Killer Joe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Killer Joe

Réalisation William Friedkin
Scénario Tracy Letts d'après sa pièce
Acteurs principaux
Sociétés de production Voltage Pictures
Worldview Entertainment
ANA Media
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller
Comédie noire
Sortie 2012
Durée 103 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Killer Joe est une comédie noire américaine réalisé par William Friedkin, sorti en 2012.

Il s'agit de l'adaptation de la pièce homonyme de Tracy Letts.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au Texas, Chris, délinquant à la petite semaine, doit rembourser 6 000 dollars dans les plus brefs délais. Pour s'acquitter de ses créances, il met au point, avec l'aide de son père Ansel et de sa belle-mère Sharla, un plan complètement glauque et tordu : engager un tueur professionnel afin de liquider sa propre mère et ainsi empocher l'assurance-vie par l'intermédiaire de sa petite sœur Dottie, seule héritière désignée. Pour exécuter le contrat, Chris contacte alors un inspecteur de police qui se trouve être tueur à gages à ses heures perdues, Killer Joe.

Pour le jeune homme et les siens, c'est le début d'une infernale machination de violences, car rien ne se passera comme prévu.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre : Killer Joe
  • Réalisation : William Friedkin
  • Scénario : Tracy Letts, d'après sa pièce du même nom
  • Direction artistique : Franco-Giacomo Carbone
  • Costumes : Peggy A. Schnitzer
  • Photographie : Caleb Deschanel
  • Montage : Darrin Navarro
  • Musique : C.C. Adcock
  • Production : Nicolas Chartier et Scott Einbinder
  • Sociétés de production : Voltage Pictures, Worldview Entertainment et ANA Media
  • Sociétés de distribution :
Drapeau des États-Unis États-Unis : LD Distribution
Drapeau de la France France : Pyramide Distribution

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Killer Joe est l'adaptation cinématographique de la pièce de théâtre homonyme écrite par Tracy Letts en 1991. Il adapte lui-même sa pièce en scénario. Il l'avait déjà fait avec le script de Bug déjà réalisé par William Friedkin et sorti en 2007[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

À l'origine, la pièce de Tracy Letts se déroule au Texas, mais la production du film a décidé de transposer l'histoire en Louisiane, et particulièrement à La Nouvelle-Orléans. Le producteur Scott Einbinder explique ce choix car « le décor devait refléter l’ambiance et le ton de l’histoire, et La Nouvelle-Orléans a tellement de facettes différentes que c’était la toile de fond parfaite pour notre film »[3].

Le tournage s'est déroulé entre novembre et décembre 2010[3]. Le producteur Nicolas Chartier explique cette rapidité par le rythme de tournage de William Friedkin : « [il] sait ce qu’il veut et comment l’obtenir. Le plus incroyable sur le tournage, c’est sa règle des "deux prises, c’est tout". Il permet aux acteurs de se plonger à fond dans leurs personnages. Avec une caméra qu’il souhaite "invisible", il offre aux acteurs une atmosphère qui leur permet de donner le meilleur d’eux-mêmes »[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

En France, le film reçoit de bonnes critiques, totalisant une moyenne de 3,6/5 pour 25 critiques de presse[4]. Pour le site Critikat, Killer Joe incarne « le cinéma américain dans ce qu’il a de meilleur »[5]. Certaines critiques soulignent le jeu de Matthew McConaughey auquel ce film a permis de « trouver le rôle de sa vie » selon Le Monde en étant totalement « brillant » selon 20 Minutes[6]. D'autres critiques remarquent le côté choc et violent du film. Il est fait d'« incertitude morale » pour Charlie Hebdo. Pour L'Express, le film est un « Cendrillon revisité par un affreux jojo qui transforme le conte de fées en cauchemar ». Selon Libération, « Friedkin n'épargne rien, ne se refuse rien ». Première préfère avertir les spectateurs et les âmes sensibles : « on entend déjà les moralistes de tout poil crier au scandale devant ce film outrancier (...) la dernière séquence, déchaînement de violence inouïe est sans doute ce qu'on a vu de plus impressionnant et de plus dérangeant depuis un bon bout de temps »[6].

Certaines critiques sont plus partagées, à l'instar de celle des Cahiers du cinéma qui regrette que le film « finit par virer trop ouvertement à la farce », et celle du Figaroscope qui déplore également « (...) que le film se termine en grosse farce macabre »[6]. Les Inrockuptibles compare Killer Joe au précédent film de Friedkin, Bug, déjà adapté d'une pièce de Tracy Letts, « mais avec une réussite moindre. Dès le pitch, on sent une tragédie white trash tellement outrée qu'elle frise la farce »[6]. Certaines critiques détestent le film. La Croix « ne voit pas l'intérêt » du film. Quant à L'Humanité, on « ne sait pas ce qui l'emporte, entre le mépris du cinéaste pour ses personnages et la lourdeur des situations (la scène du pilon de poulet : au secours !). Faulkner revu par Groland »[6]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]