Fontcouverte-la-Toussuire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fontcouverte-la-Toussuire
Vue de la Toussuire en hiver
Vue de la Toussuire en hiver
Blason de Fontcouverte-la-Toussuire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Saint-Jean-de-Maurienne
Canton Saint-Jean-de-Maurienne
Intercommunalité Communauté de communes de l'Arvan
Maire
Mandat
Bernard Anselme
2014-2020
Code postal 73300
Code commune 73116
Démographie
Gentilé Foncouvertins / Foncouvertines
Population
municipale
593 hab. (2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 50″ N 6° 18′ 11″ E / 45.2472222222, 6.30305555556 ()45° 14′ 50″ Nord 6° 18′ 11″ Est / 45.2472222222, 6.30305555556 ()  
Altitude Min. 659 m – Max. 2 305 m
Superficie 21,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Fontcouverte-la-Toussuire

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Fontcouverte-la-Toussuire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontcouverte-la-Toussuire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontcouverte-la-Toussuire
Liens
Site web La-toussuire.com

Fontcouverte-la-Toussuire est une commune française, située dans le département de la Savoie en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Foncouvertines et les Foncouvertins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fontcouverte-la-Toussuire se trouve 17 km au sud-ouest de Saint-Jean-de-Maurienne, dans la vallée de l'Arvan. Fontcouverte se situant à 1160 m d'altitude et La Toussuire à 1700 m.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Evolution part résidences principales/secondaires de la ville de Fontcouverte-la-Toussuire de 1962 à 1999[1].

1962 1968 1975 1982 1990 1999
Résidences principales 144 163 158 216 214 214
Résidences secondaires abs. 191 564 989 1 538 1 649

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La Toussuire fut une des premières stations de ski, puisque le 21 janvier 1923 eut lieu le premier concours officiel de ski.

  • En 1927, le ski-club de Fontcouverte fut créé, il fusionna neuf ans plus tard avec les ski-club mauriennais.
  • En 1937, installation du premier téléski

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armoiries de Fontcouverte-la-Toussuire

Les armoiries de Fontcouverte-la-Toussuire se blasonnent ainsi :
« D'azur au besant d'or chargé d'une aigle de sable, becquée et membrée de gueules, portant un écusson du même à la croix d'argent. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
vers 1860 ... Jean Pierre Bouttaz ... ...
1935 1959 Albert Coche ... ...
1959 1977 Louis Buisson ... ...
1977 1995 Léon Girardin ... ...
1995 mars 2001 René Sibué ... ...
mars 2001 mars 2008 Jean-Paul Guyon ... ...
mars 2008 en cours Bernard Anselme ... ...

Population et Société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 593 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 266 1 271 1 307 1 450 1 486 1 357 1 356 1 358 1 353
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 359 1 313 1 281 1 267 1 287 1 176 1 163 1 192 1 159
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
949 791 758 723 645 596 550 628 506
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011 - -
603 528 504 532 554 569 593 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • À partir du 16 juin 2008, présence de l'équipe de handball pour 11 jours de stage Alpin, en vue de la préparation aux Jeux Olympique de Pékin[4]
  • Hiver 2008 : Le championnat du monde de goulet cross est renouvelé !. En effet, la commune Foncouverte-la-Toussuire en accord avec l'ELF et la FIGC ont adopté la réorganisation de cette manifestation, qui l'an passé, a suscité l'engouement des participants et des spectateurs.
  • Du 14 janvier 2007 au 21 janvier 2007 : premier championnat du monde de goulet cross, organisé par l'ELF et la FIGC.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Station de ski[modifier | modifier le code]

La Toussuire
Vue aérienne de la station.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Localité Fontcouverte-la Toussuire
Site web www.la-toussuire.com
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 50″ Nord 6° 18′ 11″ Est / 45.2472222222, 6.30305555556 ()  
Massif Massif d'Arvan-Villards
Altitude 1700 m
Altitude maximum 2431 m
Altitude minimum 1680 m
Ski alpin
Lié à Les Bottières
Domaine skiable Les Sybelles
Remontées
Nombre de remontées 22
Téléphériques 0
Funitels et funiculaires 0
Télécabines 0
Télésièges 9
Téléskis 13
Débit - (personnes/heure)
Pistes
Nombre de pistes 33
     Noires 0
     Rouges 17
     Bleues 11
     Vertes 4
Total des pistes 55 km
Installations
Nouvelles glisses
1
Ski de fond
Nombre de pistes -
     Noires -
     Rouges -
     Bleues -
     Vertes -
Total des pistes 25 km

La Toussuire, une des six stations de ski du domaine des Sybelles, est reliée d'un côté à Saint-Colomban-des-Villards et au Bottières et de l'autre au Corbier, Saint-Jean-d'Arves et Saint-Sorlin-d'Arves, ce qui fait plus de 300 km de pistes.

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Profil de l'ascension[modifier | modifier le code]

Depuis Saint-Jean-de-Maurienne, la montée s’effectue sur 19 km à 6 % de moyenne et est classée en 1re catégorie. Le début de la montée est commun avec celui du col de la Croix de Fer pendant environ trois kilomètres. La pente, proche de 9 % sur ce secteur, peut s’avérer encore plus redoutable si la chaleur est de la partie. Mais les kilomètres qui suivent jusqu’au village de Foncouverte, à 10 km du sommet, sont un peu plus doux et proches de 7 %. Une fontaine dans ce village permet de se rafraîchir. La sortie de Fontcouverte est toutefois marquée par une pente un peu plus brutale pendant quelques hectomètres et la montée devient plus irrégulière, alternant replats et passages un peu plus pentus. A 6,5 km de l’arrivée, une petite descente permet de récupérer et il faut en profiter car les kilomètres qui grimpent par la suite dans la station de Le Corbier s’avèrent à nouveau plus difficiles. Heureusement, les trois derniers kilomètres menant à la station de la Toussuire sont nettement plus roulants à travers les alpages. Les cinq derniers hectomètres sont d’ailleurs tout plats. À noter que si la société du Tour de France indique une altitude de 1 705 m, une autre borne au centre de la station indique 1 686 m.

Il existe par ailleurs une variante un peu plus courte de cet itinéraire qui passe par La Rochette au lieu de passer par Le Corbier.

Courses professionnelles[modifier | modifier le code]
  • Le 19 juillet 2006, la 16e étape du 93e du Tour de France : Bourg-d'Oisans- La Toussuire. Le Danois Michael Rasmussen s'était imposé en échappée et Floyd Landis, porteur du maillot jaune, fut victime d'une fringale et termina avec un retard de plus de dix minutes, ce qui lui fit perdre provisoirement son maillot jaune.
  • Le 12 juillet 2012, la 11e étape du Tour de France 2012 arrive à Fontcouverte-la-Toussuire. C'est le coureur français Pierre Rolland de l'équipe Europcar qui remporte l'étape devant Thibaut Pinot et Christopher Froome. L'étape est marquée par la défaillance de Cadel Evans qui céda 1min26s au maillot jaune Bradley Wiggins. Le vainqueur du précédent Tour de France fut lâché dans la Toussuire, n' arrivant plus à suivre le train imposé par la Sky. Mais l'autre sensation fut que Bradley Wiggins fut surpris et lâché sur l'accélération de son coéquipier Christopher Froome à 3 km de l'arrivée, qui ne s'était pas rendu compte immédiatement que son leader n'avait pu suivre. Christopher Froome reçut rapidement l'information par les oreillettes et arrêta son accélération, mais il parut meilleur grimpeur que le maillot jaune. Thibaut Pinot bat le record de la montée de la Toussuire, jusque là détenu par l'espagnol Carlos Sastre sur le Tour de France 2006[5].
Cyclosport[modifier | modifier le code]

La montée de la Toussuire est également régulièrement au programme de la cyclosportive L'Aгvаn Vіllагds qui se déroule chaque année au mois de juillet. Elle fut aussi le terme de l'acte 1 de L’Etape du Tour-Mondovélo en 2012.

Autres disciplines[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu moyen par ménage, pour l'année 2004, était de 18 476 € [6].

Emploi[modifier | modifier le code]

La population active totale de Fontcouverte-la-Toussuire s'élève à 279 personnes[7]. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans est de 89 %, ce qui place la commune légèrement au-dessus de la moyenne nationale qui est de 82,2 %. On dénombre 12 chômeurs, ce qui en 1999 donna un taux de chômage de 4,3 %. En 2004, le taux de chômage diminua considérablement pour atteindre les 1,1 %. En tout et pour tout, la population comprend 55,5 % d'actifs, 14,3 % de retraités, 19,7 % de jeunes scolarisées et 10,5 % de personnes sans activités[7].

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Le nombre d'entreprises et d'établissements total en 2004 était de 141. Fontcouverte-la-Toussuire a atteint un nombre de 15 créations d'entreprises pour l'année 2004. Elle se situe ainsi au 3 081e rang national. On peut dénombrer principalement treize types d'établissements[8]. Les établissements de l'industrie agricole et alimentaire représentent 1,4 % du nombre total d'entreprises avec un nombre de deux, les industries des biens de consommation représentent 0,7 % avec un établissement, les industries des biens d'équipement une part de 0,7 % avec une entreprise, l'industrie des biens intermédiaires comporte deux entreprises soit 1,4 %, l'énergie s'élève à 0 % avec aucune entreprise, la construction avec ses sept entreprises représente 5 %, le commerce représente 14,9 % du nombre total d'entreprises avec vingt et un établissements, le transport comprend quatre établissements soit 2,8 %, les activités immobilières totalisent quatre entreprises soit 2,8 %, les services aux entreprises représentent 4,3 % avec six établissements, les services aux particuliers comprennent quatre-vingt onze entreprises soit 64,5 % et enfin pour ce qui touche au dernier type d'établissement à savoir l'éducation, la santé et l'action sociale on dénombre deux entreprises soit 1,4 % du nombre d'établissements total.

Commerce[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de Fontcouverte possède une nef qui a été reconstruite au XVIIe siècle dans le style baroque.
  • La chapelle Notre-Dame de la Salette, au Villard, est aussi baroque, elle a été reconstruite en 1742. Son plafond est orné de vingt-quatre tableaux.
  • Chapelle Saint-Jean (1958)[9].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Insee : Population depuis le recensement de 1962
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  4. Journal L'Équipe des 21 & 30 juin 2008
  5. « Puissances sur le Tour : Froome meilleur grimpeur, Pinot super régulier », sur Rue89.com.fr,‎ 17 juillet 2012 (consulté le 21 juillet 2012)
  6. Données de L'INSEE compulsées par le JDN - Données économiques
  7. a et b Données INSEE publiées sur le JDN - Emploi
  8. Indices de l'INSEE et synthétisées sur le JDN
  9. Article de Christian Sorrel, « Une nouvelle montagne sacrée ? Catholicisme, tourisme et sports d'hiver en Savoie », p. 374, paru dans Serge Brunet, Dominique Julia et Nicole Lemaître, Montagnes sacrées d'Europe : Actes du colloque "Religion et Montagnes", Tarbes, 30 mai-2 juin 2002, vol. 49, Publications de la Sorbonne,‎ 2005, 427 p. (ISBN 978-2-85944-516-4).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Remontées mécaniques :

Vue panoramique du domaine skiable.