domaine d'Amalius ». Amalius est un nom d'origine germanique. Il peut être l'un de ces barbares que les gouverneurs de province romains encourageaient à émigrer à l'époque du Bas Empire (IIIe – IVe siècle) pour y défricher et exploiter de nouvelles terres. À moins qu'il ne s'agisse d'un guerrier franc arrivé dans la région au Ve ou VIe siècle, au moment des grandes invasions, et qui s'y serait taillé un vaste territoire. Le problème est d'autant plus difficile à résoudre que, pendant tout le haut Moyen Âge, du VIIe au Xe siècle, les Gallo-romains ont pris des noms germaniques comme le voulait la mode de l'époque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts d'Amailloux.

La châtellenie d'Amaillou relevait de la baronnie d'Airvault. La cure était à la nomination de l'abbé d'Airvault. Amaillou faisait partie du doyenné de Bressuire, de la sénéchaussée et de l'élection de Poitiers, après avoir fait partie de celle de Parthenay au XVIe siècle. Il y avait 185 feux en 1750.

Canton d'Amaillou[modifier | modifier le code]

Le canton d'Amaillou, créé en 1790, dépendait du district de Parthenay et comprenait, outre Amaillou, les communes d'Adilly, la Boissière-Thouarsaise (aujourd'hui Lageon), Fénery et Saint-Germain-de-Longue-Chaume. Il fut supprimé en l'an VIII et réuni à celui de Parthenay[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires d'Amailloux
Période Identité Étiquette Qualité
  1792 Louis Fradin    
1792   Pierre Reveillault    
  1802 Étienne Robin    
1802 1815 René Brilloux    
1816 1830 Pierre Thaudière    
1830 1835 Louis-Étienne Robin    
1835 1843 Pierre Thaudière    
1843 1878 François-Étienne Robin    
1878 1892 Léon Gaudry    
1892 1896 Marcellin Jarassé    
1896 1929 Aristide Moreau   Coquetier (négociant en œufs)
1929 1942 Xiste Poirault[3]   Fermier
1942 1956 Marcel Coulais   Agriculteur
Nommé maire délégué par le régime de Vichy
Décès accidentel le 22 novembre 1956
1956 1959 Ferdinand Robin   Aide chez son beau-frère négociant en œufs
1959 1971 Joseph Braud   Cultivateur
1971 1980 Marcel Berdeguer   Colonel à la retraite,
mort en fonction de maladie le 26 mars 1980
1980 1983 Joseph Braud   Cultivateur
1983 mars 2014 Jean-Pierre Abrand DVG Agriculteur
mars 2014 En cours Nathalie Brescia SE Professeur du secondaire & technique

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2017, la commune comptait 827 habitants[Note 1], en diminution de 4,72 % par rapport à 2012 (Deux-Sèvres : +0,74 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
663659615804882896900911950
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9359289519411 0741 1301 2051 3211 326
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3331 3461 3571 1491 1091 0621 0161 0221 000
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
989940820831753720801865829
2017 - - - - - - - -
827--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Chevet de l'église.
  • Centre d'enfouissement technique (CET) des déchets ultimes

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Fradin, maire, ancien moine, condamné à mort le 27 brumaire an II (), par le tribunal criminel du département des Deux-Sèvres comme « chef des brigands de la Vendée », guillotiné le lendemain sur la place de la Brèche à Niort.
  • Eugène Aristide Moreau, 1851-1931 Maire d'Amailloux de 1896 à 1929.
  • Dominique Piéchaud, artiste sculpteur, médailleur, restaurateur du château de Tennessus dans les années 1980[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dupin Claude, Mémoire statistique du département des Deux-Sèvres, adressé au ministre de l'Intérieur, d'après ses instructions, Paris, Imprimerie de la République, An XII, 306 p
  2. Ledain Bélisaire & Dupond Alfred, Dictionnaire topographique du département des Deux-Sèvres comprenant les noms de lieux anciens et modernes, Poitiers, Société française d'imprimerie et de librairie, 1902, in-4°, XLII-360 p
  3. Démis de ses fonctions pour une raison inconnue
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. « Inscription du château de Tennessus aux monuments historiques », notice no PA00101172, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 28 juillet 2009
  9. Site du château de Tennessus
  10. [1]