Les Sorinières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Sorinières
Le menhir de la Haute-Lande.
Le menhir de la Haute-Lande.
Blason de Les Sorinières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Vertou
Intercommunalité Nantes Métropole
Maire
Mandat
Christian Couturier
2014-2020
Code postal 44840
Code commune 44198
Démographie
Gentilé Sorinièrois
Population
municipale
7 575 hab. (2011)
Densité 582 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 50″ N 1° 31′ 43″ O / 47.1472222222, -1.5286111111147° 08′ 50″ Nord 1° 31′ 43″ Ouest / 47.1472222222, -1.52861111111  
Altitude Min. 3 m – Max. 44 m
Superficie 13,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Les Sorinières

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Les Sorinières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Sorinières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Sorinières
Liens
Site web http://www.ville-sorinieres.fr/

Les Sorinières est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique ou dans le Pays Nantais l'un des 9 pays de la Bretagne historique. Elle fait également partie des 24 communes qui composent la communauté d'agglomération de Nantes Métropole.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation des Sorinières dans le département de la Loire-Atlantique
Situation

La commune fait partie de la Bretagne historique et du Vignoble nantais.

Le centre-ville des Sorinières est situé à 6 km au sud de Nantes, dans une zone de nœud routier (embranchement des routes de La Rochelle et de La Roche-sur-Yon, auquel s'ajoutent leurs raccords récents avec l'autoroute A 83 qui passe à proximité).

Les communes limitrophes sont Rezé, Vertou, Le Bignon et Pont-Saint-Martin.

Selon le classement établi par l'Insee, la commune des Sorinières est une commune urbaine, une des 24 communes de banlieue de l'unité urbaine de Nantes ; elle fait donc partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Communes de la Loire-Atlantique).

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le territoire est habité à l'origine par le peuple gaulois des Ambilatres, qui faisait partie de la confédération des peuples pictons.

Au IXe siècle, il fait partie du comté d'Herbauges, constitué pour la défense militaire du Bas-Poitou contre les razzias vikings, avec Rezé comme capitale.

En 851, le traité d'Angers rattache le Pays de Retz aux Marches communes Bretagne-Poitou.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La commune est créée le 31 mai 1865 par démembrement des communes du Bignon, de Pont-Saint-Martin et de Vertou.

Héraldique, logotype[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au chevron de gueules, accompagné en chef de deux trèfles de sinople et en pointe d'un château d'azur pavillonné et girouetté du même, maçonné d'or et flanqué de deux tours du même, et accompagné de trois mouchetures d'hermine de sable ; au chef de sable chargé d'une coquille accostée de deux croix hautes tréflées au pied fiché, le tout d'argent.
Commentaires : Le champ d'argent, le chevron de gueules et les deux trèfles de sinople rappellent les armes du seigneur d'Arquistade, René Darquistade, deux fois maire de Nantes, qui possédait en seigneurie la terre de La Maillardière ; le château d'azur, maçonné d'or, accompagné de trois mouchetures d'hermine de sable, sont tirées des armes de l'ancienne Abbaye de Villeneuve ; le chef de sable, la coquille et les deux croix hautes renvoient aux armes de la famille de Becdelièvre, qui possédait de nombreuses terres et fermes sur le territoire de la commune. Les mouchetures d'hermine évoquent le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par M. Durivault, dessiné par Robert Louis (délibération municipale du 10 juillet 1955).

Logotype[modifier | modifier le code]

logo sorinieres


Le logo actuel de la mairie des Sorinières a été créé en 2005.



Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Christian Couturier[Note 1] PS professeur de physique-chimie
Les données manquantes sont à compléter.

Transports[modifier | modifier le code]

Aéroportuaires[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Nantes Atlantique se situe à 10 minutes du centre des Sorinières.

Routiers[modifier | modifier le code]

L'accès nord se fait par la sortie 49 (Porte de Rezé) sur le périphérique nantais, et au sud par l'A83, péage du Bignon en venant de Bordeaux.

La commune est notamment traversée par la D137.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ligne du réseau TAN de Nantes dessert la commune et la relie, aux pôles d'échange nantais de Pirmil et Grèneraie en passant par Rezé. Depuis octobre 2012, la ligne  C4  du Chronobus offre aux habitants des Sorinières un service proche de celui des Tramways. Dans la nuit du samedi au dimanche, le circuit à destination des Sorinières part du centre de Nantes à h 30.

Dans une moindre mesure, quelques lignes de car du réseau départemental Lila traversent les Sorinières, telle que la 62.

Des lignes de car scolaires permettent aux élèves de se rendre dans les écoles sorinièroises, mais également dans les collèges de la ville de Vertou.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

La commune est créée en 1865, à partir de territoires du Bignon, de Pont-Saint-Martin et de Vertou.

En 2011, la commune comptait 7 575 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 290 1 183 1 260 1 204 1 230 1 209 1 154 1 102 1 136
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 093 1 055 1 071 1 115 1 140 1 338 1 533 1 821 2 194
1975 1982 1990 1999 2006 2011 - - -
3 149 4 299 5 174 6 229 7 251 7 575 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,5 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Les Sorinières en 2009 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,1 
4,5 
75 à 89 ans
6,7 
13,8 
60 à 74 ans
14,5 
22,5 
45 à 59 ans
21,0 
20,3 
30 à 44 ans
20,9 
17,9 
15 à 29 ans
17,2 
20,7 
0 à 14 ans
18,6 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède trois écoles :

  • École maternelle et élémentaire Clos du Moulin
  • École maternelle et élémentaire Sainte-Marie
  • École maternelle et élémentaire La Tilleulière

Sport[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

  • Aires Multisports : elles sont à disposition des jeunes quartier des Vignes et quartier de la Poste.
  • Complexe Louis Bartra/La Garennerie : un terrain avec une piste, un terrain synthétique et un terrain stabilisé.
  • Dojo et la salle de Karaté : construits respectivement en 1993 et 1981, ils regroupent les arts martiaux (judo, karaté, arts philippins).
  • Patinodrome : il accueille le roller.
  • Salle de danse : elle date des années 1970 et regroupe la danse, le yoga et la sophrologie.
  • Salle du Haut Vigneau : elle accueille le tennis de table.
  • Salle Joachim-Marnier : construite en 1981, elle accueille les activités de basket, de badminton et de roller.
  • Salle Jules-Léauté : construite en 1993, elle accueille le tennis, la gymnastique et le roller.
  • Stand de tir : il a été créé en 1972.
  • Terrain de pétanque
  • Terrains de tennis de plein air

Salles municipales[modifier | modifier le code]

  • Salle Auguste-Rodin
  • Espace Camille-Claudel
  • Salle Hippolyte-Derouet
  • Pôle Jeanne d'Arc
  • Salle des Vignes

Économie[modifier | modifier le code]

Parc Océane Sud[modifier | modifier le code]

Le Parc Océane Sud est la principale zone économique de la commune avec une centaine d'entreprises et plus de 1 000 emplois. Sa localisation au niveau Sud Loire est un réel atout pour les entrepreneurs. La zone est divisée en quatre parties : le Taillis Nord, le Taillis 3, la Roulière et le Champ Fleuri.

ZAC des Vignes[modifier | modifier le code]

La ZAC des Vignes a été créée dans le but de fournir un habitat à tous dans un cadre de vie agréable, proche des équipements communaux. Plus de 700 logements sont construits pour accueillir à terme 1500 nouveaux habitants.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2008 et 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]