Chang'e 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chang'e 2
Description de cette image, également commentée ci-après
Chang'e 2 (vue d'artiste)
Données générales
Organisation CNSA
Programme Chang'e
Domaine Exploration lunaire
Lancement
Lanceur Longue Marche 3C
Identifiant COSPAR 2010-050A
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 2480 kg au lancement

Chang'e 2 (sinogrammes simplifiés : 嫦娥二号, chinois traditionnel : 嫦娥二號, pinyin : Cháng'é èr hào) est la seconde sonde spatiale lunaire chinoise lancée le par une fusée Longue Marche 3C depuis le centre spatial de Xichang à 18 h 59 min 57 s UTC+8 (10 h 59 min 57 s GMT). Cette mission de type orbiteur fait partie du programme chinois d'exploration lunaire de l'Agence spatiale chinoise visant à explorer la surface de la Lune en prévision d'une possible mission habitée.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La sonde d'une masse de 2 480 kg est à l'origine une doublure de la sonde Chang'e 1 lancée avec succès le 24 octobre 2007. Par rapport à Chang'e 1, Chang'e 2 disposait d'un capteur photographique de meilleure qualité, d'une résolution de 10 mètres pour les images prises à 100 km au-dessus de la Lune, et 1,5 mètre pour celles photographiées à 15 km[1]. Elle emportait également un altimètre laser avec une fréquence d'impulsions de 5 Hz et une précision radiale de 5 mètres. Elle est arrivée en orbite lunaire en 112 h (4,66 jours) au lieu de 13 jours pour son prédécesseur et après avoir été stabilisée à une altitude de 100 km, elle devrait en fin de mission voir son orbite abaissée à 15 km pour permettre de tester un nouveau système de suivi terrestre à bande X[2]. Ses panneaux solaires lui fournissaient 2 kW d'énergie.

Historique de la mission[modifier | modifier le code]

Lancement[modifier | modifier le code]

Un des six bâtiments d'essais et de mesures YuanWang de la marine chinoise en service en 2010.

La date de lancement choisie est hautement symbolique puisqu'il s'agit du jour du 61e anniversaire de la création de la République populaire de Chine. Trois navires de surveillance sont déployés pour suivre sa trajectoire et surveiller les systèmes embarqués dans l'océan Pacifique[3]. Peu de temps après le lancement de la sonde, des morceaux de la fusée qui l'emmenait sont tombés dans un village du Xian de Suichuan[4]. La sonde est injectée directement sur l'orbite de transfert Terre-Lune.

Mission lunaire[modifier | modifier le code]

Objectifs[modifier | modifier le code]

La mission de la sonde est de photographier Sinus Iridum (Baie Arc-en ciel), le site d'atterrissage sur la Lune prévu pour les sondes Chang'e 3 et Chang'e 4[5],[6]. Il était prévu que la sonde collecte un téraoctet de données au cours de son séjour en orbite lunaire. Le coût de la mission a été annoncé à 900 millions de yuans (134 millions de dollars américains)[7].

Le nom choisi pour la sonde est celui de la déesse de la Lune Chang'e ; le concepteur en chef de ces sondes est Huang Jiangchuan.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Contrairement à Chang'e 1, sa jumelle s'est insérée directement sur orbite lunaire, sans orbiter la Terre d'abord. Chang'e 2 a atteint son orbite lunaire en 4 jours et 16 heures. Le , la sonde s'insère en orbite lunaire et les responsables de la mission annoncent que la sonde dispose d'une réserve d'ergols suffisante pour permettre à la sonde de rester longtemps en orbite[8]. La sonde s'est inséré sur une orbite avec un périgée de 200 km et une apogée de 380 000 km. Le 9 octobre 2010. Le , à 10 h 45, un deuxième freinage est effectué, pour atteindre 17 minutes plus tard une orbite lunaire elliptique de 3,5 heures[9] et abaisser son périgée à 100 km. Selon les prévisions du 9 octobre, un troisième freinage devait permettre d'entrer sur une orbite de 118 minutes.

La sonde débute ses observations à compter du 15 octobre. Le 26, Chang'e 2 est placée sur une orbite qui la fait passer à une altitude de 15 km au-dessus de la surface lunaire. La sonde réalise plusieurs clichés de la Baie des Arcs-en-ciel. Le 8 novembre, le premier ministre Wen Jiabao présente au public des images en noir et blanc du sol lunaire prises par Chang'e-2. Le , la Chine annonce que la sonde a mené à bien sa mission primaire[10] et publié des images de la surface lunaire avec une résolution de 1,3 mètres. En février 2012, le gouvernement chinois a publié une carte complète de la Lune construite avec les données de la mission.

Mise en orbite autour du point de Lagrange L2[modifier | modifier le code]

Lors du lancement de la sonde, trois scénarios de fin de mission étaient encore à l'étude. Le premier scénario consisterait à maintenir le satellite en orbite lunaire jusqu'à ce qu'il s'écrase sur la Lune, afin qu'il continue à envoyer des données à la Terre pour des recherches approfondies. Dans le deuxième, Chang'e 2 quitterait le système Terre-Lune pour pénétrer dans l'espace interplanétaire, afin de tester la capacité de la Chine à explorer celui-ci et le troisième scénario serait un retour en orbite terrestre[11]. C'est le deuxième scénario qui a été choisi.

Le , la COSTIND (Commission des sciences, technologies et industries pour la défense nationale) annonce son intention d'envoyer la sonde spatiale dans l'espace interplanétaire au niveau du point de Lagrange L2 situé à 1,5 million de kilomètres. En juin 2011, la sonde finit sa mission primaire et quitte l'orbite lunaire. Après un transit de 77 jours, la sonde atteint le point L2 le 25 août 2011. Cette partie de la mission a permis de tester le fonctionnement des deux antennes du réseau chinois d'observation de l'espace lointain. La mission doit se poursuivre en 2012 par l'étude du champ magnétique terrestre et des tempêtes solaires[10]. Selon Ouyang Ziyuan à la 16ème conférence de l'Académie chinoise des sciences, Chang'e 2 est partie du point de Lagrange L2 le 15 avril 2012 pour survoler l’astéroïde (4179) Toutatis.

Survol de (4179) Toutatis[modifier | modifier le code]

La sonde est ensuite placée sur une trajectoire de survol de l'astéroïde (4179) Toutatis[12]. La rencontre a lieu le 13 décembre à 8 heures 30 UTC à une vitesse relative de 10,73 km/s . Chang'e 2 passe à une distance de 3,2 km de l'astéroïde et parvient à prendre une dizaine d'images de l'astéroïde avec une résolution maximale de 10 mètres par pixel[13],[14]. La Chine est alors devenue la quatrième agence spatiale à conduire avec succès une mission vers un astéroïde, après la NASA, l'ESA et la JAXA.

Depuis 2012[modifier | modifier le code]

Depuis 2012, Chang'e 2 a quitté l'espace terre-lune. En 2016, Chang'e 2 a atteint une distance de 200 millions de km de la Terre. La sonde est utilisée pour vérifier les capacités de suivi du réseau chinois pour l'espace lointain. Elle pourrait revenir dans l'environnement terrestre vers 2029.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Boris Cambreleng, « La Chine a lancé avec succès sa deuxième sonde lunaire », sur http://www.google.com/hostednews/, AFP, (consulté le 2 septembre 2010)
  2. (en) « NSSDC ID:CHANGE2 », sur http://nssdc.gsfc.nasa.gov/, National Space Science Data Center (consulté le 4 octobre 2010)
  3. « Les bateaux de surveillance prêts pour le lancement de Chang'e II », sur http://french.peopledaily.com.cn, Le Quotidien du peuple, (consulté le 2 septembre 2010)
  4. (en) http://www.popsci.com/technology/article/2010-10/after-successful-space-launch-space-debris-rains-down-chinese-villages
  5. « Décryptage du satellite Chang'e II », sur http://french.peopledaily.com.cn, Le quotidien du peuple, (consulté le 2 septembre 2010)
  6. « Chine : la sonde lunaire Chang'e II se dirige vers la Lune après une première correction de sa trajectoire », sur http://french.peopledaily.com.cn, Le quotidien du peuple, (consulté le 3 septembre 2010)
  7. (en) Robert Pearlman, « China's Chang'e missions to the Moon », sur http://www.collectspace.com, CollectSpace, (consulté le 2 septembre 2010)
  8. (fr) Chang'e II envoie un lot de données, le 6 octobre 2010 sur l'édition française du Le Quotidien du Peuple
  9. (fr) La sonde lunaire chinoise "Chang'e II" effectue son deuxième freinage, le 9 octobre 2010 sur l'édition française du Le Quotidien du Peuple
  10. a et b Thomas Palychata, « La sonde lunaire chinoise Chang'e-2 a atteint le point de Lagrange L2 », sur http://www.bulletins-electroniques.com, Ministère des Affaires étrangères et européennes,
  11. « Chine : la sonde lunaire Chang'e II se dirige vers la Lune après une première correction de sa trajectoire », sur http://french.peopledaily.com.cn, Le Quotidien du peuple, (consulté le 3 septembre 2010)
  12. « China's space probe flies by asteroid Toutatis|Science-Tech|chinadaily.com.cn », sur usa.chinadaily.com.cn (consulté le 10 juin 2018)
  13. (en) « Chinese Space Probe Flies by Asteroid Toutatis », sur China Radio Internationa,
  14. (en) « Chang'E 2 images of Toutatis », sur www.planetary.org (consulté le 10 juin 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Paolo Ulivi et David M. Harland, Robotic exploration of the solar system : Part 4 : the Modern Era 2004-2013, Springer Praxis, , 567 p. (ISBN 978-1-4614-4811-2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]