2008 TC3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir TC3 (technologie des catalogues 3D).
2008 TC3
(Informations avant l'impact)[1]
Description de l'image Trajectory of 2008 TC3.gif.
Caractéristiques orbitales
Époque (JJ 2454746.5)
Établi sur 290 observations couvrant 20 heures, U = 4
Demi-grand axe (a) 0,1957×109 km
(1,308 ua)
Périhélie (q) 0,1346×109 km
(0,8999 ua)
Aphélie (Q) 0,2567×109 km
(1,716 ua)
Période de révolution (Prév) 546,525 ± 0,005 j
(1.50 a)
Inclinaison (i) 2,54°
Longitude du nœud ascendant (Ω) 194,10°
Argument du périhélie (ω) 234,44°
Anomalie moyenne (M0) 330,75°
Catégorie Apollon
Caractéristiques physiques
Dimensions 2 ~ 5 m (diamètre)
Masse (m) ? kg
Masse volumique (ρ) ? kg/m3
Période de rotation (Prot) 0,0011 j
(0.02694 h)
Magnitude absolue (H) 30,4

Découverte
Date
Découvert par Richard A. Kowalski
Lieu Mount Lemmon Survey

2008 TC3
(Météorite d'Almahata Sitta)
Illustration.
Parcours de la météorite au-dessus du Soudan.

La ligne rouge représente le chemin parcouru, se terminant à l'endroit de l'impact. La ligne verte est la détection infrasonore de l'explosion du météore. L'altitude est mesurée à partir du franchissement du Nil.
La croix orange indique le point approximatif de l'explosion.

Caractéristiques
Type Achondrite
Classe Achondrite primitive
Groupe Uréilite-an
Choc S0
Météorisation W0
Observation
Localisation Nahr an Nil (Soudan)
Coordonnées 20° 48′ nord, 32° 12′ est
Chute observée Oui
Date
Découverte
Masse totale connue 4 kg

Géolocalisation sur la carte : Soudan

(Voir situation sur carte : Soudan)
2008 TC3 (Météorite d'Almahata Sitta)

2008 TC3 était un astéroïde géocroiseur de deux à cinq mètres de diamètre ayant heurté la Terre le à h 46 UTC[2]. Il a la particularité d'être le premier astéroïde détecté et suivi dans l'espace avant sa chute sur Terre[3].

Suivi dans l'espace[modifier | modifier le code]

Il fut découvert environ deux jours avant son impact par Richard Kowalski du Mount Lemmon Observatory faisant partie du Catalina Sky Survey. Les seuls indices de l'impact, à la frontière du Soudan et de l'Égypte, sont un écho d'infrason obtenu par un réseau d'écoute au Kenya[4], et un flash observé par l'équipage d'un avion de ligne de la compagnie KLM préalablement prévenu de l'imminence du passage de l'aérolithe[5]. Il se serait vaporisé dans l'atmosphère dans une explosion équivalente à 1 ou 2 kilotonnes de TNT[4]. Seuls quelques débris auraient atteint le sol, et 280 fragments de la météorite ont pu être récoltés.

Expédition terrestre[modifier | modifier le code]

Fragment de 2008 TC3 découvert le 28 février 2009 par Peter Jenniskens, avec l'aide d'enseignants et d'étudiants de l'université de Khartoum, dans le désert Nubien au Soudan.

Peter Jenniskens de l'institut SETI de Mountain View en Californie et Muawia Hamid Shaddad, astronome à l'université de Khartoum au Soudan, qui avait récolté des photographies de l'astéroïde prises par des personnes de la région, ont mis sur pied une expédition en vue de retrouver des débris de l'astéroïde[6]. Ils parviennent à leur but, les débris de l'astéroïde étant noirs ressortant bien sur le sol sableux du désert au nord du Soudan non loin de la frontière égyptienne. Les morceaux de 2008 TC3 ainsi recueillis constituent une météorite poreuse et fragile, dont l'étude minéralogique montre qu'il s'agit d'une uréilite, un type assez rare d'achondrite[7]. Cette récupération d'un corps extraterrestre sur le sol terrestre, préalablement repéré de façon formelle dans l'espace, est une première mondiale.

La météorite a été nommée officiellement Almahata Sitta, du nom de la gare soudanaise la plus proche[a], en conformité avec les règles de la Meteoritical Society[9].

Intérêt pour l'étalonnage des observations astronomiques[modifier | modifier le code]

La composition des astéroïdes dans l'espace est évaluée grâce à leur réponse spectrale, mesurant la lumière réfléchie à leur surface. Celle des météorites est connue avec l'analyse des fragments retrouvés sur Terre.

Ces deux informations sont connues pour 2008 TC3, ce qui laisse espérer un calibrage des observations astronomiques, en reliant ces mesures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Almahata Sitta signifie « Gare n°6 » en arabe[8]. Cette gare est située entre celles de Wadi Halfa et Khartoum.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Caractéristiques et simulation d'orbite sur la page Small-Body Database du JPL [java]
  2. (en) « The impact and recovery of asteroid 2008 TC3 », Nature, no 458,‎ , p. 485-488 (DOI 10.1038/nature07920, lire en ligne) Published in Letters to Nature
  3. Ph. Ribeau-Gésippe, « Traquée dans l'espace et sur Terre », Pour la Science, mai 2009, p. 8.
  4. a et b (en) « Asteroid Impact-Update », sur SpaceWeather, .
  5. Gilbert Javaux, « Un petit astéroïde détecté et suivi avant qu'il percute la Terre », sur P.G.J. L'astronomie une passion à partager, .
  6. « On a retrouvé l'astéroïde 2008 TC3, détecté dans l'espace », sur Futura Sciences (consulté le 27 mars 2009)
  7. (fr) (en) « Récupération de fragments d'astéroïde percutant la Terre », sur www.obspm.fr (l'Observatoire de Paris) (consulté le 1er avril 2009)
  8. (en) S. Gebauer, « Station Nr. 6. – Nubian Desert », sur Panoramio, (consulté le 15 juin 2009).
  9. (en) Entrée Almahata Sitta du Meteoritical Bulletin Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publication scientifique[modifier | modifier le code]

  • [Nabiei et al. 2018] Farhang Nabiei et al., « A large planetary body inferred from diamondinclusions in a ureilite meteorite », Nature Communications, no 9,‎ , p. 1327 (DOI 10.1038/s41467-018-03808-6, lire en ligne)
    Les co-auteurs de l'article sont, outre Farhang Nabiei, James Badro, Teresa Dennenwaldt, Emad Oveisi, Marco Cantoni, Cécile Hébert, Ahmed El Goresy, Jean-Alix Barrat et Philippe Gillet.

Articles de vulgarisation[modifier | modifier le code]

  • [Choi 2018] Charles Choi, « Meteoric Diamonds Are Evidence of Long Lost Planets », Astronomy (en),‎ (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]