Christine Arron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Christine Arron Portail athlétisme
Christine Arron Osaka 2007.jpg
Christine Arron lors des Championnats du monde 2007 à Osaka.
Informations
Disciplines 100 m, 200 m, 4 × 100 m
Période d'activité 1992-2012
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance 13 septembre 1973 (40 ans)
Lieu Les Abymes
Taille 1,77 m
Poids 64 kg
Surnom « La reine Christine »
Club Lagardère Paris Racing
Entraîneur Eric Corenthin, Fernand Urtebise, Jacques Piasenta, John Smith, Guy Ontanon, Stephane Caristan, Pierre-Jean Vazel
Records
• Actuelle détentrice du record d'Europe du 100 m en 10 s 73 (1998)
Distinctions
• Trophée de l'athlète européen de l'année en 1998
Palmarès
Jeux olympiques - - 1
Championnats du monde 1 1 3
Championnats d'Europe 2 1 -

Christine Arron, née le 13 septembre 1973 aux Abymes, Guadeloupe, est une athlète française spécialiste du sprint, championne du monde en 2003. Elle détient depuis 1998 le record d'Europe du 100 mètres en 10 s 73.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Christine Arron naît aux Abymes sur l'île de Guadeloupe le 13 septembre 1973. Elle commence par pratiquer le karaté puis se tourne vers l'athlétisme en 1984. Quatre ans plus tard, elle s'empare de son premier record de France et l'année suivante, elle remporte le titre cadette sur 100 m aux Jeux de la CARIFTA, trophée prestigieux dans les disciplines de sprint[1].

Arrivant en 1992 en métropole (elle est déjà détentrice du record de France junior des clubs sur relais 4 × 100 m cette année-là), elle s'entraîne avec Fernand Urtebise avant de rejoindre le groupe de Jacques Piasenta. Elle s'entraîne alors majoritairement sur 400 m[1]. En 1996, une blessure lors du meeting de Villeneuve-d'Ascq la prive de la première participation aux Jeux olympiques d'été d'Atlanta[2].

En 1997, Arron se tourne vers des distances plus courtes que le 400 m[1], et très vite, elle bat le record de France du 200 m en salle détenu par Marie-José Pérec en 23 s 13. Blessée au dos, elle déclare forfait pour les mondiaux en salle qui se déroulent en France à Paris. Lors de l'été, elle s'impose sur 200 m lors de la Coupe d'Europe. Mais victime de vertiges, elle choisit le 100 m lors des Championnats du monde d'athlétisme 1997, compétition où elle termine 4e, la première place étant remportée par une nouvelle venue dans le monde du sprint féminin, l'Américaine Marion Jones. Elle obtient une médaille de bronze avec le relais 4 × 100 m, composé de Patricia Girard, Sylviane Felix et Delphine Combe.

Record d'Europe du 100 mètres[modifier | modifier le code]

En 1998, elle bat à quatre reprises le record de France du 100 m alors détenu par Marie-José Pérec depuis 1991, le portant de 10 s 95 à 10 s 73 (+2,0 m/s). Cette dernière performance, qui constitue le record d'Europe actuel, est réalisée à l'occasion des Championnats d'Europe d'athlétisme 1998 à Budapest (Hongrie). Elle est encore, à l'heure actuelle, la 4e athlète la plus rapide de l'histoire sur 100 m[2]. Devant elle se trouve Florence Griffith Joyner suspectée de dopage du fait de ses records du monde inaccessibles, de la rapidité de sa transformation morphologique, de l'amélioration de ses performances, de sa retraite précipitée alors que les contrôles inopinés viennent d'êtres institués ainsi que de son attaque cérébrale à 38 ans, Carmelita Jeter et Marion Jones qui avoua s'être dopée[3].

Lors des mêmes championnats d'Europe de 1998, Christine Arron remporte un second titre avec le relais 4 × 100 m, composé lors de la finale de Frédérique Bangué, Katia Benth et Sylviane Felix, au terme d'une dernière ligne droite légendaire où elle comble plus de 5 mètres de retard sur la Russe Irina Privalova[2]. Elle sera élue athlète européenne de l'année en 1998 et restera la seule française à obtenir cette récompense jusqu'en 2010 avec la désignation de Christophe Lemaitre.

De gauche à droite, Marion Jones, Debbie Ferguson, Arron, Zhanna Pintusevich, Andrea Philipp (masquée) et Lauren Hewitt lors de la demi-finale des championnats du monde de Séville.

L'année suivante, elle connaît de nombreuses blessures qui l'empêchent de briller aux Championnats du monde d'athlétisme 1999 de Séville. Elle remporte toutefois la médaille d'argent avec le relais 4 × 100 m, avec ses coéquipières Patricia Girard, Muriel Hurtis et Katia Benth, et bat le record de France en 42 s 06.

Les blessures continuent l'année suivante. De plus elle connaît des problèmes de départ. Elle échoue alors en demi-finale lors des Jeux olympiques d'été de 2000 de Sydney.

Elle décide de rejoindre le groupe d'entrainement de l'Américain John Smith. Elle doit renoncer aux Championnats du monde d'athlétisme 2001 sur blessures, puis annonce en novembre 2001 l'arrêt de sa collaboration avec John Smith.

Après un arrêt consécutif à la naissance de son fils, elle revient à la compétition avec un nouvel entraîneur, Guy Ontanon - qui entraîne également Muriel Hurtis -, en 2003, pour remporter le 60 mètres de la Coupe d'Europe en salle.

Championne du monde du 4 × 100 mètres[modifier | modifier le code]

Les Championnats du monde d'athlétisme 2003 se disputent en France, au Stade de France de Saint-Denis. Elle se qualifie aisément pour la finale. Lors de celle-ci, elle prend un excellent départ mais elle termine à la sixième place (désormais cinquième, l'Américaine Kelli White, préalablement vainqueur, ayant été disqualifiée pour dopage). Le 30 août 2003, elle remporte la médaille d'or du 4 × 100 mètres lors des Championnats du monde d'athlétisme 2003 à Saint-Denis. Elle est la quatrième relayeuse, après Patricia Girard-Léno, Muriel Hurtis et Sylviane Félix. la dernière transmission entre celle-ci et Arron est loin d'être parfaite, les deux filles étant proche de se percuter. Elle comble le mètre de retard qui la sépare de l'Américaine Torri Edwards pour terminer en tête dans un temps de 41 s 78 (nouveau record de France de la discipline)[4].

En 2004, elle bat son record de France du 60 m en salle. Elle réalise une très bonne première partie de saison estivale en restant invaincue sur la distance du 100 mètres et en réalisant 10 s 95 lors des championnats de France, deuxième performance mondiale de la saison et sa première course sous les 11 s depuis 2000. Lorsqu'elle rejoint Athènes pour les Jeux olympiques d'été de 2004, elle est donc l'une des grandes favorites, mais, après deux premiers tours très convaincants, elle est éliminée en demi-finales du 100 m en terminant à la sixième place après un départ totalement manqué. Elle obtient la médaille de bronze sur le 4 × 100 mètres avec Véronique Mang, Muriel Hurtis et Sylviane Félix, derrière la Jamaïque et la Russie, dans un temps de 42 s 54.

Au meeting ISTAF à Berlin en 2005

Après une brillante saison en salle en 2005, elle se blesse malheureusement en série des Championnats d'Europe en salle à Madrid. Sa saison estivale débute par trois victoires lors des trois premières étapes de la Golden League 2005, au meeting Areva, au Golden Gala et au Bislett Games. En août 2005, aux Championnats du monde d'Helsinki, elle décroche sa première médaille individuelle intercontinentale sur 100 m en terminant troisième de la course en 10 s 98 d'une course disputée sous la pluie, l'or étant remporté par l'Américaine Lauryn Williams devant la Jamaïcaine Veronica Campbell. Elle décroche une deuxième médaille dans la foulée en terminant aussi troisième sur 200 m moins d'une heure avant de qualifier la France pour la finale du relais. Lors de la finale du 200 m, elle réalise 22 s 31 dans le temps que Rachelle Boone-Smith qui remporte la médaille d'argent, l'or étant remporté par l'Américaine Allyson Felix en 22 s 16. Le relais, composé de deux sprinteuses jeunes et inexpérimentées, Patricia Buval, Lina Jacques-Sébastien, et de Fabé Dia, a au départ de la compétition l'ambition de participer à la finale. Les Françaises terminent à la quatrième place dans le temps de 42 s 85. Sa quatrième place au Weltklasse Zurich la prive de l'or de la Golden League. Mais elle remporte ensuite les deux dernières courses, le mémorial Van Damme et l'ISTAF de Berlin. Elle remporte également le DécaNation au stade Charléty, compétition disputée par équipes nationales.

Lors de l'hiver 2006, elle bat son record de France sur 60 m (7 s 06) et remporte le meeting international de Liévin sur 60 et 200 m (22 s 80). Aux championnats du Monde en salle de Moscou, elle est considérée comme l'une des prétendantes au titre. Après une série (7 s 16) et une demi-finale (7 s 11) parfaitement négociées, la Française manque de tomber au départ de la finale. Malgré une bonne fin de course, elle ne prend que la 4e place en 7 s 13.

Annoncée comme la favorite des Championnats d'Europe d'athlétisme à Göteborg, Christine Arron déclare forfait pour cette compétition, à la suite d'une blessure contractée le 1er mai au meeting de la Baie-Mahault[5]. Elle renoue avec la compétition au Meeting de La Chaux-de-Fonds en terminant deuxième du 100 m en 11 s 25. Sa dernière course de la saison sera celle du DécaNation à Paris, où elle finit de nouveau deuxième, en 11 s 33.

Elle se sépare en janvier 2007 de son entraîneur Guy Ontanon (parti pour le Team Lagardère) au profit de l'ancien hurdler Stéphane Caristan[6]. Christine Arron reprend la compétition en 2007, lors de la Coupe d'Europe des nations d'athlétisme. Elle finit 2e du 100 m B en 11 s 36 et 2e du relais 4 × 100 m. Sixième du Meeting de Paris en 11 s 34, elle revient au meeting de Reims en 11 s 23 et remporte le meeting de Monaco en 11 s 06, sa meilleure performance depuis 2 ans. Durant cette période, elle souffre de problèmes de sommeil qui prend son explication dans un manque d'exposition à la lumière[7].

De nouveau, elle figure parmi les favorites d'un grand championnat. Qualifiée pour les Championnats du monde d'Osaka sur 100 m, elle s'aligne sur 200 m aux Championnats de France afin de se qualifier également sur cette distance pour les Mondiaux. En août 2007, elle est sélectionnée en équipe de France avec un bon espoir de podium. Elle se qualifie pour la finale du 100 m avec son meilleur temps de l'année en 11 s 04, mais finit seulement sixième, en 11 s 08, d'une finale extrêmement serrée. Elle clôture brillamment sa saison par une victoire au Meeting de Zurich devant les médaillées du 100 m, et une 3e place lors des Finales Mondiale IAAF à Stuttgart.

Sa saison 2008 est perturbée par une angine, une déchirure musculaire, des problèmes de dos et d'adducteurs. Après ses problèmes de sommeil de la saison passée, elle connaît un nouveau problème peu commun. Chaque lendemain de course la laisse sans force, ce qui est incompatible avec un grand championnat. La cause de ce problème est finalement une intolérance alimentaire[8]. Lors des Jeux olympiques de Pékin, elle est éliminée en quarts de finale du 100 m finissant 4e de sa série en 11 s 36[9].

En 2009, lors des championnats de France, Christine Arron ne prend que la 3e place du 100 m derrière Myriam Soumaré et Muriel Hurtis en 11 s 69. Loin des minima pour les Championnats du monde, elle ne sera pas du voyage à Berlin. Ses contre6performances de ces deux dernières années semblent annoncer une fin de carrière. À l'exemple des anciennes figures de l'athlétisme français, Eunice Barber et Muriel Hurtis, qui n'ont pas réussi à se qualifier pour les Mondiaux 2009.

En 2010, lors des championnats de France, elle prend la 2e place du 100 m derrière Véronique Mang et se qualifie pour les Championnats d'Europe d'athlétisme 2010 à Barcelone. Sur 100 m, elle termine 3e de sa série en 11 s 45, signant le 7e meilleur temps des engagées avant de finir également 3e de sa demi-finale en 11 s 24, son meilleur chrono de l'année et également 5e temps des demi-finalistes. En finale, elle prend la 8e place en 11 s 37. Avec l'équipe de France du relais 4 × 100 m, elle se qualifie pour la finale après avoir terminée 3e de sa série en 43 s 35. En finale, elle remporte une médaille d'argent avec Myriam Soumaré, Véronique Mang et Lina Jacques-Sébastien en 42 s 45[10].

Pour sa rentrée 2011, Christine Arron remporte le meeting en salle de Val-de-Reuil sur 60 m en 7 s 41[11]. Sur cette même distance, elle termine 6e des Championnats de France en salle à Aubière en 7 s 42, échouant dans sa quête de qualification pour les championnats d'Europe en salle de Paris dont les minima étaient fixés à 7 s 30. Victime d'une lésion musculaire à un mollet[12], elle repousse sa rentrée estivale au meeting de Charléty le 10 juillet 2011 où elle termine seulement 5e du 200 m en 24 s 19[13]. Elle est contrainte de déclarer forfait pour les Championnats de France à Albi[14]. Une année difficile pour la sportive guadeloupéenne, qui se sentait constamment fatiguée[15].

En 2012, elle termine 4e sur 60 m lors des Championnats de France en salle à Aubière en 7 s 33[16]. Elle termine 2e du 100 m des Championnats de France à Angers en 11 s 34[17]. Grâce à son chronomètre réalisé en demi-finale (11 s 27), elle obtient sa qualification pour les Championnats d'Europe d'Helsinki sur 100 m en réalisant les minima fixés à 11 s 30[18]. Lors des Championnats d'Europe d'Helsinki, elle échoue à se qualifier pour les demi-finales en terminant 5e de sa série en 11 s 55[19].

Le 15 décembre, enceinte de son deuxième enfant[20], elle annonce sa retraite[21].

Elle donne naissance à son second enfant, une petite fille nommée Cassandre, le 16 mai 2013.

Autres[modifier | modifier le code]

Christine Arron donne naissance à un fils prénommé Ethan en 2002 dont le papa est l'athléte Dan Philibert.

Le 27 mars 2008, elle signe, avec 14 autres sportifs dans l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur, un appel au président chinois Hu Jintao, dans le cadre des JO 2008 à respecter les droits de l'homme inscrits dans la Charte olympique, à la suite des événements survenus au Tibet[22].

Elle est chevalier de la Légion d'honneur par le décret du 13 juillet 2012.

Son cousin germain Rony Martias est cycliste professionnel depuis 2003 et court en 2013 pour l'équipe Saur Sojasun.

Elle est la compagne de Benjamin Compaoré, médaillé d'or au championnat d'Europe 2014 de Zurich en triple saut. Ils ont une fille prénommée Cassandre née en 2013.

Palmarès[modifier | modifier le code]

International[modifier | modifier le code]

Année Compétition Lieu Résultat Épreuve Temps
1997 Championnats du monde Athènes 4e 100 m 11 s 05
3e 4 × 100 m 42 s 21
1998 Championnats d'Europe Budapest 1er 100 m 10 s 73
1er 4 × 100 m 42 s 56
1999 Championnats du monde Séville 6e 100 m 10 s 97
2e 4 × 100 m 42 s 06
2000 Jeux olympiques Sydney 4e 4 × 100 m
2003 Championnats du monde Paris 5e 100 m 11 s 06
1re 4 × 100 m 41 s 78
2004 Championnats du monde en salle Budapest 7e 60 m 7 s 21
Jeux olympiques Athènes 3e 4 × 100 m 42 s 54
2005 Championnats du monde Helsinki 3e 100 m 10 s 98
3e 200 m 22 s 31
4e 4 × 100 m 42 s 84
2006 Championnats du monde en salle Moscou 4e 60 m 7 s 13
2007 Championnats du monde Osaka 6e 100 m 11 s 08
2010 Championnats d'Europe Barcelone 8e 100 m 11 s 37
2e 4 × 100 m 42 s 45
2012 Championnats d'Europe Helsinki séries 100 m 11 s 55
5e 4 × 100 m 43 s 44

En Coupe d'Europe des nations d'athlétisme, elle finit 1re du 100 m en 2003, 2004 et 2005 (2e en 1998 et 2000), et également 1re du 200 m en 2005 et au relais 4 × 100 m en 2003 et 2004.

National[modifier | modifier le code]

  • Championne de France Minime sur 150 m en 1988
  • Championne de France Cadette sur 100 m en 1989
  • Championne de France Junior sur 100 m en 1992
  • Championne de France Espoir sur 400 m en salle en 1995
  • Championne de France sur 200 m en salle en 1996
  • Championne de France sur 100 m en 2000, 2003, 2004.
  • Championne de France sur 200 m en 1997, 2004, 2005.
  • Championne de France sur 60 m en salle en 2000, 2004, 2005, 2006.

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Christine Arron en 2010 lors du Meeting de Berlin
Épreuve Temps Lieu Date
60 mètres 7 s 06 Aubière 26 février 2006
100 mètres 10 s 73 Budapest 19 août 1998
200 mètres 22 s 26 Saint-Denis 3 juillet 1999
200 m (en salle) 22 s 69 Liévin 26 février 2005

Meilleures performances de l'année[modifier | modifier le code]

100 m
Année Temps Date Lieu Rang[23]
1997 11 s 03 22 juillet 1997 Montauban 7
1998 10 s 73 19 août 1998 Budapest 2
1999 10 s 97 19 juin 1999
22 août 1999
Paris
Séville
9
2000 10 s 99 30 juin 2000 Rome 10
2001 11 s 15 11 juin 2001 Athènes
2002 - - -
2003 11 s 01 24 août 2003 Paris 6
2004 10 s 95 16 juillet 2004 Sotteville 4
2005 10 s 93 9 septembre 2005 Monaco 4
2006 11 s 33 26 août 2006 Paris
2007 11 s 04 27 juillet 2007 Osaka 10
2008 11 s 21 24 juillet 2008 Albi
2009 - - -
2010 11 s 30 8 juillet 2010 Valence
200 m
Année Temps Date Lieu Rang
1997 22 s 62 17 juin 1997 Bari
1998 - - -
1999 22 s 26 3 juillet 1999 Paris 7
2000 - - -
2001 23 s 42 27 mai 2001 Eugene
2002 - - -
2003 22 s 92 6 juin 2003 Turin
2004 22 s 60 26 juin 2004
23 août 2004
Villeneuve-d'Ascq
Athènes
2005 22 s 31 12 août 2005 Helsinki 4
2006 - - -
2007 22 s 88 4 août 2007 Niort
2008 23 s 40 13 juillet 2008 Tanger
2009 - - -
2010 - - -

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d'honneur

Sponsoring[modifier | modifier le code]

Christine Arron a été l’égérie de nombreuses marques au fil des années. En 1999, après ses exploits aux Championnats d’Europe de 1998, Reebok la met en scène dans un spot publicitaire[24]. Il faut ensuite attendre 2004 et les Jeux Olympiques d’Athènes pour la revoir à la télévision, dans une publicité Minute Maid[25]. En 2005, elle enchaîne avec un contrat publicitaire chez Asics[26]. Puis en 2009, c’est au tour de Damart[27], et en 2012 du courtier en assurance ASSU 2000[28].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Pierre-Jean Vazel, « European 100m record-holder Arron hangs up her spikes », sur www.iaaf.org (consulté le 23 décembre 2012)
  2. a, b et c le livre de l'année 1998, Christine Arron: « je suis stupéfaite », l'Équipe
  3. http://www.lemonde.fr/sport/article/2006/09/29/dopage-le-danger-de-mort_818227_3242.html
  4. le livre de l'année 2003, Témoins de l'histoire, l'Équipe
  5. « Arron n'ira pas à Göteborg », sur www.lefigaro.fr (consulté le 3 septembre 2009)
  6. « Caristan:«Prêt à relever le challenge» », sur www.lequipe.fr,‎ 14 février 2007 (consulté le 3 août 2009)
  7. « Le sommeil (le bon), clé de toute réussite », sur www.morphee.biz (consulté le 3 septembre 2009)
  8. « Arron dans le flou », sur jo.sport24.com,‎ 15 Août 2008 (consulté le 3 septembre 2009)
  9. « Pas de demies pour Arron, Sdiri s'arrête aussi », sur sport.france2.fr,‎ 16 août 2009 (consulté le 3 septembre 2009)
  10. « La France en argent », L'Equipe,‎ 1er août 2010 (consulté le 1er août 2010)
  11. « Rentrée gagnante d'Arron », L'Equipe,‎ 12 février 2011 (consulté le 27 juillet 2011)
  12. « Arron reporte sa rentrée », L'Equipe,‎ 3 juillet 2011 (consulté le 27 juillet 2011)
  13. « Rentrées difficiles pour Arron et Boslak », Ouest-France,‎ 11 juillet 2011 (consulté le 27 juillet 2011)
  14. « Arron forfait aux France », L'Equipe,‎ 24 juillet 2011 (consulté le 27 juillet 2011)
  15. « Christine Arron : « je croyais que c’était mes derniers championnats de France, mais vu que je n’ai pas gagné… » », my-angers.info,‎ 16 juin 2012 (consulté le 9 juillet 2012)
  16. « Soumaré s'impose », L'Equipe,‎ 25 février 2012 (consulté le 25 février 2012)
  17. « Soumaré, championne de France devant Arron », Le Figaro,‎ 16 juin 2012 (consulté le 22 juin 2012)
  18. « Arron qualifiée pour le 100 m des Championnats d'Europe Helsinki », Le Figaro,‎ 16 juin 2012 (consulté le 22 juin 2012)
  19. « Arron éliminée dès les séries du 100 m aux Championnats d'Europe », Le Parisien,‎ 27 juin 2012 (consulté le 27 juin 2012)
  20. Christine Arron arrête sa carrière, Le Figaro, 16 décembre 2012.
  21. « Christine Arron arrête ! », sur www.lejdd.fr (consulté le 16 décembre 2012)
  22. « Des athlètes français lancent un appel au président chinois », sur tempsreel.nouvelobs.com,‎ 23 juin 2008 (consulté le 5 septembre 2009)
  23. Classement établi par l'IAAF en fonction des meilleures performances de l'année
  24. http://www.culturepub.fr/videos/reebok-christine-arron
  25. http://www.ina.fr/video/PUB2632198061
  26. http://www.sponsoring.fr/athletisme/christine-arron-signe-avec-l-equipementier-asics-41148.shtm
  27. http://www.sportstrategies.com/actualites/sponsoring/232730-damart-habille-christine-arron
  28. www.strategies.fr/actualites/marques/199655W/assu-2000-s-associe-a-florent-manaudou-et-christine-arron.html

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Biographie de Christine Arron (FFA)
  • (en) Profil de Christine Arron sur le site de l’IAAF
  • (fr) Sa biographie complète dans Le Dictionnaire des médaillés olympiques français, de Stéphane Gachet, aux éditions La Maison d'Éditions, juin 2011.