Nijni Novgorod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Novgorod (homonymie).
Nijni Novgorod
Нижний Новгород
Blason de Nijni Novgorod
Héraldique
Drapeau de Nijni Novgorod
Drapeau
Le pont Kanavino sur l'Oka et l'église Stroganov.
Le pont Kanavino sur l'Oka et l'église Stroganov.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Volga-Viatka
District fédéral Volga
Sujet fédéral Drapeau de l'oblast de Nijni Novogorod Oblast de Nijni Novgorod
Maire Oleg Sorokine
Code postal 603000 — 603167
Code OKATO 22 401
Indicatif (+7) 831
Démographie
Gentilé Nijégorodien
Population 1 259 921 hab. (2013)
Densité 3 066 hab./km2
Géographie
Coordonnées 56° 19′ N 44° 00′ E / 56.317, 44 ()56° 19′ Nord 44° 00′ Est / 56.317, 44 ()  
Altitude 78 m
Superficie 41 100 ha = 411,0 km2
Fuseau horaire UTC+04:00 (MSK)
Heure de Moscou
Divers
Fondation 1221
Statut Ville depuis 1221
Ancien(s) nom(s) Gorki (1932-1991)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir sur la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Nijni Novgorod

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Nijni Novgorod

Voir sur la carte administrative de l'Oblast de Nijni Novgorod
City locator 14.svg
Nijni Novgorod

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte administrative de Russie européenne
City locator 14.svg
Nijni Novgorod

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

Voir la carte topographique de Russie européenne
City locator 14.svg
Nijni Novgorod
Liens
Site web нижнийновгород.рф
Sources
Liste des villes de Russie

Nijni Novgorod (en russe : Нижний Новгород) est une ville de Russie, capitale administrative de l'oblast de Nijni Novgorod et centre économique de la région économique de Volga-Viatka. Sa population s'élève à 1 259 921 habitants en 2013, ce qui en fait la cinquième ville de Russie. La ville porta le nom de Gorki (en russe : Горький) de 1932 à 1991 d'après l'écrivain Maxime Gorki (c'est encore le nom en usage dans les gares russes).

Littéralement, Nijni signifie « bas » et Novgorod, la « nouvelle ville », mais historiquement, l'ensemble des deux mots pourrait être traduit comme « la nouvelle ville sur les terres de la basse Volga », puisqu'à l'époque de sa fondation c'était la dernière ville russe aux abords du fleuve.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se trouve au confluent de la Volga et de l'Oka, à 330 km au nord-ouest de Kazan et à 405 km à l'est de Moscou[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

De 1221 à 1408[modifier | modifier le code]

La ville de Nijni Novgorod est fondée en 1221 au confluent de la Volga avec son affluent l'Oka par le grand-duc Iouri Vsevolodovitch de la principauté de Vladimir-Souzdal pour assurer la défense des frontières russes contre les Mordves, Maris et Tatars.

La destruction des principales villes de la Russie kiévienne qui fait suite à l'invasion mongole (1223) épargne Nijni Novgorod car ce n'est encore qu'une agglomération de petite taille. Ce sursis permit à la ville de devenir l'un des grands centres de la vie politique russe sous le joug tatar.

Vers 1350, le grand duc Dimitri III transfère à Nijni Novgorod la capitale de la puissante principauté de Vladimir-Souzdal avec l'intention d'en faire une rivale de Moscou. Il fait construire une citadelle en pierre et plusieurs églises. À sa demande, la plus ancienne chronique de l'histoire russe appelée Chronique de Laurentius est écrite par le moine Laurentius en 1377. La principauté occupe alors un territoire très étendu : à l'est, les frontières de la principauté sont délimitées par la Soura (affluent de la Volga) et au sud-est et au sud par la Piana (affluent de la Soura) et la Serioja (affluent de la Tiocha) ; à l'ouest, le territoire s'étend jusqu'aux rives de l'Oka et aux affluents de la Kliazma, incluant ainsi les villes de Souzdal et Chouïa. La forteresse de Kourmich, fondée en 1372 était au cœur des fortifications bordant l'est du territoire. Tout au long des frontières sont édifiées de petites forteresses situées sur des îles, dans lesquelles vivaient des frontaliers. Des ruines de ces forteresses ont été découvertes le long de la rivière Piana dans les raïons Boutourlinski et Sergatchski.

En 1377, des hordes tatares et mongoles prennent Nijni Novgorod. Au cours de la bataille sur les rives de la rivière Piana, les troupes russes subissent de lourdes pertes face au fils du chef de la horde, Arapchi. Dimitri III se réfugie dans la ville de Souzdal tandis que les Nijnégorodiens fuient vers les villes voisines. Nijni Novgorod est incendiée.

Pendant la période du joug tatar, Vassili Ier unit en 1392 la principauté de Nijni Novgorod à la principauté plus puissante de Moscou. Par la suite, Vassili III, le successeur du prince de Moscou Dimitri Donskoï, rachète à la Horde d'or une partie des terres de la principauté nijnégorodienne.

Nijni Novgorod dans la première moitié du XVIIe siècle
Une des treize tours de l'enceinte du Kremlin

De 1408 à 1917[modifier | modifier le code]

Après avoir été détruite en 1408 par le chef tatar Edigueï, la ville est reconstruite et devient un point d'appui dans la guerre contre les Tatars de Kazan. Le Kremlin, énorme forteresse en briques rouges, est construit entre 1508 et 1511 : il s'agit d'une des plus anciennes et plus importantes forteresses préservées en Russie. Le Kremlin résistera aux sièges tatars de 1508 et 1531.


En 1612, c'est Kouzma Minine, un marchand de Nijni Novgorod, à la tête de la milice nationale, qui chasse les troupes polonaises de Moscou mettant fin à la période des troubles et permettant à la dynastie des Romanov de s'installer sur le trône de Russie. Au cours du siècle qui suit, la ville devient un centre commercial prospère dans lequel s'installe Stroganov, le plus riche des marchands russes. Un style architectural et pictural (icône) spécifique, connu sous l'appellation de style Stroganov, se développe à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle.

L'église baroque Stroganov

La foire de Saint-Macaire, le 25 juillet du calendrier julien, qui se déroulait dans les semaines qui suivaient chaque année au monastère de Saint-Macaire, jusqu'à son incendie en 1816, est déplacée l'année suivante dans le village de Grivka, sur la berge de l'Oka à l'opposé de Nijni. Elle prend alors le nom de Nijni Novgorod et devient nijégorodienne. Grâce à celle-ci, qui atteint bientôt une renommée mondiale, la ville ainsi que les villages avoisinants connaissent un développement économique rapide. Au XIXe siècle, on disait : Saint-Pétersbourg est la tête de la Russie, Moscou son cœur et Nijni Novgorod son porte-monnaie.

Les quartiers de la foire devient un grand centre d'échanges, et de nombreuses industries s'y installeront par la suite. Le premier réseau d'approvisionnement en eau est créé dans la ville en 1847. Un important centre industriel est construit dans les environs de Nijni Novgorod, à Sormovo en 1849. Plus tard, il sera plus connu sous le nom d'« usine de Sormovo », et pendant la période soviétique sous le nom de Krasnoïé Sormovo (Sormovo rouge). À partir de 1850, l'usine produit des bateaux, et jusqu'à la révolution de 1917 diversifie ses activités notamment avec la production de wagons, de locomotives, de tramways et de diverses autres machines. Grâce à son usine, Sormovo devint rapidement un grand centre industriel.

L'écrivain français Alexandre Dumas fait escale en 1858 à Nijni Novgorod au cours de son voyage en Russie, qu'il décrira dans son livre De Paris à Astrakhan. La ville est également visitée par le poète français Théophile Gautier. Astolphe de Custine en fait également une description assez détaillée dans son livre La Russie en 1839, lettre 33.

La construction de la ligne de chemin de fer Moscou - Nijni Novgorod est achevée en 1862 ; elle est prolongée en 1895 jusqu'à Sormovo.

La ville accueille l'exposition russe de l'industrie et du commerce en 1896. À l'occasion de cet événement, la première ligne de tramway de la ville est construite. C'est le second tramway construit dans tout l'empire russe. Le premier radio-récepteur au monde y est également présenté par l'ingénieur Popov, ainsi que d'autres avancées technologiques. Les constructions innovatrices et exquises de Vladimir Choukhov honorent toujours beaucoup de villes à travers l'ancien Empire russe. Choukhov conçoit huit pavillons d'exposition recouverts d'un treillis de coquilles (application de technique de couvertures pré-tendues, sous forme de structures de coquille mince ) pour la foire de Nijni Novgorod de 1896, couvrant une superficie de 27 000 km² et comportant une tour hyperboloïde.

De 1917 à 1991[modifier | modifier le code]

Le centre-ville vu du pont Kanavino
Statue du pilote Tchkalov, enfant du pays, par Mendelevitch (1939), près du kremlin de Nikni Novgorod.

Après la révolution russe d'octobre 1917, le pouvoir soviétique s'installe dans la ville dès l'automne 1917. En 1919, les agglomérations de Kounavino et de Sormovo reçoivent le statut de ville. Kounanivo prend peu après le nom de "Kananivo". Mais en 1929 les deux villes sont dissoutes et leur territoire est fusionné dans le grand Nijni Novgorod, qui forme aujourd'hui l'arrondissement (raïon) administratif de Nijni Novgorod. L'ancien découpage administratif du pays en gouvernements est aboli. Le gouvernement de Nijni Novgorod disparaît et est remplacée par le « kraï de Nijni Novgorod » (Nijégorodski kraï), dont Nijni Novgorod devient la capitale.

En 1932, Nijni Novgorod est rebaptisée Gorki, du nom de l'écrivain soviétique Maxime Gorki qui y était né. Le territoire éponyme est rebaptisé de la même manière. Les années 1930 sont une période d'intense développement de l'industrie : en 1932, l'Usine d'automobiles de Gorki (nom commercial Gaz, pour Gorkovski Avtomobilny Zavod) commence sa production ainsi que le constructeur d'avions Sokol. Devenue un important centre de production d'armements, l'agglomération est alors fermée aux étrangers et le resta jusqu'en 1991.

Le kraï de Gorki (Gorkovski kraï) est restructuré en 1933. Gorki devient le centre d'une région portant son nom (Gorkovskaïa oblast'). Le premier pont permanent entre les deux rives du fleuve Oka est construit réunissant les principaux quartiers de la ville jusqu'alors séparée en deux par ce fleuve. Le premier pont ferroviaire est également construit sur la Volga. Celui-ci permet désormais la liaison de la ville avec l'Oural et la Sibérie.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la ville devient le plus grand centre de production d'armement du pays. On y construit des tanks, des avions, ainsi que les fameuses roquettes katioucha. L'aviation allemande bombarda 47 fois la ville durant la guerre pour détruire les usines d'armements.

Des années 1960 à 1980, la ville se développe considérablement comme toutes les villes soviétiques avec la construction des nouveaux quartiers populaires constitués d'immenses barres d'immeubles. Le métro de Nijni Novgorod est inauguré en 1985.

Le physicien nucléaire Andreï Sakharov, un des dissidents russes les plus connus, est assigné à résidence dans la ville entre 1980 et 1986 pour s'être élevé contre l'entrée des troupes soviétiques en Afghanistan.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1991, après la dislocation de l'Union soviétique, la ville reprend son nom initial : Nijni Novgorod.

Le 24 mars 2007, Nijni Novgorod fut l'une des trois villes, avec Moscou et Saint-Pétersbourg, où la manifestation du mouvement d'opposition à Vladimir Poutine (nommé une marche du désaccord) devait avoir lieu mais ne fut pas autorisée. Le centre-ville fut bloqué par les forces de l'ordre, certains participants furent interpelés avant de rejoindre le lieu prévu pour la manifestation. Une petite manifestation eut néanmoins lieu avant d'être réprimée par les miliciens.

La confluence de la Volga et de l'Oka

Climat[modifier | modifier le code]

Nijni Novgorod bénéficie d'un climat continental comme la majeure partie de la Russie centrale. L’hiver est nettement plus froid que dans la partie occidentale de l'Europe qui bénéficie de l'effet modérateur de l'océan Atlantique. La neige recouvre le sol en moyenne 152 jours par an. Le manteau neigeux atteint en moyenne une épaisseur de 44 cm en février (hauteur maximum : 113 cm). L'été est chaud et pluvieux.

  • Température record la plus froide: -41.4 °C (déc 1978)
  • Température record la plus chaude: 38.3 °C (juil 2010)
  • Nombre moyen de jours avec de la neige dans l'année: 127
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année: 133
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année: 27
  • Nombre moyen de jours avec tempête de neige dans l'année: 20
Relevé météorologique de Nijni Novgorod
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −13 −12,2 −6,3 2,3 7,6 12,5 14,1 11,9 6,8 1,2 −5,8 −10,3 0,7
Température moyenne (°C) −10 −8,9 −3 5,7 12,6 17,2 18,7 16,3 10,6 3,9 −3,3 −7,5 4,4
Température maximale moyenne (°C) −6,6 −5,7 0,7 10,5 17,4 22,5 23,4 21,2 14,8 6,9 −1,1 −4,6 8,3
Précipitations (mm) 43 36 30 39 51 69 78 74 62 63 56 52 653
Source : Le climat à Nijni Novgorod (en °C et mm, moyennes mensuelles) Pogoda.ru.net


Population[modifier | modifier le code]

La situation démographique de Nijni Novgorod s'est dégradée au cours des années 1990. Le taux de natalité a légèrement diminué, passant de 10,7 pour mille en 1990 à 8,8 pour mille en 2005 alors que le taux de mortalité passait de 11,4 à 17,5 pour mille. Le solde naturel s'est fortement dégradé, passant de –0,7 pour mille en 1990 à –8,7 pour mille en 2005.

Recensements (*) ou estimations de la population[2]

Évolution démographique
1811 1840 1856 1863 1897* 1914
14 400 31 900 35 800 41 500 90 053 111 600
1923 1926* 1931 1939* 1959* 1970*
135 400 181 200 350 300 643 689 941 962 1 170 133
1979* 1989* 2002* 2010* 2012 2013
1 344 474 1 438 133 1 311 252 1 250 619 1 254 592 1 259 921


La population de l'agglomération de Nijni Novgorod est estimée à 1 710 000 habitants en 2007, ce qui en fait la troisième agglomération de Russie. Voir également Liste des agglomérations européennes.

Les transports[modifier | modifier le code]

La ville est un important carrefour du point de vue du transport fluvial, des chemins de fer et des routes. La ville est traversée par l'autoroute de la Volga, possède un aéroport, et un réseau de métro. Le téléphérique au-dessus de la Volga reliant Nijni Novgorod à Bor a été ouvert en 2012.

Économie et industrie[modifier | modifier le code]

La ville est un grand centre de l'industrie automobile, notamment avec le constructeur GAZ qui est le principal acteur économique de la ville. Les activités de constructions de machines, métallurgiques et d'industrie légère (fabrication de bateaux, radios) comptent également. Elle est également connue comme un des principaux centres russes du complexe militaro-industriel russe et compte en particulier le constructeur d'avions MiG. Le troisième pôle est l'énergie, avec les produits dérivés du pétrole et du charbon, le raffinage et la production d'électricité.

Culture[modifier | modifier le code]

Façade du théâtre dramatique de Nijni Novgorod, construit en 1896.

Deux académies sont présentes à Nijni Novgorod : le théâtre académique d'opéra et de ballet Pouchkine, ainsi qu'un théâtre de marionnettes. Sont présents également des théâtres comiques, dramatiques, le principal étant le théâtre dramatique Gorki, des musées, des salles d'expositions, ainsi qu'une Alliance française.

La ville est classée par l'UNESCO parmi les cent villes faisant partie du patrimoine mondial de l'humanité (Valeur culturelle et artistique).

Universités[modifier | modifier le code]

  • Université d'État Lobatchevski de Nijni Novgorod (fondée en 1916)
  • Université technique d'État Alekseïev de Nijni Novgorod
  • Académie d'État d'agriculture de Nijni Novgorod
  • Université d'État linguistique Dobrolioubov de Nijni Novgorod
  • Université d'État d'architecture et de construction de Nijni Novgorod
  • Académie d'État des transports fluviaux de Nijni Novgorod
  • Université pédagogique d'État de Nijni Novgorod

À voir à Nijni Novgorod[modifier | modifier le code]

Pokrovka, la rue principal commerçante de Nijni Novgorod
Le monastère de l'Annonciation

Dans le centre historique de la ville se trouve le kremlin construit en pierre. Sa construction date du XVIe siècle, son enceinte fait 2 km de circonférence et comporte treize tours.

Le kremlin abrite une cathédrale du XIIIe siècle.
Plusieurs musées et monuments se trouvent à l'intérieur du kremlin. On peut également y voir la flamme du soldat inconnu de la Seconde Guerre mondiale et d'anciens chars utilisés pendant la guerre.
De l'intérieur du Kremlin nijégorodien, on peut admirer la Volga, et une partie de la ville.

Entre Nijni Novgorod et Dzerjinsk, ville satellite de Nijni Novgorod, se trouve une tour hyperbolique de 128 mètres de hauteur. Cette tour métallique fut construite en 1929 par le savant et ingénieur russe Choukhov. C'est une des deux dernières tours multi-étages en Russie, la seconde se trouvant à Moscou.

Religion[modifier | modifier le code]

Les habitants sont principalement de religion orthodoxe. Il existe quelques mosquées, une paroisse catholique et une synagogue dans la ville.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Naissance à Nijni Novgorod.

Divers[modifier | modifier le code]

Un fait curieux - depuis la parution du livre d’Alexandre Griboïedov L'Ennui de l'esprit (Горе от ума), en 1831, il existe une expression tirée de cette pièce de théâtre : « mélange des langues française et nijégorodienne » (смешенье языков: французского с нижегородским), appliquée à quelqu'un qui parle mal une langue étrangère mais se croit très fort.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

La Ville Haute (rive droite de l'Oka)
La Ville Basse (rive gauche de l'Oka)
Les environs

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :