Psychologie de la forme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La psychologie de la forme ou gestaltisme (de l'allemand, Gestaltpsychologie) est une théorie psychologique, philosophique et biologique, selon laquelle les processus de la perception et de la représentation mentale traitent spontanément les phénomènes comme des ensembles structurés (les formes) et non comme une simple addition ou juxtaposition d'éléments.

La théorie gestaltiste a été proposée au début du XXe siècle, notamment par Christian von Ehrenfels, et se base sur plusieurs postulats. Premièrement, les activités psychiques ont lieu dans un système complexe et ouvert, dans lequel chaque système partiel est déterminé par sa relation à ses méta-systèmes. Deuxièmement, un système est conçu dans la théorie gestaltiste comme une unité dynamique définie par les relations entre ses éléments psychologiques. Troisièmement, et cela à la suite de certains amendements théoriques sur le dynamisme mental, on postule qu'un système montre la tendance vers une harmonie entre toutes ses qualités pour permettre une perception ou conception concise et claire, la « bonne forme »[1].

Histoire de la théorie gestaltiste[modifier | modifier le code]

« L'arbre pensé » sans les racines.

On trouve son origine dans quelques idées de Goethe.

La notion de forme a été théorisée par Christian von Ehrenfels qui publie en 1890 un article « Über Gestaltqualitäten ». Il y explique que dans l'acte de perception nous ne faisons pas que juxtaposer une foule de détails, mais nous percevons des formes (Gestalt) globales qui rassemblent les éléments entre eux. Ehrenfels propose un exemple musical : lorsqu'on se rappelle une mélodie, on se souvient d'une structure globale de musique et non d'une suite successive de notes prises isolément.

L'idée de forme se retrouve aussi dans la phénoménologie, fondée par Edmund Husserl, qui est l'étude de l'essence des choses. Par exemple, « l'arbre pensé » ressemble à une forme générale abstraite composé d'un tronc, des branches et des feuilles[2].

Aux XIXe et XXe siècles, ce sont Ernst Mach et surtout Christian von Ehrenfels qui la développent, aussi bien que Max Wertheimer, Wolfgang Köhler, Kurt Koffka, Kurt Goldstein et Kurt Lewin. Ils se sont tous prononcés contre une notion d'éléments dans la psychologie, l'associationisme, et une psychologie behavioriste ou basée sur la théorie des instincts.

Comme le dit Paul Guillaume (1878-1962), principal représentant français de la Gestalt, « Dès lors, on pouvait admettre que l'unité de tous les complexes psychiques avait la même origine que la liaison d'un couple de syllabes dépourvues de sens dans les expériences d'Ebbinghaus, ou la liaison d'un signal conditionnel et d'une réaction dans celles de Pavlov » (Guillaume, 1937, p. 10).

À la suite de la prise du pouvoir par les nazis, les intellectuels juifs sont destitués de leur poste. Wertheimer, Köhler, Goldstein et Lewin ont émigré ou ont été forcés à s'exiler ; Koffka s'était déjà installé aux États-Unis quelques années plus tôt. Mais la greffe théorique prend mal sur le sol américain, où le behaviorisme règne alors en maître.

Gestalt et perception[modifier | modifier le code]

Points d'un cube imaginaire.

Le mot allemand Gestalt est traduit par « forme » (ainsi Gestalttheorie signifie « théorie de la forme »), mais il s'agit en réalité de quelque chose de beaucoup plus complexe, qu'aucun mot ne traduit exactement dans aucune langue. Aussi, a-t-on conservé ce terme de gestalt aussi bien en français (où il est entré dans le dictionnaire[3]), qu'en anglais, en russe ou en japonais.

Le verbe gestalten peut être traduit par « mettre en forme, donner une structure signifiante ». Le résultat, la « gestalt », est donc une forme structurée, complète et prenant sens pour nous.

  • Par exemple, une table prend une signification différente pour nous selon qu'elle est recouverte de livres et de papiers, ou d'une nappe et de plats (sa « gestalt » globale a changé) ; dans un cas, la table est un bureau de travail, et dans l'autre, une table destinée au repas.
  • Autre exemple, lorsqu'on regarde les étoiles, chacune d'elle est un stimulus visuel, pourtant on peut facilement les organiser en constellations, en ensemble formé de stimuli. Ainsi, l'image mentale que nous avons en tête est une forme, et peut être évaluée par notre esprit en tant que telle, par exemple en la nommant : « la Grande Ourse ».

En fait, dès notre naissance, la première « forme » importante que nous reconnaissions est une gestalt : c'est le visage de la sage femme. Le nouveau-né n'en perçoit pas encore les détails, mais la forme globale est « signifiante » pour lui.

Nos perceptions obéissent à un certain nombre de lois : ainsi, une totalité (dans cet exemple, un visage humain) ne peut se réduire à la simple somme des stimuli perçus ; de même,

  • l'eau est autre chose que de l'oxygène et de l'hydrogène ;
  • une symphonie est autre chose qu'une succession de notes.

On constate ainsi que le tout est différent de la somme de ses parties, un des principes phares de la théorie de la gestalt.

La théorie souligne aussi qu'une partie dans un tout est autre chose que cette même partie isolée ou incluse dans un autre tout - puisqu'elle tire des propriétés particulières de sa place et de sa fonction dans chacun d'entre eux : ainsi, un cri au cours d'un jeu est autre chose qu'un cri dans une rue déserte ; être nu sous la douche n'a pas le même sens que de se promener nu sur les Champs-Élysées.

Pour comprendre un comportement ou une situation, il importe donc, non seulement de les analyser, mais surtout, d'en avoir une vue synthétique, de les percevoir dans l'ensemble plus vaste du contexte global, avoir un regard non pas plus « pointu » mais plus large : le « contexte » est souvent plus signifiant que le « texte ». « Com-prendre » c'est prendre ensemble.

Un exemple du philosophe Jean-Paul Sartre, influencé par la Gestalttheorie, permet de bien comprendre cela :

« J'ai rendez-vous avec Pierre à quatre heures. J'arrive en retard d'un quart d'heure : Pierre est toujours exact ; m'aura-t-il attendu ? Je regarde la salle, les consommateurs, et je dis : "Il n'est pas là." (...) "J'ai tout de suite vu qu'il n'était pas là"... Il est certain que le café, par soi-même, avec ses consommateurs, ses tables, ses banquettes, ses glaces, sa lumière, son atmosphère enfumée, et les bruits de voix, de soucoupes heurtées, de pas qui le remplissent, est un plein d'être. Et toutes les intuitions de détail que je puis avoir sont remplies par ces odeurs, ces sons, ces couleurs... Mais il faut observer que, dans la perception, il y a toujours constitution d'une forme sur un fond. Aucun objet, aucun groupe d'objets n'est spécialement désigné pour s'organiser en fond ou en forme : tout dépend de la direction de mon attention. Lorsque j'entre dans le café, pour y chercher Pierre, il se fait une organisation synthétique de tous les objets du café en fond sur quoi Pierre est donné comme devant paraître... Chaque élément de la pièce, personne, table, chaise, tente de s'isoler, de s'enlever sur le fond constitué par la totalité des autres objets et retombe dans l'indifférenciation de ce fond, il se dilue dans ce fond. Car le fond est ce qui n'est vu que par surcroît, ce qui est l'objet d'une attention purement marginale. (...) Je suis témoin de l'évanouissement successif de tous les objets que je regarde, en particulier des visages, qui me retiennent un instant ("Si c'était Pierre ?") et qui se décomposent aussi précisément parce qu'ils "ne sont pas" le visage de Pierre. Si, toutefois, je découvrais enfin Pierre, mon intuition serait remplie par un élément solide, je serais soudain fasciné par son visage et tout le café s'organiserait autour de lui, en présence discrète[4]. »

Principes de base de la Gestalt[modifier | modifier le code]

Vase de Rubin.

La Gestalt est un paradigme qui s'oppose globalement à l'individualisme (bottom-up) en renversant cette perspective vers une approche top-down : en physique, la perception globale d'une forme précède les détails ; en psychologie, la société, le groupe, la culture, la nation sont des entités supérieures qui priment sur l'individu[5].

D'où le postulat gestaltiste suivant :

  • le monde, le processus perceptif et les processus neurophysiologiques sont isomorphes ; c'est-à-dire structurés de la même façon, ils se ressemblent dans leurs structures et dans leurs principes (d'une certaine façon).
  • Il n'existe pas de perception isolée, la perception est initialement structurée.
  • La perception consiste en une distinction de la figure sur le fond (vase de Rubin).
  • Le tout est perçu avant les parties le formant : « Le Tout est supérieur à la somme des parties » ou « L'ensemble prime sur les éléments qui le composent »[6].
  • La structuration des formes ne se fait pas au hasard, mais selon certaines lois dites « naturelles » et qui s'imposent au sujet lorsqu'il perçoit.

Les principales lois de la Gestalt[modifier | modifier le code]

La loi de clôture.
  • La loi de la bonne forme : loi principale dont les autres découlent : un ensemble de parties informe (comme des groupements aléatoires de points) tend à être perçu d'abord (automatiquement) comme une forme, cette forme se veut simple, symétrique, stable, en somme une bonne forme.
  • La loi de continuité : des points rapprochés tendent à représenter des formes lorsqu'ils sont perçus, nous les percevons d'abord dans une continuité, comme des prolongements les uns par rapport aux autres.
La loi de proximité.
  • La loi de la proximité : nous regroupons les points d'abord les plus proches les uns des autres.
La loi de similarité.
  • La loi de similitude : si la distance ne permet pas de regrouper les points, nous nous attacherons ensuite à repérer les plus similaires entre eux pour percevoir une forme.
  • La loi de destin commun : des parties en mouvement ayant la même trajectoire sont perçues comme faisant partie de la même forme.
  • La loi de familiarité : on perçoit les formes les plus familières les plus significatives.

Ces lois agissent en même temps et sont parfois contradictoires.

Représentants importants[modifier | modifier le code]



Composition avec des lois de la Gestalt (Théorie et design dans l’Âge de la Nouvelle Objectivité, 2011).

Gestalt et Design[modifier | modifier le code]



Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction de Meili, Struktur der Intelligenz, 1981, (ISBN 3-456-80908-5), page 58.
  2. Jean-François Dortier, Sciences humaines (hors série no 7) : la grande histoire de la psychologie, septembre-octobre 2008, page 45.
  3. Définitions lexicographiques et étymologiques de « gestalt » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales.
  4. Jean-Paul Sartre, L'Être et le Néant, Paris, Gallimard (Tel), 1943, p. 44.
  5. Holisme contre élémentarisme, Jean-François Dortier, Sciences humaines (hors série no 7) : la grande histoire de la psychologie, septembre-octobre 2008, page 45.
  6. Jean-François Dortier, Sciences humaines (hors série no 7) : la grande histoire de la psychologie, septembre-octobre 2008, page 44.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • W. Köhler, Psychologie de la forme, 1929, Paris, Gallimard (collection "idées"), 1964
  • A. Gurwitsch, Développement historique de la Gestalt-Psychologie, 1935, Thalès, p. 167-176
  • P. Guillaume, La psychologie de la forme, 1937, Paris, Flammarion, 1979
  • (en) Mitchell Ash, Gestalt Psychology In German Culture 1890 - 1967, Cambridge University Press, Cambridge, 1995
  • V. Rosenthal & Y.-M. Visetti, Köhler, Paris, Les Belles Lettres, 2003

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]