Stanley Milgram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Stanley Milgram

texte=Importez l'image de cette personne

Biographie
Naissance 15 août 1933
New York
Décès 20 décembre 1984 (à 51 ans)
New York
Nationalité Américaine
Thématique
Approche psychologie sociale
Travaux Expérience de Milgram, Étude du petit monde

Stanley Milgram (15 août 1933 à New York dans le quartier du Bronx[1] - 20 décembre 1984 à New York) est un psychologue social américain. Il est principalement connu pour l'expérience de Milgram (sur la soumission à l'autorité) et l'expérience du petit monde. Il est considéré comme l'un des psychologues les plus importants du XXe siècle[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il obtient son diplôme de science politique au Queens College de New York en 1954. Il s'inscrit à l'université Harvard pour rédiger une thèse en psychologie sociale, demande qui lui a été initialement refusée à cause d'un manque d'études en psychologie. Il est accepté en 1954 après avoir suivi six cours de psychologie, et obtient finalement sa thèse en 1960. Son mentor à Harvard fut le psychologue Solomon Asch.

Par la suite, il travaille surtout à l'université Yale, où il fera ses découvertes majeures.

C'est de 1960 à 1963 que Milgram mène une série d'expériences, avec plusieurs variantes, visant à estimer à quel point un individu peut se plier aux ordres d'une autorité qu'il accepte, mais qui entre en contradiction avec sa conscience. En 1962, l'American Psychological Association suspend son adhésion à cause de questions concernant l'éthique de ses expériences. Les résultats surprenants et assez inquiétants, mais aussi la méthode, ont provoqué de nombreux remous au sein de la communauté des psychologues et de l'opinion publique.

En 1967, Milgram reprend une idée développée en 1929 par Frigyes Karinthy : la théorie des six degrés de séparation. Milgram essaie de démontrer que tout être humain peut assez facilement être relié à un autre par une chaîne de relations sociales : il s'agit de l'expérience du petit monde.

En 1974, Milgram publie Obedience to Authority.

Il est décédé à New York d'une crise cardiaque à l'âge de 51 ans.

Apport et travaux[modifier | modifier le code]

Son apport principal est l'étude de la soumission à l'autorité et la chaîne des relations sociales.

Soumission à l'autorité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Expérience de Milgram.
L’expérimentateur (E) amène le sujet (S) à infliger des chocs électriques à un autre participant, l’apprenant (A), qui est en fait un acteur. La majorité des participants continuent à infliger les chocs jusqu'au maximum prévu (450V) en dépit des plaintes de l'acteur.

Sa fameuse expérience, l'expérience de Milgram, devient largement connue à partir de 1963.

On parle plus volontiers dans la Francophonie de « soumission à l'autorité », probablement parce qu'il s'agit là d'une attitude qui va largement au-delà de l'obéissance consentie, et de la simple notion d'obéissance telle que consentie en début d'expérience et qu'il y a un net écrasement du domaine des valeurs : on retrouve la problématique évoquée largement au procès d'Adolf Eichmann, qui articulait sa défense sur le thème « J'ai obéi aux ordres » (voir l'analyse de Hannah Arendt et la banalité du mal). Rappelons que la convention de Genève exige de chacun le refus d'exécution des ordres qui la violeraient.

Expérience du petit monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Étude du petit monde.

Pour cette expérience, un agent de change de Boston est choisi comme « individu-cible », et trois groupes de départ d'une centaine de personnes chacun sont constitués aléatoirement, l'un composé d'habitants de Boston choisis au hasard, le deuxième d'habitants du Nebraska choisis au hasard, et le troisième d'habitants du Nebraska aussi, mais qui présentent la particularité d'être détenteurs d'actions. Chaque individu de ces groupes de départ reçoit un dossier décrivant l'expérience et l'individu-cible (son lieu de résidence et sa profession en particulier), et a pour mission de faire parvenir ce dossier par la poste, soit directement à l'individu-cible s'il le connaît personnellement, soit à une personne qu'il connaît personnellement et qui a une plus grande probabilité de connaître personnellement l'individu-cible.

Sur les 296 individus des groupes de départ, 217 ont accepté de participer à l'expérience et ont expédié le dossier à une de leurs connaissances, et finalement, 64 dossiers sont parvenus jusqu'à l'individu-cible, au terme de chaînes de connaissances de longueurs variables, mais dont la longueur moyenne était de 5,2 intermédiaires.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Stanley Milgram, Obedience to Authority : An Experimental View, Harper Collins, 2004.
  • Stanley Milgram, La Soumission à l'autorité, 1974. ISBN 2-7021-0457-6
  • Stanley Milgram, The Individual in a Social World : Essays and Experiments, 2e éd., McGraw-Hill, 1992.

Articles[modifier | modifier le code]

  • Stanley Milgram, Nationality and Conformity; with a biographical Sketch. Scientific American, 1961, 205: 34; 45-51, décembre 1961.
  • Stanley Milgram, Behavioral study of obedience, Journal of Abnormal and Social Psychology, 1963, Vol. 67, pp. 371-378.
  • Stanley Milgram, Hollander, P., Murder the Heard. Nation, 1964, 198: 602-4, 15 janvier 1964.
  • Stanley Milgram, A. Milgram, Facts of Life. Nation, 1954, 199: 412+, No 30, 1964.
  • Stanley Milgram, J. Travers, An Experimental Study of the Small World Problem, Sociometry, 1969, Vol. 32, No. 4. (1), pp. 425-443
  • Stanley Milgram, Experience in Living in Cities. Science, 1969, 167: 1461-8, Mr 13, ‘70.
  • Stanley Milgram, If Hitler Asked You to Electrocute a Stranger, Would You ? Esquire, , 1970, 73: 72-73, février 1970.
  • Stanley Milgram, J. Reinert, Would You Obey a Hitler ?, Science Digest, 1970, 67: 34-39, mai 1970.
  • Stanley Milgram, Perils of Obedience, Harper, 1973, 247: 62+, 6 décembre 1973.
  • Stanley Milgram, Man of 1,000 Ideas, Psychology Today, 1974, 8: 74-5, juin 1974.
  • Stanley Milgram, Frozen World of the Familiar Stranger, Psychology Today, 1974, 8: 70-73, juin 1974.
  • Stanley Milgram, Obedience to Authority, Harper and Row, 1974.
  • Stanley Milgram, Image-Freezing Machine, Psychology Today, 1977, 14:7-12, novembre 1976.
  • Stanley Milgram, City Families, Psychology Today, 1977, 10: 59-63+, janvier 1977.
  • Stanley Milgram, Candid Camera, Society, 1979, 16: 72-5, septembre 1979.
  • Stanley Milgram, Understanding Psychological Man, Psychology Today, 1982, 169: 49-51, Mai 1982.
  • Stanley Milgram, Network Love, Omni, 1984, 7: 34+, octobre 1984.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Un passage du film I... comme Icare met en scène l’expérience de Milgram.

Dans son album de 1986 So, Peter Gabriel a écrit une chanson, We Do What We're Told (Milgram's 37), faisant référence à l'expérience de Milgram, qui dans une de ses variantes a vu 37 participants sur 40 infliger la décharge maximale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas Blass, « The Roots of Stanley Milgram's Obedience Experiments and Their Relevance to the Holocaust », Analyse & Kritik, Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, vol. 20, no 1,‎ 1998, p. 49 (ISSN 0171-5860, OCLC 66542890, lire en ligne [PDF])
  2. Steven J. Haggbloom & col. (2002). The 100 Most Eminent Psychologists of the 20th Century, Review of General Psychology, Vol. 6, No. 2, p.146. [lire en ligne] [PDF]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Milgram travesti
Sur les travaux de Milgram, en général
Sur la soumission à l'autorité et les guerres
  • (fr) Jean-Jacques Frésard, « Des laboratoires de Milgram aux champs de bataille : quelques éléments de compréhension du comportement des combattants », RICR, vol. 86, no 853,‎ 2004, p. 147-168. (lire en ligne [PDF])
  • (fr) Daniel Munoz-Rojas et Jean-Jacques Frésard, « Origines du comportement dans la guerre : comprendre et prévenir les violations du DIH », RICR, vol. 86, no 853,‎ 2004, p. 169-187. (lire en ligne [PDF]) ; « pages 169-187. en couleurs »
  • (fr) Sophie Richardot (2008), "L'apport de la psychologie sociale à la question de l'obéissance: les travaux de Stanley Milgram sur la soumission à l'autorité", in A. Loez et N. Mariot (dir.) Obéir / désobéir. Les mutineries de 1917 en perspective, Paris: La Découverte, coll. Recherches, p. 47-60.
Sur la théorie du petit monde