Gigot, le clochard de Belleville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gigot, le clochard de Belleville (Gigot) est un film américain réalisé par Gene Kelly, sorti en 1962.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Durant la Belle Époque, à Paris, Gigot, un clochard muet et un peu simple qui vit dans une cave et que la voisine, concierge de l'immeuble exploite, est la risée des habitants de son quartier. Un voisin, encore plus méprisant veut même le faire enfermer dans un asile et fait appel à deux fonctionnaires (joués par Albert Rémy et Jean Lefebvre) pour l'y emmener.

Un jour, Gigot se prend d'affection pour une femme errant, sous la pluie, dans sa rue avec son enfant, une petite fille âgée de 6 ans. Il les héberge toutes les deux dans son modeste galetas. Or la femme est une prostituée occasionnelle, avide d'argent, et entraîne le pauvre Gigot dans de nombreux déboires. Déboires, qui finiront par faire croire à ses voisins qu'il est mort noyé dans la Seine, suite à une poursuite organisée par des gens qui le soupçonnent de vol.

Ses voisins de quartier, qui pourtant le méprisaient, vont alors organiser un bel enterrement, face à un Gigot qui restant caché, s'étonne de tant de sollicitudes. Emu, il finit d'ailleurs par se montrer devant ses anciens voisins, ce qui entraîne une nouvelle poursuite, chute finale du film.


Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Ce film, de production américaine possède la particularité de n'avoir que des acteurs français, à l'exception de Jackie Gleason dans le rôle principal. Le film n'ayant jamais été doublé, on peut donc découvrir des acteurs français dont Jean Marin, Jean Lefebvre et Albert Rémy s'exprimer dans la langue de Shakespeare avec un très remarquable accent français.

Le film fut un échec commercial et de nombreuses coupures furent effectuées au montage avant sa diffusion aux États-Unis. Gene Kelly, réalisateur, a d'ailleurs reconnu cet échec[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]