Pontamafrey-Montpascal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pontamafrey-Montpascal
Image illustrative de l'article Pontamafrey-Montpascal
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Saint-Jean-de-Maurienne
Maire
Mandat
Philippe Falquet
2008-2014
Code postal 73300
Code commune 73203
Démographie
Population
municipale
331 hab. (2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 48″ N 6° 20′ 32″ E / 45.3133333333, 6.34222222222 ()45° 18′ 48″ Nord 6° 20′ 32″ Est / 45.3133333333, 6.34222222222 ()  
Altitude Min. 464 m – Max. 2 680 m
Superficie 11,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Pontamafrey-Montpascal

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Pontamafrey-Montpascal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pontamafrey-Montpascal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pontamafrey-Montpascal

Pontamafrey-Montpascal est une commune française, située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montpascal est un petit village de Maurienne situé sur un plateau à 1400 mètres d’altitude. La commune est limitée au nord par le Grand Coin de Saint-Jean-de-Belleville, à l’est du Chatel par le ruisseau de la Ravoire, au sud de Montvernier par les apics de la Loza, à l’ouest de Montaimont par le col du Chaussy. La paroisse n’a qu’un seul village situé à proximité de l’église.

Histoire[modifier | modifier le code]

Anciennement Montpascal était une paroisse d’une certaine importance. En 1564, il y avait 249 habitants, 340 en 1630, 420 en 1852. Puis vint l’émigration. En 1878 la population était de 360 habitants. Il y avait une soixantaine d’émigrés en hiver, une quarantaine faisaient les cochers à Paris, les autres s’en allaient en diverses villes comme ramoneurs et portefaix. Beaucoup d’émigrés temporaires devinrent émigrés définitifs. La population tomba rapidement à 291 habitants en 1906, à 200 en 1920, à 170 en 1943.

Dans les documents les plus anciens connus, la paroisse est désignée sous le nom de Mons Pascalis (Mont-Pascal). Le pays a été vraisemblablement, dans les temps anciens[Quand ?], la propriété d’une personne nommée Pascal. D’après une autre opinion[Laquelle ?], Montpascal vient de Mons-Pascue (Montagne de troupeaux). La commune aurait été un lieu de pâturage pour les troupeaux de Montvernier. Rien ne semble confirmer cette étymologie.

En patois on dit : Montpacal. À partir de 1600 jusqu’en 1820, dans quelques documents on trouve cette orthographe de Montpascal.

On ne sait pas exactement depuis quelle époque Montpascal est habité. Il est probable qu’elle soit une des plus anciennes communes de Maurienne. Les Plateaux élevés, entourés de précipices qui leur servaient de défenses naturelles ont été habités avant les vallées.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Philippe Falquet ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 331 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
100 110 131 123 129 152 155 166 154
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
148 136 143 141 162 167 146 145 144
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
129 126 129 165 162 154 178 182 189
1982 1990 1999 2006 2008 2011 - - -
197 301 350 345 343 331 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  3. Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance. Collection L'amateur Averti,‎ 2005, 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 164-165.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :