Jean Gruault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Gruault, né le 3 août 1924 à Fontenay-sous-Bois[1] (département de la Seine actuellement le Val-de-Marne), est un scénariste, dramaturge et producteur français. Proche des cinéastes fondateurs de la Nouvelle Vague, il a collaboré en tant que scénariste avec plusieurs d'entre eux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cinéphile, Jean Gruault rencontre, dans un ciné-club, plusieurs membres de la future Nouvelle Vague : Jacques Rivette, Éric Rohmer, Claude Chabrol et surtout François Truffaut. Légèrement plus âgé qu'eux, il les fréquente régulièrement mais ne les joint pas dans leur activité journalistique pour les Cahiers du cinéma. Il préfère se consacrer à la comédie et jouer dans plusieurs pièces de théâtre.

Sur les conseils de François Truffaut, Jean Gruault est engagé dans les années 50 comme assistant de Rossellini qui le fait également travailler sur un projet de scénario avec son ami Jacques Rivette. Finalement, Rivette et Gruault coécrivent ensemble le scénario de l'un des premiers films de la Nouvelle Vague Paris nous appartient. Gruault est également régisseur adjoint sur le tournage mais doit abandonner son poste en raison d'un rôle sur une pièce de théâtre en tournée. À son retour à Paris, François Truffaut lui propose d'écrire avec lui Jules et Jim, adaptation d'un ouvrage d'Henri-Pierre Roché. Également au même moment, Jean-Luc Godard lui propose de travailler comme scénariste de son film Les Carabiniers.

À la suite de cette première collaboration fructueuse avec Truffaut, Gruault intègre l'équipe de scénaristes réguliers du cinéaste (Bernard Revon, Claude de Givray, Jean-Louis Richard, etc). Gruault se spécialise dans les adaptations et les films historiques tels que Jules et Jim, l'Enfant sauvage, l'Histoire d'Adèle H.. Il adopte avec Truffaut une méthode de travail à distance : Gruault achève seul un premier jet que Truffaut lit et annote avec des idées que Gruault intègre dans la version suivante, etc. Gruault et Truffaut conserveront cette méthode jusque dans les années 80 quand ils décident de travailler côte à côte pour le projet La Belle Epoque. En raison de la mort de François Truffaut, ce projet restera longtemps inachevé. Jean Gruault a également travaillé sur une version de Fahrenheit 451 mais son travail n'a pas été conservé par François Truffaut.

À partir de 1975, Jean Gruault écrit successivement trois scénarios pour Alain Resnais : Mon oncle d'Amérique, La vie est un roman et l'Amour à mort. Si Alain Resnais ne coécrit pas directement le scénario avec Gruault, les deux hommes se voient plusieurs fois par semaine pour échanger des références et idées autour du projet en cours.[réf. nécessaire] Jean Gruault enregistre lui-même les dialogues sur cassettes, interprétant tous les rôles, de manière à aider Alain Resnais à concevoir son découpage.

En 1987, Jean Le Poulain, alors directeur de la Comédie-Française, y crée la pièce que Jean Gruault a écrite dans les années cinquante, Crucifixion dans un boudoir turc, dans une mise en scène de Guy Michel, jouée par Jacques Sereys et Paule Noëlle. En 1993, il fait don de ses archives personnelles au fonds cinéma de la bibliothèque André Malraux, désormais devenu la Bibliothèque de cinéma François-Truffaut. Ces archives sont consultables sur rendez-vous.

Depuis 2007, Jean Gruault est également producteur avec la société Les Films de la Villa, qu'il a fondée. Il a coproduit la série de cinq films Mafrouza de la réalisatrice et monteuse Emmanuelle Demoris[2], qui a été présentée au Festival de Locarno 2010.

Marié avec Ginette Geslot (1931/2005), il est le père de deux enfants, Philippe Gruault, documentaliste - iconographe, et Isabelle Gruault, comédienne qui a joué pour René Allio, René Féret, Edouard Niermans et Jean-Claude Guiguet.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Scénariste

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme auteur[modifier | modifier le code]

Librettiste d'opéra[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ce que dit l'autre, Julliard, 1992 (autobiographie)
  • Belle Époque, François Truffaut, Gallimard, 1996
  • Le Sang de Naples, Phébus, 2001 (roman)
  • Cul par-dessus tête, Phébus, 2003 (roman)
  • Histoire de Julien et Marguerite, scénario pour un film de François Truffaut, Éditions Capricci, 2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Extrait de naissance n° 164/1924
  2. Les Films de la Villa

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gilles Delavaud, « Jean Gruault : profession scénariste », Cahiers du cinéma, no 309,‎ mars 1980
  • Philippe Carcassonne, « Jean Gruault scénariste », Cinématographe, no 88,‎ avril 1983
  • Philippe Le Guay, « Le rêve et la mémoire : Entretien avec Jean Gruault », Cinématographe, no 97,‎ février 1984
  • Danièle Parra, « Entretien avec Jean Gruault », La Revue du cinéma, no 397,‎ septembre 1984
  • « Un scénariste et ses auteurs : propos enregistrés à la Cinémathèque de Nice », Jeune Cinéma, no 166,‎ avril 1985
  • Léon Michaux, « Jean Gruault : entretien », Visions International, no 1,‎ février 1987
  • François Thomas, « Jean Gruault », dans L'Atelier d'Alain Resnais, Flammarion,‎ 1989
  • Jean Breschand et Carole Le Berre, « Ce que lit l'autre : entretien avec Jean Gruault », Vertigo, no 17,‎ 1997

Film[modifier | modifier le code]

  • Documentaire de Laurent Sylvestre Jean Gruault, le scénario d'une vie, 52 minutes, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]