Dagneux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dagneux
Mairie de Dagneux
Mairie de Dagneux
Blason de Dagneux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Montluel
Intercommunalité Communauté de communes du canton de Montluel
Maire
Mandat
Bernard Simplex
2014-2020
Code postal 01120
Code commune 01142
Démographie
Gentilé Dagnards
Population
municipale
4 183 hab. (2011)
Densité 629 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 05″ N 5° 04′ 40″ E / 45.8514, 5.0778 ()45° 51′ 05″ Nord 5° 04′ 40″ Est / 45.8514, 5.0778 ()  
Altitude Min. 189 m – Max. 285 m
Superficie 6,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative d'Ain
City locator 14.svg
Dagneux

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique d'Ain
City locator 14.svg
Dagneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dagneux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dagneux

Dagneux est une commune française, située au sud du département de l'Ain en Rhône-Alpes. La commune appartient à l'arrondissement de Bourg-en-Bresse (arrondissement de Trévoux avant sa suppression en 1926) et au canton de Montluel.

Le village est « village fleuri, une fleur ».

Les habitants de Dagneux s'appellent les Dagnards et les Dagnardes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée sur la RD 1084.

Située dans la Côtière, la Commune est traversée par la rivière, la Cottey. Dagneux est située à environ 20 km de Lyon et à environ 70 km de Saint-Étienne[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type semi-continental avec des influences méditerranéennes : les étés sont chauds et ensoleillés et les hivers rigoureux.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Arrêt des cars de l’Ain.

Les cars de l'Ain ont plusieurs arrêts sur le territoire communal.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Carouge, Carré, le Châtel, la Croix, la Croix Blanche, Écorcheloup, Grange-Boule, les Granges, les Irandes, le Molard, Montaplan.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On retrouve des documents concernant la paroisse Saint-Nizier de Dagneux depuis 885, où la commune est appelée Dagnacum. Appellations successives : Dagniacum (885), Dagniacus (892), Dagniaco (1103), Danniacus (1103), Daignius (1199), Dagnieu (1236), Danneu (ca 1250), Dagneu (1250), Daigneu (1255), Daigniacus (1263), Dagnieu (1577), Dagnieux (1794), Dagneux (1830).

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Alors qu'elle est encore la principale paroisse du secteur, elle est réunie à celle de Notre-Dame des Marais (Montluel) lorsque celle-ci est érigée en collégiale à la demande du seigneur de Montluel. Dans certains documents notariés on retrouve encore l'appellation église Notre-Dame des Marais dépendant de l'église Saint-Nizier de Dagneux jusqu'au milieu du XVIIIe siècle.

Sous l'Ancien Régime, Dagneux faisait partie du mandement de Montluel, subdélégation de Trévoux, bailliage, de l'élection de Bourg et de l'intendance de Dijon.

En 1792, lors de la création des communes, elle est rattachée à la grande commune de Montluel, en même temps que les paroisses de Saint-Étienne, Saint-Barthélémy, Jailleux, Romanêche et même La Boisse. Alors que cette dernière recouvre très rapidement son indépendance, il faudra attendre un décret de Charles X, en 1829, pour que Dagneux recouvre son identité propre.

C'est pendant cette période d'annexion que nombre de Dagnards ont joué de leurs relations pour obtenir que Dagneux puisse enfin avoir de nouveau un curé desservant (au lieu d'un vicaire occasionnel) et surtout une administration communale propre, empêchant ainsi de faire bénéficier Montluel des recettes d'impôts des habitants de Dagneux sans que ce hameau en soit bénéficiaire. Parmi ces défenseurs acharnés, on pouvait compter la comtesse Ruolz de Mandelot, connue à l'époque pour ses poésies.

Le Chapitre de Saint-Paul de Lyon nommait à la cure. L'église de Dagneux faisait partie des dotations primitives du siège métropolitain de Lyon qui en reçu confirmation le 15 juin 885 de Charles le Gros, puis le 18 mars 892 de Louis l'Aveugle, et au mois de mai 910 du pape Serge III. Le 25 juin 1103, l'archevêque Hugues la céda au chapitre de Saint-Paul. Dagneux formait une obédience de Saint-Paul qui y possédait des rentes nobles et des revenus considérables. Le curé percevait pour son entretien une partie des blés et la totalité de la paille des seigles de la dîme, en vertu d'une transaction de 1261. Au XIIIe siècle, il existait une récluserie de femmes.

D'un point de vue administratif, la paroisse de Dagneux dépendait de l'archiprêtré de Chalamont, du chapitre de Montluel (à partir de 1530), du diocèse de Lyon jusqu'en 1823 puis de celui de Belley-Ars. Avant que la paroisse ne soit rattachée à celle de Montluel en 1988, le curé de Dagneux avait la charge de celles de Balan (1927-1957) puis de Bressolles (1957-1988). Dès lors, la commune connaîtra une renaissance qui lui apportera à la fois croissance et modernisation malgré le territoire réduit qui lui a été accordé en 1829.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Vue du mémorial des vingt et un fusillés, à Dagneux.

Le 12 juin 1944, vingt et un prisonniers (dont une femme) de la prison Montluc sont fusillés à Dagneux[3]. Sur le lieu de l'exécution (45° 51′ 59″ N 5° 04′ 51″ E / 45.866512, 5.080946 ()) est installé un mémorial[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Jean-Claude Raccurt SFIO  
1965 1971 André Coche Centre Gauche Menuisier-charpentier
1971 1995 Robert Guillot   Dirigeant de société
1995 2008 Gilbert Gaillard   Ingénieur,réélu en 2001
2008 En cours Bernard Simplex DVD Chef d'entreprise,réélu en 2014
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Dagneux.

En 2011, la commune comptait 4 183 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1831. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
902 902 899 916 881 875 904 979 952
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
1 002 916 871 870 819 877 874 839 810
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
880 995 998 1 105 1 181 1 150 1 372 1 817 2 091
1990 1999 2006 2011 - - - - -
3 317 3 757 3 906 4 183 - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Il existe une association loi de 1901 fondée le 28 septembre 2009, l’Union des commerçants et des artisans de Dagneux (Ucad).

  • / */

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'ossuaire du cimetière militaire allemand de Dagneux.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments laïques[modifier | modifier le code]

  • Château de Chiloup, maison forte qui a appartenu à la famille des seigneurs de Chiloup, dont le fief était sur le territoire de la paroisse de Dagneux. Il est actuellement la propriété de la mairie qui n'a pas encore décidé de son sort, mais souhaite le remettre en valeur.
  • Maison de Martin Dumollard, dont le trop célèbre tueur de bonnes a été le locataire au milieu du XIXe siècle, et où il a sévi. Elle a été rachetée à la fin du XXe siècle par la mairie mais a été détruite. Le bâtiment qui a été construit à la place est un complexe multimédia offrant aux Dagnards la possibilité de découvrir Internet et les joies de l'informatique. Elle était située dans la rue du Mollard, dont le nom était bien antérieur à l'arrivée du personnage.
  • Le cimetière militaire allemand, en allemand : Deutscher Soldaten Friedhof, situé à quelques centaines de mètres du mémorial juif, couvre 4 5 ha. Ce cimetière a été aménagé en 1952 par les autorités françaises. Il est ensuite élargi et aménagé dans sa forme actuelle par le Service pour l'Entretien des Sépultures Militaires Allemandes (SESMA). Le cimetière regroupe les soldats morts dans la Seconde Guerre mondiale inhumés dans le sud de la France. La plupart ont été tués après le débarquement de Provence. Près de 20 000 soldats allemands sont inhumés dans ce cimetière.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Entrée de la nouvelle église Saint-Nizier.
  • Église Saint-Nizier, datant du IXe siècle (d'abord dédiée à saint Martin) a été détruite dans les années 1960 alors qu'elle devenait dangereuse par ses risques d'écroulement.
  • Nouvelle église Saint-Nizier, construite au début du XXe siècle.
  • La croix de pierre qui avait été érigée au XIXe siècle à la mémoire des jeunes femmes mortes des exactions de Martin Dumollard, dont il ne reste rien ou presque.

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Dagneux bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[8].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Lac Neyton, ancienne source dont les eaux ont été très célèbres et reconnues à travers le monde. Elles faisaient le bonheurs des curistes venant du monde entier. Cette source a été aménagée en lac au XXe siècle offrant aujourd'hui une bonne place pour les loisirs de plein air.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Armes de Dagneux

La commune de Dagneux porte :

Tranché, au premier de gueules à une grappe de raisin feuillée de sinople et fruitée d'azur, au second d'azur à deux épis de blés d'or feuillés et tigés d'argent, à la cotice d'argent brochant sur la partition[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La maison des Dumollard, à Dagneux, en mars 1862.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé de la commune, sur habitants.fr
  2. Source : http://www.annuaire-mairie.fr/distance-dagneux.html
  3. Extraits des procès verbaux de la gendarmerie de Montluel : no  542 du sept novembre 1944 et rapport 49/2 du 3 novembre 1944 in Le livre noir Des crimes Nazis Dans L'Ain pendant L'Occupation, Édition du Bastion,‎ 2004, 132 p. (ISBN 2-7455-0303-0), p. 70.
  4. « Création d'un espace mémoriel », Journal de la Côtière,‎ 19 juin 2013 (lire en ligne).
  5. Source : Dictionnaire des hommes et des femmes politiques de l'Ain de 1789 à 2003, Dominique Saint-Pierre, Musnier-Gilbert Editions, 2003.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).
  9. Armes de Dagneux, sur newgaso.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Dagneux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Montluel : Montluel, Balan, Béligneux, Bressolles, Dagneux, La Boisse, Niévroz, Pizay, Sainte-Croix,‎ 1999, 296 p. (ISBN 2-907656-30-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Guy Brunet, Paul Percevaux et Louis Trenard, Histoire des communes de l'Ain : La Dombes, Horvath,‎ 1983, p. 306-308

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]