Première bataille de Kharkov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Kharkov.
Première bataille de Kharkov
Infanterie et véhicules blindés allemands combattent les défenseurs soviétiques dans les rues de Kharkov.
Infanterie et véhicules blindés allemands combattent les défenseurs soviétiques dans les rues de Kharkov.
Informations générales
Date Du 20 au 24 octobre 1941
Lieu Kharkov (Kharkiv), Union soviétique
Actuelle Ukraine
Issue Victoire allemande
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand Drapeau de l'URSS Union soviétique
Commandants
Walter von Reichenau Ivan Tyulenev
Forces en présence
6e Armée 28e Armée
38e Armée
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Front de l’Est

Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver · Opération Barbarossa · Guerre de Continuation · Bataille de Białystok–Minsk · Opération Silberfuchs · 1re bataille de Smolensk · Bataille de Kiev · Siège d'Odessa · Siège de Léningrad · Offensive de Siniavino · Campagne de Crimée · Bataille de Moscou · Seconde bataille de Kharkov · Bataille du Caucase (Opération Fall Blau) · Poche de Demiansk · Poche de Kholm · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Opération Mars · Opération Saturne · Opération Iskra · Offensive Ostrogojsk-Rossoch · Offensive Voronej-Kastornoe · Bataille de Krasny Bor · Troisième bataille de Kharkov · Bataille de Koursk · 2e bataille de Smolensk · Bataille du Dniepr · Offensive Dniepr-Carpates · Offensive de Crimée · Opération Bagration · Offensive Lvov-Sandomierz · Insurrection de Varsovie · Soulèvement national slovaque · Guerre de Laponie · Bataille de Budapest · Offensive de Poméranie orientale · Siège de Breslau · Offensive de Prusse-Orientale · Offensive Vistule-Oder · Bataille de Königsberg · Offensive Vienne · Bataille de Seelow · Bataille de Bautzen · Bataille de Berlin · Insurrection de Prague · Offensive Prague · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

La Première bataille de Kharkov, appelée ainsi par Wilhelm Keitel[1], est une bataille livrée entre le 20 et le 24 octobre 1941, quand la Wehrmacht mit au point un combat tactique pour s'emparer de la ville de Kharkov (aujourd'hui Kharkiv en Ukraine).

La bataille[modifier | modifier le code]

Avant la bataille[modifier | modifier le code]

Carte représentant l'avancée allemande sur le front de l'Est, plus précisément dans la région de Kharkov en octobre 1941.
Un Sturmgeschütz III (à gauche) et un SdKfz 250 (à droite) allemands progressent dans les rues de Kharkov en octobre 1941.

Cette bataille s'inscrit dans la phase finale de l'opération Barbarossa et vit sur le champ de bataille la 6e armée allemande du groupe d'armées Sud s'opposer aux 28e et 38e armées soviétiques. Ces dernières durent défendre la ville et contenir le plus longtemps possible l'avancée de l'armée allemande pour permettre le démontage et le transfert des usines soviétiques vers l'est.

En automne 1941, Kharkov a été considérée comme l'une des plus importantes bases stratégiques pour les connexions de chemin de fer, elle relie l'axe est-ouest et nord-sud d'Ukraine.

Kharkov était l'un des plus grands centres industriels de l'Union soviétique. La plus grande contribution de T-34, à la fois conçu et développé dans les usines de tracteurs de la ville. La ville possède les réservoirs d'essence les plus grands du pays. La ville possède une usine aéronautique, une usine de turbines, de tracteurs d'artillerie, de mortiers de 82 mm, de mitraillettes et de munitions.

La population de la ville au 1er mai 1941 était de 901000. En septembre 1941, la population atteint un sommet de 1,5 million de personnes. Après de multiples attaques, la population de Kharkov diminuera jusqu'à 180.000, ce qui est la population après la libération de la ville en août 1943.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 55e corps d'armée allemand commandé par le général Erwin Vierow avance sur Kharkov. Pour la défense de Kharkov, la 216e division d'infanterie est réformée à Kharkov après sa destruction à Kiev. Elle a reçu peu de soutien et la défense de Kharkov était seulement nécessaire aussi longtemps que son équipement de l'usine n'avait pas été complètement évacué.

Le 21 octobre, tous les équipements et les machines des usines avaient été chargés sur des trains de marchandises prêts à partir vers l'est. Mais ce même jour, la 101e division d'infanterie allemande se rapproche à près de 11 km de la gare de triage.

Le 22 octobre, le 228e régiment d'infanterie allemand reçoit l'ordre de procéder à la reconnaissance des lieux afin de déterminer la résistance de l'ennemi. Ce même jour, à midi, le régiment est attaqué par un bataillon d'infanterie soviétique appuyé par des chars. L'attaque est repoussée et deux réservoirs à essence sont désactivés.

Pour l'attaque, le 3e bataillon attaque le flanc droit et est renforcé avec deux canons d'artillerie de la division des Canons de 88 mm, du 85e Régiment d'artillerie. Le 2e bataillon reste en renfort. Le 1e bataillon du régiment reste en réserve.

Le 20 octobre 1941 l'évacuation des installations industrielles est pratiquement achevée. Trois cent-vingt trains ont été envoyés avec le matériel à partir de 70 grandes usines.

L'attaque débute le 23 octobre, l'artillerie n'était pas prête pour l'attaque prévue à midi, de sorte que l'attaque a dû être reportée, car les canons avait été coincés dans la boue à l'arrière, ils arrivent à l'avant à 14h30, et l'artillerie était prête et l'heure d'attaque à 15h00.

La 6e armée allemande encercla la ville par le nord tandis que la 17e armée fit de même en prenant par le sud, depuis les positions défensives soviétiques le 24 octobre.

Bien que la ville fut prise par les troupes allemandes ce même jour, la majeure partie des transports par chemin de fer furent évacués par les autorités soviétiques.

Kharkov est prise par la 6e armée allemande, sous le commandement de Walther von Reichenau, le 24 octobre 1941.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Kimber, William, The memoirs of Field-Marshal Keitel, Londres, Walter Gorlitz, trad. par David Irving, 1965.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]