Mauves-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mauves (homonymie) et Loire (homonymie).
Mauves-sur-Loire
Le pont de Mauves, sur la Loire.
Le pont de Mauves, sur la Loire.
Blason de Mauves-sur-Loire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Carquefou
Intercommunalité Nantes Métropole
Maire
Mandat
Claudine Chevallereau
2014-2020
Code postal 44470
Code commune 44094
Démographie
Gentilé Malviens
Population
municipale
3 056 hab. (2011)
Densité 207 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 49″ N 1° 23′ 32″ O / 47.2969444444, -1.39222222222 ()47° 17′ 49″ Nord 1° 23′ 32″ Ouest / 47.2969444444, -1.39222222222 ()  
Altitude Min. 1 m – Max. 84 m
Superficie 14,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Mauves-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Mauves-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mauves-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mauves-sur-Loire
Liens
Site web Site officiel

Mauves-sur-Loire est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Mauves-sur-Loire dans le département de la Loire-Atlantique

Mauves-sur-Loire est situé sur la rive nord de la Loire, à 15 km au nord-est de Nantes.

Les communes limitrophes sont Saint-Mars-du-Désert, Le Cellier, La Chapelle-Basse-Mer, Thouaré-sur-Loire et Carquefou.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Mauves-sur-Loire est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon la plupart des étymologiste le nom de « Mauves » viendrait de la couleur d'une plante, la Fritillaire pintade< (Fritillaria meleagris) qui autrefois en abondance dans la prairie homonyme des bords de Loire[1],[2].

Le nom de Mauves en gallo, la langue d'oïl locale, est Mauv (écriture ELG)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la période gallo-romaine, Mauves est réputée être une station de villégiature pour les couches aisées de la population de la région. Le site de la ville présente les traces d'un habitat permanent, peut-être dispersé, et les éléments d'un sanctuaire de pèlerinage, avec temple, thermes et théâtre, voire un amphithéâtre[4].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De pourpre à la champagne d'argent surmontée d'un temple romain du même.
Commentaires : Le temple romain rappelle que Mauves-sur-Loire fut un établissement religieux au temps de l'occupation romaine. Blason conçu par l'héraldiste Michel Pressensé (délibération municipale du 30 novembre 1981), enregistré en 1981.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Mauves-sur-Loire : Hodie Bona Gomina Mala Via Cras Optima.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Jean-François Retière[Note 1]    
mars 2014 en cours Claudine Chevallereau SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

La gare de Mauves-sur-Loire est desservie par des trains TER Pays de la Loire circulant entre Angers-Saint-Laud et Nantes.
C'était jusqu'au 26 août 2013, le seul moyen de transport collectif qui permettait aux malviens de rejoindre les autres communes formant Nantes Métropole, puisque Mauves fut la seule commune de l'agglomération nantaise à ne pas être desservie par la Semitan. Cependant, depuis cette date, cette situation d'exception a pris fin avec la mise en service d'une navette de la TAN (ligne 67) entre Thouaré, le bourg et la commune du Cellier (laquelle ne fait pas partie de Nantes Métropole), qui remplaça la ligne 49 du réseau Lila. Cette navette possède ainsi une correspondance avec la ligne de Chronobus C7[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 056 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
766 892 1 035 1 105 1 197 1 369 1 409 1 476 1 482
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 391 1 370 1 417 1 338 1 348 1 381 1 414 1 392 1 405
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 369 1 322 1 298 1 176 1 190 1 100 1 042 1 303 1 448
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 359 1 403 1 741 2 139 2 138 2 408 2 807 2 860 3 033
2011 - - - - - - - -
3 056 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[8], pour le recensement 2005 : base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,3 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %)[9].

Pyramide des âges à Mauves-sur-Loire en 2009 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90 ans ou +
1,5 
3,0 
75 à 89 ans
8,2 
11,8 
60 à 74 ans
11,6 
19,8 
45 à 59 ans
19,3 
24,4 
30 à 44 ans
23,9 
15,7 
15 à 29 ans
13,5 
24,8 
0 à 14 ans
22,1 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Théâtre romain de Mauves-sur-Loire
  • Villa de Beaulieu  Inscrit MH (1997)[12]
  • Fontaine Saint Denis  Inscrit MH (2012)[13]
  • Château de la Droitière, ancienne possession de la famille de Malestroit, seigneurs d'Oudon au XVe siècle, elle fut acquise par Thiercelin, officier de la marine royale au XVIIIe siècle, puis par la famille de la Brosse dont l'un des membres, François, fait reconstruire le château dans le style Louis XVI (tout au moins le corps de bâtiment central date de 1788).
    La Droitière entre dans le domaine hospitalier en 1932 en tant que maison de convalescence privée, puis se transforme en sanatorium avec aménagement d'une galerie de cure.
    Le C.H.U. de Nantes acquiert le domaine en 1963 pour y installer un service de convalescents de 124 lits, puis un service de long-séjour de 150 lits pour personnes âgées dépendantes. L'ensemble des bâtiments a été fermé en 1990, après le départ des derniers patients pour l'hôpital Saint-Jacques, avant d'être vendu en 2000 à un groupe hôtelier qui souhaitait y ouvrir un hôtel de luxe, mais le projet a été abandonné[14],[15].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jules Verne y séjournait régulièrement chez l'une de ses trois sœurs, Mathilde, épouse de Victor Fleury, qui fut maire de Mauves de 1870 à 1874 et de 1876 à 1884, lesquels demeuraient au château de La Droitière[15].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Œuvre collective, La Loire-Atlantique des origines à nos jours, Saint-Jean-d'Angely, Éditions Bordessoules,‎ 12 décembre 1984, 2e éd., 463 p. (ISBN 2-903504-16-4)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Cassagne et Mariola Korsak, Origine des noms de villes et villages - Loire-Alantique, Saint-Jean-d'Angély, Éditions Boudessoules,‎ 2002, 287 p. (ISBN 2-913471-45-5), p. 169
  2. Le nouveau Malakoff - La Petite Amazonie
  3. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  4. La Loire-Atlantique des origines à nos jours, œuvre collective, 1984, Éditions Bordessoules, (ISBN 2-903504-16-4), p. 81
  5. [hhttp://www.mauvessurloire.fr/simplifiez-vous-la-navigation/focus/331-deplacements-du-nouveau-a-la-rentree.html La ligne 67 affrétée par la Semitan remplacera la navette Lila] - Site de la commune de Mauves.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. « Mauves-sur-Loire 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  9. « chiffres clés de Mauves-sur-Loire », sur INSEE (consulté le 10 avril 2014)
  10. « Résultats du recensement de la population - Mauves-sur-Loire - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  11. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  12. « Notice no PA44000010 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. "Notice n°PA44000055", base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Histoire de la Droitière sur le site du C.H.U.
  15. a et b Carte postale : Mauves-sur-Loire, son château, son cimetière... et le beau-frère de Jules Verne sur Jules Verne News.
  16. http://www.mauvessurloire.fr/decouverte/presentation-de-la-commune/