Mary F. Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mary Lyon

Description de cette image, également commentée ci-après

Mary Frances Lyon.

Nom de naissance Mary Frances Lyon
Naissance 15 mai 1925
Norwich (Royaume-Uni)
Décès 25 décembre 2014 (à 89 ans)
Nationalité britannique
Champs généticienne
Diplôme doctorat
Formation université de Cambridge
université d'Édimbourg
Renommée pour découverte de l'inactivation du chromosome X
Distinctions Médaille royale de la Royal Society

Mary Frances Lyon est une généticienne britannique, née à Norwich le 15 mai 1925 et morte le 25 décembre 2014.

Elle est connue pour la découverte de l'inactivation du chromosome X.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mary Lyon est scolarisée dans un établissement secondaire (grammar school) de Birmingham. Elle s'intéresse à la biologie après avoir gagné des livres traitant du sujet. Elle entre au Girton College de l'université de Cambridge en 1943 et choisit la zoologie comme matière principale. L'université ne décernant pas encore de diplômes aux femmes, elle reçoit en 1946 un diplôme honorifique (titular degree). Elle entreprend un doctorat avec le généticien Ronald Aylmer Fisher et le poursuit à l'université d'Édimbourg avec Douglas Scott Falconer (en). Elle soutient sa thèse en 1950[1],[2],[3].

A partir de 1962 elle rejoint l'établissement de recherche atomique d'Harwell où elle reste jusqu'à sa fin de carrière. A part l'inactivation du chromosome X, elle a travaillé sur divers sujets dont les cellules souches et leur congélation[4].

Découverte de l'inactivation du chromosome X[modifier | modifier le code]

L'inactivation du chromosome X, ou lyonisation, correspond à l'inactivation d'un des deux chromosomes X chez la femme. Ce phénomène a lieu précocement, lorsque l'embryon est au stade des 64 cellules. Le chromosome X inactivé correspond alors au corpuscule de Barr. Mary F. Lyon a publié pour la première fois cette hypothèse en 1961 dans la revue Nature[5].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Une « Mary Lyon Centre » a été créée en 2004 sur la génomique fonctionnelle de la souris, situé sur le site de Harwell[6].

Une médaille à son nom a été créée par la Société de Génétique anglaise, décernée chaque année à partir de 2015[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Elizabeth H. Oakes, Encyclopedia of World Scientists, Infobase Publishing,‎ 2007, 852 p. (ISBN 9781438118826, lire en ligne), p. 471
  2. (en) Steve Brown, Bruce Cattanach, « Mary Lyon obituary », The Guardian,‎ 21 janvier 2015
  3. (en) « Mary Lyon, geneticist - obituary », The Daily Telegraph,‎ 3 février 2015
  4. Watts G, Mary Frances Lyon, Lancet, 2015;385:768
  5. Lyon MF. Gene action in the x-chromosome of the mouse. Nature 1961;190(22):372-3
  6. Mary Lyon Centre
  7. Mary Lyon Medal Sur le site de la Genetic Society

Liens externes[modifier | modifier le code]