Débourbage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans l’élaboration des vins blancs et rosés, le moût obtenu par saignée ou pressurage direct doit être clarifié avant fermentation : c’est le débourbage.

Principe général[modifier | modifier le code]

Cette étape est importante si on veut obtenir un vin fruité et net d’un point de vue aromatique, en évitant le risque d'apparition d'odeurs végétales, grossières ou soufrées (odeur/goût de bourbes, H2S, "caoutchouc brulé", "chou bouilli"...).

Le niveau de débourbage recherché se situe entre 50 et 200 NTU[1]  : en dessous les risques de fermentation alcoolique difficile augmentent, au-dessus la clarification peut être insuffisante pour atteindre les objectifs de finesse aromatique du vin. Un moût trop clair, trop "débourbé" ne comporte pas assez de nutriments et de support pour une bonne viabilité des levures.

La technique de débourbage la plus simple consiste en une décantation statique des jus, le plus souvent après un enzymage pour hydrolyser les composés pectiques qui maintiennent une trop grande viscosité des jus et empêchent la clarification spontanée. Les enzymes sont par contre inefficaces à température trop basse (inférieure à 5 °C).

La température des jus lors du débourbage est également déterminante. Une température fraîche (10 à 14 °C) facilite la sédimentation des bourbes et réduit les risques de développement de contaminants qui peuvent enclencher spontanément une fermentation alcoolique encore indésirable à ce stade. De même, le sulfitage(SO2) et l’hygiène participent à la maîtrise des contaminants éventuels.

Il existe cependant des producteurs qui ne débourbent pas leur vins, parfois avec succès.

Techniques utilisées[modifier | modifier le code]

Schéma de principe du débourbage statique

Plusieurs techniques de débourbage sont couramment utilisées. On différencie généralement les techniques de débourbage "statiques" telles que la décantation (schéma) et les techniques de débourbage "dynamiques" ou "mécaniques.

On peut citer dans les techniques de débourbage dynamiques :
- La centrifugation qui s'avère toutefois insuffisante pour obtenir des niveaux de turbidité faible
- La flottation qui consiste à entrainer les particules vers le haut à l'aide d'un gaz, le plus souvent après une opération de collage (gélatine)
- La filtration sur filtre rotatif sous vide ou filtre presse généralement réservée au résidu obtenu en fond de cuve après débourbage statique

Références[modifier | modifier le code]

  1. Néphélométric Turbidity Unit - Voir article turbidité

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Documents externes[modifier | modifier le code]