Julian Rotter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rotter.

Julian Rotter, né le 22 octobre 1916 et mort le 6 janvier 2014[1], est un psychologue américain, connu notamment pour ses travaux sur le locus de contrôle (1966) qui ont exercé une grande influence. Rotter lui-même en a été surpris et a confié : « Je marchais dans les bois, j'allumai ma pipe et jetai l'allumette, et lorsque je regardai derrière moi je vis un feu de forêt[2]. ». Il est également à l'origine de la théorie de l'apprentissage social qui a jeté un pont entre le béhaviorisme et la psychologie cognitive[3].

Influencé au cours de ses années de formation par les travaux de Kurt Lewin, Edward Tolman et B. F. Skinner, il obtient un doctorat en psychologie clinique en 1941[4] après avoir notamment suivi dans les années 1930 les cours d'Alfred Adler[5]. Il accomplit sa carrière universitaire d'abord à l'Université de l'Iowa au sein de laquelle il succède à George Kelly à la tête du département de psychologie clinique, puis à l'Université du Connecticut (1963-1987[6]) au sein de laquelle il dirige également le département de psychologie clinique[4].

Il a été le président de la section « Psychologie sociale et psychologie de la personnalité » de la société américaine de psychologie[4].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Social learning and clinical psychology, New York, Prentice-Hall, 1954.
  • Clinical psychology, Englewood Cliffs, N.J., Prentice-Hall, 1971.
  • Applications of a social learning theory of personality, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1972. Avec June E. Chance et E. Jerry Phares.
  • Personality, Glenview, Ill. : Scott, Foresman, 1975. Avec Dorothy J. Hochreich.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jack Mearns, « The Social Learning Theory of Julian B. Rotter ». [lire en ligne]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://today.uconn.edu/blog/2014/01/professor-emeritus-of-psychology-julian-rotter-dies/
  2. « I was walking in the woods, lit my pipe and threw away the match, and when I looked behind me there was a forest fire. » Cité dans (en) Bernard Weiner, Human Motivation: Metaphors, Theories, and Research, SAGE, 1996, p. 203.
  3. (en) Nick Haslam, Introduction to Personality and Intelligence, SAGE, 2007, p. 131-132.
  4. a, b et c Michel Hansenne, Psychologie de la personnalité, De Boeck Université, 2006, p. 162.
  5. (en) Bernard Weiner, Human Motivation: Metaphors, Theories, and Research, SAGE, 1996, p. 203.
  6. Julian Rotter sur le site de l'Université du Connecticut