Francheleins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Francheleins
La mairie de Francheleins.
La mairie de Francheleins.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Saint-Trivier-sur-Moignans
Intercommunalité Communauté de communes Montmerle Trois Rivières
Maire
Mandat
Irène Leclerc
2014-2020
Code postal 01090
Code commune 01165
Démographie
Population
municipale
1 370 hab. (2011)
Densité 101 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 04′ 28″ N 4° 48′ 33″ E / 46.0744444444, 4.80916666667 ()46° 04′ 28″ Nord 4° 48′ 33″ Est / 46.0744444444, 4.80916666667 ()  
Altitude Min. 209 m – Max. 269 m
Superficie 13,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
Francheleins

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
Francheleins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Francheleins

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Francheleins

Francheleins est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Francheleins, située à l’est de Montmerle-sur-Saône, unit le Val de Saône au plateau de la Dombes. Son territoire, dont l'altitude est comprise entre 180 et 250 mètres, s’étend sur un axe est-ouest sur 1 356 hectares, constitué de trois ensembles bien identifiés :

  • un quartier pavillonnaire à l’extrémité occidentale de la commune avec également les habitations qui constituaient autrefois la commune d'Amareins (à proximité du carrefour de la RD 27 et de la voie communale n° 6) ;
  • le bourg de Francheleins, au croisement des routes départementales n° 27 et 88 ;
  • le bourg de Cesseins à proximité de la RD 27, entre la route de Beybleu et la RD 75.

Une petite rivière, l'Appeum, traverse une partie de la commune avant de rejoindre la Saône entre Montmerle et Lurcy.

Francheleins résulte de la fusion des trois anciennes communes d'Amareins, Francheleins et Cesseins.

Les communes limitrophes sont Montmerle-sur-Saône, Montceaux, Chaneins, Saint-Trivier-sur-Moignans, Villeneuve, Chaleins et Lurcy.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Franchelens (1147) ; Franchilens (environ 1150) ; Francheleyns (1299-1369) ; Franchileyns (1299-1369) ; Francheleins (environ 1341) ; Franchelleins (1365) ; Franchilleyns (1418) ; Franchelins (1455).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne mairie de Cesseins.

Un camp romain aurait été établi en ce lieu en 197, lors de la grande bataille de Septime Sévère avec Albin. On retrouva autrefois au lieu-dit le Thiollet des poteries romaines.

La paroisse de Cesseins est citée dès le Xe siècle, celle d’Amareins au XIe siècle et celle de Francheleins au XIIe siècle. Les trois paroisses faisaient autrefois partie de la châtellenie de Montmerle dans l’ancienne souveraineté de Dombes et furent donc rattachées à la France en même temps que celle-ci en 1762.

Les communes se sont réunies en janvier 1974. Par le référendum du 24 octobre 1982, Amareins a fusionné avec Francheleins et par celui du 9 juin 1996, Cesseins a fusionné avec Francheleins.

Après avoir porté le nom d'Amareins-Francheleins-Cesseins à partir de 1974, elle est devenue simplement Francheleins par un décret du 30 novembre 1998.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1974[Note 1] 1989 Humbert de Rivérieulx de Varax    
1989 2001 Gaston Moissonnier   Réélu en 1995
2001 2007[1] Maurice Goron   Décès en cours de mandat
2007 En cours Irène Leclerc Divers Droite Réélue en 2008 et 2014
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Francheleins appartient à la communauté de communes Montmerle Trois Rivières.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Francheleins.

En 2011, la commune comptait 1 370 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
154 163 172 210 207 200 200 199 203
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
202 208 217 199 195 176 184 181 191
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
175 175 158 149 145 136 145 149 160
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
159 121 415 572 826 994 1 098 1 125 1 323
2011 - - - - - - - -
1 370 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée dans le village.
  • Église Saint-Martin de Francheleins, construite en 1844, elle est de style néoclassique et porte un clocher à bulbe décoré de tuiles vernissées.
  • Vestiges du château de Francheleins
Château des nobles de Franchelins, rebâti vers 1328.
  • Château d'Amareins
C'est une ancienne maison forte relevant des comtes de Savoie remaniée au XIXe siècle.
Le château d’Amareins est moderne, mais il a été élevé sur les ruines d’un vieux château, siège d’une ancienne seigneurie possédée d’abord par les seigneurs de Francheleins, puis par ceux de Sure et successivement par les familles de Corsant, du Rousset, Butillon, de la Vaupierre, de Chateauvieux, Gayot, Bordeaux.
  • Château de Tavernost
Son origine remonte au XIIIe siècle mais l'essentiel du bâtiment date du XVIIIe siècle.
Le château est la possession en 1344 de Philibert de Francheleins, vassal des sires de Beaujeu.
  • Château de Vataneins, anciennement maison forte de la Poype
Il est reconstruit en 1882.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il était auparavant maire d'Amareins.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maurice Goron est mort en cours de mandat le 23 mars 2007.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Francheleins.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richesses touristiques et archéologiques du canton de Saint-Trivier-sur-Moignans, ouvrage collectif, pré-inventaire publié en 2000. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]