Illiat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illiat
Image illustrative de l'article Illiat
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Thoissey
Intercommunalité Communauté de communes Val-de-Saône Chalaronne
Maire
Mandat
Bernard Litaudon
2014-2020
Code postal 01140
Code commune 01188
Démographie
Gentilé Illiatis
Population
municipale
572 hab. (2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 28″ N 4° 53′ 21″ E / 46.1911111111, 4.8891666666746° 11′ 28″ Nord 4° 53′ 21″ Est / 46.1911111111, 4.88916666667  
Altitude Min. 190 m – Max. 257 m
Superficie 20,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
Illiat

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
Illiat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Illiat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Illiat

Illiat est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Illiatis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Illiat se trouve à 15 km au sud de Mâcon, à la limite entre la Bresse et la Dombes. Composé de bois et d'une cinquantaine de hameaux et lieux-dits, l'habitat est dispersé. Il est composé de fermes isolées, entourées de pâturages et de cultures.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Garnerans Cruzilles-lès-Mépillat Saint-André-d'Huiriat Rose des vents
Saint-Didier-sur-Chalaronne N Sulignat
Saint-Julien-sur-Veyle
O    Illiat    E
S
Saint-Étienne-sur-Chalaronne L'Abergement-Clémenciat

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2008). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Antoine Richard    
    Léon Musy    
    Louis Tevenar    
3 mandats 1977 Félix Vernu    
1977 juin 1995 Marcel Taton    
juin 1995 mars 2008 Jacques Arbore    
mars 2008   Bernard Litaudon[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 572 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
444 647 348 612 671 706 712 657 664
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
650 671 673 646 653 612 642 640 676
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
648 634 633 532 536 517 501 497 473
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
462 435 395 384 396 466 510 517 570
2011 - - - - - - - -
572 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monseigneur Pierre-Jean Broyer.

Pierre-Jean Broyer (1846 à Illiat - 1918 à Apia), était un prêtre mariste puis évêque français, missionnaire aux îles Salomon.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Symphorien d'Illiat
Article détaillé : Église Saint-Symphorien d'Illiat.
L'église, consacrée à saint Symphorien, a été construite au XIIe siècle avec un clocher de style byzantin érigé vers 1870, lors de l'allongement de la nef. La nef est soutenue par sept arcades, reposant sur six chapiteaux et colonnettes.
Quatre fresques murales du XIIe siècle ont été peintes, et sont classées aux Monuments Historiques[4]. Elles ont été restaurées en 1996.
  • Château de Pionneins ; remanié au XIXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Liste des maires de l'Ain au 16 avril 2008 sur le site internet de la préfecture de l'Ain
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. Plaquette Patrimoine, par l'Office du tourisme du Val de Saône Chalaronne, septembre 2009, 12 pages.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]