La Boisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boisse.
La Boisse
L'église de La Boisse.
L'église de La Boisse.
Blason de La Boisse
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Montluel
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Montluel
Maire
Mandat
François Drogue
2014-2020
Code postal 01120
Code commune 01049
Démographie
Gentilé Buissards
Population
municipale
2 908 hab. (2011)
Densité 309 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 34″ N 5° 02′ 11″ E / 45.8427777778, 5.0363888888945° 50′ 34″ Nord 5° 02′ 11″ Est / 45.8427777778, 5.03638888889  
Altitude Min. 179 m – Max. 319 m
Superficie 9,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
La Boisse

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
La Boisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Boisse

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Boisse
Liens
Site web ville-laboisse.fr

La Boisse est une commune française située dans le département de l'Ain en région Rhône-Alpes. En outre, elle fait partie de l'unité urbaine de Lyon.

Cette commune de la Côtière, placée à l'entrée de Montluel, a connu un développement démographique similaire à celui de la région naturelle : la population de la commune a triplé en une cinquantaine d'années, phénomène principalement du à l'installation de nouveaux habitants installés en maisons individuelles : en 2009, l'habitat collectif représente 13 % des logements à La Boisse, 80 % de la population est propriétaire de sa résidence principale.

Ses habitants sont appelés les Buissards[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Territoire communal de La Boisse.

La Boisse appartient à la région naturelle de la Côtière.

Communes limitrophes de La Boisse
Tramoyes Montluel Montluel
Beynost La Boisse Dagneux
Thil Niévroz Niévroz

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type semi-continental avec des influences méditerranéennes : les étés sont chauds et ensoleillés et les hivers rigoureux.

Le tableau suivant donne les moyennes mensuelles de température et de précipitations pour la station de Lyon-Bron recueillies sur la période 1961 - 1990. La station météo de Lyon Bron est située à environ 16 km à « vol d'oiseau » de La Boisse. Elle est positionnée à une altitude de 200 m.

Relevés météorologiques de la station de Lyon-Bron 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,4 1 2,8 5,5 9,3 12,6 15 14,4 11,7 8,2 3,4 0,4 7
Température moyenne (°C) 2,6 4,5 7,2 10,3 14,3 17,9 20,8 20 17,1 12,5 6,7 3,2 11,4
Température maximale moyenne (°C) 5,7 8,1 11,6 15,2 19,4 23,2 26,6 25,6 22,4 16,8 10,1 5,9 15,9
Précipitations (mm) 54,1 54,5 62,9 67,8 86 76,6 60,6 76,7 75,2 79,5 71,4 59,2 824,8
Humidité relative (%) 84 80 74 71 72 70 65 70 76 82 84 86 76
Source : Infoclimat [2]


Relevés météorologiques de la station de la station de Lyon-Bron 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Nombre de jours avec gel 15,1 11,5 8,2 1,8 0 0 0 0 0 0,5 6,6 14,5 58,3
Source : Infoclimat [2]


Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 940 hectares ; son altitude varie entre 179 et 319 mètres[3].

À l'instar de certaines communes situées à proximité de La Boisse — en particulier Neyron, Miribel, Saint-Maurice-de-Beynost et Beynost — la commune est en termes de relief, séparée en deux parties distinctes[4] : au sud la zone la moins élevée culminant à environ 170 m. Plus au nord, la route départementale « RD 1084 » (anciennement la route nationale 84 et connue sous l'appellation « route de Genève ») marque les prémisses du coteau qui culmine à 319 m. Ce coteau débouche sur ce qui devient ensuite le plateau de la Dombes ; il est également l'explication de la toponymie de la Côtière.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de La Boisse est traversée par la Sereine[5], cours d'eau de 24,8 km qui rejoint le canal de Miribel à Saint-Maurice-de-Beynost, ainsi que par l'Ancienne Rivière[6], cours d'eau d'un 1 km de long, lui-même affluent de la Sereine. Enfin, le ruisseau des Ormes[7], long de 7 km coule dans les cantons de Miribel et de Montluel et en particulier à La Boisse. C'est un affluent du ruisseau des Échets.

Enfin, la commune est particulièrement exposée au risque naturel d'inondations en raison des crues de la Sereine et dans une moindre mesure à cause des ruissellements sur le « coteau ». Ce risque induit une politique dédiée de prévention des risques naturels à La Boisse.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le dernier tronçon de l'A432 entre Les Échets et La Boisse, est ouvert depuis février 2011. Il a fait l'objet de travaux, notamment de la construction du viaduc de la Côtière, à La Boisse et à Beynost, entre 2008 et 2011[8].

La commune est donc desservie par deux autoroutes dont l'échangeur est à la Boisse ; entre : l'A42 (sortie de La Boisse) et l'A432.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le viaduc de l'A432 en construction en décembre 2009.

Un TER Rhône-Alpes de la ligne 35, reliant Lyon-Perrache à la Gare de Chambéry-Challes-les-Eaux dessert un certain nombre de gares de la Côtière, dont la plus proche de La Boisse est la gare de Montluel.

Voilà quelques années [Quand ?], la ligne 35 desservait la halte SNCF de La Boisse ; aujourd'hui la gare n'est plus en service.

Le viaduc construit entre 2008 et 2011, le viaduc de la Côtière, qui fait la jonction de l'A432 entre Les Échets et La Boisse est parallèle à un premier viaduc nommé à l'identique, le viaduc ferroviaire de la Côtière qui lui est utilisé par une ligne TGV[9].

À noter que La Boisse est directement concernée par le projet de contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise (CFAL) dont le tracé devrait concerner treize autres communes de la Côtière[10]. En effet, le tracé envisagé passe par le territoire de la commune.

Transports routiers[modifier | modifier le code]

Les cars départementaux du conseil général de l'Ain, ont plusieurs arrêts sur le territoire de la commune, en particulier sur la route départementale RD 1084, anciennement la route nationale 84, appelée également route de Genève : la ligne 132 (entre Bourg-en-Bresse et Lyon) et la ligne 171 (entre Montluel et Lyon).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 1 157, alors qu'il était de 1 004 en 1999[Insee 1].

Parmi ces logements, 92,4 % étaient des résidences principales, 0,9 % des résidences secondaires et 6,7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 85,6 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 13,2 % des appartements[Insee 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 80,0 %, en légère hausse par rapport à 1999 (78,5 %)[Insee 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Boisse aurait un sens originel signifiant pays boisé[11]. La succession des différents toponymes usités est : Buxia, Buysse puis Boysse[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une carte des peuples gaulois. Le département de l'Ain abrite le peuple des Ambarres

Avant la conquête romaine, le territoire du département de l'Ain est occupé par le peuple gaulois des Ambarres, dont le nom signifie « vivant des deux (amb) côtés de la Saône (Arar, la Saône) ». Cette terminologie se retrouve également dans le nom d'Ambérieux-en-Dombes en amont du Rhône, au nord-est de La Boisse.

Un certain nombre de découvertes archéologiques relatives à l'antiquité ont été réalisées à La Boisse[c 1] :

  • en 1980, lors de prospections préalables à la construction de l'A42, une villa gallo-romaine datant probablement du Ier siècle a été découverte au Lieu-dit « Les Vernes ». De nombreux objets ont été trouvés sur le chantier ; en particulier une monnaie en bronze de Néron ;
  • à proximité, au lieu-dit « Les Cabrunes »[c 2], a été découvert un bâtiment du IVe siècle ;
  • aux « Gravelles », une nécropole, elle aussi du IVe siècle a été découverte, avec en particulier un sarcophage d'enfant en plomb. Un peu plus loin, un autre sarcophage — d'adulte celui-ci — a été déposé au musée de Brou.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le territoire de la Savoie du XVIe siècle au XVIIIe siècle.

Au Moyen Âge, La Boisse dépend du mandement de Montluel et donc de la seigneurie de Montluel. La construction du prieuré de l'ordre de Saint-Ruf de La Boisse correspond à la période des premières mentions de la seigneurie, vers 1080. C'est d'ailleurs le chevalier Humbert I de Montluel qui initie la construction du monastère. Le 20 juin 1092, l'archevêque de Lyon Hugues de Die confirme la donation de toute la paroisse à l'ordre de Saint Ruf. Outre le prieuré, la paroisse inclura par la suite, la chapelle Saint-Barthélémy de Montluel, l'église Saint-Étienne de Montluel ou encore la chapelle de Girieu, aujourd'hui simple lieu-dit de La Boisse.

En 1326, la seigneurie passe sous domination Dauphinoise. En 1343, elle est vendue aux Capétiens-Valois. Enfin, le traité de Paris de 1355 donne Montluel à Amédée VI de Savoie et fait ainsi de la seigneurie une place forte frontalière des États de Savoie.

Renaissance[modifier | modifier le code]

La Renaissance voit le rattachement progressif de la Dombes à laquelle appartient alors La Boisse, à la France. En 1523, François Ier institua alors un Parlement afin d'administrer la Dombes en son nom : le parlement de Dombes qui siégea d'abord à Lyon, par « territoire emprunté ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours :

Élections cantonales[modifier | modifier le code]

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours :

Élections municipales[modifier | modifier le code]

La commune ayant moins de 3 500 habitants l'élection des conseillers municipaux est au scrutin majoritaire[16] plurinominal à deux tours, avec panachage :

  • au premier tour, des candidats sont élus s'ils ont obtenu la majorité absolue et le vote d'au moins le quart des électeurs inscrits[17] ;
  • au second tour, la majorité relative suffit. Les listes ne sont pas obligatoires. Les suffrages sont comptabilisés individuellement, et le panachage est autorisé.

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 23 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[18]).

Lors du scrutin de 2008 il y eut un seul tour (23 élus dès le premier tour), François Drogue a donc été élu conseiller municipal au premier tour avec le 23e total de 701 voix (65,68 % des exprimés), il a ensuite été élu maire par le conseil municipal.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Répartition[modifier | modifier le code]

La Boisse comptant moins de 3 500 habitants, lors des élections municipales, les listes ne sont pas obligatoires. Les suffrages sont comptabilisés individuellement, et le panachage est autorisé[19].

De plus, dans les communes de moins de 3 500 habitants, les électeurs ont le droit de ne pas respecter les listes de candidats, en votant pour des citoyens n'ayant pas déclaré leur candidature ou en votant pour des candidats issus de listes différentes[20].

En l'occurrence, ce sont les modalités de l'élection municipale de La Boisse en 2008, au cours de laquelle 23 conseillers municipaux furent élus[21].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Plaque de la place Marcel-Viénot à La Boisse.

De 1789 à 1799, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour 2 ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune, contribuables payant une contribution au moins égale à 3 journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt au moins équivalent à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, La constitution du 22 frimaire an VIII (13 décembre 1799) revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus pour six ans.

Du 3 juillet 1848 à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour 5 ans à partir de 1855.

Depuis 1871, les maires sont élus par le conseil municipal suite à son élection au suffrage universel.

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de la commune :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1908 1938 Joseph Guinet    
1945 1977 Marcel Vienot    
1995 2001 Marc Plantier    
2001 En cours François Drogue[22] DVD  

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Le risque d'inondations dues aux crues de la Sereine est particulièrement élevé à La Boisse ; en effet, la commune a connu entre cinq et dix inondations ayant fait l'objet d'un arrêté de catastrophe naturelle entre 1982 et 2006[23]. La commune de la Boisse est donc partie prenante du plan de prévention du risque inondation mis en place.

En l'occurrence un projet de plan de prévention des risques « crues de la Sereine, crues torrentielles[Note 1] et mouvements de terrain » a été soumis à enquête publique et donc à la population du 20 avril 2011 au 21 mai 2011[24]. Entre autres aspects, le dossier évoque les grandes crues de la Sereine de 1889, 1911, 1993 et février 2009[25].

Le 10 mai 2011, le conseil municipal de La Boisse, décide ne pas « contester la globalité des conclusions actuelles (zonage et règlement) » même si et entre autres[26] :

  • le débit de la Sereine de 60 m3⋅s-1 retenu par la modélisation n'a pas l'objet de mesure officielle ;
  • celui-ci demande la révision de « la classification de certains terrains libres de construction dans deux secteurs ».

Le boisement humide de La Boisse est une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Situation d'Ostfildern et de Montluel.
Localisation d'Ostfildern en Allemagne.

La Boisse est jumelée avec Ostfildern (Allemagne)[27] dans le cadre de l'association de jumelage entre cette ville allemande d'une part, Montluel et sa communauté de communes d'autre part. Ce jumelage existe depuis 1978.

Population et société[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de La Boisse.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 908 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
787 635 853 900 886 882 887 913 915
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
898 907 893 829 841 752 744 764 752
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
759 750 748 623 712 816 836 809 984
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 202 1 457 1 751 1 959 2 419 2 709 2 746 2 753 2 928
2011 - - - - - - - -
2 908 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2004[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (20 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,3 %, 15 à 29 ans = 17,1 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 17,4 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 22,1 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 19,9 %).
Pyramide des âges à La Boisse en 2008 en pourcentage[30]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,4 
4,4 
75 à 89 ans
6,4 
12,9 
60 à 74 ans
13,1 
20,1 
45 à 59 ans
19,4 
23,0 
30 à 44 ans
22,1 
17,1 
15 à 29 ans
16,9 
22,3 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département de l'Ain en 2008 en pourcentage[31].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,3 
75 à 89 ans
8,1 
12,2 
60 à 74 ans
12,6 
20,8 
45 à 59 ans
20,2 
22,2 
30 à 44 ans
21,7 
18,0 
15 à 29 ans
16,6 
21,1 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vue du très proche collège Louis-Armstrong, à Beynost.

La commune est dotée d'une crèche, d'une école maternelle, d'une école primaire et depuis les années 2000, d'un lycée, le lycée de la Côtière.

Les deux collèges les plus proches sont le collège Émile-Cizain à Montluel et le collège Louis-Armstrong situé à Beynost, à proximité immédiate de la « frontière » entre Beynost et La Boisse.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Outre les traditionnels vœux du maire en janvier, mois qui voit également se dérouler le loto du comité paroissial et la soirée du club de football du FC Luenaz, un certain nombre de festivités ponctuent l'année[32] : entre autres, le loto du sou des écoles en février, le carnaval des écoles en mars, le vide-greniers en avril et le repas Faubourg en fête en septembre. En décembre, la Fête des Lumières est particulièrement suivie, nombre d'habitations de la ville étant alors illuminées de bougies.

En mai, La Boisse est partie prenante du festival de contes Contes en Côtière organisé par la communauté de communes du canton de Montluel, même si aucune session ne se déroule sur le territoire de la commune[33].

En avril 2013, la commune accueille le congrès annuel de la Fédération Nationale des Gardes Champêtres (FNGC)[34].

Santé[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de praticiens indépendants sont installés à La Boisse en particulier en médecine générale, en soins dentaires et en soins infirmiers.

Le service d'urgence le plus proche est celui de la clinique Lyon Nord à Rillieux-la-Pape.

À noter également, l'implantation d'un Point Accueil Solidarité à Montluel.

Sports[modifier | modifier le code]

FC Luenaz[modifier | modifier le code]

Logo du club.

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
'
Logo et maillot du club

La commune de la Boisse est dotée d'un club de football, le Football Club Luenaz, fondé le 23 juin 1992[35] et dont le siège est localisé au foyer des Gravelles (route de Balan) à La Boisse.

En 2011, le président est Yves Gautheron[35].

L'équipe première entraînée, lors de la saison 2010-2011, par Philippe Nallamoutou[35] et Michel Parrassin, évolue en excellence départementale. Elle joue ces matchs à domicile sur les stades des communes de La Boisse, de Niévroz ou de Thil, sous ses couleurs à domicile : améthyste et blanc.

Le FC Luenaz résulte d'une fusion[35] opérée en 1992 entre le club historique de la commune, l’Union Sportive Buissarde et le club de Niévroz, la Société sportive de Niévroz. Après cette fusion, le club comptait 200 licenciés.

En 1996, le FC Luenaz intègre un autre club de la région : l’Association Sportive de Thil. Suite à cette intégration, les effectifs du club parviennent à environ 250 licenciés[35].

Les effectifs dépassent les 300 licenciés[35] et se répartissent d'une l'école de foot jusqu'aux vétérans, en passant par l'équipe première.

Depuis 2006, le club dispose d'une équipe féminine.

En 2011, un nouveau projet de fusion entre le FC Luenaz et le club de l'Inter Dombes-Côtière de Montluel — à l'initiative de ce dernier — semble rencontrer un ferme désaccord des dirigeants du FC Luenaz[36].

Médias[modifier | modifier le code]

Le journal le Progrès propose une édition quotidienne dédiée à la Dombes et à la Côtière. Citons également La Voix de l’Ain, un hebdomadaire qui propose des informations locales pour les différentes régions du département de l'Ain. Autre hebdomadaire traitant de la vie locale, Le Journal de La Côtière.

La chaîne France 3 Rhône Alpes Auvergne est disponible dans la région.

Une station radio locale émet depuis Montluel, la Fréquence Côtière[37]. Depuis les années 2000, son nom a évolué pour devenir la station FC radio, l'essentiel.

Cultes[modifier | modifier le code]

Porte d'entrée de l'église de La Boisse.

les Buissards disposent d'un lieu de culte catholique : l'église Notre-Dame-de-l'Assomption.

À proximité immédiate de La Boisse, à Montluel, sont implantées deux salles de prières du culte musulman[38].

Un mémorial juif incluant également un cimetière juif est localisé sur le territoire de la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, la proportion de foyers imposables était de 68,9 %[Insee 4].

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 39 184 €, ce qui plaçait Miribel au 2 930e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[39].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 825 personnes, parmi lesquelles on comptait 76,5 % d'actifs dont 71,0 % ayant un emploi et 5,4 % de chômeurs[Insee 5].

On comptait 905 emplois dans la zone d'emploi, contre 803 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 1 305, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 4] est de 69,5 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre seulement deux emplois pour trois habitants actifs[Insee 6].

Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers Retraités Autres personnes sans activité professionnelle
La Boisse
(2009)
0,0 % 4,2 % 10,9 % 21,9 % 13,9 % 14,1 % 21,7 % 13,2 %
La Boisse
(1999)
0,8 % 5,5 % 6,7 % 17,0 % 13,8 % 14,0 % 20,4 % 21,7 %
Sources des données : INSEE[Insee 7]

Une agence Pôle emploi pour la recherche d'emploi est localisée à proximité de La Boisse, sur le territoire de Miribel. De cette agence dépendent le canton de Miribel, Niévroz, Montluel et donc, La Boisse.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, La Boisse comptait 210 établissements : 6 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 24 dans l'industrie, 30 dans la construction, 120 dans le commerce-transports-services divers et 30 étaient relatifs au secteur administratif[Insee 8].

En 2011, 26 entreprises ont été créées à La Boisse[Insee 9], dont 15 par des autoentrepreneurs[Insee 10].

Plusieurs entreprises sont implantées sur le territoire de la commune, en particulier sur la ZAC du Petit Rosait, sur la zone industrielle (rue des Prés Seigneurs) et sur la zone artisanale (chemin du Pré Molliet).

Ingénierie[modifier | modifier le code]

On peut en particulier citer RTE-EDF Transport (rue du Pré Mayeux), entreprise spécialisée en gestion du réseau public de transport d'électricité français et le constructeur de climatisation Carrier.

Commerces[modifier | modifier le code]

Il existe un certain nombre de petits commerçants, notamment le long de la route de Genève (l'ancienne route nationale 84) ; de plus, un Bricomarché est localisé le long de cette route.

On peut également citer la présence d'un Intermarché implanté sur le territoire de la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

À proximité de la statue communale de Marie immaculée, se trouve le Monument aux morts de La Boisse. La commune compte également le château du Grand-Casset dans son patrimoine. Anciennement propriété de Louis Andrieux, homme politique français et père naturel de Louis Aragon, le château du Grand-Casset, appelé également « Maison maison Georges-Lapierre », accueille des enfants et des jeunes en grandes difficulté sociale[40].

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Vue du Mémorial juif.

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption de La Boisse et son presbytère datent du Xe siècle ; l'église a la particularité de présenter un clocher à tour carrée. À proximité, se trouve la statue de Marie immaculée, érigée en 1868 par la commune de La Boisse.

le Mémorial juif a été créé en 1970 en hommage aux victimes déportées et exterminées à Auschwitz Birkenau ; un cimetière jouxte le Mémorial. À quelques centaines de mètres du Mémorial, à Dagneux, est localisé un cimetière militaire allemand.

La Boisse et le cinéma[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Andrieux (1840 - 1931), homme politique français et propriétaire du château du Grand-Casset, considéré[11] comme un bienfaiteur de La Boisse. Il est également le père naturel de Louis Aragon.
  • Marcel Vienot (né le 21 avril 1917 en Lorraine et mort le 11 juin 2003)[43] fut maire de La Boisse pendant 32 ans, de 1945 à 1977. En 2013, la place de la mairie est baptisée "Place Marcel-Vienot"[43].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Armes de La Boisse

La commune de La Boisse porte:

D'azur à la bande d'or, au lion de sable brochant sur le tout.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : La Boisse.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Montluel : Montluel, Balan, Béligneux, Bressolles, Dagneux, La Boisse, Niévroz, Pizay, Sainte-Croix,‎ 1999, 296 p. (ISBN 2-907656-30-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Guy Brunet, Paul Percevaux et Louis Trenard, Histoire des communes de l'Ain : La Dombes, Horvath,‎ 1983, p. 298-302

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. provenant du coteau de la Côtière.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  4. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. p. 112.
  2. p. 113.
  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle.
  8. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  9. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  10. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres références :

  1. David Malescourt, « Nom des habitants des communes françaises, La Boisse », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 25 mai 2011).
  2. a et b « Lyon-Bron, 200 m - [1961-1990] », sur www.infoclimat.fr (consulté le 3 juin 2011)
  3. Répertoire géographique des communes, Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. Carte géologique de La Boisse sur Géoportail.. Consulté le 7 juin 2011.
  5. Fiche de la Sereine sur le site du Sandre.
  6. fiche de l'Ancienne Rivière sur le site du Sandre.
  7. « Fiche du ruisseau des Ormes », sur SANDRE.
  8. « Une nouvelle passerelle pour la Dombes et la Côtière », sur aprr.com (consulté le 26 avril 2011).
  9. « LGV Rhône-Alpes », sur routes.wikia.com (consulté le 8 juin 2011).
  10. Olivier Leroy, « Cfal : l’enquête publique est lancée, l’opposition au projet ne faiblit pas », sur www.leprogres.fr,‎ 2 avril 2011 (consulté le 26 avril 2011).
  11. a, b et c « Histoire de La Boisse au fil des âges », sur le site de la commune de La Boisse (consulté le 25 mai 2011)
  12. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 06/06/2011.
  13. Résultats de l’élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 06/06/2011.
  14. Résultats de l’élection cantonale 2011 sur le site du journal Le Monde. Consulté le 06/06/2011.
  15. Résultats de l’élection cantonale 2004 sur le site du journal Le Monde. Consulté le 06/06/2011.
  16. Source : art L. 252 du code électoral
  17. Source : art L. 253 du code électoral
  18. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  19. Source : art L. 256 du code électoral.
  20. Source : art L. 257 du code électoral.
  21. « La Boisse - Ain (01120), résultats des élections », sur le site linternaute.com de la société Benchmark Group (consulté le 6 juin 2011).
  22. [PDF] Liste des maires de l'Ain au 16 avril 2008 sur le site internet de la préfecture de l'Ain
  23. « Évènements d'inondation vécus par le département de l'Ain depuis fin 1982 jusque début 2006 », sur le site de l'observatoire départemental de l'eau de l'Ain (consulté le 7 juin 2011).
  24. « Commune de La Boisse - Enquête publique sur le plan de prévention des risques », sur Direction départementale des territoires de l'Ain (consulté le 7 juin 2011).
  25. [PDF] « Carte des évènements historiques », sur le site de la direction départementale des territoires de l'Ain (consulté le 7 juin 2011).
  26. « Enquête publique PPR : délibération du conseil municipal en date du 10 mai 2011 », sur le site de la commune de La Boisse (consulté le 7 juin 2011).
  27. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur cncd.fr, le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 24 octobre 2012).
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  30. « Évolution et structure de la population à La Boisse en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2012)
  31. « Résultats du recensement de la population de l'Ain en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2012)
  32. « Calendrier des fêtes », sur le site de la commune de La Boisse (consulté le 6 juin 2011).
  33. « Contes en Côtière 2011 », sur le site de la communauté de communes du canton de Montluel (consulté le 6 juin 2011).
  34. « Garde champêtre : un métier en voie de disparition », Journal de la Côtière,‎ 26 avril 2013 (lire en ligne).
  35. a, b, c, d, e et f « FC Luenaz - Actualité du club », sur le site du FC Luenaz (consulté le 19 janvier 2011).
  36. « La Boisse. Football-FC Luénaz : « seul Inter Dombes Côtière a besoin de la fusion » », sur le site du quotidien Le Progrès (consulté le 6 juin 2011).
  37. La station de radio FC radio, sur 100ansderadio.free.fr
  38. « Mosquée et salles de prières en France », sur www.portail-religion.com (consulté le 5 juin 2011).
  39. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  40. Laurence Raverot, « La Boisse - Visite au cœur de la maison d'enfants Georges Lapierre », Voix de l'Ain,‎ 28 juin 2011 (lire en ligne).
  41. « Le gang des Lyonnais au cinéma : Marchal frappe trois coups », sur leprogres.fr,‎ 25 juin 2010 (consulté le 5 février 2011).
  42. a, b, c et d « Lieux de mémoire aéronautique dans l'ain », sur le site Aeronews, « le journal rhônalpin de l'information aéronautique » (consulté le 25 mai 2011)
  43. a et b « Marcel Vienot, maire, visionnaire et précurseur », Journal de la Côtière, no 901,‎ 1er au 21 août 2013, p. 14.