Placoplatre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Placoplatre

Création 1947
Forme juridique société anonyme
Siège social Drapeau de France 34 Avenue Franklin Roosevelt, 92150 Suresnes (Hauts-de-Seine(France)
Direction Thierry Fournier« Placoplâtre : Thierry Fournier succède à Jean-Marie Vaissaire », sur Le Moniteur,‎ 11 septembre 2012</ref>
Activité production et commercialisation de plâtre
Société mère Saint Gobain
Site web Placoplatre
Chiffre d’affaires 609 millions d'euros 2012[1]

Placoplatre est l'une des principales filiales du groupe Saint-Gobain qui compte 1 600 salariés en France, dont 180 au siège de Suresnes depuis 1994[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

En France, l’histoire de la plaque de plâtre et du métier de plaquiste se confond avec celle de Placoplatre.

Pionnière de la plaque de plâtre en France, autrefois seulement utilisé sous la forme de poudre pour enduire les murs, la société Placoplatre commercialise des solutions pour l’isolation, l’aménagement et la décoration intérieure. Placoplatre et Placo® sont les noms déposés de la gamme de plaques de plâtre propriété du groupe Saint-Gobain. Le nom est déposé tel quel à l'INPI, sans accent circonflexe, bien que venant de plâtre.

Il existe d'autres fabricants de produits similaires (tels Siniat et Knauf).

Dans l'usage courant, ce nom est souvent devenu générique, ainsi que le diminutif « Placo® » désignant ce produit.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1947, alors que la Seconde Guerre mondiale vient de se terminer et que la reconstruction des villes est une priorité mondiale, les sociétés Lambert Frères & Compagnies, Poliet & Chausson et la Société des Plâtrières Modernes de Grozon créent la société Placoplatre dans le but de commercialiser et de produire la plaque de plâtre qui « répond pleinement aux besoins de la reconstruction » selon les frères Lambert[3]. La société ouvre sa première usine à Vaujours en 1948, directement reliée aux usines de Lambert et Poliet, installées dans la même ville. Dans le cadre du plan Marshall[4], l'usine est aidée par US Gypsum qui lui fournit une partie de son matériel. Cette année-là, 500 000 mètres carrés de plaques de plâtre sont produits par l'entreprise[5].

Alors que la plaque de plâtre a du mal à séduire les entrepreneurs, par son aspect trop différent, la société Placoplatre arrive finalement entre 1954 et 1955 à trouver une place sur le marché et multiplie par cinq sa production annuelle[3]. L'entreprise construit une autre usine à Cognac et une seconde à Vaujours en 1973[6].

L'usine de Vaujours est en 2010 la première usine (en volume) de transformation de gypse (matière servant à fabriquer le plâtre) en Europe[7].

Chiffre d'affaires et actionnariat[modifier | modifier le code]

De 2010 à 2011, le chiffre d'affaires de l'entreprise passe d'environ 577 millions d'euros à plus de 630 millions d'euros[8]. En 2012, le chiffre d'affaires de l'entreprise est de 609 millions d'euros. L'entreprise emploie 1 600 personnes en France[1].

L'entreprise est détenue à 67,20 % par des actionnaires individuels, mais également par différentes entreprises dont Wendel (17,50 %), Saint Gobain (4,77 %) et la Caisse des Dépôts et Consignations (2,90 %)[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Placoplâtre surfe sur le Grenelle de l'environnement, Suresnes magazine, septembre 2010, n°212, page 13.
  2. a et b « La naissance de Placoplatre », sur Musée du plâtre,‎ septembre 2006
  3. « Le Plan Marshall devenu un plan marshall ? », sur Passion Histoire,‎ décembre 2008
  4. « L'usine Placo de Vaujours », sur Entre.Pros
  5. « Le Placo renforce Saint-Gobain », sur Challenges,‎ 27 novembre 2008
  6. « Placoplatre : un vaste chantier indutriel et logistique », sur Retour d'expérience,‎ juin 2010
  7. a et b « Placoplatre », sur Le Journal du Net

Lien externe[modifier | modifier le code]