Désignation des planètes mineures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les planètes mineures du Système solaire reçoivent différentes désignations à la suite de leur découverte.

Dans un premier temps, à la suite de la découverte d'une planète mineure, une désignation provisoire lui est attribuée par le Centre des planètes mineures. Une fois que cet objet a été suffisamment observé pour que ses caractéristiques orbitales soient suffisamment bien connues, une désignation définitive, correspondant à un numéro d'ordre dans la liste des planètes mineures, lui est attribuée. Pour une faible portion de ces objets, un nom est également attribué, mais celui-ci, tout en faisant partie de la désignation officielle de l'objet une fois attribué, ne confère aucun statut particulier à l'objet et n'est la marque d'aucun aspect particulier sur la connaissance des paramètres physiques ou orbitaux de l'objet. Autrement dit, seul l'attribution d'un numéro définitif vaut validation officielle de l'existence d'un objet.

Désignation temporaire[modifier | modifier le code]

Lorsqu'un objet est observé et que l'observateur ne peut pas à identifier cet objet (par exemple si c'est un objet nouvellement découvert), l'observateur attribue une désignation temporaire à lobjet, désignation sous laquelle les observations sont transmises au Minor Planet Center.

Désignation provisoire[modifier | modifier le code]

Valeurs de la première lettre
Mois Du 1 au 15 Du 16 au 31
Janvier A B
Février C D
Mars E F
Avril G H
Mai J K
Juin L M
Juillet N O
Août P Q
Septembre R S
Octobre T U
Novembre V W
Décembre X Y

Si un objet ayant une désignation temporaire a été observé pendant plusieurs nuits (éventuellement par différents observateurs) et s'il n'a été identifié à aucun objet déjà répertorié (que ce soit un objet n'ayant qu'une désignation provisoire ou ayant déjà une numéroation définitive), le Centre des planètes mineures lui attribue une désignation provisoire.

Contrairement à la désignation temporaire donnée par l'observateur, la désignation provisoire du MPC est normalisée. Cette dernière est composée de l'année, puis d'une lettre qui indique la moitié du mois où la découverte s'est produite, suivie d'une lettre qui indique l'ordre de la découverte dans cette moitié de mois. La lettre I n'est pas utilisée pour éviter la confusion avec le chiffre 1 et le Z est inutile pour désigner la moitié du mois. S'il y a plus de 25 découvertes dans la quinzaine, on boucle à la lettre A et on ajoute un nombre qui indique combien de fois la deuxième lettre a été utilisée dans cette moitié de mois. Par exemple (15760) 1992 QB1 a été le vingt-septième astéroïde découvert dans la seconde quinzaine d'août 1992 (après #25 = 1992 QZ et #26 = 1992 QA1).

Il est fréquent que plusieurs désignations provisoires soient données au même objet (par exemple, (5878) Charlène = 1979 XU = 1991 CC1 = 1992 QZ) ; ceci est dû à l'identification de l'objet qui n'a pas immédiatement été reconnue.

Numérotation définitive et dénomination[modifier | modifier le code]

Une fois reconnu comme tel, avec une trajectoire orbitale clairement établie, l’astéroïde reçoit un numéro définitif accompagné parfois d’un nom propre. Ils ne sont donc pas forcément numérotés dans l'ordre de leur découverte.

Les premiers astéroïdes ont reçu les noms traditionnels de personnages de la mythologie grecque ou romaine, mais rapidement leurs noms vinrent à manquer. Alors, on en a utilisé d'autres, comme les prénoms féminins ou ceux de célébrités en vogue. Toutefois, contrairement à une idée reçue, ce nom n’est pas à vendre. Le découvreur en conserve le privilège et toute latitude quant au choix du nom de baptême.

De fait, leurs règles d’attribution sont restées très souples :

  • pas plus de 18 caractères ;
  • les noms composés sont à éviter (le trait d'union est possible mais pas l'espace) ;
  • le nom doit être facile à prononcer dans plusieurs langues ;
  • le nom ne doit pas choquer ;
  • le nom doit être bien différencié de ceux déjà utilisés ;
  • pas de noms d'hommes politiques ou de militaires sauf s'ils sont décédés depuis plus d'un siècle ;
  • les noms d'animaux de compagnie sont découragés.

Le découvreur qui veut baptiser un objet doit fournir une notice explicative. Par exemple voici un extrait de la notice de (17059) Elvis [5] :

Version originale Traduction
(17059) Elvis = 1999 GX5 (17059) Elvis = 1999 GX5
Discovered 1999 Apr. 15 by J. Broughton at Reedy Creek Observatory. Découvert le 15 avril 1999 par J. Broughton à l'Observatoire de Reedy Creek.
Elvis Aaron Presley (1935-1977) was a flamboyant American singer. Known as the king of Rock and Roll, he had a popularity that contributed toward making that genre a world-wide phenomenon. Elvis Aaron Presley (1935-1977) était un chanteur américain. Connu comme le roi du Rock'n Roll, sa popularité a contribué à faire de ce genre musical un phénomène mondial.

Le nom devient officiel quand il a été publié avec sa notice dans les Minor Planet Circulars.

Noms particuliers pour des catégories particulières[modifier | modifier le code]

Il peut y avoir quelques contraintes pour des astéroïdes particuliers. Les astéroïdes appartenant aux classes suivantes sont nommés avec noms correspondant à un même thème :

Catégorie Thème
Aton Déesse égyptienne
Troyens de Jupiter Héros de la guerre de Troie (les Grecs en avant de Jupiter et les Troyens en arrière, bien qu'il y ait un transfuge dans chaque camp : (617) Patrocle et (624) Hector)
Centaures Centaures

Autres désignations[modifier | modifier le code]

La méthode de désignation a été introduite en 1925 mais est néanmoins appliquée aux astéroïdes découverts avant cette date, en substituant un A au chiffre du millénaire. Ainsi, A904 OA est le premier objet découvert dans la deuxième moitié de juillet 1904.

Il existe aussi quatre arpentages du ciel, effectués entre 1960 et 1977, qui ont donné des désignations consistant en un numéro d'ordre, une espace et un identifiant :

Arpentage Année Identifiant
Palomar-Leiden 1960 P-L
First Trojan Survey 1971 T-1
Second Trojan Survey 1973 T-2
Third Trojan Survey 1977 T-3

Citons en exemple 2040 P-L, 3138 T-1, 1010 T-2 et 4101 T-3.

Anciennes désignations[modifier | modifier le code]

Les premiers astéroïdes découverts ont été désignés par des symboles comme ceux utilisés traditionnellement pour représenter la Terre, le Soleil, la Lune ou les planètes. Les nouveaux symboles sont rapidement devenu complexes, difficile à tracer et à reconnaître. À la fin de l'année 1851, 15 astéroïdes étaient connus. Chacun possédait son propre symbole[1].

Astéroïde Symbole
(1) Cérès Ancien symbole de Ceres Variante du symbole de Ceres Variante du symbole de Ceres en forme de faucille Autre variante en forme de faucille du symbole de Ceres
(2) Pallas Ancien symbole de Pallas Variante du symbole de Pallas
(3) Junon Ancien symbole de Juno Variante du symbole deJuno
(4) Vesta Ancien symbole de Vesta Ancien symbole de Vesta Symbol de Vesta pour l'astrologie contemporaine4 Vesta Unsimplified Symbol.svg
(5) Astrée 5 Astraea Symbol.svg
(6) Hébé 6 Hebe Astronomical Symbol.svg
(7) Iris 7 Iris Astronomical Symbol.svg
(8) Flore 8 Flora Astronomical Symbol.svg
(9) Métis 9 Metis symbol.svg
(10) Hygie 10 Hygiea Astronomical Symbol.svg
(11) Parthénope 11 Parthenope symbol.svg
(12) Victoria 12 Victoria symbol.svg
(13) Égérie 13 Egeria symbol.svg
(14) Irène Symbol 14 Irene vectorization.svg[2]
(15) Eunomie 15 Eunomia symbol.svg
(26) Proserpine 26 Proserpina symbol.svg
(28) Bellone 28 Bellona symbol.svg
(35) Leucothée 35 Leukothea symbol.png
(37) Fidès 37 Fides symbol.svg

Johann Franz Encke a introduit une innovation majeure dans le Berliner Astronomisches Jahrbuch (Annuaire astronomique de Berlin) en 1854. Il a utilisé des numéros entourés au lieu des symboles, bien que sa numérotation ne commençât qu'avec Astrée qui portait alors le numéro (1), les quatre premiers astéroïdes continuant à être désignés par leurs symboles traditionnels. Cette innovation a été adoptée très rapidement par la communauté astronomique. Les objets de Cérès à Vesta ne seront représentés par un nombre cerclé qu'à partir de l'édition de 1867. Quelques autres astéroïdes ((28) Bellone[3], (35) Leucothée[4] et (37) Fidès[5]) seront également représentés par des symboles en parallèle du système de numérotation. Le cercle deviendra ensuite une paire de parenthèses, qui seront parfois omises au cours des décennies suivantes[2].

Initialement, les éditeurs de l'Astronomisches Nachrichten (AN) accordaient les numéros lors de la réception de l'annonce de la découverte. En 1892 un système de désignations temporaires fut introduit par l'AN. Les numéros définitifs étaient alors accordés par les éditeurs du Berliner Astronomisches Jahrbuch (Almanach astronomique berlinois). Les désignations temporaires consistaient en l'année suivie d'une lettre, omettant le I : 1892 A, 1892 B, etc.

En 1893, les 25 lettres furent insuffisantes et on commença les désignations à double lettre : 1893 Z, 1893 AA, 1893 AB, etc. On décida de continuer l'année suivante, et ainsi 1893 AP fut suivi de 1894 AQ. En 1916, on atteint ZZ et, plutôt que de passer à des désignations à triple lettre, on recommença avec 1916 AA. Dans les vieilles publications, il est commun que le J soit mis au lieu du I ; on lit alors le I comme si c'était un J.

L'insertion de nouvelles découvertes dans la séquence était problématique; on utilisa l'année suivie d'une espace puis d'une lettre minuscule, un peu comme le système alors utilisé pour les désignations temporaires des comètes (qui lui omet l'espace). Par exemple, 1915 a (alors que 1915a est la comète C/1915 C1 Mellish (it)). En 1914 on dut utiliser aussi la forme année plus lettre grecque (alpha à gamma).

Pendant la Première Guerre mondiale, les observateurs situés à Simëis en Crimée, n'ayant pas accès aux désignations officielles, créèrent leur propre système. Il y eut deux formes : année + Σ + lettre(s) ainsi que Σ + chiffre. Le Σ est souvent transcrit SIGMA, comme SIGMA 1 (à ne pas confondre avec sigma 1 !).

Enfin, il existe aussi des désignations plus-que-temporaires, assignées par les observatoires en attendant que la désignation temporaire soit accordée. Aujourd'hui, ces "désignations de l'observateur" ne sont plus présente que lorsqu'un observateur fait part de nouvelles observations d'un objet non identifié au MPC, mais n'apparaissent dans aucune publication officielle du MPC / de l'UAI, qui n'utilisent que les désignations provisoires "officielles" (ou la désignation définitive une fois celle-ci attribuée) une fois l'existence de l'objet confirmée (typiquement, des observations sur au moins deux nuits consécutives). Elles consistent typiquement en un identifiant d'observatoire et un numéro. Quelques exemples : Alger CM, Arequipa a, Wolf 18, G 21, La Plata 1951 I, PO 189, K3423, p (Uccle), 1923 W 21.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) B. A. Gould, « On the Symbolic Notation of the Asteroids », Astronomical Journal, vol. 2,‎ , p. 80 (DOI 10.1086/100212) [1]
  2. a et b (en) James L. Hilton, « When Did the Asteroids Become Minor Planets », (consulté le 26 mars 2006)
  3. (en) R. Luther, « Beobachtung der Bellona, nebst Nachrichten über die Bilker Sternwarte », Astronomische Nachrichten, vol. 38,‎ , p. 143 (DOI 10.1002/asna.18540380907) [2]
  4. (en) G. Rümker, « Name und Zeichen des von Herrn R. Luther zu Bilk am 19. April entdeckten Planeten », Astronomische Nachrichten, vol. 40,‎ , p. 373 (DOI 10.1002/asna.18550402405) [3]
  5. (en) R. Luther, « Schreiben des Herrn Dr. R. Luther, Directors der Sternwarte zu Bilk, an den Herausgeber », Astronomische Nachrichten, vol. 42,‎ , p. 107 (DOI 10.1002/asna.18550420705) [4]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]