Elio Petri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petri.

Elio Petri

Naissance 29 janvier 1929
Rome
Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Décès 10 novembre 1982 (à 53 ans)
Rome
Italie
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon
La classe ouvrière va au paradis

Elio Petri (né le 29 janvier 1929 à Rome et mort le 10 novembre 1982 dans la même ville, des suites d'un cancer) est un réalisateur et scénariste italien. Il est aussi parfois crédité sous le nom Elio Montesti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Elio Petri nait le 29 janvier 1929 à Rome dans une famille modeste. Fils unique, il grandit dans la banlieue ouvrière de la ville. Exclus de l'école catholique San Giuseppe di Merode pour raison politique, il se lance dans une carrière mêlant le militantisme politique, la critique de cinéma et la coordination d'activités culturelles pour l'organisation des jeunes du Parti communiste italien. Il écrit dans L'Unità, Gioventù nuova et Città aperta. Il quitte le parti en 1956 après l'écrasement de l'Insurrection de Budapest.

Par l'entremise de son ami Gianni Puccini, il est présenté à Giuseppe De Santis dont il devient l'assistant. Il apprend les bases du métier et élargit son champ de vision sur le plan idéologique et culturel : il collabore, entre autres, aux scénarios de Onze heures sonnaient (1952) et de Hommes et loups (1957).

Carrière[modifier | modifier le code]

Ses débuts, plutôt prometteurs, datent de 1961 avec la réalisation de L'Assassin. Les films suivants, comme Les Jours comptés (I Giorni contati) (1962), et surtout À chacun son dû (1967), d'après un récit de Leonardo Sciascia, sont méritoires, mais ne reçoivent pas encore un large accueil public. C'est avec Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (1970) puis La classe ouvrière va au paradis (1971), Palme d'or au Festival de Cannes 1972, tous deux formidablement servis par le talent de Gian Maria Volontè, qu'Elio Petri acquiert une reconnaissance à l'échelle internationale.

Le cinéma de Petri, d'une vigueur contestataire souvent dérangeante, fut l'objet de blocages de la part des producteurs. Selon l'historien du cinéma Jean A. Gili, spécialiste du cinéma italien, Petri s'impose comme l'un des "analystes les plus lucides et les plus désespérés de la schizophrénie contemporaine."

Elio Petri meurt à Rome le 10 novembre 1982 des suites d'un cancer. Il est inhumé au cimetière communal monumental de Campo Verano de Rome.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste (filmographie partielle)[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Roma ore 11 (Rome & Milan: Sellerio Editore Palermo, 1956; 2004).
  • L’assassino (Milan: Zibetti, 1962). With Tonino Guerra.
  • Indagine su un cittadino al di sopra ogni sospetto (Rome: Tindalo, 1970). With Ugo Pirro.
  • La proprietà non è più un furto (Milan: Bompiani, 1973). With Ugo Pirro.
  • Scritti di cinema e di vita, ed. by Jean A. Gili (Rome: Bulzoni Editore, 2007).
  • Writings On Cinema & Life (New York: Contra Mundum Press, 2013). Ed. by Jean A. Gili


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]