Type psychologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir psychologie analytique.

Les types psychologiques sont une typologie proposée par Carl Gustav Jung pour caractériser le mode de fonctionnement psychologique d'un sujet.

Elle aboutit à distinguer seize types psychologiques, suivant la fonction cognitive dominante (quatre possibilités), son orientation introvertie ou extravertie, et l'orientation de la fonction cognitive auxiliaire sur l'axe complémentaire.

Les types psychologiques de Jung doivent être vus comme des outils permettant de diagnostiquer les différences de fonctionnement psychologique entre les individus. Au lieu de reprocher à une personne son mode de raisonnement, on peut comprendre que cette personne est d'un type différent et donc aborde le monde selon d'autres priorités que les siennes. Les différences de types psychologiques peuvent être utilisées comme un outil pour comprendre les différences de fonctionnement des autres. Ces types sont applicables, selon Jung, à toutes les cultures.

Cette typologie a été reprise (sous une présentation différente) par la typologie du Myers Briggs Type Indicator et par celle de la Socionique.

Introduction[modifier | modifier le code]

Dans son ouvrage Les types psychologiques (1921), Carl Gustav Jung définit trois grandes paires de caractéristiques de la psyché humaine, caractéristiques qu'il fonde à la fois sur sa pratique de la psychologie analytique mais aussi sur une étude assez poussée de la différenciation psychologique au cours des différentes époques pré et post-chrétiennes.

Afin d'éviter les récupérations mal comprises de ces travaux, en particulier celles proposant par exemple « que lorsque l'on est de tel ou tel type l'on doive forcément agir de telle ou de telle façon » ou « que ni du type psychologique ni de la façon d'être ou d'agir nous ne puissions à tout jamais sortir de notre vie », il développa dans l'un de ses ouvrages, (L'homme et ses symboles), une mise en garde, au travers d'un passage ayant pour sujet l'un des aspects de la personnalité de la femme (part masculine de la femme), que l'on nomme l'animus. (De la page 194 à 195).

Cette page est illustrée, entre autres, par une image de Ghandi, personnage à la fois introverti car à l'image d'un sage, un être ouvert à l'introspection pendant une grande partie de sa vie puis qui par la suite fut aussi extraverti, à l'image d'un chef d'état, d'un révolutionnaire, même si ce fut au nom de la non violence.

Il met aussi en garde en indiquant qu'« il est assez stérile d'étiqueter les gens et de les presser dans des catégories ». [Carl Gustav Jung] - L'Homme à la découverte de son âme.

L'orientation de l'énergie[modifier | modifier le code]

L'individu a deux façons de se charger en énergie : l'introversion et l'extraversion. Jung a observé que les individus ont tendance à trouver leur énergie et à être dynamisés :

  • soit par l'environnement extérieur, les activités et les expériences : extraversion E
  • soit par l'univers intérieur des idées, des souvenirs et des émotions : introversion I

Ces deux notions ne sont pas à entendre tout à fait au sens où ces termes sont entrés dans le langage courant. En effet, l'extraverti prend son énergie principalement du monde, tandis que l'introverti prend son énergie principalement de lui-même. Il en résulte une tendance pour l'introverti à être plutôt renfermé et distant, précautionneux, et une tendance pour l'extraverti à être expansif, liant et parfois superficiel. On notera toutefois qu'il se trouve assez fréquemment des extravertis contrariés agissant comme des introvertis et des introvertis contrariés tentant d'agir comme des extravertis.

Introversion et extraversion constituent les deux types psychologiques principaux.

Chaque personne possède une inclinaison plus ou moins prononcée vers l'un ou l'autre de ces orientations. En effet, on ne peut pas être des deux types à la fois, même si certaines personnes sortent, à l'occasion de tests psychologiques, comme relativement équilibrées par rapport aux types (dominante très légère pour l'un des deux types). On a coutume de symboliser l'introverti par un « I » tandis que l'on symbolise l'extraverti par un « E ».

E - Extraversion I - Introversion
Je suis plus à l'aise avec les personnes et l’environnement Je suis plus à l'aise avec les idées et les concepts
Je suis à l'aise dans la foule Je suis à l'aise seul
Je suis plutôt orienté vers l’action Je suis plutôt orienté vers la réflexion
Oups ! - Je n'ai pas pris le temps de réfléchir… Oups ! - Je n'ai pas pris le temps de vérifier…
Je profite de mes loisirs pour bouger Je profite de mes loisirs pour me détendre
J'ai besoin de contacts pour me ressourcer J'ai besoin de solitude pour me ressourcer
J'ai des relations nombreuses et variées J'ai des relations rares mais approfondies
D'abord agir, ensuite réfléchir si possible D'abord réfléchir, ensuite agir si nécessaire
Je préfère être en groupe pour en discuter Je préfère être seul pour y réfléchir
Je préfère m’exprimer par la parole Je préfère m’exprimer par l’écriture

Les fonctions psychologiques[modifier | modifier le code]

Schéma des types psychologiques, d'après L'âme et la vie de C.G. Jung

Les fonctions psychologiques ou processus mentaux sont, chez Jung, au nombre de quatre :

  • la sensation (sous-entendu notre faculté à nous placer dans et à percevoir le présent) ;
  • la pensée (sous-entendu l'intellect) ;
  • le sentiment (sous entendu l'évaluation affective) ;
  • l'intuition (ou évaluation globale).

Ces quatre fonctions vont aussi par paire, mais d'une manière moins claire que pour les types. Jung distingue, au sein de l'activité de l'esprit humain, deux grands types d'activité :

  • Recueillir de l'information ou Perception P, de deux manières opposées : l'intuition N et la sensation S ;
  • Traiter cette information pour aboutir à des conclusions ou jugement J, de deux manières opposées : la pensée T (pour thinking) et le sentiment F (pour feeling).

Les termes employés pour désigner ces processus ne correspondent pas au sens usuel, les processus doivent être compris à travers les rapports qu'ils entretiennent les uns avec les autres. La sensation s'oppose à l'intuition, en ce que le sujet axé sur la sensation s'intéresse spontanément aux caractéristiques (détaillées et pratiques) des éléments qui peuplent son environnement, alors que celui axé sur l'intuition s'intéresse à la signification (globale et synthétique) de ces éléments.

« La sensation (c'est-à-dire, le sentiment de perception) vous dit que quelque chose existe ; la réflexion vous dit ce que c’est ; le sentiment vous dit si c'est agréable ou pas ; et l'intuition vous dit d'où il vient et où il va.». (C.G. Jung)

Chaque être humain a des facultés plus ou moins développées dans les quatre fonctions psychologiques, qui sont nécessaires à son fonctionnement quotidien. Néanmoins, certaines dominent dans des domaines s'accompagnent d'une moindre utilisation d'une autre fonction, exhibant ainsi les couples fonctionnels : pensée/sentiment et sensation/intuition. Si une personne a une tendance naturelle à approcher les choses au travers de son intellect, le côté sentimental passera souvent mécaniquement au second plan, et vice-versa. De la même façon, les personnes « intuitives » ont souvent tendance à aborder les problèmes de la vie en tentant de trouver une solution à long terme alors qu'ils auront du mal à percevoir le problème immédiat. À l'inverse, les « perceptifs » (ceux dont l'appréhension du monde est plutôt basée sur la sensation) auront eux plus de mal à envisager des solutions qui ne répondent pas à un problème se posant dans le présent.

Afin de donner au lecteur des moyens de continuer une éventuelle investigation sur les types psychologiques sur le Réseau en gardant la même notation, on reprendra la notation anglo-saxonne de Myers-Briggs des fonctions, qui tend à devenir un standard de fait :

  • la sensation : « S » pour Sensation,
  • la pensée : « T » pour Thinking,
  • le sentiment : « F » pour Feeling,
  • l'intuition : « N » pour iNtuition.

Perception dominante[modifier | modifier le code]

La Sensation consiste simplement à percevoir son environnement à travers les sens, c'est une fonction cérébrale qui constate ce qui existe autour de nous.

Par opposition, l'Intuition est beaucoup plus difficile à appréhender dans une culture rationnelle. C'est une perception qui nous parvient à travers les couches subliminales de notre être, « une de ses particularités étant que l'on ne saurait préciser où et comment elle prend naissance[1] ». L'intuition se manifeste de manière privilégiée quand on se trouve en présence de conditions nouvelles et inconnues, pour lesquelles on ne dispose pas de valeurs et de concepts établis rationnellement et consciemment. Elle peut se manifester sur différent plans : physique (on pressent un danger) ; émotionnel (la première impression qui est souvent la bonne) ; intellectuel (tout s'éclaire et la solution apparaît)...

Pour Jung, l'Intuition est définie comme une perception acquise avant tout via l'inconscient. L'intuition est une fonction cérébrale qui établit une connexion avec les couches les plus profondes de l'inconscient, c'est-à-dire surtout de l'inconscient collectif, à travers les archétypes et les symboles[2]. L'intuition relie la situation à un archétype, en en identifiant les traits essentiels, et en en dégageant la cohérence sous-jacente.

S - Sensation N - iNtuition
Je m'intéresse avant tout aux faits Je m'intéresse avant tout à la signification
J'ai plutôt les pieds sur terre J'ai plutôt la tête dans les étoiles
Je me souviens plutôt des faits et des évènements Je me souviens plutôt des enjeux et des enchaînements
Je m'intéresse au présent et à ce qui m'arrive Je m'intéresse au futur et à ce qui pourrait m'arriver
Je distingue spontanément les détails Je vois spontanément les implications
Je suis plus à l'aise avec les procédures habituelles Je vois les nouvelles façons de faire les choses
J'aime que les choses soient claires Je comprends à demi-mots
J'appréhende les choses dans leurs détails J'appréhende les choses dans leur globalité
Je n'aime pas devoir deviner Je n'aime pas me noyer dans les détails
Mon bon sens me suggère des solutions pratiques Mon imagination me suggère des solutions nouvelles
Je m'appuie sur mon expérience pour trouver une solution Je m'appuie sur ma compréhension pour trouver une solution.

Jugement dominant[modifier | modifier le code]

La Pensée et le Sentiment sont deux fonctions psychologiques consistant à juger l'objet dont on a conscience ; la Pensée est un jugement sur sa nature, et le Sentiment un jugement sur sa valeur. La « raison » d'un jugement est objective et consciente pour le Penseur, elle est inconsciente et subjective pour le Sentimental.

La Pensée vise à déterminer si l'idée que l'on a est juste : c'est une fonction intellectuelle, analytique, organisatrice, et objective. Cette fonction s'appuie naturellement sur la compréhension logique du monde, et sur des catégories et des systèmes de pensées partagés ; mais le type « penseur » ne doit pas être confondu avec un degré élevé d’intelligence ou de culture.

Le Sentiment, au contraire, vise à déterminer si l'on apprécie ou non cet objet, si l'on y adhère ou si on le rejette : cette fonction purement subjective se joue indépendamment de toute considération logique, classificatrice ou analytique. Elle est affective, instinctive, et sélective. Dans la psychologie de Jung, le type « sentimental » ne doit pas être confondu avec le sens commun du terme (celui qui se laisse dominer par des sentiments amoureux ou amicaux). Il s'agit d'une fonction de jugement du monde, le jugement de valeur.

T - Pensée F - Ressenti
Je pense être impartial dans mes décisions Je me sens responsable de mes décisions
Je considère l'effet recherché Je me demande si c'est bien ou mal
Je vois bien comment on peut s'y prendre Je vois bien ce dont on a besoin
Je me demande plutôt pourquoi ça ne marche pas Je suis surtout furieux que ça ne marche pas
Une bonne discussion permet de mieux comprendre Une bonne discussion permet de mieux s'entendre
Je choisis surtout ce qui est logique Je choisis surtout ce que je sens bien
La bonne décision est factuelle et logique La bonne décision doit avant tout faire consensus
Une incohérence me rend malade Une dispute me rend malade
Je me demande surtout si c'est bien vrai Je me demande surtout si c'est bien important
Le monde ne peut pas vivre sans raison Le monde ne peut pas vivre sans amour

La théorie dynamique[modifier | modifier le code]

Développement progressif des fonctions[modifier | modifier le code]

Jung et Isabel Myers ont identifié les 8 fonctions cognitives, mais ont aussi noté qu'un individu, outre sa fonction cognitive dominante, utilisait les autres fonctions dans un certain ordre.

L'aisance à l'exercice d'une fonction se développe dans le temps ; un individu a ainsi :

  • Une fonction dominante, développée dans l'enfance, qui est la fonction favorite de recueil d'information (N ou S) ou de jugement (T ou F) s'appliquant au monde (I ou E) favori du sujet (huit possibilités). C'est la première des fonctions par ordre d'apparition, de priorité d'utilisation et de maîtrise consciente.
  • Une fonction auxiliaire, développée à l'adolescence, qui vient équilibrer la fonction dominante : elle figure sur l'axe opposé à celui de la fonction dominante (N ou S si la première fonction est T ou F, et inversement), et son énergie provient du monde complémentaire (2 possibilités pour chaque fonction dominante, donc).
  • Une fonction tertiaire, développée chez le jeune adulte : elle est le complément de la fonction auxiliaire.
  • Une fonction inférieure, qui est la moins développée : c'est le complément de la dominante. Elle est la source de nos erreurs et de nos susceptibilités, mais c'est aussi le réservoir de l'inconscient créatif et le potentiel de notre développement.
« L'observation montre, en effet, que les conditions générales de l'ambiance rendent presque impossible le développement simultané de toutes les fonctions psychologiques. Les exigences du milieu social déjà font que l'homme différencie toujours principalement et en premier lieu, la fonction qui correspond le mieux à ses aptitudes naturelles ou qui lui offre le plus sur moyen de succès. Très souvent – c'est presque la règle – il s'identifie plus ou moins complètement à cette fonction privilégiée, qu'il développe aussi le plus parfaitement. C'est là l'origine des types psychologiques. L'unilatéralité de ce processus de développement retarde nécessairement la maturation des autres fonctions. On aura donc raison de les appeler "inférieures" psychologiquement parlant et non dans une acceptation psychopathologique du terme ; car la fonction inférieure n'est en rien morbide, elle est simplement en retard par rapport à la fonction la plus favorisée. Le plus souvent, c'est-à-dire dans les cas normaux, la fonction inférieure reste consciente ; dans la névrose au contraire, elle tombe plus ou moins entièrement dans l'inconscient. » (CG Jung – Types psychologiques)

Pour Jung, l'individuation conduit à identifier la place de chacune des fonctions dans la psyché et à faciliter leur accès.

Fonction dominante[modifier | modifier le code]

Afin de connaître quel genre de fonction (perceptuelle ou de jugement) est la plus forte, Isabel B. Myers a conçu, en 1980, la polarité Jugement-Perception en se basant sur la distinction faite par Jung entre les types irrationnels (perception) et les types rationnels (jugement). Pour les types irrationnels, d'après Jung, c'est la perception (sensation ou intuition) qui est extravertie (types P) ; tandis que pour les types rationnels c'est le jugement (pensée ou sentiment) qui l'est (type J). Le test sur cette quatrième préférence permet ainsi de déterminer laquelle des deux fonctions est la fonction principale du sujet.

J - Organisation / Jugement P - adaPtabilité
Mon bureau est généralement bien rangé Mon bureau est plutôt en désordre
L'exactitude est la politesse des rois A l'impossible nul n'est tenu
Ma vie est plutôt organisée et planifiée Ma vie est plutôt spontanée
Chaque chose en son temps Toujours plusieurs fers au feu
Je préfère les situations contrôlées et maîtrisées Je préfère les situations souples et flexibles
J'aime que les choses restent bien structurées J'aime m'adapter à des expériences imprévues
Pour être efficace il faut clarifier les objectifs et les procédures Pour être efficace il faut être disponible et créatif
L'important est de bien régler le problème L'important est de bien comprendre le problème

Huit types de psychés dans le modèle junguien[modifier | modifier le code]

En appliquant les 2 orientations de l'énergie (E, I) aux 4 processus mentaux (N, S, T, F), Jung a identifié et décrit 8 fonctions cognitives : 4 extraverties et 4 introverties :

E/I NSTF P/J Type Orientation de la conscience Description
E S P Sensation Extravertie Se Conscience de l'environnement sensuel Aime voir, entendre, goûter, toucher et sentir le monde autour de lui. Il agit sur des données concrètes, là et maintenant. Se fie au présent et laisse aller les choses. Il sent le contexte immédiat ; détecte les changements et les opportunités pour l'action ; est amené à agir sur le monde physique; accumule des expériences ; recherche rapidement les réactions visibles et les données pertinentes ; reconnaît “ce qui est”.
E N P iNtuition Extravertie Ne Conscience de la signification profonde de l'environnement Découvre constamment de nouvelles possibilités dans le monde externe. Se fie aux flashs de sa conscience, qui peuvent être partagés avec les autres. il interprète les situations et les relations ; relève les significations et les interconnexions ; traduit “ce qui est” par “ce qui pourrait être” ; remarque les non-dits et donne un sens à ce qui émerge à travers des contextes variés.
E F J Sentiment Extraverti Fe Conscience du caractère bon ou mauvais de la situation Cherche l'harmonie avec et entre les personnes du monde extérieur. Les valeurs relationnelles et culturelles sont importantes. Il communique ; tient compte des autres et organise les groupes pour satisfaire leurs besoins et respecter leurs valeurs et leurs sentiments ; maintient l'organisation ou les valeurs de groupe ; règle et satisfait les autres ; définit si quelque chose est approprié ou acceptable pour les autres.
E T J Pensée Extravertie Te Conscience de la nature de la situation A toujours un plan à réaliser. Cherche la logique et la cohérence du monde extérieur. Se soucie des lois et des règles. Il ordonne ; organise pour l'efficacité ; systématise ; applique la logique ; structure ; vérifie les conséquences ; contrôle que les normes ou les spécifications ont été suivies ; définit des limites, des directives et des paramètres ; décide si quelque chose marche ou non.
I S J Sensation Introvertie Si Conscience de son monde intérieur Est captivé par les vibrations que le monde extérieur déclenche en eux. Compare les faits et les expériences à ceux passés. Se fie au passé. Il conserve des données sensorielles pour l'utilisation future. Reconsidère les expériences passées ; “ce qui est” évoque “ce qui était” ; recherche des renseignements détaillés et les liens avec ce qui est connu ; se souvient des impressions conservées ; accumule des données.
I N J Intuition Introvertie Ni Conscience des lignes de forces de son monde intérieur Découvre constamment de nouvelles possibilités dans son monde intérieur. Se fie aux flashs de son inconscient, qui sont difficiles à expliquer aux autres. Il prévoit les implications et probablement les effets sans données externes ; réalise “ce qui sera” ; conçoit de nouvelles façons de voir les choses ; entrevoit les transformations ; obtient une image de sens profond ou de symboles extensifs.
I F P Sentiment Introverti Fi Conscience de son adhésion à ce qu'il ressent Cherche l'harmonie de ses actions et pensées avec ses valeurs personnelles. Il peut avoir du mal à expliquer ses valeurs. Il évalue ; considère l'importance et la valeur ; évalue quelque chose à partir des vérités sur lesquelles il est fondé ; clarifier les valeurs pour obtenir l'adhésion ; décide si quelque chose a du sens et s’il mérite d’être défendu.
I T P Pensée Introvertie Ti Conscience de la justesse et de la cohérence de son intuition Crée des mondes intérieurs d'idées. Cherche la logique et la cohérence des idées. Se fie à son cadre intérieur, qui peut être difficile à expliquer aux autres. Il analyse ; classe par catégories ; évalue selon les principes et vérifie si quelque chose correspond au cadre ou au modèle ; trouve les principes sur lesquels quelque chose repose ; contrôle les incohérences ; clarifie les définitions pour recevoir plus de précision.

Des tests psychologiques permettent de déterminer la typologie junguienne d'une personne. Certains tests sont disponibles en ligne.

Types psychologiques dérivés[modifier | modifier le code]

La vision de Myers et Briggs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Myers Briggs Type Indicator.

Issue de cette conception jungienne est née une première théorie.

Myers et Briggs sont deux analystes junguiennes qui ont ajouté une dimension d'organisation par rapport aux travaux originaux de Jung. Cette dimension juge la capacité d'organisation de la personne et son aptitude à respecter les lois. Ainsi, une personne ordonnée sera dénommée « Judge » « J » et une non ordonnée plus intuitive matériellement sera dénommée « Perceiving » « P ».

Dans cette lignée, John P. Golden a créé un modèle très proche du MBTI, en rajoutant une cinquième paire : Tendu ou Serein

La vision socionique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Socionique.

Issue de cette conception jungienne est née une seconde théorie développée dans la continuité de Jung et dans la « sphère soviétique », accessible depuis les années 1990.

La Socionique est un modèle stipulant que chacun des seize types psychologiques possède un rôle social plus ou moins déterminé. Chaque personne accepte et produit de l'information de manière différente selon son type, ce qui génère des comportements différents selon les types.

La Socionique stipule également que les relations humaines sont prévisibles. La réalité est perçue par chaque personne, de manière légèrement différente selon les types de ces mêmes personnes, ce qui génère des comportements différents, des capacités mentales différentes et éventuellement des interactions différentes.

La Socionique propose aussi un modèle relationnel, avec quatorze types de relations, déterminables par les types des personnes impliquées.

La Socionique est basée sur trois concepts fondamentaux :

  • Les huit aspects de la réalité ;
  • Les huit éléments MI (métabolisme de l'information) ;
  • Les huit fonctions psychiques.

Les 4 tempéraments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tempéraments psychologiques.

David Keirsey a quant à lui regroupé les 8 fonctions psychologiques et identifié 4 grands tempéraments dans la société américaine :

  • Les gardiens (types en xSxJ - ISTJ, ISFJ, ESTJ, ESFJ) : 42 à 45 % de la population
  • Les artisans (types en xSxP - ISTP, ESTP, ISFP, ESFP) : 25 à 27 % de la population
  • Les idéalistes (types en xNFx - INFP, ENFP, INFJ, ENFJ) : 15 à 17 % de la population
  • Les rationnels (types en xNTx - INTP, ENTP, INTJ, ENTJ) : 13 à 15 % de la population

Test de Singer et Loomis[modifier | modifier le code]

Développé dans les années 1990, ce test évalue de manière indépendante la force des huit fonctions et orientations présentées par Jung.

Ce test s’affranchit du présupposé d'approches comme celle du MBTI, où par exemple la fonction auxiliaire est de type et de polarité différente de la fonction principale, et permet la critique et l'évaluation de cette hypothèse. La comparaison de ces différentes approches montre que ce présupposé structurel conduit à une classification incorrecte de la dominante dans 50% des cas, et de la fonction inférieure dans 40% des cas.[3]

Tableau résumé[modifier | modifier le code]

Les fonctions psychologiques.
Fonction Orientation Socionique Fonction auxiliaire Qualificatif[4]  %
I S T J Sensation Introvertie Si Socionics symbol Si.svg Socionics symbol Te.svg Pensée Extravertie Te Administrateur 11.6
I S T P Pensée Introvertie Ti Socionics symbol Ti.svg Socionics symbol Se.svg Sensation Extravertie Se Praticien 5.4
E S T P Sensation Extravertie Se Socionics symbol Se.svg Socionics symbol Ti.svg Pensée Introvertie Ti Pragmatique 4.3
E S T J Pensée Extravertie Te Socionics symbol Te.svg Socionics symbol Si.svg Sensation Introvertie Si Organisateur 8.7
I S F J Sensation Introvertie Si Socionics symbol Si.svg Socionics symbol Fe.svg Sentiment Extraverti Fe Protecteur 13.8
I S F P Sentiment Introverti Fi Socionics symbol Fi.svg Socionics symbol Se.svg Sensation Extravertie Se Conciliateur 8.8
E S F P Sensation Extravertie Se Socionics symbol Se.svg Socionics symbol Fi.svg Sentiment Introverti Fi Boute-en-train 8.5
E S F J Sentiment Extraverti Fe Socionics symbol Fe.svg Socionics symbol Si.svg Sensation Introvertie Si Nourricier 12.3
I N F J iNtuition Introvertie Ni Socionics symbol Ni.svg Socionics symbol Fe.svg Sentiment Extraverti Fe Visionnaire 1.5
I N F P Sentiment Introverti Fi Socionics symbol Fi.svg Socionics symbol Ne.svg iNtuition Extravertie Ne Zélateur 4.4
E N F P iNtuition Extravertie Ne Socionics symbol Ne.svg Socionics symbol Fi.svg Sentiment Introverti Fi Communicateur 8.1
E N F J Sentiment Extraverti Fe Socionics symbol Fe.svg Socionics symbol Ni.svg iNtuition Introvertie Ni Animateur 2.4
I N T J iNtuition Introvertie Ni Socionics symbol Ni.svg Socionics symbol Te.svg Pensée Extravertie Te Perfectionniste 2.1
I N T P Pensée Introvertie Ti Socionics symbol Ti.svg Socionics symbol Ne.svg iNtuition Extravertie Ne Concepteur 3.3
E N T P iNtuition Extravertie Ne Socionics symbol Ne.svg Socionics symbol Ti.svg Pensée Introvertie Ti Innovateur 3.2
E N T J Pensée Extravertie Te Socionics symbol Te.svg Socionics symbol Ni.svg iNtuition Introvertie Ni Meneur 1.8

Références et liens[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’Homme à la découverte de son âme, C. G. Jung,
  2. Frieda Fordham : Introduction À La Psychologie De Jung
  3. History of SL-TDI
  4. D'après [1]

Sources[modifier | modifier le code]

  • John Beebe, Cahiers jungiens de psychanalyse, n° 102 ~ 2002 : Types psychologiques : Les types psychologiques dans le transfert, le contre-transfert et l'interaction thérapeutique.
  • John Beebe, Psychopathology and Analysis. Chapitre du livre, écrit à l'origine pour le coauteur Donald Sandner, pour Murray Stein, (dir.), Jungian Analysis (Open Court: La Salle, llinois, 1982). La section typologique de cet article, The Role of Psychological Type in Possession, a été complétée pour la deuxième édition de Jungian Analysis (Open Court, 1995, p.322-330). version en ligne
  • John Beebe, Psychological Types in Transference, Countertransference, and the Therapeutic Interaction, Chiron, 1984, p. 147-161.
  • John Beebe, A New Model of Psychological Types (recorded workshop, Evanston, IL, April 9-10, 1988).
  • Intervention des types psychologiques dans les problèmes de couples, sous licence GNU FDL

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]