Commune urbaine (Russie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Commune urbaine.

Une commune urbaine[1] (en russe : посёлок городско́го ти́па - possiolok gorodskogo tipa, abréviation : п.г.т. ; polonais : osiedle typu miejskiego ; bulgare : селище от градски тип, sélichté ot gradski tip) est la désignation officielle d'un certain type de localité à caractère urbain, utilisée anciennement en URSS, Pologne et Bulgarie et actuellement dans 10 États issus de l'ancienne Union soviétique.

C'est une subdivision territoriale et administrative intermédiaire, par ses caractéristiques et par son statut, entre la ville (gorod en russe) et la commune rurale (village ou autre). Une commune urbaine ne se distingue pas nécessairement d'une commune rurale par sa superficie ou par sa population, mais elle possède des caractères socio-économiques qui la rendent économiquement indépendante de l'agriculture. La plupart des communes urbaines ont une population comprise entre 3 000 et 12 000 habitants.

Union soviétique[modifier | modifier le code]

Ce terme fut introduit en 1922 dans les diverses républiques de l'Union soviétique et se substitua à possad.

Les critères des communes urbaines étaient fixés par chaque république soviétique, mais avec des différences minimes d’une république à l’autre.

Dans la République socialiste fédérative soviétique de Russie, les communes urbaines se répartissaient en trois catégories :

  • bourg ouvrier (рабочие посёлки) : communes possédants des industries (usines, mines, centrales électriques, bâtiment et travaux publics), avec une population d’au moins 3 000 habitants, dont 85 pour cent, en comptant les membres de leur famille, travaillaient dans l’industrie ou les services;
  • station de cure (курортные посёлки) : communes centrées sur les activités de séjour et de santé (stations balnéaires, stations thermales, etc.), avec une population d’au moins 2 000 habitants, dont plus de 50 pour cent de la population annuelle moyenne étaient constitués de résidents temporaires;
  • aire de datchas (дачные посёлки) : communes de datchas (maisons saisonnières ou résidences secondaires à l'année) centrées sur des séjours d’été privés (datchas) et de loisirs en fin de semaine, avec moins de 25 pour cent de la population résidente permanente occupés dans l'agriculture.

Espace post-soviétique[modifier | modifier le code]

Dans la Russie actuelle, la fixation des critères des communes urbaines est dévolue aux sujets fédéraux. Dans la plupart des cas, l’organe législatif du sujet fédéral est responsable de tous les changements administratifs et territoriaux, y compris l’attribution et la révocation des statuts de commune urbaine ou de ville.

Les communes urbaines ont été converties en d'autres types de subdivisions territoriales urbaines ou rurales dans cinq anciennes républiques soviétiques — Arménie, Estonie, Lettonie, Lituanie et Moldavie — au début des années 1990. Ce terme est encore utilisé dans les dix autres anciennes républiques soviétiques : Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Kazakhstan, Kirghizistan, Ouzbékistan, Russie, Tadjikistan, Turkménistan et Ukraine.

Autres États[modifier | modifier le code]

Le terme fut également introduit par la suite en Pologne (1954) et en Bulgarie (1964). Toutes les communes urbaines de Pologne furent converties en d'autres types de commune (urbaine ou rurale) en 1972 ; celle de Bulgarie le furent au début des années 1990.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Commune urbaine de Russie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Commune urbaine : expression utilisée par le géographe Serge Brunet in La Russie : dictionnaire géographique, Montpellier, CNRS-GDR Libergéo, et Paris, la Documentation française, 2001, p. 11.