Bouaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bouaye
Le Logis de la Sénaigerie
Le Logis de la Sénaigerie
Blason de Bouaye
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Bouaye
Intercommunalité Nantes Métropole
Maire
Mandat
Jacques Garreau
2014-2020
Code postal 44830
Code commune 44018
Démographie
Gentilé Boscéens
Population
municipale
6 003 hab. (2011)
Densité 434 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 39″ N 1° 41′ 16″ O / 47.1441666667, -1.68777777778 ()47° 08′ 39″ Nord 1° 41′ 16″ Ouest / 47.1441666667, -1.68777777778 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 34 m
Superficie 13,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Bouaye

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Bouaye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouaye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouaye
Liens
Site web http://www.bouaye.fr/

Bouaye est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

Ses habitants s'appellent les Boscéens et les Boscéennes.

Bouaye comptait 6 003 habitants au recensement de 2011.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Bouaye dans le département de la Loire-Atlantique

Bouaye est situé en bordure nord du lac de Grand-Lieu, à 12 km au sud-ouest de Nantes, sur la route Nantes-Pornic.

Les communes limitrophes sont Bouguenais, Brains, Saint-Aignan-Grandlieu, Saint-Léger-les-Vignes et Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Bouaye est une commune urbaine monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire. C'est la commune-centre de l'unité urbaine (couramment : agglomération) de Bouaye, qui comprend en outre les communes urbaines de Saint-Aignan-Grandlieu et Pont-Saint-Martin (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

On y trouve un ancien village de pêcheurs, l'Etier.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Bouaye est mentionné pour la première fois dans un document en 1115 citant la paroisse de Boia, puis Boae 1325, Boaye 1426.

Albert Dauzat et Charles Rostaing[1] mettant en parallèle Bouan, issu selon eux de *Bovanum, avec le nom de personne roman *Bovus, variante de Bovius et suffixe latin -anum (propre au midi); Bouaye contiendrait donc le même nom d'homme avec le suffixe au féminin -aca variante d' -acum, d'où *Bovaca. Cette hypothèse est contestée par Ernest Nègre[2] qui y voit bien le nom Bovius, suivi d'une désinence -a.

Bouaye possède un nom en gallo, la langue d'oïl locale : Bóaèy (écriture ELG, prononcé [bwɑj ])[3].

Histoire[4][modifier | modifier le code]

Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, Bouaye est une commune essentiellement rurale. Les progrès techniques du XIXe siècle, le développement des infrastructures routières et ferroviaires, favoriseront la lente mutation de la commune.

Avant le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La sédentarité de l'homme sur le sol de la commune, liée à la proximité du lac de Grand-lieu, est attestée dès la préhistoire. Au VIIe siècle, Saint-Hermeland vint évangéliser la population.

Le sol était alors entièrement recouvert par la forêt. Il fallut cinq siècles de labeur à la communauté pour débroussailler, défricher l'espace, afin de dégager les prairies et les champs. De nombreuses terres ont conservé l'appellation de l'époque où les habitants les arrachèrent de la forêt : le Bois-de-la-Noé, la Ville-en-Bois, l'Epine, le Petit-Bois.

La population s'est très vite développée. Au XVe siècle, Bouaye compte déjà 500 habitants. La culture de la vigne est déjà très étendue. Le raisin se presse alors au château de la Sénaigerie.

Dès 1580, le recteur administrait la paroisse et tenait les registres d'état-civil. Le clergé occupa cette fonction jusqu'à la Révolution française. Un premier maire fut nommé en novembre 1792.

En 1826, les premiers documents cadastraux furent établis. Ils évaluaient la superficie communale à 1 349 hectares, 54 ares, 68 centiares.

Chef-lieu de canton créé à la Révolution, Bouaye connaît un réel essor administratif avec sa justice de paix, son conseil de révision, sa gendarmerie.

Bouaye au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle viendra peaufiner cette évolution avec l’électrification et l’avènement de l’automobile.

Le paysage boscéen se modifie, les mentalités aussi. La guerre 1914-1918 aura pour conséquence indirecte « l’émancipation de la femme ». La coiffe sera reléguée au fond des tiroirs. Bouaye compte alors 1 205 habitants.

Dans le contexte d’expansion générale de l’après-guerre, Bouaye se transforme peu à peu en commune périurbaine. Sa position privilégiée aux portes de Nantes, sur la route des plages, à proximité des centres industriels, lui assure un développement plus rapide. Depuis 1968, la commune connaît une explosion démographique particulièrement forte qui porte aujourd’hui sa population à Modèle:6300 (estimation 2011). Au cœur de paysages viticoles toujours présents, l’habitat traditionnel a fait place aux résidences pavillonnaires.

Le rattachement à l’agglomération nantaise, concrétisé par la desserte des transports en commun et la construction d’un lycée public, caractérise désormais la commune de Bouaye.

Association Bouaye Histoire[modifier | modifier le code]

Association très active, Bouaye Histoire est présente pour aider et mettre en œuvre toute recherche d'histoire locale ; préserver et développer le patrimoine culturel, historique et archivistique de la commune de Bouaye ; et faire connaître au plus grand public, par divers moyens de communication, le résultat de ses recherches.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la quintefeuille d'argent, au franc-canton d'or à la croix de sable et à la plaine d'argent.
Commentaires : La quintefeuille est empruntée aux armes de la seigneurie de La Lande-Bougon. La plaine d'argent évoque le lac de Grand-Lieu. Le franc-canton représente le blasonnement du pays de Retz : d'or à la croix de sable, rappelant l'appartenance de Bouaye au pays de Retz. Blason conçu par A. Baudry-Sauriau (délibération municipale du 22 octobre 1966), enregistré le 28 septembre 1966.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2001 Yves Prat[5] PS  
mars 2001 mars 2008 Marie-France Burgaud MoDem[6] (Liste multitendance)  
mars 2008 en cours Jacques Garreau[Note 1],[7] PS (liste PS-PCF-EELV)  
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Élections à Bouaye.

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Bouaye sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Bouaye Maire Jacques Garreau 2014 2020
Cantonales Bouaye Conseiller général Gérard Allard 16 mars 2008 2015
Législatives 4e circonscription Député Dominique Raimbourg 10 juin 2012 juin 2017
Régionales Pays de la Loire Président du conseil régional Jacques Auxiette 2 avril 2004 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande 6 mai 2012 mai 2017

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 6 003 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 465 834 1 042 1 123 1 297 1 292 1 298 1 304 1 332
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 294 1 388 1 397 1 340 1 383 1 437 1 409 1 420 1 433
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 400 1 469 1 389 1 215 1 267 1 279 1 264 1 355 1 406
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 520 1 607 2 209 3 445 4 815 5 252 5 505 5 632 5 958
2011 - - - - - - - -
6 003 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9]. , pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[10], pour le recensement 2005 : base Cassini de l'EHESS)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19,9 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Bouaye en 2009 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,7 
4,9 
75 à 89 ans
7,1 
13,3 
60 à 74 ans
13,5 
24,9 
45 à 59 ans
24,2 
19,3 
30 à 44 ans
20,0 
15,6 
15 à 29 ans
15,0 
21,8 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Transports[modifier | modifier le code]

Bouaye est desservie par la TAN avec la Ligne 88.

La commune dispose également d'une gare desservie par les TER Pays de la Loire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Bouaye compte de nombreux châteaux très bien conservés.

Château de la Sénaigerie[modifier | modifier le code]

Logis de la Sénaigerie
Article détaillé : Logis de la Sénaigerie.

Le domaine de la Sénaigerie date du XIIIe siècle. Seul monument historique classé de Bouaye, il possède un pigeonnier rare du XVe. Le pigeonnier était autrefois un signe extérieur de richesse : sa taille était en rapport avec la taille de la propriété. Celui de la Sénaigerie possède 1 000 boulins (niches à pigeons), ce qui signifie que le domaine couvrait 500 hectares (5 km2 !) Il n'en comporte plus que 10 aujourd'hui, essentiellement boisés. [1]

Le 14 avril 2010, le Ministère de l'Écologie a décerné le « label Biodiversité » au projet de la Sénaigerie[13]

Château du Bois de La Noë[modifier | modifier le code]

Le château du Bois de la Noë (1720-XIXe siècle), édifié par Arnous de la Noë et remanié au XIXe siècle. Il devient ensuite la propriété de la famille Giraud-Blanchard, riches négociants, qui élevèrent une tourelle en bordure de la route. Ce château est encore appelé « le Bois de la Noë », « La Noë des Bois » ou « La Heurte aux Lièvres ». Propriété de M. Noisette en 1892. Il est transformé en hôtel-restaurant à partir de 1927. Les étages situés au nord sont détruits par un incendie en 1932 et en 1936. À noter que le pavillon de Garde du château date du XIXe siècle. [2]

Domaine de la Mévellière[modifier | modifier le code]

Il a été acheté par la municipalité précédente en décembre 2005.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marc Guillou, footballeur professionnel international.
  • Gérard Allard, conseiller général de la Loire-Atlantique.
  • Georges Raimbault, ancien Directeur du LCPC de Bouguenais et aujourd'hui retraité, sa carrière de chercheur l'a amené à être considéré comme le « père » des chaussées drainantes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, éditions Larousse 1968.
  2. Toponymie générale de la France. Volume I Librairie Dalloz Genève 1991.
  3. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  4. Site de la municipalité - http://www.mairie-bouaye.fr/Decouvrir-Bouaye/Page-d-histoire
  5. Réélu en juin 1995.
  6. Elus démocrates Le site du modem44
  7. Le site officiel du ministère de l'Intérieur de l'Outre-mer et des Collectivités Territoriales
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  10. « Bouaye 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  11. « Résultats du recensement de la population - Bouaye - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  12. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  13. Le « label biodiversité » pour le projet de la Sénaigerie - Bouaye, consulté le 24-04-2010