Oka (Volga)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oka.
Oka
La confluence de l'Oka et de la Volga à Nijni Novgorod.
La confluence de l'Oka et de la Volga à Nijni Novgorod.
L'Oka dans le bassin de la Volga.
L'Oka dans le bassin de la Volga.
Caractéristiques
Longueur 1 500 km
Bassin 245 000 km2
Bassin collecteur Volga
Débit moyen 1 270 m3/s (Nijni Novgorod)
Régime nivo-pluvial
Cours
Confluence Volga
· Localisation Nijni Novgorod
· Coordonnées 56° 19′ 55″ N 43° 58′ 53″ E / 56.3319, 43.9813 (Confluence - Oka)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Russie Russie
Principales villes Orel, Kalouga, Kolomna, Riazan et Nijni Novgorod

La rivière Oka (en russe : Ока) est une rivière d'Europe orientale de 1 500 km de long, qui coule en Russie. C'est l'affluent le plus important de la rive droite du bassin de la Volga.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de l'Oka n'est pas déterminée, bien qu'il existe de nombreuses hypothèses. Les deux hypothèses principales sont :

  • L'hypothèse d'une origine balte : Aka signifie, en lituanien « source » ;
  • L'hypothèse d'une origine finnoise : Joki signifie, en finnois « rivière ».

En effet, jusqu'à l'arrivée des Slaves sur le cours de l'Oka, le cours supérieur de la rivière était occupé par des tribus baltes (Polekhi), tandis que le cours moyen et inférieur était habité par des peuplades finno-ougriennes (Mechtchériens, Mouromiens).

Cours de la rivière[modifier | modifier le code]

Le bassin versant de la rivière a une superficie de 245 000 km2. Sa largeur maximale est de 25 km sur son cours moyen. Le débit moyen est de 1 270 m3/s avec un régime de type nivo-pluvial.

La rivière traverse sept oblasts de Russie : les oblasts d'Orel, Toula, Kalouga, Moscou, Riazan, Vladimir et Nijni Novgorod. Les villes les plus importantes situées sur le cours de l'Oka sont : Orel, Kalouga, Kolomna, Riazan et Nijni Novgorod, où se trouve son point de confluence avec la Volga.

Navigation[modifier | modifier le code]

L'Oka est navigable à partir de la ville de Tchekaline, et par transit depuis Kolomna, c’est-à-dire depuis l'embouchure de la Moskova. La rivière est éclusée sur les 100 km inférieurs à partir du confluent de la Moskova.

Jusqu'aux années 1960, l'Oka était navigable depuis Orel, mais uniquement dans le sens du courant et par saison de crue, ou bien avec l'aide des différents réservoirs du fleuve.

Affluents[modifier | modifier le code]

Bassin de l'Oka et de ses principaux affluents.

Les principaux affluents de l'Oka sont (de la source à l'embouchure) :

Hydrométrie - Les débits à Gorbatov[modifier | modifier le code]

Une vue de l'Oka à Serpoukhov.
La rive droite de l'Oka à Nijni Novgorod, dominée par le Kremlin de la ville.

Le débit de l'Oka a été observé pendant 95 ans (1891-1985) à Gorbatov, localité située à une soixantaine de kilomètres en amont de son confluent avec la Volga à Nijni Novgorod[1].

À Gorbatov, le débit annuel moyen ou module observé sur cette période a été de 1 258 m3/s pour une surface prise en compte de 244 000 km2, soit la quasi-totalité du bassin versant.

La lame d'eau écoulée dans le bassin versant de la rivière atteint ainsi le chiffre de 163 millimètres par an, ce qui peut être considéré comme modéré.

L'Oka est un cours d'eau abondant mais assez irrégulier. Il présente deux périodes de crues ; les grandes crues de printemps et les petites crues d'automne.

Les grandes crues se déroulent en avril et en mai (moyenne mensuelle de 4 557 m3/s) et correspondent au dégel. Dès le mois de juin, le débit de la rivière baisse fortement jusqu'à un premier étiage, en été au mois de septembre (588 m3/s). En octobre le débit remonte à nouveau mais légèrement, sous l'effet des précipitations automnales ce qui mène à un petit sommet en novembre. C'est la petite crue, bien moindre que celle de printemps (749 m3/s en novembre). Puis survient le long étiage d'hiver qui a lieu de décembre à mars inclus. Le débit moyen mensuel observé en février (minimum d'étiage) atteint 496 m3/s, soit plus ou moins neuf fois moins que le débit moyen du mois de mai (4 557 m3/s), ce qui témoigne de l'amplitude des variations saisonnières. Sur la période d'observation de 95 ans, le débit mensuel minimal a été de 226 m3/s (ce qui reste très confortable), tandis que le débit mensuel maximal s'est élevé à 12 500 m3/s (en mai 1926).

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Gorbatov
(Données calculées sur 95 ans)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]