Jean-Pierre Vidal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vidal.
Jean-Pierre Vidal Alpine skiing pictogram.svg
Illustration manquante : importez-la
Contexte général
Sport ski alpin
Période active 1995-2006
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance 24 février 1977
Lieu de naissance Saint-Jean-de-Maurienne
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 1 0 0
Championnats du monde 0 0 1
Coupe du monde (globes) 0 0 0
Coupe du monde (épreuves) 2 1 3
* Dernière mise à jour : 31 janvier 2014

Jean-Pierre Vidal, né le 24 février 1977 à Saint-Jean-de-Maurienne, est un skieur alpin français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Vidal, grandi à La Toussuire dans une famille de skieurs. Ses parents étaient moniteurs de ski et tenaient un magasin d'articles de sport. Sa sœur Vanessa Vidal est aussi une skieuse alpine.

Débuts[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Vidal effectue ses débuts en 1995 sur le circuit FIS Race. Il participe aux épreuves de descente, super G, géant et slalom aux championnats du monde juniors de ski alpin à Voss en Norvège et termine 15e en slalom et 17e en géant. En 1996, il intègre l'équipe de France pour disputer la coupe d'Europe en Italie, mais se blesse gravement au genou lors d'un entrainement de descente, ce qui l'oblige à mettre un terme à sa saison. La saison suivante, intègré dans le groupe France engagé pour les coupes d'Europe, le jeune français y réalise une saison correcte qui confirme sa place pour la saison suivante. En 1998, fort d'un bon début de saison dans les circuits inférieur, Vidal dispute ses 2 premières coupes du monde à Kranjska Gora marquées par 2 abandons. Au terme d'une saison constructive Vidal termine 6e des géants et slaloms des championnats de France. En 1999, Vidal effectue une saison marquée par plusieurs tops 10 en coupe d'Europe. Mais lors d'un entrainement de descente la veille des championnats de France, il se blesse très gravement : rupture des ligaments croisés des 2 genoux. Après une saison 1999-2000 quasi vierge qui le voit disputer quelques courses FIS alors que les saisons de coupe d'Europe et du monde sont finies, le français effectue son retour la saison suivante.

2000-2001 : Championnats de France[modifier | modifier le code]

Réintégré en équipe de France dès la tournée américaine et engagé sur quelques coupes du monde en début de saison peu fructueuses, Vidal effectue un bon retour au vu de la nature de sa blessure 2 ans auparavant. Il enchaîne les podiums en courses FIS et obtient dès janvier des résultats réguliers en coupe d'Europe. Vainqueur du slalom il réalise le doublé en remportant les deux manches devant Sébastien Amiez et Julien Lizeroux.

2001-2002: Titre olympique[modifier | modifier le code]

S'élançant avec de gros dossards dans les slaloms disputés dans des conditions difficiles à Park City (en) et ou beaucoup de gros dossard sortent du lot (Ivica Kostelic, Giorgio Rocca, Bode Miller entre autres), Vidal (dossard 36) obtient son premier top 10 en coupe du monde, terminant 9e du premier slalom dominé par Ivica Kostelic. Il fera encore mieux le lendemain accrochant son premier podium en coupe du monde avec encore le dossard 36 en finissant 3e derrière Mario Matt et Bode Miller. Renforcé par ces résultats, Vidal confirme lors du retour en Europe sur les slaloms de décembre en terminant 4e à Madonna di Campiglio mais surtout en empochant sa 1re victoire en coupe du monde lors du slalom de Kranjska Gora devançant de 75 centièmes Mario Matt et de 92 centièmes Ivica Kostelic. En janvier, toujours régulier dans le top 10 (5e à Wengen et 8e à Adelboden) le français signe un nouveau podium avec une 2e place à Schladming derrière Bode Miller. 3e podium de la saison qui lui permet d'aborder les Jeux olympiques d'hiver de 2002 en étant avec 396 points déjà assuré de finir dans le top 3 du classement du slalom à l'issue de la saison. Le jour de la course sur une piste cassée par les trombes d'eau qui tombent depuis le début de la journée, Vidal remporte la première manche en devançant de 36 centièmes l'américain Bode Miller et de 73 centièmes le croate ivica Kostelic. Au moment de s'élancer Vidal possède 2 secondes 15 centièmes d'avance sur son coéquipier Sébastien Amiez qui domine le slalom. Vidal conclut sa saison avec un nouveau podium lors des finales de la saison à Altenmarkt (3e derrière Ivica Kostelic et Bode Miller). Saison qui le voit terminer au 3e rang de la coupe du monde de slalom et au 13e rang du classement général.

2003-2005: 3 années difficiles[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2002-2003, après un bon début de saison en slalom (6e à Park City (en), 5e à Sestriere) commence à pêcher de par son irrégularité. Si le mois de janvier débute par un podium à Kranjska Gora (3e derrière Ivica Kostelic et Rainer Schönfelder) et une 6e place à Wengen, le ski de Vidal va d'un coup se déregler lors des 2 slaloms autrichiens où très bien placé en première manche il partira chaque fois à la faute en seconde manche. Sortit en géant, Vidal craque en seconde manche du slalom alors qu'il était 5e après la première manche et en position pour jouer la médaille. Il termine à la 10e place du classement du slalom derrière son coéquipier Pierrick Bourgeat 9e.

En 2003-2004, il finit sa saison à une anonyme 26e place du classement du slalom.

2004-2005 est une saison de la même veine que la précédente. Il finit cependant la saison avec une 5e place à Schladming et une 7e place lors des finales de Lenzerheide. Il dispute en outre en février les championnats du monde de ski alpin de 2005 à Bormio qui se conclue par une sortie de piste en première manche. Il finit au 13e rang du classement du slalom.

2005-2006 : Come-Back et fin de carrière[modifier | modifier le code]

Après un début de saison délicat (sortie à Beaver Creek), Jean-Pierre Vidal prouve qu'il sait se motiver en année olympique. Dès décembre il retrouve la confiance qui lui permet de skier au niveau des meilleurs. Enchaînant les prestations de qualités, le français va signer une série de tops 10 (5e à Madonna di Campiglio, 9e à Kranjska Gora, 4e à Adelboden et 9e à Wengen) qui atteindra son apogée lors du slalom de Kitzbühel qui le verra remporter sa 2e victoire devant les autrichiens Reinfried Herbst et Benjamin Raich au terme d'une deuxième manche au cours de laquelle il heurte un piquet en pleine tête ce qui ne l'empêche pas de l'emporter la bouche en sang. Disqualifié deux jours après lors du slalom nocturne de Schladming, Vidal aborde les jeux olympiques d'hiver de 2006 à Turin. Il chute lors d'une séance de ski libre la veille du slalom olympique. C'est bras cassé en écharpe qu'il annonce avant même le début du slalom qu'il met un terme immédiat à sa carrière.

Il s'investit alors dans des magasins d'articles de sport à la Toussuire et au Corbier. Il est aussi impliqué dans la chaîne Eurosport en tant que consultant occasionnel et dans la candidature d'Annecy aux Jeux olympiques de 2018 dont il est le vice-président.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement au Général : 13e en 2002.
  • 2002 : Slalom : une victoire (Kranjska Gora (Drapeau de la Slovénie Slovénie))
  • 2006 : Slalom : une victoire (Kitzbühel (Drapeau de l'Autriche Autriche))

Championnat de France[modifier | modifier le code]

  • Champion de France de slalom : 2001 et 2003
  • Champion de France de géant : 2001, 2004 et 2005

Championnat du monde universitaire[modifier | modifier le code]

  • Champion du monde universitaire de géant : 1999

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]