Frères Dardenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Luc Dardenne)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Dardenne

Frères Dardenne

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Pierre et Luc Dardenne au Festival de Cannes 2014.

Naissance Jean-Pierre : 21 avril 1951 (63 ans)
Luc : 10 mars 1954 (60 ans)
Nationalité Drapeau de la Belgique Belge
Profession Réalisateurs
Films notables La Promesse
Rosetta
Le Fils
L'Enfant
Le Gamin au vélo

Jean-Pierre Dardenne, né le 21 avril 1951 à Engis, et Luc Dardenne, né le 10 mars 1954 aux Awirs, sont deux frères belges qui réalisent leurs films en commun. Ils sont également scénaristes et producteurs.

Leur cinéma connaît un impact international, notamment grâce au Festival de Cannes, où plusieurs de leurs réalisations ont été présentées et récompensées[1]. Ils font partie du cercle des sept réalisateurs deux fois lauréats de la Palme d'or[1].

Les frères Dardenne ont élaboré une œuvre cohérente et exigeante[1]. Ils sont aujourd'hui considérés comme les grands représentants du cinéma social européen, au même titre que Ken Loach et Mike Leigh[2].

Les Dardenne sont en effet reconnus comme ceux qui en ont renouvelé l'esthétique et la narration grâce à un style concret, épuré et loin des facilités[3] : caméra à l'épaule ou poing suivant au plus près les visages crispés et les corps en mouvement, longs plans-séquences dilatant la durée, captation de gestes de nervosité, moments de vide, d'irritation, voire de frustration, absence de plage musicale, silences, choix d'acteurs non professionnels ou méconnus[4]...

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Lucien et Marie-Josée Dardenne[5], les frères Dardenne grandissent dans la banlieue industrielle de Liège, à Seraing. Leurs parents vivent à présent à Engis. Leur cinéma s'enracine dans cette région de leur enfance, étant donné leur volonté, comme le dit Luc Dardenne dans une interview donnée récemment à la revue Toudi, de filmer « l'ici[6]. ». À propos de ce décor périurbain particulier, Luc déclare : « Engis a longtemps été le village le plus pollué d'Europe. Dans les années 1930, trois personnes y sont mortes d'intoxication. Sartre le mentionne dans Critique de la raison dialectique comme une illustration des contradictions du capitalisme. Les gens du village se sont énormément battus pour améliorer leurs conditions de vie. »[7].

C’est en tant qu'étudiant en art dramatique à l'Institut des arts de diffusion de Bruxelles[8] que Jean-Pierre Dardenne rencontre Armand Gatti, metteur en scène et poète, qui l'influence et lui permet de débuter dans la réalisation en lui proposant ainsi qu’à son frère Luc de devenir les assistants de ses expériences théâtrales que sont « La Colonne Durutti » et « L'Arche d’Adelin » puis plus tard de son film Nous étions tous des noms d'arbres.

Après leurs études respectives (Jean-Pierre en art dramatique et Luc en philosophie[9] de 1974 à 1977[10]), « les frères » comme les appellent leurs amis et collaborateurs, tournent des vidéos militantes sur les interventions et les luttes dans des cités ouvrières qu'ils financent grâce à leurs petits emplois[Lesquels ?] respectifs. L’art filmique et les aspects sociaux de la vie se rencontrent dans leurs projets qu'ils diffusent dans les cités[8]. Ces deux éléments sont à la base de leur cinéma engagé, qu'il soit du côté de la fiction ou du documentaire[8].

Soucieux de bénéficier des structures qui leur permettraient de lier indépendance, engagement social et cinéma, Luc et Jean-Pierre Dardenne créent en 1975 la maison de production « Dérives » qui se lance dans le financement d'une cinquantaine de documentaires. Ils fondent ensuite, en 1981, la société « Films Dérives Productions » qui produit six longs métrages puis, en 1994, « Les Films du Fleuve » qui finance toutes leurs réalisations à partir de La Promesse et participe entre autres à la production de nombreux films d'auteur : Stormy Weather de Sólveig Anspach, Le Monde vivant d'Eugène Green, Le Mystère de la chambre jaune de Bruno Podalydès, Le Couperet de Costa-Gavras ou plus récemment L'Exercice de l'État de Pierre Schoeller, La Part des anges de Ken Loach et Au-delà des collines de Cristian Mungiu. Grâce à cette structure, ils réalisent alors le souhait d'être les auteurs complets de leur œuvre (producteurs, scénaristes et metteurs en scène)[8].

En 1978, les frères réalisent de nombreux documentaires sur les radios libres et traitent des problèmes engendrés par la vie collective ou encore la grève générale de 1960 (lorsque le bateau de Monsieur Léon descendit la Meuse pour la première fois). Dans d'autres travaux, ils évoquent notamment les journaux clandestins ou encore la résistance anti-nazie en Belgique (le Chant du rossignol)[8]. En 1981, ils retrouvent Armand Gatti pour le film Nous étions tous des noms d’arbres pour lequel Luc est le premier assistant réalisateur et Jean-Pierre le premier assistant caméra.

En 1987, Falsch, adapté d’une pièce de René Kalisky et co-écrit avec Jean Gruault, scénariste de François Truffaut, marque un tournant décisif dans leur carrière[8]. À partir de cette œuvre à mi-chemin entre fiction et théâtre filmé[8], les cinéastes se consacrent au genre fictionnel[8]. Cependant, leur cinéma de fiction, toujours engagé, reste proche du documentaire dans sa forme et son contenu, notamment pour la chronique qu'il fonde de la misère moderne engendrée par la désindustrialisation[8]. Les frères reviennent également sur les dégâts causés par la crise économique et la difficile survie de personnes humbles dans un quotidien fragile[8].

Les Dardenne réalisent Je pense à vous en 1992, avec Robin Renucci et Fabienne Babe, qui raconte l'errance d'une femme à la recherche de son mari, ouvrier-sidérurgiste, disparu après avoir perdu son emploi[11]. Cette expérience négative, qui se solde par un échec commercial[8], convainc les cinéastes d'alléger leur mode de production[8] et d'affiner leur manière de filmer, en réaction aux fictions majoritaires[12]. Les frères sont découverts par le public et la critique en 1996, année qui marque la première étape de leur glorieux parcours cannois.

Ils présentent à la Quinzaine des réalisateurs La Promesse qui révèle Jérémie Renier, héros de L'Enfant et Olivier Gourmet, interprète du Fils. Outre son importance pour la suite de la carrière des frères Dardenne, ce film préfigure les thèmes qui seront au centre de leur œuvre : le conflit entre enfants et parents, entre une société en perdition et une jeunesse égarée, et enfin entre un monde libéral et exploiteur (voire, d’une certaine façon, cannibale) et ses victimes, parfois à la manière d'un Ken Loach [13]. Leur style naturaliste s'y affirme également par leur volonté de combiner une forme visuelle nerveuse à une histoire surprenante, profonde et pleine de rebondissements qui tire les codes de la tragédie du côté des personnes en marge. Le décor post-industriel de la périphérie liégeoise reste leur cadre de prédilection et on décèle déjà leur manière singulière de coller convulsivement à leur personnage principal en montrant ses gesticulations[12]. Le va-et-vient continuel des héros dans un quotidien de débrouille et de clandestinité, filmé caméra à l'épaule, devient l'une des caractéristiques de leur mise en scène qui évolue, par la suite, vers une forme plus posée[8],[12]. Ce troisième long métrage de fiction utilise le fil central de leurs scénarios à venir, à savoir un protagoniste peu sympathique au départ, entraîné dans un problème d'ordre moral ou confronté à un dilemme cornélien qui fera resurgir son humanité cachée[12].

Ce ressort dramatique distingue les Dardenne de Ken Loach auquel une partie de la critique les rapproche souvent : si le second caractérise d'emblée les partisans du bien et du mal, suscitant une empathie immédiate pour ses protagonistes, les Dardenne s'abstiennent de tout jugement, mettant parfois une certaine distance avec leurs héros, capables du meilleur (abnégation, solidarité) comme du pire (délation, cruauté, insouciance criminelle etc.)[4],[1],[12]. La quête de la vérité humaine, y compris déplaisante, reste au cœur de leur dispositif[12].

En 1999, les Dardenne sont reconnus mondialement grâce à leur première Palme d'or cannoise, obtenue pour Rosetta. Cette fiction raconte le combat d’une jeune femme en quête désespérée d’un emploi et lance la carrière d'Émilie Dequenne, comédienne débutante, qui reçoit le Prix d'interprétation féminine[12].

Les frères Dardenne au festival de Cannes 2009.

En 2002, les réalisateurs permettent à Olivier Gourmet d'être aussi honoré d'un Prix d'interprétation à Cannes grâce à son rôle dans Le Fils, film d'une grande intensité dramatique sur les relations père / fils et la difficulté de pardonner. Dans cette œuvre, le comédien joue un menuisier formateur de jeunes qui rencontre l’enfant qui a tué, quelques années plus tôt, son propre fils.

En 2005, les frères Dardenne rejoignent le club restreint des cinéastes doublement palmés à Cannes (au côté d'Emir Kusturica, président du jury d'alors) grâce à L'Enfant, nouvel opus sur la précarité et la rédemption, interprété par Jérémie Renier et Déborah François. L'œuvre évoque le sort de très jeunes parents « instables socialement » dont la vie bascule à la naissance d'un enfant, vendu de manière insouciante par un père soucieux de régler ses problèmes d'argent. En 2008, Le Silence de Lorna, drame sur l'immigration clandestine et le mariage blanc, leur vaut un autre trophée cannois : le Prix du scénario. Les Dardenne comptent parmi les metteurs en scène les plus primés du festival[12]. Ils ratent de peu une troisième palme mais gagnent le Grand Prix pour Le Gamin au vélo en 2011, conte sur la possibilité pour un jeune garçon sans famille de choisir une mère d'adoption, incarnée par Cécile de France. Les frères reviennent une sixième fois en compétition sur la Croisette, en 2014, avec Deux jours, une nuit où ils dirigent Marion Cotillard dans un rôle d'ouvrière revenue de dépression, obligée de convaincre ses collègues de renoncer à leurs primes pour conserver son emploi. Nonobstant une presse très enthousiaste, les réalisateurs ne figurent pas au palmarès pour la première fois de leur carrière[14].

Jean-Pierre et Luc Dardenne (au centre), à gauche Philippe Reynaert, et à droite Gabriel Ringlet.

Ils ont reçu le prix Robert-Bresson à la Mostra de Venise 2011 pour l'ensemble de leur œuvre, signifiant ainsi qu'elle peut être compatible avec le message de l'Évangile.

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateurs[modifier | modifier le code]

Fictions[modifier | modifier le code]

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • 1978 : Le chant du rossignol
  • 1979 : Lorsque le bateau de Léon M. descendit la Meuse pour la première fois
  • 1980 : Pour que la guerre s'achève, les murs devaient s'écrouter
  • 1981 : R... ne répond plus
  • 1982 : Leçons d'une université volante
  • 1983 : Regard Jonathan/Jean Louvet, 231

En tant que producteurs[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Luc Dardenne, Au dos de nos images, 1991-2005, suivi du scénario du Fils et de L'Enfant, de Jean-Pierre et Luc Dardenne., Éditions du Seuil, La Librairie du XXIe siècle, 2005.
  • "Les frères Dardenne", coordonné par Louis Héliot et Frédéric Sojcher, Revue Contrebande, Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne, 2006.
  • Sebastiano Gesù (ed.), Etica ed estetica dello sguardo. Il cinema dei fratelli Dardenne, Catania 2006
  • Luc Dardenne, Sur l'affaire humaine, Le Seuil, 2012
  • Alessia Cervini e Luca Venzi (ed. par), Jean-Pierre e Luc Dardenne, Pellegrini, Cosenza, 2013.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) Article de l'encyclopédie Universalis sur les frères Dardennes, consulté le 18 octobre 2012.
  2. L'Angleterre, par son histoire – depuis le Free Cinema – étant l’autre pays marqué par un cinéma dit « social ».
  3. Notamment selon l'Encyclopédie Larousse
  4. a et b (fr) Article de l'encyclopédie Larousse sur les frères Dardennes, consulté le 18 octobre 2012.
  5. Les parents des frères Dardenne, RTC
  6. « Pourquoi faisons-nous de l' « ici » ? Parce c'est de cela que nous avons envie de parler, de Seraing, moi et mon frère, on a envie de parler de notre enfance, des paysages de notre enfance et de notre adolescence. Nous c'est comme cela. Le prochain film se tournera encore à Seraing et dans les environs. Quand nous pensons un film, nous le pensons là et nous voyons des gens là, des gens de la famille, des dialogues, des morceaux de dialogues. Nous avons filmé beaucoup de monde dans les années 75/80 en vidéo. Les films, on disait les bandes vidéos, ont disparu, mais on en a gardé la mémoire et cela nous revient chaque fois que nous discutons de certains personnages de nos fictions. On pourrait imaginer aller filmer ailleurs. Mais nous, c'est notre plaisir, notre joie de filmer dans les décors de notre enfance. Ce n'est pas par appréhension d'aller ailleurs que nous faisons les choses de cette façon. Le scénario que nous venons de terminer, cela se passe ici, dans la banlieue de Liège, Seraing, Flémalle, dans un rayon de 50 kilomètres autour de Liège. Le cinéma est né avec le local, l'ici, et comme industrie avec les nations, les langues et les industries françaises, américaines, allemandes, japonaises. » dans une interview intitulée Interview de la revue TOUDI consultée le 12 mars 2014
  7. « Jean-Pierre et Luc Dardenne : écouter, résister » par Frédéric Strauss sur le site de l'encyclopædia Universalis, consulté le 3 juin 2014.
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Luc et Jean-Pierre Dardenne sur le site de Ciné-ressources (compilation des archives et des recherches des cinémathèques de France), consulté le 3 juin 2014.
  9. http://www.ulb.ac.be/espritlibre/html/el102005/51.html pour Luc accomplie en 1979 à l'UCL en 1979.
  10. Luc Dardenne a déposé son mémoire de fin d'étude en philosophie en 1979. Le titre de ce travail, dirigé par le philosophe Jean Ladrière est : Introduction à la pensée de Cornelius Castoriadis. 1 : De la critique du marxisme a la critique de la logique - Ontologie héritée. Source: catalogue en ligne de la bibliothèque de la Faculté des Sciences Economiques et Sociales de l'Université de Louvain consulté en ligne ce 20 mai 2014.
  11. Je pense à vous sur Première.fr
  12. a, b, c, d, e, f, g et h « Jean-Pierre et Luc Dardenne : figure humaine » par Frédéric Strauss sur le site de l'encyclopædia Universalis, consulté le 03 juin 2014.
  13. The Telegraph consulté le 29 novembre 2014.
  14. Olivier De Bruyn, « Festival de Cannes 2014 : Nuri Bilge Ceylan (Winter Sleep) triomphe, les frères Dardenne pleurent », Rue89 et Le Nouvel Observateur,‎ 24 mai 2014 (lire en ligne).
  15. Les frères Dardenne font tourner Marion Cotillard - Le Soir, 25 février 2013
  16. Palme d'or à Cannes aux frères Dardenne pour "Rosetta" sur ina.fr
  17. Palme d'or des frères Dardenne à Cannes pour "L'Enfant" sur ina.fr
  18. « Luc et jean-Pierre Dardenne, Commandeur (2011) », sur Connaître la Wallonie,‎ septembre 2011 (consulté le 11 octobre 2014)
  19. (fr) (en) « Mostra de Venise : Mgr Celli a remis le prix Robert-Bresson aux frères Dardenne », La Croix,‎ 6 septembre 2011 (consulté le 4 septembre 2012)