Astéroïde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Astéroïdes)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Planète mineure.
L'astéroïde de la ceinture principale (243) Ida ainsi que sa lune Dactyle. Dactyle est la première lune astéroïdale à avoir été découverte.
L’astéroïde géocroiseur (101955) Bénou photographié par la sonde OSIRIS-REx en décembre 2018.
Modélisation basée sur des images radar de l'astéroïde géocroiseur (4769) Castalie. Il s'agit d'un corps binaire à contact.

Un astéroïdeÉcouter est une planète mineure composé de roches, de métaux et de glaces, et dont les dimensions varient de l'ordre du mètre (limite actuelle de détection) à plusieurs centaines de kilomètres.

En 1801, le premier astéroïde est découvert et nommé Cérès. C'est le plus gros astéroïde de la ceinture principale, groupe d'astéroïdes le plus important en nombre d'objets connus (plus de 720 000 en avril 2019 ou environ 750 000 en comptant la périphérie immédiate[JPL 1]). Les astéroïdes géocroiseurs (environ 20 000 connus en avril 2019[JPL 2]) constituent le second groupe en nombre. Ces deux groupes rassemblent plus de 95% des planètes mineures connues[JPL 3].

Les planètes mineures situées au-delà de Neptune sont parfois considérées comme des astéroïdes mais aussi, de plus en plus souvent, distinguées et désignées comme objets transneptuniens. Leur composition est plus riche en glace et plus pauvre en métaux et en roches, ce qui les apparente à des noyaux cométaires[1].

Contrairement aux comètes les astéroïdes ne présentent pas d'activité cométaire. Cependant, quelques-uns ont été observés avec une activité partielle et sont qualifiés d'astéroïdes actifs[2].

On suppose que les astéroïdes sont des restes du disque protoplanétaire qui ne se sont pas regroupés en planètes.

Certains astéroïdes géocroiseurs (c'est-à-dire croisant l'orbite de la Terre) sont considérés comme potentiellement dangereux à cause du risque de collision avec la Terre. Ils sont surveillés par des systèmes automatisés et des études sont menées sur les possibilités de les détourner en cas de menace affirmée.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières découvertes[modifier | modifier le code]

Portrait de Giuseppe Piazzi
Portrait de Giuseppe Piazzi, découvreur du premier astéroïde, Cérès.
Couverture livre Piazzi 1802
Couverture du livre de G. Piazzi sur la découverte de Cérès (1802).
(1) Cérès photographié par la sonde Dawn en mai 2015.

Le premier astéroïde est découvert fortuitement par Giuseppe Piazzi, directeur de l’observatoire de Palerme. Le 1er janvier 1801, alors qu’il mène des observations dans la constellation du Taureau afin d’établir un catalogue stellaire, il repère un nouvel astre. Le lendemain, il constate avec surprise que celui-ci s’est déplacé vers l’ouest[3]. Il suit le déplacement de cet objet pendant plusieurs nuits. Son collègue, Carl Friedrich Gauss, utilise ces observations pour déterminer la distance exacte de cet objet inconnu à la Terre. Ses calculs situent l’astre entre les planètes Mars et Jupiter. Piazzi le nomme Cérès, du nom de la déesse romaine qui fait sortir la sève de la terre et qui fait pousser les jeunes pousses au printemps, et également déesse protectrice de la Sicile.

Selon la loi de Titius-Bode, formulée en 1766 par Johann Daniel Titius et divulguée par Johann Elert Bode, une planète aurait dû graviter entre Mars et Jupiter. Une campagne d’observation, initiée par Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande en 1796, avait été lancée afin de la localiser[3]. Piazzi, sans le vouloir, avait devancé ses collègues avec la découverte de Cérès sur l’orbite de l’hypothétique planète.

Entre 1802 et 1807, trois autres objets sont découverts sur des orbites voisines : Pallas, Junon et Vesta. Les quatre nouveaux corps sont alors considérés comme de véritables planètes. Le terme de petites planètes est généralement employé ; cependant dès 1802, William Herschel propose l’appellation d’astéroïde, qui signifie littéralement « en forme d’étoile », à cause de leur aspect au télescope, différent de celui en forme de disque régulier des autres planètes[4]. Avec, de plus, leur petite taille ou l’inclinaison orbitale élevée de Pallas, il s’agissait selon lui d’objets du Système solaire à distinguer des planètes.

Il faut attendre 1845 pour qu’une nouvelle petite planète soit découverte, Astrée, par Karl Ludwig Hencke. Dès lors, les découvertes ne cessent de se multiplier et l’appellation proposée par Herschel s’impose.

Au XXe siècle[modifier | modifier le code]

En juillet 1868, cent astéroïdes sont connus. La millième découverte homologuée a lieu en novembre 1921 (969 Leocadia) et la dix-millième en octobre 1989 ((21030) 1989 TZ11). En règle générale, l’ordre des dates de découverte diffère de l’ordre de numérotation des astéroïdes, car l’affectation d’un numéro se fait après une détermination suffisamment fiable de l’orbite de l’objet.

La majorité des découvertes d’astéroïdes se font dans la zone comprise entre Mars et Jupiter, et appelée la ceinture d’astéroïdes (ou ceinture principale). Mais d’autres sont découverts en dehors de cette zone, soit parce qu’ils possèdent une orbite qui les fait s’éloigner de la ceinture principale, soit parce qu’ils sont situés dans une tout autre zone du Système solaire (voir Principaux groupements).

L’étude des astéroïdes fut longtemps délaissée par les astronomes. Nous les connaissons depuis maintenant plus de deux cents ans, mais ils étaient considérés comme les rebuts du Système solaire[5]. On sait maintenant que les astéroïdes sont une clé importante de la compréhension de la formation du Système solaire et c’est pour cette raison que les astronomes montrent un plus grand intérêt envers ces objets.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Paramètres orbitaux[modifier | modifier le code]

Composition et classification spectrale[modifier | modifier le code]

Astéroïde (253) Mathilde
(253) Mathilde, astéroïde de type C.
Astéroïde (433) Éros
(433) Éros, astéroïde de type S.

La composition des astéroïdes est évaluée d’après leur spectre optique mesurant la lumière réfléchie, qui correspond à la composition de leur surface. Celle des météorites est connue avec l'analyse des fragments retrouvés sur Terre.

Le système classique de classification spectrale des astéroïdes, élaboré en 1975, les classe selon un système basé sur leur couleur, leur albédo et leur spectre optique. Ces propriétés étaient censées correspondre à la composition de leur surface. Il faut noter, cependant, que certains types sont plus facilement détectables que d'autres. Ainsi, ce n'est pas parce que la proportion d'astéroïdes d'un type donné est plus importante qu'ils sont effectivement plus nombreux. Il existe des systèmes de classification plus récents, dont deux se démarquent : Tholen et SMASS.

À l'origine, la classification des astéroïdes se basait sur des suppositions au sujet de leur composition :

Ceci a porté à confusion, car le type spectral d'un astéroïde ne garantit pas sa composition.

Principaux groupements[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Groupe de planètes mineures.

Ceinture principale[modifier | modifier le code]

Des géocroiseurs aux troyens de Jupiter : du centre à la périphérie, géocroiseurs (en vert et rouge), ceinture principale (en blanc), groupe de Hilda (en brun), troyens de Jupiter (en vert).
Article détaillé : Ceinture d'astéroïdes.

La ceinture principale d'astéroïdes, entre les orbites de Mars et Jupiter, distante de deux à quatre unités astronomiques du Soleil, est le principal groupement d'astéroïdes : environ 720 000 objets y ont été répertoriés à ce jour (avril 2019), auxquels on peut ajouter 30 000 autres gravitant dans sa périphérie immédiate (groupe de Hungaria, groupe de Cybèle et groupe de Hilda notamment). L’influence du champ gravitationnel de Jupiter les a empêchés de former une planète. Cette influence de Jupiter est également à l’origine des lacunes de Kirkwood, zones quasiment vides situées au milieu et sur les bords de la ceinture et dues à des phénomènes de résonance orbitale.

Astéroïdes troyens de Jupiter[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Astéroïdes troyens de Jupiter.

Les troyens de Jupiter sont situés sur des orbites très proches de celle de Jupiter, à proximité des deux points de Lagrange L4 et L5. On en compte environ 7 200 en avril 2019[MPC 1]. Le nom fait référence à la Guerre de Troie : les points L4 et L5 sont associés respectivement au camp grec et au camp troyen et les astéroïdes y sont nommés, sauf exception, avec des noms de personnages du camp associé.

Astéroïdes géocroiseurs[modifier | modifier le code]

Astéroïdes géocroiseurs : ellipses orbitales des 4 astéroïdes ayant donné leurs noms aux groupes, (1221) Amor (extérieur proche), (1862) Apollon (croiseur extérieur), (2062) Aton (croiseur intérieur) et (163693) Atira (intérieur proche), relativement à celle de la Terre.
Articles détaillés : Astéroïde géocroiseur et Objet géocroiseur.

Au sens strict, les astéroïdes géocroiseurs sont des astéroïdes dont l’orbite croise celle de la Terre (Earth-crosser asteroid ou ECA en anglais). En pratique, en français, le terme est le plus souvent entendu au sens large et inclut également les astéroïdes dont l'orbite est « proche » de celle de la Terre (passe à moins de 0,3 unités astronomiques) (near Earth asteroid ou NEA en anglais). On en dénombre environ 20 000 (avril 2019[JPL 4]).

Ces astéroïdes sont classiquement classés en quatre groupes :

  • les astéroïdes Atira, dont l'orbite est entièrement contenue dans celle de la Terre (19 connus en avril 2019 selon la base de données du JPL[JPL 5]) ;
  • les astéroïdes Aton, croiseurs dont l'orbite est principalement située à l'intérieur de celle de la Terre (a < 1 ua) (environ 1 500 connus en avril 2019[JPL 6]) ;
  • les astéroïdes Apollon, croiseurs dont l'orbite est principalement située à l'extérieur de celle de la Terre (a > 1 ua) (environ 11 000 connus en avril 2019[JPL 7]) ;
  • les astéroïdes Amor, dont l'orbite entoure entièrement celle de la Terre (environ 7 500 connus en avril 2019[JPL 8]).

L’intérêt médiatique parfois très fort porté sur les astéroïdes géocroiseurs est lié à la crainte de les voir entrer en collision avec la Terre. Voir section Risques d'impact avec la Terre.

Centaures[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Centaure.

Les centaures sont des planètes mineures qui gravitent entre les orbites des planètes géantes gazeuses. On en compte en avril 2019 entre 200 et 500 suivant le périmètre précis attribué à ce groupe (frontière non standardisée avec d'autres groupes tels que celui des damocloïdes). Le premier qui fut découvert est (2060) Chiron, en 1977. On suppose généralement que ce sont d'anciens objets transneptuniens ayant été éjectés de leurs trajectoires, suite, par exemple, à un passage à proximité de Neptune.

Ceinture de Kuiper et autres objets transneptuniens[modifier | modifier le code]

On dénombre en avril 2019[JPL 9] environ 3 200 objets transneptuniens. Les principaux groupes de cette zone du Système solaire sont décrits dans l'article Planète mineure.

Astéroïdes et histoire du Système solaire[modifier | modifier le code]

Méthodes de détection et d'analyse[modifier | modifier le code]

Exploration par des sondes spatiales[modifier | modifier le code]

L’astéroïde (433) Éros survolé par la sonde NEAR Shoemaker, le 19 septembre 2000 (vidéo).

Les premières images rapprochées d’astéroïdes sont l’œuvre de la sonde Galileo qui, lors de son transit vers Jupiter, put s'approcher de (951) Gaspra en 1991 puis de (243) Ida en 1993.

La sonde NEAR Shoemaker est la première dont la mission principale concerne l'étude d'un astéroïde. Lancée le par la NASA, elle se met en orbite autour de (433) Éros, l’un des plus gros astéroïdes géocroiseurs. Après en avoir établi une cartographie complète entre avril et octobre 2000, et bien que cela n'ait pas été prévu initialement, la sonde se pose en douceur sur l’astéroïde le . Son dernier signal est reçu le 28 février.

En 2003, la JAXA lance la sonde Hayabusa vers l’astéroïde géocroiseur (25143) Itokawa, avec pour objectif de s’y poser en douceur et d’en prélever des échantillons. Malgré plusieurs pannes et incidents[6], la sonde revient sur Terre le , sans que l’on sache si elle contient effectivement des échantillons[7]. Finalement, le 16 novembre, la Jaxa annonce que l’analyse des particules récoltées a confirmé leur origine extraterrestre[8]. Le Japon devient ainsi le premier pays à s’être posé sur un astéroïde et en avoir rapporté des échantillons. Deux missions en cours (avril 2019) prévoient également des retours d'échantillon : Hayabusa 2 (prélèvement réussi en 2019 et retour prévu en décembre 2020) et OSIRIS-Rex (prélèvement d'échantillon prévu en 2020 et retour en 2023).

En 2007, la NASA lance la sonde Dawn en direction de deux des plus gros astéroïdes de la ceinture principale, (4) Vesta et (1) Cérès. Elle se place d'abord en orbite autour de Vesta entre juillet 2011 et août 2012 puis rejoint Cérès autour duquel elle se met en orbite en mars 2015. C'est la première sonde spatiale à se positionner successivement en orbite autour de deux objets différents. Des études approfondies ont notamment concerné la géographie et la géologie des deux astéroïdes.

Les principaux lancements planifiés concernent la mission DART (test de l'usage d'un impacteur pour dévier un astéroïde, lancement prévu en 2021), la sonde Lucy (étude de troyens de Jupiter, lancement prévu en 2021) et la sonde Psyché (étude de l'astéroïde métallique (16) Psyché, lancement prévu en 2022). Ces trois missions sont développées par la NASA.

La sonde New Horizons est la première et à ce jour la seule à avoir exploré des objets transneptuniens (surlignés en jaune dans le tableau). Lancée par la NASA en janvier 2006, elle n'arrive au niveau de son objectif principal, Pluton, que 8 ans et demi plus tard en juillet 2015. Des résultats remarquables sont apportés sur la géographie, la géologie, l'atmosphère ou encore les satellites de Pluton. La sonde est ensuite dirigée vers (486958) 2014 MU69 qui devient ainsi le deuxième objet transneptunien photographié de près.

Astéroïdes explorés par des sondes spatiales (mise à jour avril 2019)
(les objets transneptuniens sont surlignés en jaune)
Année Astéroïde Type d'astéroïde Opérations réussies Sonde Organisme Lancement
1991 (951) Gaspra Ceinture principale Survol Galileo NASA 1989
1993 (243) Ida (et Dactyle) Ceinture principale Survol Galileo NASA 1989
1997 (253) Mathilde Ceinture principale Survol NEAR Shoemaker NASA 1996
1999 (9969) Braille Croiseur de Mars Survol Deep Space 1 NASA 1998
2000-2001 (433) Éros Géocroiseur / Amor Orbiteur + Attérissage NEAR Shoemaker NASA 1996
2002 (5535) Annefrank Ceinture principale Survol Stardust NASA 1999
2005-2010 (25143) Itokawa Géocroiseur / Apollon Orbiteur + Retour échantillons Hayabusa JAXA 2003
2008 (2867) Steins Ceinture principale Survol Rosetta ESA 2004
2010 (21) Lutèce Ceinture principale Survol Rosetta ESA 2004
2011-2012 (4) Vesta Ceinture principale Orbiteur Dawn NASA 2007
2012 (4179) Toutatis Géocroiseur / Apollon Survol Chang'e 2 CNSA 2010
2015-2018 (1) Cérès Ceinture principale Orbiteur Dawn NASA 2007
2015 Pluton et Charon Ceinture de Kuiper / Plutino Survol New Horizons NASA 2006
2018-en cours (162173) Ryugu Géocroiseur / Apollon Orbiteur + 2 Rovers + Attérisseur + Prélèvement échantillon + Impacteur + En cours Hayabusa 2 JAXA 2014
2018-en cours (101955) Bénou Géocroiseur / Apollon Orbiteur + En cours OSIRIS-Rex NASA 2016
2019 (486958) 2014 MU69 Ceinture de Kuiper / Cubewano Survol New Horizons NASA 2006

Remarque : ne sont ici listés que les astéroïdes explorés "de près" par une sonde spatiale (a minima survolés à moins de 20 000 km) ; quelques autres ont été survolés "de loin" tels que les astéroïdes de la ceinture principale (2685) Masursky et (132524) APL ou l'objet transneptunien (15810) Arawn.

Observations à l'œil nu ou aux jumelles[modifier | modifier le code]

Les astéroïdes sont presque impossibles à observer à l’œil nu. Ils sont bien plus petits que les planètes, et très peu lumineux. L’astéroïde 4 Vesta en est l’exception, puisque c’est le seul qu’il soit parfois possible d’observer sans appareil optique. Sa luminosité n’étant toutefois pas très grande, il faut donc savoir où poser le regard.

Un astéroïde ressemble plus ou moins à une étoile qui brille dans le ciel nocturne. Le meilleur moyen pour partir à la chasse aux astéroïdes avec ses jumelles ou son télescope est d’observer le fond étoilé, plusieurs nuits d’affilée, et de détecter les points lumineux qui se déplacent par rapport au fond, qui, lui, paraît stable. Certains catalogues répertorient la position des astéroïdes, et il est alors plus facile de pointer le télescope au bon endroit.

Risques d'impact avec la Terre[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du cratère Barringer en Arizona, d'environ 1,2 km de diamètre. L'hypothèse actuelle l'attribue à un objet d'environ 50 m de diamètre tombé il y a environ 50 000 ans.

Astéroïdes potentiellement dangereux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Objet potentiellement dangereux.

Au 27 avril 2019[JPL 10], la JPL Small-Body Database recense 20 000 astéroïdes géocroiseurs au sens large (notion de Near Earth Asteroids ou NEA en anglais) dont 12 500 géocroiseurs au sens strict (notion de Earth-Crosser Asteroids ou ECA en anglais).

Seule une petite partie d'entre eux sont classés comme objets potentiellement dangereux (notion de Potentially Hazardous Asteroids ou PHA en anglais). La définition classique repose sur deux critères : une distance minimale d'intersection de l'orbite terrestre (T-DMIO ou E-MOID en anglais) inférieure à 0,05 ua (soit environ 7 480 000 km ou 19,5 distances lunaires) et une magnitude absolue inférieure à 22,0, ce qui correspond à un diamètre supérieur à 140 m dans le cas d'un albédo moyen de 14%. Le Centre des planètes mineures tient à jour quotidiennement une liste d'astéroïdes répondant à ces deux critères. La liste publiée le 24 avril 2019[List 1] recense 1 969 astéroïdes potentiellement dangereux.

Echelle de Turin utilisée pour qualifier la dangerosité des objets potentiellement dangereux. Aucun objet n'est actuellement classé au-dessus de 0 (avril 2019).

Les orbites de ces objets n'étant connues qu'avec une incertitude non négligeable, le risque est évalué à travers un calcul de probabilité. Deux échelles normalisées permettent de quantifier ce risque, l'échelle de Palerme et l'échelle de Turin. Cette dernière, reconnue par l'Union astronomique internationale depuis 1999 et couramment utilisée dans les articles de vulgarisation, quantifie le niveau de risque de 0 à 10 en croisant une estimation de la probabilité d'impact et une estimation de l'énergie d'impact. Ces évaluations évoluent en permanence en fonction des réévaluations régulières des orbites. Plusieurs institutions et programmes d'observation étudient ce risque en continu. L’agence spatiale européenne (ESA), par exemple, a initié en 2004 un projet à long terme de protection de la Terre contre les géocroiseurs.

Chaque année, quelques astéroïdes sont un temps côtés au niveau 1 de l'échelle de Turin par l'un ou l'autre de ces programmes (le plus souvent durant les jours ou semaines qui suivent leur découverte ou une nouvelle observation), avant d'être rétrogradés au niveau 0 une fois l'orbite mieux connue. Entre 2002 et 2018, seuls deux astéroïdes ont dépassé le niveau 1 : (99942) Apophis (un temps côté 4 après sa découverte en 2004, puis resté côté 1 jusqu'en décembre 2006) et (144898) 2004 VD17 (un temps côté 2).

Stratégies d'évitement de l'impact[modifier | modifier le code]

Parallèlement au développement de programmes visant à mieux connaître les objets potentiellement dangereux (astéroïdes ou comètes), plusieurs stratégies visant à détruire ou dévier un tel objet ont progressivement été étudiées. Les stratégies visant la destruction sont généralement jugées non pertinentes (risques liés à la fragmentation de l'objet, retombée de matière radioactive, coût élevé...). Les stratégies de déviation les plus étudiées reposent sur un impacteur ou sur une explosion à distance de l'objet. La mission DART développée par la NASA (lancement prévu en 2021) vise à tester l'effet d'un impacteur sur la déviation d'un astéroïde. D'autres stratégies reposant sur une déviation lente ont également été proposées (sonde jouant le rôle de tracteur gravitationnel, utilisation de l'effet Yarkovsky, voile solaire, éjection de matière par une catapulte installée sur l'objet, etc.) mais restent conditionnées à une longue anticipation de l’événement.

Impacts d'astéroïdes de petite taille[modifier | modifier le code]

Fragment de l'astéroïde 2008 TC3 découvert au Soudan lors de recherches conduites par Peter Jenniskens en 2008-2009.
Article détaillé : Bolide.

Régulièrement, des météoroïdes ou astéroïdes de petite taille pénètrent dans l'atmosphère terrestre, se transforment en bolide (phénomène lumineux intense généré par les frottements), et éventuellement impactent la Terre (généralement après s'être fractionné dans le cas des petits astéroïdes). Le superbolide de Tcheliabinsk observé le 15 février 2013 est un exemple récent et célèbre de ce type de phénomène. Selon les estimations, l'objet à l'origine de l'événement était un astéroïde géocroiseur de type Apollon d'un diamètre compris entre 15 et 17 mètres. Cet astéroïde n'était pas connu avant son impact, ce qui est le cas le plus fréquent : la grande majorité des petits astéroïdes frôlant (ou éventuellement impactant) la Terre ne sont détectés qu'après leur passage ou moins de 24 heures avant.

On ne compte en 2018 que 3 petits astéroïdes ayant été découverts (moins de 24 heures) avant leur impact (2008 TC3, 2014 AA et 2018 LA). Ce chiffre est à comparer au 556 bolides de diamètre supérieur à 1 mètre s'étant désintégré dans l'atmosphère terrestre entre 1994 et 2013 selon les observations de la NASA.

Hypothèses d'exploitation minière[modifier | modifier le code]

Dans les années 2010, des projets d'exploitation minière des astéroïdes sont lancés par des sociétés privées du secteur spatial, Planetary Resources (créée en 2010) et Deep Space Industries (créée en 2013). Les astéroïdes sont en effet riches en matériaux précieux, tels les métaux lourds et les terres rares, présents sur leur surface car ces corps sont trop petits pour avoir subi la différenciation planétaire[9] : la valeur commerciale d'un km3 d'astéroïde, hors frais d'exploitation, est estimée à 5000 milliards d'euros[10]. La NASA a également pour ambition de capturer un petit astéroïde (de 7 à 10 mètres de diamètre, avec un poids maximal de 500 tonnes) et de le mettre en orbite stable autour de la Lune. Les faisabilités et le coût de ces projets font l'objet de débats, seule la sonde Hayabusa ayant réussi en 2010 à ramener quelques poussières de l'astéroïde Itokawa[11].

Astéroïdes notables[modifier | modifier le code]

La plupart des astéroïdes gravitent de manière anonyme dans la ceinture principale. Quelques-uns accèdent toutefois à la notoriété, en particulier au regard de l'histoire des découvertes, de leur taille, orbite ou propriété atypiques, de leur dangerosité pour la Terre, etc.

Astéroïdes notables - Tableau 1 (mise à jour février 2019)
(uniquement ceinture principale, troyens de Jupiter et géocroiseurs)
Premiers identifiés
(année référencement)
Plus grands
(diamètre moyen)
Visités par une sonde spatiale Référents d'un groupe ou d'une famille
Ceinture principale et périphérie Cérès (1801), Pallas (1802), Junon (1804), Vesta (1807), Astrée (1845) Cérès (946 km), Pallas, Vesta, Hygie (entre 400 et 550 km), Interamnia, Europe, Sylvia, Davida (entre 250 et 350 km) Gaspra, Ida (et Dactyle), Mathilde, Annefrank, Steins, Lutèce, Vesta, Cérès Hungaria, Hilda, Alinda, Griqua, Cybèle, Phocée (et nombreux autres pour les familles collisionnelles)
Troyens de Jupiter Achille (1906), Patrocle (1906) Hector (env 230 km) (aucun à ce jour) Eurybate (famille)
Astéroïdes géocroiseurs Eros (1898), Albert (1911) (pour les amors) ; Apollon (1932), Adonis (1936) (pour les apollons) ; Aton (1976) (pour les atons) ; Atira (2003) (pour les atiras) Ganymède (env 35 km) Braille, Eros, Itokawa, Toutatis, Ryugu, Bénou Atira, Aton, Apollon, Amor
Astéroïdes notables - Tableau 2 (mise à jour mars 2019)
(uniquement ceinture principale, troyens de Jupiter et géocroiseurs)
Premiers identifiés Autres exemples
Astéroïdes potentiellement dangereux (dépend des critères retenus) Hermès, Toutatis, Asclépios, Florence, Apophis, (144898) 2004 VD17
Troyens de la Terre 2010 TK7 (2010) (seul identifié à ce jour[List 2]) /
Systèmes binaires Ida + Dactyle (1994) Hermione + S/2002
Systèmes triples Sylvia + Romulus (2001) et Rémus (2005) Eugénie + Petit-Prince et S/2004
Astéroïdes actifs Elst-Pizarro (activité découverte en 1996) LINEAR, Wilson-Harrington, Phaéton

Des tableaux plus complets (avec d'autres caractéristiques singulières et prolongés aux centaures et objets transneptuniens) sont proposés dans l'article Planète mineure.

Article détaillé : Planètes mineures notables.

Astéroïde et culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Astéroïdes dans la fiction.

Films catastrophe[modifier | modifier le code]

Le genre cinématographique du film catastrophe a exploré plusieurs fois le thème du risque d'impact majeur. Les deux principaux représentant du genre sont :

  • Meteor (1979), film américain de Ronald Neame avec Sean Connery et Natalie Wood. L'astéroïde Orpheus est finalement détruit par des tirs nucléaires conjoints d'un satellite américain et d'un satellite soviétique.
  • Armageddon (1998), film américain de Michael Bay avec Bruce Willis. Une équipe spécialisée dans le forage pétrolier est envoyée sur l'astéroïde pour y enfouir une charge nucléaire.

À noter que d'autres films du même genre mettent en scène une comète et non un astéroïde. C'est notamment le cas du film Deep Impact (1998, Mimi Leder) ou du film pionnier du genre La Fin du monde (1931, Abel Gance).

Science-fiction[modifier | modifier le code]

Les récits de science-fiction interplanétaires mettent régulièrement en scène des astéroïdes. Plusieurs thèmes sont abordés : traversée de champs d'astéroïdes, exploitation minière, implantation de bases militaires, colonisation, astéroïdes habités par des créatures extra-terrestres, etc.

Autres genres[modifier | modifier le code]

Le Petit Prince sur son astéroïde B 612, au musée du Petit Prince de Saint-Exupéry, à Hakone au Japon.

Références[modifier | modifier le code]

Consultations de bases de données[modifier | modifier le code]

  1. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "Jupiter Trojans" (7 227 objets).
  1. Consultée le 30 avril 2019 avec critères "Inner Main-belt or Main-belt or Outer Main-belt" (746 807 objets).
  2. Consultée le 27 avril 2019 avec critères "Atira or Aten or Apollo or Amor" (20 021 objets).
  3. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "Asteroid" (794 763 objets au total).
  4. Consultée le 27 avril 2019 avec critères "Atira or Aten or Apollo or Amor" (20 021 objets).
  5. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "Atira" (19 objets). Remarque : la base de données du MPC donne le nombre de 34 ; la différence provient du fait que le MPC retient le critère Q < 1 alors que le JPL utilise le critère plus strict Q < qTerre = 0,983.
  6. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "Aten" (1 508 objets).
  7. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "Apollo" (10 996 objets). Remarque : la base de données du MPC indique environ 10 000 objets ; la différence provient d'un critère légèrement différent sur le périhélie des objets, ce qui déplace la frontière entre apollons et amors.
  8. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "Amor" (7 498 objets). Remarque : la base de données du MPC indique environ 8 500 objets ; la différence provient d'un critère légèrement différent sur le périhélie des objets, ce qui déplace la frontière entre apollons et amors.
  9. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "TransNeptunian Object" (3 219 objets).
  10. Consultée le 27 avril 2019 avec critères "Atira or Aten or Apollo or Amor" (20 021 objets) et "Aten or Apollo" (12 504 objets).
  1. Liste List Of The Potentially Hazardous Asteroids (PHAs) consultée le 24 avril 2019 (1969 objets).
  2. Liste List Of Earth Trojans consultée le 6 avril 2019.

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Bestiaire des petits corps du Système solaire », in Ciel et Espace Hors Série no 15, octobre 2010.
  2. « Le sursaut de Scheila (l’astéroïde) », sur cieletespace.fr, (consulté le 16 février 2011).
  3. a et b Pierre Kohler, Le Ciel, atlas guide de l’univers, Hachette, .
  4. (en) « How the first dwarf planet became the asteroid Ceres » [PDF], 2009 . (consulté le 22 février 2011).
  5. Patrick Michel, Alain Cirou, « Astéroïdes : le monde extraordinaire des petites planètes », Ciel et Espace Radio, (consulté le 3 juillet 2011).
  6. « Hayabusa flirte avec Itokawa », Espace Magazine, no 18,‎ , p. 48-51.
  7. « Grande incertitude autour de Hayabusa », sur flashespace.com, (consulté le 11 août 2009).
  8. « Hayabusa a bien rapporté des morceaux d’astéroïde », sur cieletespace.fr, (consulté le 17 novembre 2010).
  9. Marielle Court, « Exploiter les minerais des astéroïdes », sur lefigaro.fr, .
  10. Jean-Pierre Luminet, « Pourquoi et comment exploiter les astéroïdes ? », émission Science publique sur France Culture, .
  11. Tristan Vey, « La Nasa veut mettre un astéroïde en orbite autour de la Lune », sur lefigaro.fr, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Listes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]