Myers Briggs Type Indicator

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Myers Briggs Type Indicator (MBTI) est un outil d'évaluation psychologique déterminant le type psychologique d'un sujet, suivant une méthode proposée en 1962 par Isabel Briggs Myers et Katherine Cook Briggs.

Il sert comme outil dans les identifications des dominantes psychologiques des personnes dans des cadres liés au management ou aux problèmes dans le cadre des relations interpersonnelles.

Origine historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Type psychologique.

Dans le cadre de la Psychologie analytique, Carl Gustav Jung (1875-1961), psychiatre suisse, a amené des éléments théoriques dont l'existence des «types psychologiques». Cette invention a été publiée en 1921.

À partir de son invention des types psychologiques, des chercheurs ont développé des approches théoriques, dont la socionique en Union Soviétique et le MBTI aux États-Unis, développé par Isabel Briggs Myers (1897-1980) et sa mère, Katherine Cook Briggs. Pendant 40 ans elles ont travaillé sur ces aspects de la théorie pour aboutir à la création du MBTI.

Les préférences du MBTI[modifier | modifier le code]

Tableau illustré expliquant les 4 dimensions du MBTI[1]

Le test proprement dit a pour résultat de déterminer quelle est la fonction dominante et la fonction auxiliaire du sujet, suivant le Type psychologique proposé par Jung. Dans ce but, le test détermine les préférences du sujet suivant quatre axes.

Voici un tableau récapitulatif de ces 4 axes[1] :

  • l'orientation de l'énergie entre E Extraversion et I Introversion permet de déterminer si la fonction principale est introvertie ou extravertie ;
  • la manière privilégiée pour recueillir de l'information, entre S Sensation et N Intuition, permet de déterminer lequel de ces aspects est le mieux maîtrisé par le sujet (sous forme de fonction dominante ou auxiliaire) ;
  • de même, le traitement privilégié pour la prise de décision, entre T Pensée et F Sentiment, détermine laquelle des deux est la fonction privilégiée (sous forme de fonction dominante ou auxiliaire).

Cependant, ces trois préférences ne permettent pas de distinguer entre la fonction dominante et l'auxiliaire.

Afin de connaître quel genre de fonction (perceptuelle ou de jugement) est la plus forte, Isabel B. Myers a conçu, en 1980, la polarité Jugement-Perception en se fondant sur la distinction faite par Jung entre les types irrationnels (perception) et les types rationnels (jugement). Pour les types irrationnels, d'après Jung, c'est la perception (sensation ou intuition) qui est extravertie ; tandis que pour les types rationnels c'est le jugement (pensée ou sentiment) qui l'est. Le test sur cette quatrième préférence permet ainsi de déterminer laquelle des deux fonctions est la fonction principale du sujet.

C’est ainsi que les seize types psychologiques de base se sont développés[2].

Les préférences sont donc finalement les suivantes :

  • Orientation de l'énergie : E Extraversion / I Introversion
  • Recueil d'information : S Sensation / N' Intuition
  • Prise de décision : T Pensée / F Sentiment
  • Mode d'action (axe qui est extraverti) : J Jugement / P Perception

L'indicateur MBTI identifie alors 16 grands types de personnalité à partir des 2 préférences possibles sur chacune des 4 dimensions précédentes. La connaissance de vos 4 préférences vous indique votre type MBTI. Ils sont donc au nombre de 16.

Certains tests vous indiqueront le pourcentage de clarté dans votre choix, par exemple T à 75 % et F à 25 %. Il s'agit bien de préférences individuelles. Nous utilisons par exemple tous l'intuition et la sensation pour percevoir, mais généralement, nous sommes plus à l'aise avec l'une des deux, que nous utiliserons plus souvent, plus naturellement, tout comme nous avons une préférence pour l'utilisation d'une de nos deux mains.

Correspondance entre MBTI et fonctions psychologiques de Jung[modifier | modifier le code]

Dans le type MBTI, les fonctions dominantes et auxiliaires sont codées de la manière suivante :

  • La première lettre indique si la fonction dominante est introvertie (I) ou extravertie (E) ;
  • La quatrième lettre donne la préférence qui est extravertie, l'axe de la Perception (P) ou celui du Jugement (J). Combinée à la première lettre, on peut en déduire sur quel axe est la fonction dominante : pour les ExxP et IxxJ, la fonction dominante est donnée par la deuxième lettre, et par la troisième pour les IxxP et ExxJ.

Outre les fonctions dominante et auxiliaire, on définit également les fonctions tertiaire et inférieure, respectivement complémentaires des fonctions auxiliaire et dominante[3]. Ainsi, par exemple, un sujet dont le type MBTI est INTP, c'est l'axe de la Perception (P) qui est extraverti, la fonction principale (qui est introvertie, I) est donc celle de l'axe du jugement, la troisième lettre, ici orientée sur la pensée (T). Il aura donc :

  • pour fonction dominante la pensée (T) Introvertie (IT, la première et la troisième lettre) ;
  • comme fonction auxiliaire l'iNtuition Extravertie (NE, la deuxième lettre, et l'opposée de la première) ;
  • il pourra développer une fonction tertiaire de Sensation Introvertie (SI, complément de la fonction auxiliaire) ;
  • sa fonction inférieure est le Sentiment (F) Extraverti (FE, complément de la fonction dominante).

Il est à noter que, dans la typologie originale de Jung, les trois fonctions non dominantes ont toutes une orientation de l’énergie opposée à celle de la fonction dominante, ce qui fait que la fonction tertiaire de l’exemple ci-dessus serait SE et non SI (complémentaire de la fonction auxiliaire). On observe donc, pour l’orientation de l’énergie de la fonction tertiaire, trois « courants de pensée » parmi les praticiens utilisant le MBTI : ceux qui suivent la typologie originale de Jung, ceux qui suivent la typologie établie par Myers et Briggs et ceux qui n’indiquent aucune orientation de l’énergie pour la fonction tertiaire.

Aspects industriels du MBTI[modifier | modifier le code]

Domaines d'utilisation professionnelle[modifier | modifier le code]

Selon le Center for Applications of Psychological Type, environ 2 millions de personnes par an effectuent le test MBTI. L’indicateur peut être utilisé en éducation, en counseling, ainsi que dans toute situation qui demande de la coopération ou du travail d’équipe auprès des adolescents de 16 ans et plus et des adultes.

OPP, qui détient les droits d'utilisation du test en Europe, précise qu'il «aide à améliorer les relations personnelles et professionnelles, augmente la productivité et permet d'identifier les préférences en matière de leadership et de communication». Beaucoup d'écoles l'utilisent pour leurs conseils d'orientation. C'est l'indicateur le plus utilisé au monde[réf. nécessaire].

Forme officielle du test[modifier | modifier le code]

Il existe six formes du MBTI américain[4]. Elles diffèrent par le nombre de questions posées (de 93 à 222), par le mode d'emploi (auto-analyse ou analyse par un tiers) et par le contexte d'emploi (forme simple, analyse de facettes au sein des différents types,...).

Protection légale[modifier | modifier le code]

Le MBTI est une marque déposée par la fondation Myers Briggs[5]. De ce fait, seuls les praticiens licenciés à cette fin peuvent faire passer officiellement un « test MBTI® », faute de quoi la pratique affichée d'un tel test constitue une contrefaçon.

Le test officiel est payant et il est nécessaire d'être certifié pour le faire passer. Cette certification inclut le respect d'un code de déontologie (par exemple, l'interdiction de faire passer le MBTI dans le cadre d'un entretien d'embauche[réf. nécessaire]).

La protection légale mise en place par la fondation vise à assurer que le « test MBTI® » reste synonyme d'une prestation de qualité suffisante et homogène (et assure à ladite fondation les revenus financiers nécessaires à son fonctionnement).

Détermination gratuite du type MBTI[modifier | modifier le code]

L'interdiction de proposer un test MBTI sans licence ne concerne que les professionnels du secteur soucieux de proposer le MBTI en tant que tel. Comme indiqué ci-dessus, le test révèle le type psychologique selon la typologie proposée par Jung, et si une méthode particulière peut être protégée (par le droit des brevets et le droit des marques), le fait d'obtenir le résultat est du domaine public.

Il existe de nombreux sites en ligne proposant des tests gratuits pour déterminer (avec plus ou moins de fiabilité) son type MBTI.

Même si le test particulier édité par la fondation Myers Briggs ne peut pas être employé sans son autorisation (il est protégé dans sa forme particulière par le droit d'auteur), n'importe quelle méthode permettant d'identifier correctement la fonction dominante et la fonction auxiliaire du sujet conduira à un résultat équivalent, et la manière de nommer le résultat (par exemple, type ISTJ, ENFP,...), qui fait explicitement référence à la nomenclature introduite par Myers et Briggs, tombe sous le régime du droit de courte citation par rapport à cette œuvre.

Le résultat du test - s'il est de bonne qualité - est donc le même, mais il n'est pas légal de présenter ce résultat comme celui d'un test MBTI certifié en tant que tel.

Mieux vaut donc recourir à un praticien certifié pour le passer. Une fois le questionnaire MBTI rempli, un entretien personnalisé permet à la personne d'explorer elle-même ses préférences et ainsi valider son type.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Stéphanie Assante, Les 16 grands types de personnalité, Editions Dangles, 2012.
  2. d'après Le MBTI – Indicateur de types psychologiques Myers-Briggs, Wilfrid Larochelle, c.o.
  3. (en) « TypeLogic » (consulté le 3 mai 2011)
  4. Versions of the MBTI® Questionnaire, The Myers & Briggs foundation.
  5. The Myers & Briggs foundation

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]