Saint-Didier-sur-Chalaronne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Didier et Chalaronne.
Saint-Didier-sur-Chalaronne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Thoissey
Intercommunalité Communauté de communes Val-de-Saône Chalaronne
Maire
Mandat
Muriel Luga Giraud
2014-2020
Code postal 01140
Code commune 01348
Démographie
Gentilé Désidériens
Population
municipale
2 768 hab. (2011)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 44″ N 4° 49′ 04″ E / 46.1789, 4.817846° 10′ 44″ Nord 4° 49′ 04″ Est / 46.1789, 4.8178  
Altitude Min. 167 m – Max. 223 m
Superficie 24,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
Saint-Didier-sur-Chalaronne

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
Saint-Didier-sur-Chalaronne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Didier-sur-Chalaronne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Didier-sur-Chalaronne

Saint-Didier-sur-Chalaronne est une commune française du département de l'Ain située dans la région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Didier-sur-Chalaronne
La Chapelle-de-Guinchay Garnerans Garnerans
Saint-Symphorien-d'Ancelles Saint-Didier-sur-Chalaronne Illiat
Dracé
Thoissey
Mogneneins Saint-Étienne-sur-Chalaronne

Climat[modifier | modifier le code]

La ville bénéficie d'un climat tempéré à légère tendance continentale.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint Didier de Vienne, archevêque de Vienne, y fut assassiné en 608. La situation géographique de Saint-Didier-sur-Chalaronne, sur la rive gauche de la Saône et dans la plaine de la Chalaronne, a attiré très tôt des populations. Des médailles et des poteries caractéristiques de l’époque gallo-romaine, où l’Ain était occupé par les Celtes et les Ambarres, ont été retrouvées dans les environs.

En 538, Trivier, moine ermite, mentionne le village sous le nom de Priscianicum ou Priscianum Vicus, nom qu’il conserve jusqu’au Xe siècle pour se transformer en Saint-Didier. En mai 957, une charte de l’abbaye de Cluny indique « la terre de Saint Didier ». C’est en effet dans cette commune qu’a été assassiné le 23 mai 607 ou 608, sur ordre de la reine Brunehilde, saint Didier, archevêque de Vienne.

En son honneur, les Désidériens et Désidériennes bâtirent sur son tombeau, une chapelle qui devint l’église paroissiale. L’histoire de Saint-Didier s’identifie ensuite avec celle de l’église rattachée au siège de Lyon en 863, puis au chapitre de Saint-Nizier en 1305 avant d’être saccagée par les huguenots en 1582.

En janvier 1736, le duc du Maine, souverain de Dombes, érige Saint-Didier en comté sous le nom de Saint-Didier-de-Valin. À cette époque, le village compte 1 200 à 1 500 habitants et s’étend jusqu’au hameau du Déaulx et son château (rattaché en 1839 à Mogneneins).

En 2008, des festivités des 1 400 ans ont réuni de nombreux Désidériens autour de la commémoration de l’histoire du village organisée par la municipalité en partenariat avec la paroisse.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1966 1978 Raymond Noël MRG Conseiller général
1978 1995 François Baladier    
1995 2001 Pierre Montagnier    
2001 2006 Patrick Knepper    
2007 en cours Muriel Luga-Giraud[1] UDI  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 768 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 337 1 464 2 314 2 495 2 859 2 760 2 692 2 897 2 710
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 735 2 673 2 549 2 681 2 640 2 486 2 377 2 288 2 267
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 178 2 109 2 126 1 964 2 005 2 016 1 927 1 875 1 758
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 630 1 665 1 752 1 968 2 065 2 259 2 577 2 656 2 768
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Marché : vendredi
  • Fête patronale : dimanche suivant la Saint-Didier le 23 mai.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

En janvier 2014, est annoncé que le parcours du Tour de France 2014 passe par le territoire communal[4].

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Créé en 1975 à l’initiative de la commune de Saint-Didier sur Chalaronne puis transféré à la communauté de communes Val-de-Saône Chalaronne en 1995, le Parc Actival est un espace dédié à l'implantation et au développement des entreprises.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Poype de Mérège ; en ruines en 1406.
  • Poype de Miziriat ou Mizériat ; les nobles de Miziriat sont cités en 1082.
  • Châteaux de Challes et de Vanans.
  • Lavoirs sur les Echudes, sur le Romaneins.
  • Rucher hexagonal du XIXe siècle.
  • Ancien moulin.
  • Église romane Saint-Didier à 3 absides, reconstruite aux XVIIe et XIXe siècles.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Saint-Didier-sur-Chalaronne bénéficie du label « ville fleurie » avec « 2 fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[5].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Armes de Saint-Didier-sur-Chalaronne

La commune de Saint-Didier-sur-Chalaronne porte :

De gueules à la bande componée d'argent et d'azur de six pièces, à la crosse épiscopale d'or brochant sur le tout, au chef cousu d'azur chargé d'un château de trois tours d'or ajouré et ouvert du champ[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Saint-Didier-sur-Chalaronne.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Liste des maires de l'Ain au 16 avril 2008 sur le site internet de la préfecture de l'Ain
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  4. « La surprise de 2014 : le passage du Tour de France sur la commune », sur leprogres.fr, Le Progrès,‎ 13 janvier 2014 : « Muriel Luga Giraud a annoncé une belle surprise pour Saint-Didier : le passage du Tour de France, en 2014, sur la commune. ».
  5. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).
  6. Armes de Saint-Didier-sur-Chalaronne, sur newgaso.fr