Small Astronomy Satellite 2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis SAS-2)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SAS.
SAS 2 est le deuxième d'une série de petits engins spatiaux conçus pour étendre les études astronomiques dans les rayons X, gamma, ultraviolets, visibles et infrarouge. L'objectif principal de SAS-B était de mesurer la distribution spatiale et énergétique des rayonnements gamma primaires galactiques et extragalactique et avec des énergies comprises entre 20 et 300 MeV. L'instrumentation se composait principalement d'un détecteur à scintillation de garde, d'une chambre à étincelles supérieure et d'une inférieure, et d'un télescope de particules chargées.

Small Astronomy Satellite 2, (litt. « petit satellite [destiné à] l'astronomie ») également appelé SAS-2, SAS-B ou Explorer 48 est un petit satellite scientifique du programme Explorer la NASA. Il s'agit du premier satellite lancé et destiné à l'étude des sources astrophysiques de rayons gamma. Il a été placé en orbite le 15 novembre 1972 et est entré en service le 19 du même mois. Sa durée de vie fut relativement brève, les opérations scientifiques s'étant arrêtées le 8 juin 1973 suite à un problème d'alimentation électrique.

Instrumentation[modifier | modifier le code]

L'instrumentation embarquée consistait en une chambre à étincelles, ayant une surface collectrice de 540 cm2. La chambre était alignée avec l'axe de rotation du satellite. Elle permettait de détecter des rayons gamma d'énergie comprise entre 20 MeV et 1 GeV.

Principaux résultats scientifiques[modifier | modifier le code]

Doté d'une résolution médiocre, SAS-2 a néanmoins permis de cartographier pour la première fois le ciel dans le domaine gamma. La mise en évidence de sources ponctuelles de rayonnement était possible, mais rendu particulièrement difficile par la piètre résolution de l'instrument (environ 3 degrés). Dans le cas où des objets étaient déjà connus pour avoir une émission de haute énergie, l'émission gamma put ainsi être mise en évidence, comme ce fut le cas pour les quelques pulsars énergétiques connus fin 1972, le pulsar du Crabe (PSR B0531+21) ou le pulsar de Vela (PSR B0833-45). La mise en évidence d'autres objets non détectés auparavant dans d'autres domaines de longueur d'onde, comme Geminga (PSR J0633+1746), un pulsar proche possédant une très forte émission gamma mais pas d'émission radio, fut plus difficile, son émission ayant dans un premier temps été considérée comme émanant d'une région diffuse étendue.

Comparativement à l'instrumentation plus moderne, SAS-2 avait une sensibilité très faible. À titre d'exemple, Geminga fut mis en évidence par la détection de seulement 121 photons en plus de trois semaines d'observation de la région où il se trouvait (l'anticentre galactique).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]