2010 TK7

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

2010 TK7
Description de cette image, également commentée ci-après
2010 TK7 (encadré en vert) photographié par le télescope spatial américain Wide-Field Infrared Survey Explorer (WISE).
Caractéristiques orbitales
Époque : 9 décembre 2014 (JJ 2457000.5)[1]
Établi sur 44 observations couvrant 768 jours, U = 0
Demi-grand axe (a) 0,1496×109 km[1]
(0,9999 ua)
Périhélie (q) 0,1211×109 km[1]
(0,8092 ua)
Aphélie (Q) 0,1781×109 km[1]
(1,1905 ua)
Excentricité (e) 0,1907[1]
Période de révolution (Prév) 365,1883 j[1]
(1.00 a)
Moyen mouvement (n) 0,9857°/j[1]
Inclinaison (i) 20,8883°[1]
Longitude du nœud ascendant (Ω) 96,5066°[1]
Argument du périhélie (ω) 45,9024°[1]
Anomalie moyenne (M0) 319,8011°[1]
Date de dernier périhélie (Tp) JJ 2 456 676,04468[2]
Catégorie Troyen de la Terre[3]
Aten (2014)[4],[1]
Apollo (2013)[2]
DMIO terrestre 0,086 657 4 ua[1]
Paramètre de Tisserand (TJup) 6,008[1]
Caractéristiques physiques
Dimensions ~300 m[5]
Masse (m) ? kg
Magnitude absolue (H) 20,8[1]
Atmosphère aucune

Découverte
Date
Découvert par Drapeau des États-Unis WISE
Lieu WISE (C51)

2010 TK7 est la désignation provisoire d'un astéroïde géocroiseur de classe Aten[4],[1]. Observé, pour la première fois, le , il s'agit du premier astéroïde troyen de la Terre à avoir été découvert[5],[6],[7] et du seul connu au 5 avril 2015[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La magnitude absolue de 2010 TK7 est de 20,7[5] à 20,8[1],[2]. En supposant un albédo de 0,1[5], il mesure 300 m de diamètre[5]. Aucune donnée spectrale ne permet actuellement de déterminer sa composition.

Orbite[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

2010 TK7 coorbite avec la Terre autour du Soleil sur une orbite qui lui est propre mais qui est similaire à celle de notre planète.

Le demi-grand axe de l'orbite elliptique de 2010 TK7 (1,000 105 5 ua) est comparable à celui de l'orbite terrestre et sa période de révolution (1 a) est presque identique à celle de la Terre.

Mais l'excentricité de l'orbite de 2010 TK7 (0,19066) est supérieure à celle de l'orbite terrestre, 2010 TK7 s'approchant du Soleil jusqu'à 0,809 55 ua et s'en éloignant jusqu'à 1,190 95 ua.

D'autre part, le plan de l'orbite de 2010 TK7 est fortement incliné (20,8656°).

2010 TK7 était au périhélie le [2] et le sera le [1].

Apollo ou Aten ?[modifier | modifier le code]

Avec une distance au périhélie inférieure à 1,3 ua, 2010 TK7 est un astéroïde proche de la Terre (en anglais : NEA, acronyme de Near-Earth Asteroid).

Son appartenance à la classe des astéroïdes Apollo ou à celle des astéroïdes Aten est discutée. Ses orbites osculatrices n'ont pas permis de déterminer si son demi-grand axe (a) est supérieur ou inférieur à 1 ua, de sorte qu'il est susceptible d'appartenir à la première — avec a < 1 ua, sa distance au périhélie (q) étant inférieure à 1,017 ua — ou à la seconde — avec a > 1 ua, sa distance à l'aphélie (Q) étant supérieure à 0,983 ua — de ces deux classes d'astéroïdes.

Troyen[modifier | modifier le code]

Les cinq points de Lagrange du système Soleil-Terre.

2010 TK7 est un astéroïde troyen de la Terre. En effet, d'une part, il est en résonance de moyen mouvement 1:1 avec notre planète. D'autre part, dans le référentiel où la Terre et les points de Lagrange sont stationnaires, il oscille autour du point de Lagrange L4 du couple Terre-Soleil, 60° en avance par rapport à la Terre sur son orbite autour du Soleil. Cette oscillation est très allongée : 2010 TK7 approche parfois du point de Lagrange L3, du côté opposé à la Terre par rapport au Soleil. De l'autre côté, l'astéroïde ne s'approche pas à moins de 20 millions de km de la Terre, 50 fois la distance Terre-Lune.

L'orbite de 2010 TK7 possède un caractère chaotique qui rend les prédictions à long terme difficiles. Avant 500 av. J.-C., il a peut-être pu osciller autour du point de Lagrange L5 (60° en retard par rapport à la Terre) avant de passer à L4 via L3. Des librations brèves et instables autour de L3 ainsi que des transitions vers une orbite en fer à cheval sont également possibles[5].

Découverte[modifier | modifier le code]

2010 TK7 a été observé pour la première fois, le , par le télescope spatial américain WISE (C51), lors d'un programme visant à parcourir l'intégralité du ciel entre et .

Il a ensuite été observé depuis la Terre, le , d'abord à l'observatoire interaméricain du Cerro Tololo (807) puis au Mount John University Observatory (474) et enfin par le Faulkes Telescope South (E10) de l'Observatoire de Siding Spring.

Sa découverte a été confirmée par le Centre des planètes mineures le [8].

L'Université d'Hawaï et l'observatoire Canada-France-Hawaï poursuivent son observation et son analyse. Son orbite est évaluée le et son caractère de troyen terrestre fait l'objet d'une publication en [5],[9].

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r (en) « 2010 TK7 », sur JPL Small-Body Database Browser (consulté le 3 décembre 2014)
  2. a b c et d (en) Centre des planètes mineures, « 2010 TK7 », sur minorplanetcenter.net (consulté le 3 décembre 2014)
  3. a et b (en) Centre des planètes mineures, « List of Earth trojans » [html], sur minorplanetcenter.net, mis à jour le 5 avril 2015 (consulté le 31 mai 2015)
  4. a et b (en) Centre des planètes mineures, « List of Aten minor planets (by designation) », sur minorplanetcenter.net, mis à jour le 3 décembre 2014 (consulté le 3 décembre 2014)
  5. a b c d e f et g (en) Martin Connors et al., « Earth's trojan asteroid », Nature, vol. 475, no 7357,‎ , p. 481-483 (DOI 10.1038/nature10233, Bibcode 2011Natur.475..481C, lire en ligne [PDF])
    Les coauteurs de l'article sont, outre Martin Connors, Paul Wiegert et Christian Veillet.
    L'article a été reçu par la revue Nature le 11 avril 2011, accepté par son comité de lecture le 27 mai 2011 et mis en ligne sur son site internet le 27 juillet 2011.
  6. (en) Whitney Clavin et Trent J. Perrotto, « NASA's WISE mission finds first trojan asteroid sharing Earth's orbit » [html], sur NASA, mis en ligne le 27 juillet 2011 (consulté le 3 décembre 2014)
  7. Philippe Ribeau-Gésippe, « Un nouveau satellite pour la Terre : Le premier satellite troyen de la Terre a été découvert », Pour la Science, no 407,‎ , p. 6 (lire en ligne [html])
    L'article a été mis en ligne, le 8 août 2011, sur le sit internet de la revue.
  8. (en) Sonia Keys (Centre des planètes mineures), « MPEC 2010-T45 : 2010 TK7 », Minor Planet Electronic Circular,‎ (lire en ligne [html])
  9. (en) « Earth's first Trojan asteroid: 2010 TK7 », astro.uwo.ca, 27 juillet 2011.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) A. Mainzer et al., « Preliminary results from NEOWISE: An enhancement to the Wide-field Infrared Survey Explorer for Solar System science », The Astrophysical Journal, vol. 731, no 1,‎ , id. 53 (DOI 10.1088/0004-637X/731/1/53, Bibcode 2011ApJ...731...53M)
    Les coauteurs de l'article sont, outre A. Mainzer, J. Bauer, T. Grav, J. Masiero, R. M. Cutri, J. Dailey, P. Eisenhardt, R. S. McMillan, E. Wright, R. Walker, R. Jedicke, T. Spahr, D. Tholen, R. Alles, R. Beck, H. Brandenburg, T. Conrow, T. Evans, J. Fowler, T. Jarrett, K. Marsh, F. Masci, H. McCallon, S. Wheelock, M. Wittman, P. Wyatt, E. DeBaun, G. Elliott, D. Elsbury, T. Gautier IV, S. Gomillion, D. Leisawitz, C. Maleszewski, M. Micheli et A. Wilkins.
    L'article a été reçu par la revue The Astrophysical Journal le 21 décembre 2010, acceptée par son comité de lecture le 9 février 2011 et mis en ligne sur son site internet le 23 mars 2011.
  • (en) Rudolf Dvorak et al., « The orbit of 2010 TK7: Possible regions of stability for other Earth Trojan asteroids », Astronomy and Astrophysics, vol. 541,‎ , id. A127 (DOI 10.1051/0004-6361/201118374, Bibcode 2012A&A...541A.127D, arXiv 1202.1086, lire en ligne [PDF])
    Les coauteurs de l'article sont, outre Rudolf Dvorak, Christoph Lhotka et Liyong Zhou.
    L'article a été reçu par la revue Astronomy and Astrophysics le 1er novembre 2011, accepté par son comité de lecture le 1er février 2012 et mis en ligne sur son site internet le 11 mai 2012.
  • (en) Gianamar Giovannetti-Singh, « Study and analysis of the orbital and physical properties of 2010 TK7 », Journal of Modern Physics, vol. 2, no 11,‎ , id. 8642, p. 1351-1353 (DOI 10.4236/jmp.2011.211167, lire en ligne [html])
    L'article a été reçu par la revue le 17 août 2011, révisé le 22 septembre 2011 et accepté le 10 octobre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]