Canon (artillerie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canon.
Un canon du XVIIe siècle, exposé au château du Haut-Kœnigsbourg.

Un canon (du latin canna, « tube ») définit toute pièce d'artillerie utilisant de la poudre à canon ou d'autres carburants propulseurs pour lancer un projectile, qu'il soit explosif ou non. Les canons varient par leur calibre, leur portée, leur mobilité, leur vitesse de tir, leur angle de tir, et leur puissance de feu ; différents types de canons combinent et équilibrent ces attributs à plusieurs échelles, dépendant de leur utilité sur le champ de bataille. Le mot « canon » est dérivé de plusieurs langues, dont la définition originale peut être traduite par « tube », « canne » ou « roseau ». Dans l'ère moderne, le terme « canon » est tombé en désuétude, remplacé par les « armes à feu » ou « artillerie », sinon un terme plus spécifique comme « fusil », « mortier" ou « howitzer », à l'exception des combats aériens où il est souvent utilisé en raccourci pour les canons automatiques[1].

Créés en Chine pendant la dynastie Song, les canons furent une des premières formes d'artillerie utilisant la poudre à canon et remplacèrent par la suite les engins de siège (ainsi que d'autres types d'armements obsolescents) sur le champ de bataille. Au Moyen-Orient, la première utilisation d'un canon à main se situerait en 1260 pendant la bataille d'Ain Jalut entre le Sultanat mamelouk et l'Empire mongol. Le premier canon d'Europe fut utilisé dans la péninsule Ibérique, vers la moitié du XIIIe siècle. C'est pendant cette période, le Moyen Âge, que le canon devint habituel, ainsi que plus efficace dans les rôles d'anti-infanterie et d'armes de siège. Après le Moyen Âge, la plupart des canons larges furent abandonnés en faveur d'un nombre croissants d'engins plus petits et manœuvrables. En plus de cela, de nouvelles technologies et tactiques se sont développées, rendant obsolètes la plupart des défenses ; cela mena à la construction de bastions, construits de façon à soutenir des bombardements d'artillerie. Malgré tout, ceux-ci, ainsi que les tours Martello, se trouvèrent également dépassés quand les munitions explosives et perçantes rendirent vulnérables ces fortifications.

Les canons transformèrent aussi les batailles navales pendant le début de la période moderne, avec les Européens profitant de leur puissance de feu. Avec le perfectionnement des canons, leur précision et leur puissance destructrice s'améliorèrent considérablement et devinrent plus mortels que jamais, autant pour l'infanterie qui devaient créer de nouvelles tactiques, que pour les navires qui devaient se renforcer. Durant la Première Guerre mondiale, la majorité des victimes furent causées par l'artillerie ; elle fut aussi grandement utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale, même si l'utilité des armes à gros calibres a diminué avec le développement des missiles.

Les canons sont largement connus comme l'ancêtre du pistolet et de l'artillerie, avant que les premières armes à feu ne soient inventées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Artillerie.
Canon géant turc, de bronze, dit « Canon des Dardanelles », tel qu'utilisé pour le siège de Constantinople en 1453.

Canon de marine[modifier | modifier le code]

En matière maritime, l'artillerie navale revêt une importance spéciale, entre les XVIe et XIXe siècles. Les navires à voile (puis à vapeur) avaient comme artillerie des canons de calibre plus ou moins important. Les canons sont organisés en batteries, sur un pont principal et éventuellement un pont de batterie. Les différents calibres des canons embarqués se mesurent suivant le poids du boulet envoyé : 6 livres, 8, 9, 12, 18, 24, 32 et enfin 36 livres, plus gros calibre à être embarqué sur des navires à voile. Les canons sont retenus au navire pour compenser le recul par des sortes de cordes, appelées bragues, qui les maintiennent contre le bord du navire.

À partir du XVIIe, les canons de marine sont en alliage de fer et non plus en bronze : cela permet soit de réduire le poids pour un même calibre, soit d'augmenter le calibre pour un même poids, du fait de la plus grande résistance mécanique et de la plus faible masse volumique de l'alliage de fer par rapport au bronze. Néanmoins, le fer avait un énorme désavantage par rapport au bronze, il explosait -tuant ou blessant gravement les gens à proximité- alors que le bronze crevait, cela rendait certes le canon inutilisable mais moins dangereux pour l'équipage.

Les pièces d'artillerie navale pré-industrielles utilisaient divers projectiles selon l'objectif visé lors d'un affrontement entre navires. Ils employaient, mis à part les boulets de fonte servant à détruire la coque des vaisseaux, des boulets liés par une chaîne pour briser les mâts et de la mitraille (biscaïens, plombs, clous, etc.) pour éliminer l'équipage adverse sans infliger trop de dommages au navire lui-même.

Article détaillé : artillerie navale.

Canons remarquables[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « What is the difference between a field gun and a Howitzer? - Quora », sur www.quora.com (consulté le 23 février 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]