100 mètres (athlétisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 100 mètres.
Pix.gif 100 m Portail athlétisme
Mens 100m finals British Champs and Olympic Trials.jpg
Départ d'un 100 mètres
Caractéristiques
Catégorie Sprint
Genre M/F
Surface Piste extérieure
Apparition JO Hommes : 1896 ; femmes : 1928
Records masculins
RM 9 s 58 :Drapeau : Jamaïque Usain Bolt (2009)
RO 9 s 63 : Drapeau : JamaïqueUsain Bolt (2012)
Records féminins
RM 10 s 49 :Drapeau : États-Unis F. Griffith-Joyner (1988)
RO 10 s 62 :Drapeau : États-Unis F. Griffith-Joyner (1988)
Champions en titre
JO Drapeau : Jamaïque Usain Bolt
Drapeau : Jamaïque Shelly-Ann Fraser
CM Drapeau : Jamaïque Usain Bolt
Drapeau : Jamaïque Shelly-Ann Fraser

Le 100 mètres est une épreuve d'athlétisme consistant à parcourir, en ligne droite, un sprint. Il est couru au très haut niveau en moins de 10 secondes pour les hommes et 11 secondes pour les femmes. Historiquement, la course de vitesse est l'une des plus anciennes de l'athlétisme puisqu'on en retrouve la trace plusieurs siècles avant l'organisation des premiers Jeux olympiques antiques.

Considérée comme l'épreuve reine de ce sport, le 100 mètres a supplanté le marathon en tant que discipline la plus prestigieuse des compétitions d’athlétisme, du fait du nombre accru de concurrents et de l'intérêt qu'elle suscite auprès des spectateurs.

Des sprinteurs de renom, pour la plupart américains, ont marqué l'histoire de la discipline : de Jesse Owens dans les années 1930, à Jim Hines, premier homme à descendre sous les 10 secondes avec l'arrivée du chronométrage électronique en 1968, en passant par Bob Hayes à la carrière fulgurante. Plus récemment, Carl Lewis a assis sa domination durant les années 1980, le Canadien Donovan Bailey et l'Américain Maurice Greene dans les années 1990.

Dans les années 2000, le Jamaïcain Usain Bolt, succédant à son compatriote Asafa Powell, domine la discipline, et détient le record du monde en 9 s 58 (2009). Chez les femmes, la première à descendre sous les 11 secondes est l'Allemande Marlies Göhr en 1977. L'Américaine Florence Griffith-Joyner établit en 1988 le record mondial dans le temps de 10 s 49.

Sommaire

Historique[modifier | modifier le code]

Hommes[modifier | modifier le code]

Des Jeux olympiques antiques à l'époque moderne[modifier | modifier le code]

Photographie d'une amphore grecque figurant des coureurs à pied
Course à pied, amphore panathénaïque, v. 500 av. J.-C., musée du Louvre

Lors des Jeux olympiques antiques, les athlètes participent déjà à des courses de vitesse, notamment le στάδιον / stádion qui, comme son nom l'indique, est longue d'un stade — celui d'Olympie mesure 192,27 m, soit 600 fois la longueur du pied d'Héraclès. C'est la course la plus courte du sport grec, qui ne connaît pas le 100 mètres moderne[1], et elle est l'épreuve reine des Jeux : le vainqueur donne son nom à l'olympiade[2]. Selon Pausanias, les concurrents sont parfois si nombreux qu'il est nécessaire de procéder à deux courses éliminatoires[3]. Le stádion est la seule épreuve lors des premiers Jeux olympiques en 776 av. J.-C., remportée à cette occasion par Coroebos d'Élis[4]. La distance suivante pratiquée est le δίαυλος / díaulos, correspondant à deux stádions, soit environ 400 mètres.
Parmi les athlètes de l'antiquité, on retiendra Léonidas de Rhodes qui remporte le stádion et le díaulos aux Jeux olympiques de 164 av. J.-C. ainsi qu'aux trois olympiades suivantes, ou encore Astylos de Crotone qui remporte le stádion et le díaulos lors de trois olympiades consécutives, de 488 av. J.-C. à 480 av. J.-C.[5]. Les derniers jeux sont traditionnellement fixés en 393 ap. J.-C., peu après l'édit de Théodose ordonnant l'abandon des lieux de culte de la religion grecque. Le sprint n'est alors plus pratiqué dans des compétitions organisées avant le XIXe siècle.

En effet, les Britanniques initient au XIXe siècle des courses athlétiques en déclinaison de leur système de mesure basé sur le mile (1 609,32 m) : le demi-mile, le quart de mile, le huitième de mile et enfin le 110 yards (100,52 m) représentant environ 1/16e du mile[6].

XIXe siècle : les précurseurs[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc. Deux coureurs coupent la ligne d'arrivée. Les couloirs sont délimités par des cordes.
Course de 100 yards au Detroit Athletic Club en 1888. Les couloirs sont délimités par des cordes.

Les premières courses de sprint court des temps modernes se disputent dès le milieu du XIXe siècle dans les campus universitaires du Royaume-Uni où des courses de 100 yards (91,44 m) sont recensées en 1850 au Collège d'Exeter d'Oxford[7]. Les mesures de performance correspondent alors à la généralisation du chronométrage. Le premier enregistrement date de mars 1864 lorsque B. S. Darbyshire, étudiant à Oxford, est chronométré à 10 s 5 sur 100 yards. Quatre ans plus tard, à Cambridge, le champion de cricket Charles Absalom est crédité de 10 secondes tout juste (soit environ 10 s 9 au 100 mètres). Parallèlement à l'émulation naissante du sprint en Grande-Bretagne, les premières compétitions se déroulent aux États-Unis. William B. Curtis est considéré comme le pionnier du sprint chronométré, même si sa performance supposée de 9 secondes au 100 yards n'est jamais prise au sérieux, en raison notamment de l'inexactitude de la distance, et d'un départ anticipé (le coup de feu du starter n'existant pas encore à l'époque)[8]. En 1887, lors d'une compétition universitaire, un général américain du nom de Charles Sherill innove dans la discipline en creusant légèrement la piste derrière la ligne de départ dans le but d’obtenir une meilleure impulsion au démarrage après un départ en position accroupie[9]. Cette innovation, appelée alors le crouch start est à l’origine de l’invention des starting blocks. Avec son temps de 9 s 8 sur 100 yards, l'Américain John Owen remporte en 1890 le Championnat des États-Unis[10]. Ce record reste invaincu durant plusieurs années.

En cette fin de siècle, les amateurs et les professionnels se partagent les compétitions d'athlétisme de chaque côté de l'Atlantique. En Grande-Bretagne, Harry Hutchens, un ancien livreur, concourt dans des défis rémunérés et donnant lieu à des paris[11]. Les courses de 100 yards sont alors disputées sur des pistes en herbe au sein d'hippodromes. En 1891, le premier chronomètre sur la distance métrique est réalisé à Paris par l'Américain Luther Cary en 10 s 75. D'autres athlètes s'illustrent par ailleurs, notamment le Britannique Charles Bradley (quatre fois champion d'Angleterre de 1892 à 1895), ou l'Américain Bernie Wefers qui ne dispose d'aucun rival dans son pays durant trois années[12]. Sa modeste université de Georgetown n'a cependant pas les moyens de financer le voyage de ses athlètes pour se rendre aux Jeux olympiques d'Athènes en 1896. L'épreuve est remportée par son compatriote Thomas Burke dans le modeste temps de 12 secondes, sur une piste sablonneuse en mauvais état[13].

1900-1945 : la fin du professionnalisme[modifier | modifier le code]

Photographie de Jesse Owens au départ d'une course
Jesse Owens remporte la finale du 100 mètres des Jeux olympiques de 1936 à Berlin

Lors des débuts du renouveau olympique, seuls les athlètes amateurs peuvent participer aux Jeux olympiques[14]. En effet, à cette époque, le Comité international olympique ne tolère pas le professionnalisme ni l'amateurisme marron.

À Paris, lors des Jeux olympiques de 1900, Frank Jarvis remporte le titre du 100 mètres, devançant son compatriote américain Arthur Duffy, titulaire pourtant à l'époque des meilleures performances chronométriques sur le sprint. Quelques années plus tard, ce dernier est destitué par la Fédération internationale pour cause de professionnalisme[15]. Archie Hahn décroche le titre olympique en 1904[16] avant qu'un Sud-africain ne vienne stopper la domination américaine. En 10 s 8, Reginald Walker s'impose en finale des Jeux olympiques de Londres de 1908[17]. Quatre ans plus tard, le premier record du monde officiellement reconnu par l’Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) est détenu par Donald Lippincott en 10 s 6. Ce dernier est cependant battu par Ralph Craig lors des Jeux de Stockholm[18]. En cette même période, le monde de l'athlétisme assiste à l'avènement de Howard Drew, premier sprinteur noir de classe mondiale[19], puis de Charley Paddock, coureur petit et musculeux, qui décroche la médaille d'or du 100 mètres aux Jeux olympiques d'Anvers en 1920. Il s'adjuge par ailleurs les records du monde du 100 yards et du 100 mètres[20]. Entre 1924 et 1935, des athlètes non-américains parviennent à contester la suprématie des États-Unis dans le sprint, à l'image du Britannique Harold Abrahams, vainqueur des Jeux de Paris[21], et du Canadien Percy Williams, médaillé d'or lors des Jeux d'Amsterdam en 1928[22]. Les premiers starting-blocks sont mis au point à cette époque et seront officialisés dès 1937[23]. Leurs inventeurs prétendent alors que leur utilisation permet de faire gagner 34 centièmes de secondes à un athlète lors du départ. À partir de 1929, l'athlète noir-américain Eddie Tolan redore le blason du sprint des États-Unis. Il remporte la finale des Jeux de Los Angeles en 1932[24], mais se voit concurrencé rapidement par son compatriote Ralph Metcalfe qui le devance aux Championnats universitaires américains. En 1935, Jesse Owens, un autre noir-américain, parvient à mettre fin à la domination sans partage de Metcalfe. Lors d'un meeting à Ann Harbor, dans le Michigan, Owens améliore ou égale quatre records du monde. Parmi ceux-ci, celui du 100 yards en 9 s 4[25]. Quelques mois plus tard, lors des Championnats nationaux, il établit un nouveau record du monde du 100 mètres en 10 s 2. Au sommet de son art, il remporte la finale des Jeux de Berlin (10 s 3)[26]. Face aux performances des coureurs noirs, Adolf Hitler voit une preuve d'une différence raciale, en l'occurrence une supériorité des Noirs pour ce qui est de la course à pied[27].

À partir de 1938, année de la retraite d'Owens et de Metcalfe, une nouvelle règlementation impose une limite de vent inférieure à 2 mètres par seconde pour qu'une performance soit officiellement validée. L'arrivée de la Seconde Guerre mondiale marque le ralentissement des compétitions d’athlétisme, notamment en Europe. Seuls les États-Unis parviennent à faire éclore de nouveau talents. On peut citer notamment Clyde Jeffrey (10 s 2 au 100 m en 1939)[28] ou Harold Davis, qui domine les épreuves de sprint durant la guerre[29].

1946-1967 : l'émulation américaine[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc d'un athlète, de face, courant sur une piste en cendrée.
Bob Hayes, premier athlète à descendre officieusement sous les dix secondes au 100 m.

En 1948, le trentenaire Barney Ewell se rapproche inexorablement des performances de Jesse Owens en égalant son record du monde lors des sélections américaines pour les Jeux olympiques de 1948[30]. À Londres, il est battu par son compatriote Harrison Dillard, spécialiste des haies, dans une course très relevée[31]. Le début des années 1950, période de transition dans le sprint court, est marqué par l'émergence de nombreux athlètes universitaires américains, à l'instar de Lindy Remigino, champion olympique surprise à Helsinki en 1952, en l’absence de quelques-uns des meilleurs sprinters du moment[32]. Deux ans plus tard, le champion d'Europe Ouest-allemand Heinz Fütterer égale à son tour le record du monde (10 s 2). L'année précédant les Jeux olympiques de 1956 correspond au début de la domination mondiale de Bobby Morrow qui s'exerce jusqu'en 1958. Morrow remporte la médaille d'or des Jeux de Melbourne[33]. Surnommé « la flèche blonde du Texas », il égale le record du monde à trois reprises. Dès l'âge de vingt ans, il courait déjà le 100 yards en 9 s 1. Le 3 août 1956, l'Américain Willi Williams améliore à son tour le record du monde du 100 mètres en réalisant 10 s 1 lors des championnats militaires mondiaux de Berlin. Bobby Morrow remporte la finale olympique de Melbourne en 10 s 5. En Europe, l'Allemand de l'Ouest Armin Hary, champion d'Europe en 1958, établit un nouveau record mondial en 1960 dans le temps de dix secondes. Un mois plus tard, le Canadien Harry Jerome réédite cette performance. Malgré un faux départ lors de la finale, Hary devient champion olympique des Jeux de Rome[34], devançant un de ses plus féroces adversaires du moment, l'Américain David Sime dans une des courses les plus serrées de l'histoire. Les Américains n’avaient plus été battus sur la distance depuis les Jeux de 1928. À partir de 1961, l'Américain Bob Hayes, issu du circuit universitaire, règne en maître dans les épreuves du 100 yards et du 100 mètres. Flirtant souvent avec le record du monde d'Hary, Hayes assoit sa domination de 1962 à 1964 en restant invaincu pendant vingt-huit mois, et en remportant cinquante-quatre victoires consécutives. Il devient le premier athlète à descendre officieusement sous les dix secondes au 100 m en 9 s 9 (temps manuel)[35]. La finale des Jeux de Tokyo de 1964 est la dernière course de Hayes avant sa reconversion dans le football américain. Après avoir réalisé 9 s 91 en demi-finale (record du monde non homologué pour cause de vent trop favorable), il s'impose avec près de deux mètres d'avance sur tous ses concurrents en améliorant le record du monde de 19 centièmes (10 s 06 dans des conditions règlementaires).

1968-1980 : la barrière des dix secondes[modifier | modifier le code]

Premiers franchissements par 1/10e de seconde
Barrière Athlète Date Temps
10 s 7 Don Lippincott 06/07/1912 10 s 6
10 s 5 Charley Paddock 23/04/1921 10 s 4
10 s 4 Percy Williams 09/08/1930 10 s 3
10 s 3 Jesse Owens 20/06/1936 10 s 2
10 s 2 Willie Williams 03/08/1956 10 s 1
10 s 1 Armin Hary 21/06/1960 10 s 0
10 s 0 Jim Hines 20/06/1968 9 s 95
9 s 9 Carl Lewis 25/08/1991 9 s 86
9 s 8 Maurice Greene 16/06/1999 9 s 79
9 s 7 Usain Bolt 16/08/2008 9 s 69
9 s 6 Usain Bolt 16/08/2009 9 s 58

La période précédant les Jeux olympiques de 1968 est marquée par une forte concurrence dans le 100 mètres, à l'image du Jamaïcain Lennox Miller, du Français Roger Bambuck ou des Américains Jim Hines et Charles Greene. Le 20 juin 1968, lors des Championnats des États-Unis de Sacramento, Hines devient le premier homme à parcourir 100 mètres en moins de dix secondes (9 s 9)[36]. Lors des séries, Greene et Bambuck égalaient tour à tour, sur une piste ultra-rapide, le record du monde en dix secondes, alors que Hines réalisait 9 s 8 en demi-finale (record non homologué en raison du vent trop favorable)[37]. Cette soirée d'athlétisme aux multiples records fut surnommée par les spécialistes « The Night of Speed » (La nuit de la vitesse). Jim Hines confirme son statut de favori quelques semaines plus tard en remportant la finale des Jeux de Mexico. Il établit alors un nouveau record mondial en 9 s 95 (temps électrique)[38]. Cet exploit est réalisé dans des conditions idéales : une piste en matière synthétique, un temps chaud et sec, une altitude supérieure à 2 000 mètres et un vent favorable de 1,6 m/s. Pour la première fois de l'histoire, aucun blanc ne figure au départ de la finale. Comme Bob Hayes en 1964, Jim Hines abandonne sa carrière d'athlète au lendemain des Jeux pour passer footballeur professionnel.

Après l'arrêt de plusieurs ténors du sprint, John Carlos fait figure de rescapé dans le camp américain. Il égale en 1969 le record du monde du 100 yards en 9 s 1. Le renouveau du 100 mètres vient alors d'Union soviétique lorsque Valeriy Borzov, champion d'Europe en 1969, réalise plusieurs courses en dix secondes. Dominant tous ses adversaires européens au début des années 1970[39], il remporte la finale olympique des Jeux de Munich en 1972 en devançant de plus d'un mètre Robert Taylor et Lennox Miller. De nouveaux grands sprinteurs apparaissent après les Jeux de Munich, notamment les Américains Steve Williams et Harvey Glance, le Jamaïcain Don Quarrie ou le Trinidadien Hasely Crawford. Lors des Jeux olympiques de Montréal, Borzov ne termine que troisième de la finale, derrière Crawford et Quarrie[40]. Pour la première fois depuis 1928, aucun Américain ne figure sur le podium d'un 100 mètres olympique. Le 1er janvier 1977, l’IAAF abandonne le chronométrage manuel, les performances ne pouvant désormais être validées qu'à l'aide d'un chronomètre électronique.

La fin des années 1970 est marquée par les duels livrés en Europe par Valeriy Borzov avec l'Écossais Allan Wells et l'Italien Pietro Mennea. Ce dernier réalise en altitude 10 s 01 sur 100 mètres, peu avant son record du monde du 200 mètres. Aux Jeux olympiques de Moscou, en l'absence des Américains pour cause de boycott, Wells devient à 28 ans le médaillé d'or sur 100 mètres le plus âgé[41]. En 10 s 25, il réalise le même temps que son dauphin, le Cubain Silvio Leonard.

1981-1991 : le règne de Carl Lewis[modifier | modifier le code]

Le début des années 1980 marque l'assouplissement des règles olympiques concernant l'amateurisme[14], et l'arrivée d'un nouveau type d'athlètes se consacrant entièrement à leur carrière sportive professionnelle. L'Américain Carl Lewis en est l'une des incarnations.

En 1981, Carl Lewis n'est âgé que de 19 ans lorsqu'il réalise dix secondes au 100 mètres. Après de multiples titres universitaires, il passe professionnel en 1983, année des premiers Championnats du monde. À Helsinki, Lewis remporte son premier titre mondial et possède un record personnel proche du vieux temps de Jim Hines[42].

Photographie de Carl Lewis prise en 2009
Carl Lewis en 2009.

L'année suivante, aux Jeux de Los Angeles, il remporte la finale olympique du 100 mètres en 9 s 99, devançant ses plus dangereux adversaires du moment, l'Américain Sam Graddy et le Canadien Ben Johnson[43]. Surmédiatisé et bénéficiant de confortables revenus publicitaires[44], Lewis surclasse ses adversaires durant trois ans. Seul Ben Johnson parvient à contester la suprématie de « King Carl » à partir du milieu des années 1980. Le musculeux Canadien l'emporte au meeting de Zurich 1985, et par deux autres fois en 1986. Il réalise cette année-là le temps de 9 s 95. Aux Mondiaux de Rome en 1987, le duel Lewis-Johnson est l'un des plus attendus. Ben Johnson remporte la médaille d'or en battant le record du monde de près d'un dixième de secondes (9 s 83 contre 9 s 92 pour Lewis)[45]. Les deux hommes se retrouvent l'année suivante aux Jeux olympiques de Séoul. Lewis se voit devancé une nouvelle fois par Johnson qui réalise une nouvelle marque mondiale en 9 s 79, nouveau record mondial. Pour cause de dopage, la performance de Ben Johnson est annulée et ses titres mondiaux et olympiques lui sont retirés[46]. En conséquence, Carl Lewis devient le nouveau détenteur du record du monde du 100 mètres en 9 s 92 et récupère les titres de Johnson.

Après avoir levé le pied en 1989, Lewis observe dès le début des années 1990 l'éclosion de nouveaux talents. Parmi eux, figure son compatriote et ami Leroy Burrell, numéro un mondial en 1990 et 1991, ayant remporté 19 courses sur 22 et ayant couru à cinq reprises sous les dix secondes[47]. D'autres athlètes s'avèrent également de sérieux concurrents du Roi Carl, notamment les Américains Dennis Mitchell, Michael Marsh et Andre Cason, le Britannique Linford Christie, le Canadien Bruny Surin ou le Namibien Frank Fredericks. Aux Championnats du monde de Tokyo en 1991, Lewis parvient néanmoins à remporter son troisième titre mondial consécutif, en établissant en 9 s 86, un nouveau record mondial. Burrell et Mitchell complètent le podium d'une des courses les plus rapides de l’histoire. En effet, les six premiers de l'épreuve courent en moins de 9 s 96.

1992-2004 : le renouveau[modifier | modifier le code]

Photographie de Maurice Greene après sa victoire lors des Jeux olympiques de Sydney
Maurice Greene lors des Jeux olympiques de Sydney

En 1992, lors des Jeux olympiques de Barcelone, le recordman d'Europe Linford Christie devient, à 32 ans, le plus âgé des vainqueurs olympiques du 100 m[48]. Il devance, avec le temps de 9 s 96, Fredericks et Surin, et succède au palmarès à ses compatriotes Harold Abrahams et Alan Wells. Il confirme l'année suivante en s'adjugeant le titre des Championnats du monde de Stuttgart, devançant Andre Cason, Dennis Mitchell et Carl Lewis, quatrième seulement. Christie égale le record d'Europe en 9 s 87. En cette année 1993, le Britannique réussit l'exploit de remporter treize courses dans la saison. Leroy Burell revient en forme dès les premiers mois de 1994. Au meeting de Lausanne, il établit un nouveau record du monde de l'hectomètre en 9 s 85[49]. Quelques semaines plus tard, Lindford Christie remporte son troisième titre de champion d'Europe à Helsinki.

Le milieu des années 1990 coïncide avec le déclin momentané des sprinteurs des États-Unis, contrasté par l'ascension des athlètes canadiens[50]. Donovan Bailey remporte la finale des Championnats du monde de Göteborg en devançant son compatriote Bruny Surin et le jeune espoir Trinidadien Ato Boldon[51]. En 1996, Frankie Fredericks réalise 9 s 86 à Lausanne, mais la finale du 100 mètres des Jeux olympiques d'Atlanta est remportée par Bailey en 9 s 84, nouveau record du monde de la distance. Au tournant du siècle, c'est l'Américain Maurice Greene qui obtient les meilleures performances avec trois titres de champion du monde à Athènes en 1997 (9 s 86), à Séville en 1999 (9,80 s) et à Edmonton en 2001 (9 s 82), et une médaille d'or lors des Jeux de Sydney en 2000 (9 s 87)[52]. Il s'agit du premier titre olympique obtenu par un Américain sur 100 m depuis douze ans. Greene établit enfin un nouveau record du monde, au meeting d'Athènes en juin 1999, en 9 s 79. En 2002, Tim Montgomery s'empare du record mondial, à Paris (Stade Charléty), en 9 s 78. Derrière lui, le Britannique Dwain Chambers égale le record d'Europe de Lindford Christie. Montgomery est très vite rattrapé par des affaires de dopage liées au laboratoire Balco[53]. Son record du monde est effacé des tablettes en 2005 par l'IAAF[54]. Lors des Championnats du monde 2003, la surprise vient de Kim Collins, ressortissant de l'île de Saint-Christophe-et-Niévès, qui s'impose en 10 s 07[55], dans une finale ouverte (Greene, Boldon et Jon Drummond en furent écartés dans les tours précédents). En 2004, l'Américain Justin Gatlin devance, en 9 s 85, Francis Obikwelu et Maurice Greene en finale des Jeux olympiques d'Athènes[56].

Depuis 2005 : les Jamaïcains au pouvoir[modifier | modifier le code]

Usain Bolt courant en bord de piste, sous les objectifs des photographes.
Usain Bolt, vainqueur des Jeux olympiques (2008 et 2012) et détenteur du record du monde.

Révélé l'année précédente, le Jamaïcain Asafa Powell réalise en début d'année 2005 plusieurs temps autour de 9 s 85. Le 14 juin, au meeting d'Athènes, il court en 9 s 77, battant du même coup le record du monde de Maurice Greene réalisé six ans auparavant[57]. Blessé quelques semaines avant la compétition, Powell ne fait pas le déplacement aux Championnats du monde d'Helsinki. La médaille d'or revient à Justin Gatlin, vainqueur en 9 s 88, avec 17 centièmes d'avance sur son dauphin Michael Frater[58]. En 2006, Gatlin égale le record mondial de Powell au meeting de Doha. Powell reprend la main par deux fois en réalisant à nouveau 9 s 77 à Gateshead et à Zurich. En août 2006, Gatlin se fait rattraper par une affaire de dopage et est dépossédé de son record du monde[59]. Il est suspendu de compétitions sportives pour quatre années. Débarrassé d'un très sérieux adversaire, Powell ne prend cependant que la troisième place des Mondiaux d'Osaka 2007 qui couronnent l'Américain Tyson Gay (9 s 85)[60]. Quelques jours plus tard, au meeting de Rieti, Asafa Powell bat son propre record du monde en 9 s 74[61].

Au début de la saison 2008, le Jamaïcain Usain Bolt réalise 9 s 76 sur son sol. Lors du meeting de New York, et pour la cinquième course de sa carrière sur 100 mètres, il établit un nouveau record du monde en 9 s 72 (vent +1,7 m/s), améliorant de deux centièmes le temps de son compatriote Asafa Powell[62]. Ce dernier réalise en juillet 2008 une série de courses remarquables (9 s 88 à Stockholm, 9 s 84 à Londres, puis 9 s 82 à Monaco). Le duel entre les deux Jamaïcains est l'un des plus attendus des Jeux olympiques de Pékin. En finale, le 16 août 2008, Usain Bolt écrase la course en réalisant un nouveau record du monde en 9 s 69[63]. Il se permet même de couper son effort à une vingtaine de mètres de l'arrivée[64]. Son entraîneur estime qu'il aurait pu courir ce jour-là en 9 s 54. Richard Thomson et Walter Dix complètent le podium, alors qu'Asafa Powell ne prend que la cinquième place, en dépit d'un excellent temps de 9 s 95. Après les Jeux, les deux hommes se livrent un duel à distance. Powell s'impose à Lausanne en 9 s 72, Bolt remporte le meeting de Bruxelles en 9 s 77. Durant les mondiaux à Berlin, Bolt remporte la finale avec un nouveau record du monde ahurissant[65] : 9 s 58, le 16 août 2009, un an jour pour jour après sa course de Pékin. En pulvérisant son précédent record, Bolt devient le premier homme à descendre sous les 9 s 60. Le Français Christophe Lemaitre est présenté par les médias comme le premier blanc à descendre sous les dix secondes, le 9 juillet 2010, avec un temps de 9 s 98[66], avant de remporter le 100 mètres des Championnats d'Europe d'athlétisme 2010[67]. Lemaitre améliorera de nombreuses fois ce record jusqu'à courir à 9 s 92 aux championnats de France d'athlétisme le 29 juillet 2011.

2011 est une année très dense au niveau du 100 mètres[68], près de 20 athlètes passent la barre des 10 secondes cette saison dont de nombreux pour la première fois[69], portant à 81 le nombre d'athlètes ayant passé les 10 secondes toutes années confondues[70]. Mais malgré cela, la finale des championnats du monde est la 4e plus lente finale depuis 1987 derrière Paris, Göteborg et Helsinki. En effet, avant le début des épreuves, Tyson Gay, Asafa Powell, Mike Rodgers et Steve Mullings, parmi les meilleures performances de l'année sont absents, les deux premiers pour blessure et les deux autres pour dopage ; le champion du monde Usain Bolt a donc pleine piste vers un second sacre[71]. Contre toute attente, Bolt ne devient pas champion du monde ; il réalise en effet un faux départ en finale et soulève une polémique contre la règle d'élimination directe, de nombreux spectateurs quittent même le stade pour manifester leur mécontentement[72]. Le titre revient donc au Jamaïcain Yohan Blake, désigné comme son dauphin par le champion en titre avant la course, en 9 s 92, Walter Dix l'Américain prend la seconde place et Kim Collins la 3e, devenant ainsi le plus vieux médaillé sur 100 m aux championnats du monde ; cette finale est aussi la 2e à accueillir un junior en la présence de Christophe Lemaitre après celle des mondiaux de Paris[73].
2012 confirme la suprématie du sprint jamaïcain tiré par ses deux principaux clubs, le MVP Track Club de Powell et le Racers Track Club de Bolt et Blake malgré les retours au premier plan des américains Gatlin et Gay, respectivement de suspension et de blessure et l'explosion du Trinidadien Keston Bledman. Le 5 août 2012, en finale des Jeux Olympiques de Londres, la Jamaïque de Bolt assoit une fois de plus sa domination sur la reine des courses : le Jamaïcain s'impose en effet en 9 secondes et 63 centièmes, battant un nouveau record Olympique, et ce malgré un mauvais départ et grâce à une remontée fulgurante dans les derniers 50 mètres. C'est le deuxième meilleur chrono de tous les temps, à 5 centièmes de son propre record. C'est son dauphin et compatriote Yohan Blake qui décroche l'Argent en 9 s 75. L'Américain Justin Gatlin complète le podium en 9 s 79. Il s'agit de la course la plus rapide de l'Histoire avec 7 athlètes (sur les 8 engagés) sous les 10 s.

Femmes[modifier | modifier le code]

1928-1947 : la reconnaissance féminine, les pionnières[modifier | modifier le code]

Photographie d'une course féminine dans les années 1930
Course de 100 yards féminin disputée dans les pays anglo-saxons dans les années 1930

Côté féminin, des réunions sportives soutenues par des organisations féministes sont disputées pour la première fois en Europe durant la Première Guerre mondiale. Le CIO étant hostile à l'arrivée des femmes aux Jeux olympiques, des Jeux mondiaux féminins sont disputés dès 1921. La Britannique Mary Lines remporte le 100 yards en 1922. Des Jeux olympiques féminins, non reconnus par les instances sportives internationales, incluent également l'épreuve du 100 yards au programme. Les athlètes féminines sont autorisées à concourir pour la première fois aux Jeux olympiques en 1928. Le 100 mètres figure parmi les cinq épreuves sélectionnées par l'IAAF et le CIO. À Amsterdam, la médaille d'or est remportée par l'Américaine Betty Robinson en 12 s 2. Les Jeux Mondiaux féminins, nouvelle compétition officieuse, se déroulent en 1930 à Prague. Les spectateurs assistent sur le sprint aux triomphes de Stanisława Walasiewicz, athlète polonaise connue aux États-Unis sous le nom de Stella Walsh[74]. Championne olympique aux Jeux de 1932 en 11 s 9, puis battue par sa compatriote Helen Stephens quatre ans plus tard à Berlin, elle réalise 11 s 6 en 1937. Durant cette période, en l'absence de contrôles médicaux de féminité, des questions se posent à la vue de la musculature de certaines femmes présentes sur les stades d'athlétisme, y compris Stephens[75] et Walasiewicz.

1948-1969 : les premières vedettes[modifier | modifier le code]

Photographie de Marjorie Jackson jaillissant des starting-blocks
La sprinteuse australienne Marjorie Jackson

La Néerlandaise Fanny Blankers-Koen ne suscite aucun doute sur sa réelle féminité, puisque mère de deux enfants. Elle domine les compétitions durant la Seconde Guerre mondiale et remporte la médaille d'or du 100 mètres des Jeux olympiques de Londres en 1948 à l'âge de trente ans, et établit un nouveau record du monde en 11 s 5. Durant sa période d'activité longue de vingt années, Blankers-Koen remporte sur la distance du 100 m treize titres nationaux, un titre européen et un titre olympique. Surnommée « La Hollandaise volante », elle devient la première légende féminine de l'athlétisme[76]. En 1952, l'Australienne Marjorie Jackson prend la relève de Blankers-Koen en devenant championne olympique des Jeux d'Helsinki. Elle s'impose également lors des Jeux du Commonwealth 1950 et 1954[77]. Quatre ans plus tard, sa compatriote Betty Cuthbert remporte sur son sol, à Melbourne, le titre olympique féminin sur la distance reine. Le début des années 1960 est marqué par l'avènement de Wilma Rudolph, jeune sprinteuse noire-américaine arrivée dans l'athlétisme après avoir contracté la poliomyélite étant enfant. À vingt ans, Rudolph se rapproche de la barrière des 11 secondes (11 s 2 en 1961). Elle devient championne olympique à Rome en 1960 en 11 s 0, temps non homologué pour cause de vent trop favorable[78]. Sa compatriote Wyomia Tyus lui succède en 1964 et en 1968, devenant à l'occasion la première femme à remporter le titre olympique deux fois consécutivement[79]. Tyus a amélioré dans sa carrière le record du monde du 100 mètres à quatre reprises. La Polonaise Irena Szewińska, spécialiste du 200 mètres, remporte des victoires significatives dans la distance inférieure. Autre sprinteuse notoire, la Taïwanaise Chi Cheng reste invaincue pendant dix-huit mois sur 100 mètres et sur 100 yards.

1970-1987 : l'hégémonie allemande[modifier | modifier le code]

Photographie de Marlies Göhr
L'Est-Allemande Marlies Göhr

Au début des années 1970, les athlètes est-allemandes commencent leur domination dans les courtes distances. Renate Stecher remporte la finale des Jeux olympiques de Munich et les Championnats d'Europe d'Helsinki. Elle fait par ailleurs évoluer le record du monde en 11 s 07 en 1972, mais est néanmoins battue par Szewińska, de retour dans l'épreuve du 100 m, lors des Championnats d'Europe de Rome en 1974. L'Allemagne reprend la main au milieu des années 1970, grâce notamment à Inge Helten et Annegret Richter, championne olympique à Montréal et détentrice du record du monde en 11 s 01. En 1977, l'Est-allemande Marlies Göhr révolutionne la discipline en réalisant à Dresde le temps de 10 s 88, soit treize centièmes de mieux que le précédent record du monde de Richter. Cette performance constitue depuis lors le record du monde junior[80]. En 1980, la Soviétique Lyudmila Kondratyeva remporte la finale du 100 mètres des Jeux de Moscou.

Les années 1980 sont marquées par la domination sur le 100 mètres des athlètes venues des deux Allemagnes. Première femme au-dessous des 11 secondes, Marlies Göhr, née Oelsner, remporte durant sa carrière un titre mondial (Helsinki en 1983), une médaille d'argent aux Jeux olympiques (Moscou en 1980), trois titres continentaux (1978, 1982 et 1986) et deux victoires de Coupe du monde (1977 et 1985). En 1983, elle porte le record du monde à 10 s 81. En l'absence des pays du bloc de l'Est aux Jeux de Los Angeles en 1984 pour cause de boycott, la victoire revient à l'Américaine Evelyn Ashford, future détentrice du record du monde en 10 s 76. Elle devance en finale la Jamaïcaine Merlene Ottey. Lors des Mondiaux 1987 à Rome, les Est-Allemandes Silke Gladisch et Heike Drechsler réalisent le doublé[81].

1988-2004 : l'ombre du dopage[modifier | modifier le code]

Photographie de Florence Griffith-Joyner
L'actuelle détentrice du record du monde féminin, l'Américaine Florence Griffith-Joyner

Durant l'année 1988, Florence Griffith-Joyner bouleverse le monde de l'athlétisme féminin en établissant un nouveau record du monde de la discipline. Lors des sélections olympiques d'Indianapolis le 16 juillet 1988, Griffith-Joyner réalise sans aide du vent le temps de 10 s 49, améliorant pour l'occasion le record d'Ashford de 27 centièmes de secondes. Avant cet exploit, l'Américaine n'était descendue sous la barre des 11 secondes qu'à trois reprises seulement. « Flo-Jo » confirme son statut de favorite lors des Jeux olympiques de Séoul où elle remporte la médaille d'or avec près de trois mètres d'avance sur ses principales concurrentes. Sa fin de carrière prématurée en 1989, sa transformation physique, ses performances hors normes et son décès en 1998 continuent d'alimenter les rumeurs de dopage à son encontre[82]. Les années qui suivent consacrent Katrin Krabbe, championne d'Europe en 1990 et championne du monde en 1991. La même année, elle est contrôlée positive lors d'un test antidopage et est suspendue quatre ans par l'IAAF. La période 1997-2001 est marquée par la domination de l'Américaine Marion Jones, qui remporte notamment les Championnats du monde 1997 et 1999. En 2000, elle remporte également le 100 mètres des Jeux olympiques de Sydney, mais convaincue de dopage, elle est déchue de son titre et prend sa retraite[83]. Le 100 mètres féminin lors des Jeux olympiques de 2004 revient à la Biélorusse Yulia Nesterenko, qui descend sous les 11 secondes dans chacune de ses quatre courses[84].

Depuis 2005 : la domination des Jamaïcaines[modifier | modifier le code]

À l'instar des athlètes masculins, le sprint féminin est dominé depuis 2007 par la Jamaïque avec les victoires successives de Veronica Campbell en 2007 aux championnats du monde et de Shelly-Ann Fraser en 2008 et 2009, respectivement aux Jeux olympiques et aux championnats du monde. Lors de ces Jeux olympiques de Pékin, le podium du 100 mètres est constitué intégralement d'athlètes jamaïcaines : Shelly-Ann Fraser devient championne olympique avec un temps de 10 s 78, devançant ses compatriotes Sherone Simpson et Kerron Stewart, deuxièmes ex-aequo. Ce triplé olympique est une première concernant le 100 mètres féminin. Du reste, les meilleures performances mondiales de l'année (MPMA) de 2006, 2007, 2008[Note 1] et 2010 sont jamaïcaines. Toujours est-il que la meilleure performance mondiale de ces cinq dernières années a été réalisée en 2009 par l'Américaine Carmelita Jeter en 10 s 64.

Spécificités[modifier | modifier le code]

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Afin de parcourir la distance le plus rapidement possible, le sprinteur doit réaliser au mieux les différentes étapes d'une course, à savoir la réaction à la phase de démarrage, la phase d'accélération et la phase de maintien de vitesse[85]. Le nombre de foulées développées est, en moyenne, de 43 à 46 chez les hommes, et de 47 à 52 chez les femmes.

Départ[modifier | modifier le code]

Photographie d'athlètes en place pour le départ d'un 100 mètres
Placement des athlètes avant le départ

Avant le départ, l'athlète prend position en posant ses pieds dans les Starting-block qu'il a préalablement réglés en fonction de la longueur de ses jambes. La position de l'athlète consiste, à ce moment, à poser un genou à terre, ses deux jambes étant pliées ; ses mains sont posées à terre, en arrière de la ligne blanche de départ. Au premier commandement du starter (« à vos marques », en anglais : « On your marks »), les compétiteurs prennent leur position de départ. Lorsqu'ils ne bougent plus, le starter les avertit du départ imminent (« prêts ? », en anglais : « set ») ; les athlètes se mettent alors en position de déséquilibre, le poids du corps basculant sur les bras. Le genou de la jambe avant forme un angle d'environ 90 degrés, celui de la jambe arrière d'environ 120 degrés[86]. Enfin, le starter donne le signal de départ en tirant un coup de feu en l'air.

Un faux départ est détecté soit visuellement par le starter (ou le starter de rappel), soit automatiquement lorsque le coureur part moins de 100 millièmes[87] après le coup de feu (durée qui correspond au temps minimal que met un signal nerveux pour aller des oreilles aux jambes en passant par le cerveau). Avant 2003, un faux départ par athlète était autorisé[88]. Entre 2003 et 2009, c'est un seul faux départ par course qui fut toléré, l'athlète commettant le deuxième faux départ étant éliminé. Depuis 2010, aucun faux départ n'est toléré[89].

Mise en action[modifier | modifier le code]

Après le jaillissement des Starting-block, le sprinteur, en position inclinée, doit allonger progressivement ses foulées. Cette phase s'accompagne d'un redressement de sa position jusqu’à atteindre sa vitesse maximale. Cette technique de redressement progressif du buste et de la tête durant les premières foulées (plus connue sous le nom de Drive-Phase), est apparue à la fin des années 1990, avec les sprinteurs de l'équipe HSI (Hudson and Smith International), Maurice Greene, Ato Boldon entrainés par John Smith. Il trouve sa position définitive vers la 12e foulée. Une fois à pleine vitesse, il enchaîne environ cinq foulées par seconde. Chaque foulée, qui dépend du gabarit du sprinter, peut mesurer jusqu'à 2,4 m. La foulée se décompose en deux phases : une phase d'appui au sol, qui comprend l'amortissement, le soutien et l'impulsion, et une phase de suspension permettant au coureur de maintenir son équilibre et préparer l'action au sol suivante[90].

Maintien de vitesse et arrivée[modifier | modifier le code]

Certains coureurs naturellement rapides sur 50 ou 60 mètres sont dépassés ensuite, car la vitesse décroît souvent au-delà de six secondes ; seuls la technique et l'entraînement peuvent limiter voire supprimer cette déperdition. Le 100 mètres idéal consisterait donc à décélérer le moins possible en deuxième partie de course. L'athlète doit résister à la fatigue apparaissant dans les vingt derniers mètres, maintenir du relâchement[91] et réussir à maîtriser sa technique afin de conserver sa vitesse le plus longtemps possible jusqu'à la ligne d'arrivée.

Comme pour l'ensemble des courses sur piste, l'arrivée du 100 mètres est jugée lorsque le torse de l'athlète franchit la ligne d'arrivée[92]. Les concurrents peuvent être départagés grâce à la photo-finish et leur temps connu au millième de seconde. En cas d'impossibilité de départager les athlètes, ceux-ci sont classés à égalité[93]. Il arrive que le temps affiché soit corrigé après que les images (photos finish) du film de la course ont été développées et analysées par les juges, qui valident le temps au moment précis où les épaules des athlètes franchissent la ligne[94].

Aspects physiologiques[modifier | modifier le code]

Le sprint, sur des distances de l'ordre de 100 mètres, fait intervenir principalement le métabolisme anaérobie alactique, c'est-à-dire un fonctionnement du muscle sans oxygène et ne produisant pas d'acide lactique. Chez l'humain, l'adénosine triphosphate (ATP) constitue la seule énergie utilisable par le muscle. Lors d'efforts intenses et brefs, le muscle dégrade directement l'ATP en adénosine diphosphate (ADP) et phosphate inorganique. Les réserves d'ATP du muscle s'épuisent en seulement 2 à 3 secondes. La phosphocréatine prend le relais pour régénérer l'ATP (réaction de Lohmann-Lehmann). La phosphocréatine est alors transformée en créatine et phosphate inorganique. La régénération de l'ATP via la phosphocréatine s'épuise au bout de 10 secondes[95], soit environ le temps d'un 100 mètres. Au-delà, le muscle passe à un métabolisme anaérobie lactique.
Cette synthèse de l'ATP via la phosphocréatine permet d'expliquer l'ingestion de compléments alimentaires contenant de la créatine par certains athlètes. Cette consommation augmente la concentration de phosphocréatine dans le muscle et prolonge ainsi la régénération de l'ATP, stimulant de fait la performance lors d'un effort bref et intense tel le sprint[96].

Influences extérieures[modifier | modifier le code]

Conditions climatiques[modifier | modifier le code]

Sur 100 mètres, les performances des athlètes sont fortement dépendantes du vent, un record ne peut ainsi être homologué par vent favorable que si celui-ci a une vitesse inférieure ou égale à 2,0 m/s[97].

De la même façon, une course en altitude est facilitée par la plus faible densité de l'air. Il n'y a cependant pas de restriction sur l'altitude en ce qui concerne l'homologation des records. L'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) estime[85] à propos du record de Jim Hines, que courir à Mexico (2 240 m d'altitude) lui a fourni une aide équivalente à un vent favorable additionnel de 1,5 m/s.

C'est aussi à ce titre que Carl Lewis est entré dans la légende, comme étant le premier sprinteur à avoir effectué un 100 m sous les 10 secondes, 9.99 (chronométrage électronique) dans les basses altitudes, lors des Jeux olympiques d'été de 1984 de Los Angeles (87 m d'altitude).

Piste et matériel[modifier | modifier le code]

La piste d'athlétisme, le vent comme l'équipement personnel du sprinteur influent sur ses performances. Ainsi, les chaussures composées de pointes permettent d'améliorer l'adhérence du coureur et l'effet ressort des appuis en limitant le temps de contact avec la piste. Il existe des chaussures adaptées aux différents types d'appui[98] (coureurs universels, pronateurs, supinateurs). Le vêtement, de par sa résistance au vent et donc son aérodynamisme, rend possible également le gain de quelques centièmes de seconde. C'est pourquoi les sprinteurs portent souvent des tenues proches du corps.

La piste d'athlétisme est généralement divisée en huit voire neuf couloirs, délimités par des bandes blanches. La largeur réglementaire d'un couloir est de 1,22 m[99]. Plusieurs pistes sont reconnues à travers le monde pour être particulièrement rapides. Ainsi, la piste barcelonaise qui accueillit les championnats d'Europe du 26 juillet au 1er juin 2010 a été fabriquée par Mondo, une "Mondotrack FTX", à partir d'une surface synthétique considérée comme la plus rapide jamais développée[100]. C'est cette même firme qui avait conçu la piste des Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin ou celle des Championnats du monde d'athlétisme en salle 2010 à Doha. Le Nid d'oiseau de Pékin possède donc également une piste très rapide[101] comme le Stade olympique de Rome[102]. Le stade de Daegu qui dispose d'une piste similaire bleu clair encore améliorée ne semble pas avoir donné tous les résultats escomptés mais plus en raison du vent (souvent contraire, et par rafales) qu'en raison de la qualité du matériau du revêtement, comme de nombreux analystes l'ont souligné[103].

Performances[modifier | modifier le code]

Record du monde[modifier | modifier le code]

Hommes[modifier | modifier le code]

Le record du monde du 100 mètres masculin est reconnu par l'IAAF depuis 1912. Il connaît sa plus forte progression lors de la période allant des années 1910 aux années 1960, où le chronométrage est effectué au dixième de secondes. L'Américain Don Lippincott est le premier détenteur officiel du record du monde du 100 mètres (10 s 6 en 1912). Vingt-quatre ans plus tard, Jesse Owens réalise quatre dixièmes de mieux lors de son triomphe des Jeux de Berlin. En 1968, Jim Hines devient le premier homme sous les dix secondes : son temps de 9 s 9 est le dernier record mondial battu enregistré par le biais du chronométrage manuel, et sa performance de 9 s 95, réalisée lors des Jeux de Mexico constitue le premier record du monde mesuré électroniquement. En près d'un demi-siècle, le record progresse de près de sept dixièmes de secondes. À partir de 1972, l'évolution des performances reste relativement faible, en dépit des améliorations apportées dans la discipline, telles les pistes en tartan, les chaussures à pointes, les progrès des méthodes d'entraînement ou la professionnalisation de l'athlétisme[104]. Ainsi, le record du monde n'évolue que d'un dixième entre 1968 (9 s 95) et 1994 (9 s 85), et semble se rapprocher des limites physiologiques humaines décrites par les scientifiques[105]. À compter du 1er janvier 1977, l'IAAF n'homologue que les temps mesurés à l'aide du chronométrage électronique[106]. En 1999, Maurice Greene met un coup d'arrêt à cette relative stagnation en améliorant le record mondial de cinq centièmes (9 s 79). En 2008, lors des Jeux de Pékin, Usain Bolt améliore le record du monde avec le temps de 9 s 69. Selon une étude scientifique, le temps aurait été proche des 9 s 60 si le Jamaïcain n'avait écarté les bras et coupé son effort peu avant la ligne d'arrivée[107]. Le 16 août 2009, lors des championnats du monde à Berlin, Usain Bolt se surpasse une nouvelle fois et bat son précédent record de 11 centièmes en faisant un temps de 9 s 58, avec une moyenne de 37,58 km/h[108]. C'est le premier homme à améliorer trois fois de suite ce record du monde et la plus nette amélioration du record depuis le passage au chronométrage électronique en 1968. Ce record va donc au-delà des limites physiologiques anticipées par l'IRMES en 2008, lequel prévoyait une barrière théorique à 9 s 67[109]. Selon une étude néerlandaise publiée par l'université de Tilburg en juillet 2012, la possibilité pour Bolt de courir le 100 m en 9 s 40 est « réalisable »[110]. Toujours selon cette étude, le record du monde possible de manière ultime en ce moment est de 9 s 36[111]. Le chercheur Sander Smeets a obtenu ce résultat en analysant à l'aide de modèles mathématiques et statistiques les temps de référence sur 100 m des 1034 meilleurs athlètes mondiaux depuis 1991. Il a actualisé une étude qu'il avait déjà conduite en 2008, et qui concluait que le « record mondial ultime » se situait à 9 s 51.

Femmes[modifier | modifier le code]

À l'instar de celui des hommes, le record du monde féminin connaît une progression fulgurante entre les années 1930 et les années 1960. Il est reconnu officiellement par l'IAAF depuis 1922. L'Américaine Wilma Rudolph réalise 11 s 2 en 1961, soit une seconde de moins qu'en 1928. En 1977, l'Est-allemande Marlies Göhr améliore considérablement le record mondial féminin en réalisant 10 s 88, soit 13 centièmes de mieux que le précédent record. En 1988, l'Américaine Florence Griffith-Joyner se rapproche un peu plus des performances masculines en signant le temps de 10 s 49 à Indianapolis le 16 juillet 1988. Bien qu’elle n’ait jamais été contrôlée positive, les performances et la mort prématurée de Griffith-Joyner font planer le doute sur son record du monde, qui est, à ce jour, considéré comme quasiment imbattable[112]. Depuis, seules ses compatriotes Marion Jones (10 s 65 en 1998) et Carmelita Jeter (10 s 64 en 2009) sont descendues sous les 10 s 70 même si Christine Arron (10 s 73 en 1998), Shelly-Ann Fraser (10 s 73 en 2009) et Merlene Ottey (10 s 74 en 1996) ont approché cette barre.

Actuels records du monde du 100 mètres [113]
Performance Athlète Date Lieu
Hommes 9 s 58 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt 16 août 2009 Berlin
Femmes 10 s 49 Drapeau : États-Unis Florence Griffith-Joyner 16 juillet 1988 Indianapolis

Records continentaux[modifier | modifier le code]

Continent Hommes Femmes
Temps Athlète Nation Temps Athlète Nation
Afrique (records) 9 s 85 Olusoji Fasuba Drapeau du Nigeria Nigeria 10 s 79 Blessing Okagbare Drapeau du Nigeria Nigeria
Asie (records) 9 s 99 Samuel Francis Drapeau du Qatar Qatar 10 s 79 Li Xuemei Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Europe (records, progression) 9 s 86 Francis Obikwelu Drapeau du Portugal Portugal 10 s 73 Christine Arron Drapeau de la France France
Amérique du Nord, Amérique centrale
et Caraïbes
(records)
9 s 58 (RM) Usain Bolt Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 10 s 49 (RM) Florence Griffith-Joyner Drapeau des États-Unis États-Unis
Océanie (records) 9 s 93 Patrick Johnson Drapeau de l'Australie Australie 11 s 12 (A) Melinda Gainsford-Taylor Drapeau de l'Australie Australie
Confédération sud-américaine d'athlétisme (records) 10 s 00 (A) Robson da Silva Drapeau du Brésil Brésil 11 s 05 Ana Cláudia Lemos da Silva Drapeau du Brésil Brésil

NB : (A) temps réalisé en haute altitude
(RM) record du monde

Records en compétition[modifier | modifier le code]

Continent Hommes Femmes
Temps Athlète Nation Temps Athlète Nation
Jeux olympiques 9 s 63 Usain Bolt Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 10 s 62 Florence Griffith-Joyner Drapeau des États-Unis États-Unis
Championnats du monde 9 s 58 Usain Bolt Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 10 s 70 Marion Jones Drapeau des États-Unis États-Unis
Championnats d'Europe 9 s 99 Francis Obikwelu Drapeau du Portugal Portugal 10 s 73 Christine Arron Drapeau de la France France

Meilleures performances[modifier | modifier le code]

L'Américain Jim Hines fut le premier homme à passer sous les dix secondes, en chronométrage électrique. Néanmoins, Hines avait déjà réalisé une performance similaire quelques mois auparavant lors des Championnats des États-Unis d'athlétisme, pendant la célèbre « Night of speed », mais elle fut invalidée en raison d'un vent trop important. Carl Lewis fut, quant à lui, le premier à courir un 100 mètres en moins de 9 s 9. Cette course, la finale des championnats du monde de Tokyo, fut particulièrement rapide puisque 6 des 8 coureurs ont couru en moins de 9 s 96.

Les coureurs d'origine africaine sont quasiment les seuls à avoir passé la barre des 10 secondes, hormis le métis Australien Patrick Johnson 9 s 93 en 2003 qui est de père blanc Irlandais et de mère noire aborigène d'Australie et le Français Christophe Lemaitre en 2010 qui est le premier blanc sous les dix secondes avec un temps de 9 s 98[27],[66]. Avant eux, le Polonais blanc Marian Woronin avait réalisé un chrono de 9 s 992 en 1982, mais après arrondissement son temps fut homologué en 10 s 00. Certains expliquent cette domination des coureurs noirs par l'influence génétique, notamment le rôle du gène ACTN3 (en)[114] agissant sur les fibres musculaires rapides, qui peut agir au même titre que l'entraînement, le régime ou le comportement de l'athlète[115]. Toutefois, selon le généticien Axel Kahn, « la composante génétique de cette aptitude est probable mais non avérée [et] les gènes responsables [...] ne sont pas clairement déterminés »[116].

Dix meilleures performances de tous les temps[modifier | modifier le code]

Hommes (au 16 juillet 2013)[117]
Temps Vent Athlète Lieu Date
1 9 s 58 +0,9 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt Berlin 2009-08-1616 août 2009
2 9 s 63 +1,5 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt Londres 2012-08-055 août 2012
3 9 s 69 -0,1 Drapeau : Jamaïque Yohan Blake Lausanne 2012-08-2323 août 2012
nul Drapeau : Jamaïque Usain Bolt Pékin 2008-08-1616 août 2008
+2,0 Drapeau : États-Unis Tyson Gay Shanghai 2009-09-2020 septembre 2009
6 9 s 71 +0,9 Drapeau : États-Unis Tyson Gay Berlin 2009-08-1616 août 2009
7 9 s 72 +0,2 Drapeau : Jamaïque Asafa Powell Lausanne 2008-09-022 septembre 2008
+1,7 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt New York 2008-05-3131 mai 2008
9 9 s 74 +1,7 Drapeau : Jamaïque Asafa Powell Rieti 2007-09-099 septembre 2007
10 9 s 75 +1,1 Drapeau : Jamaïque Yohan Blake Kingston 2012-06-2929 juin 2012
+1,1 Drapeau : États-Unis Tyson Gay Des Moines 2013-06-2121 juin 2013
+1,5 Drapeau : Jamaïque Yohan Blake Londres 2012-08-055 août 2012
Femmes (au 29 juin 2012)[118]
Temps Vent Athlète Lieu Date
1 10 s 49 nul Drapeau : États-Unis F. Griffith-Joyner Indianapolis 1988-07-1616 juillet 1988
2 10 s 61 +1,2 Drapeau : États-Unis F. Griffith-Joyner Indianapolis 1988-07-1717 juillet 1988
3 10 s 62 +1,0 Drapeau : États-Unis F. Griffith-Joyner Séoul 1988-09-2424 septembre 1988
4 10 s 64 +1,2 Drapeau : États-Unis Carmelita Jeter Shanghai 2009-09-2020 septembre 2009
5 10 s 65 +1,1 Drapeau : États-Unis Marion Jones Johannesbourg 1998-09-1212 septembre 1998
6 10 s 67 -0,1 Drapeau : États-Unis Carmelita Jeter Thessalonique 2009-09-1313 septembre 2009
7 10 s 70 - 0,1 Drapeau : États-Unis Marion Jones Séville 1999-08-2222 août 1999
+ 0,6 Drapeau : Jamaïque Shelly-Ann Fraser Kingston 2012-06-2929 juin 2012
+1,6 Drapeau : États-Unis F. Griffith-Joyner Indianapolis 1988-07-1717 juillet 1988
+ 2,0 Drapeau : États-Unis Carmelita Jeter Eugene 2011-06-044 juin 2011

Athlètes les plus rapides[modifier | modifier le code]

Hommes (10 premiers, au 24 août 2012)
Temps Vent Athlète Date Lieu
1 9 s 58 +0,9 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt 2009-08-1616 août 2009 Berlin
2 9 s 69 +2,0 Drapeau : États-Unis Tyson Gay 2009-09-2020 septembre 2009 Shanghai
-0,1 Drapeau : Jamaïque Yohan Blake 2012-08-2323 août 2012 Lausanne
4 9 s 72 +0,2 Drapeau : Jamaïque Asafa Powell 2008-09-022 septembre 2008 Lausanne
5 9 s 78 +0,9 Drapeau : Jamaïque Nesta Carter 2010-08-2929 août 2010 Rieti
6 9 s 79 +0,1 Drapeau : États-Unis Maurice Greene 1997-09-1616 septembre 1997 Athènes
+1,5 Drapeau : États-Unis Justin Gatlin 2012-08-055 août 2012 Londres
8 9 s 80 +1,3 Drapeau : Jamaïque Steve Mullings[119] 2011-06-044 juin 2011 Eugene
9 9 s 84 +0,7 Drapeau : Canada Donovan Bailey 1996-07-2727 juillet 1996 Atlanta
+0,2 Drapeau : Canada Bruny Surin 1999-08-2222 août 1999 Séville
Femmes (11 premières, au 30 juin 2012)
Temps Vent Athlète Date Lieu
1 10 s 49 nul Drapeau : États-Unis F. Griffith-Joyner 1988-07-1616 juillet 1988 Indianapolis
2 10 s 64 +1,2 Drapeau : États-Unis Carmelita Jeter 2009-09-2020 septembre 2009 Shanghai
3 10 s 65 +1,1 Drapeau : États-Unis Marion Jones 1998-09-1212 septembre 1998 Johannesburg
4 10 s 70 +0,6 Drapeau : Jamaïque Shelly-Ann Fraser 2012-06-2929 juin 2012 Kingston
5 10 s 73 +2,0 Drapeau : France Christine Arron 1998-08-1919 août 1998 Budapest
6 10 s 74 +1,3 Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey 1996-09-077 septembre 1996 Milan
7 10 s 75 +0,4
+0,1
Drapeau : Jamaïque Kerron Stewart 2009-07-1010 juillet 2009
2009-08-1717 août 2009
Rome
Berlin
8 10 s 76 +1,7 Drapeau : États-Unis Evelyn Ashford 1984-08-2222 août 1984 Zurich
+1,1 Drapeau : Jamaïque Veronica Campbell 2011-05-3131 mai 2011 Ostrava
10 10 s 77 +0,9 Drapeau : Russie Irina Privalova 1994-07-066 juillet 1994 Lausanne
+0,7 Drapeau : Bulgarie Ivet Lalova 2004-09-1919 septembre 2004 Plovdiv

Meilleures performances mondiales de l'année[modifier | modifier le code]

Hommes[modifier | modifier le code]
Meilleures performance mondiales masculines[120]
Année Temps Vent Athlète Lieu Date
1964 10 s 06 1,1 Drapeau : États-Unis Robert Hayes Tokyo 15/10/1964
1965 aucune performance répertoriée
1966
1967
1968 9 s 95 0,3 Drapeau : États-Unis Jim Hines Mexico 14/10/1968
1969 aucune performance répertoriée
1970
1971
1972 10 s 07 0,0 Drapeau : URSS Valeriy Borzov Munich 31/08/1972
1973 aucune performance répertoriée
1974
1975 10 s 05 -1,2 Drapeau : États-Unis Steve Riddick Zurich 20/08/1975
1976 10 s 06 -0,1 Drapeau : Trinité-et-Tobago Hasely Crawford Montréal 24/07/1976
1977 9 s 98 0,6 Drapeau : Cuba Silvio Leonard Guadalajara 11/08/1977
1978 10 s 07 1,7 Drapeau : États-Unis Clancy Edwards Eugene 02/06/1978
1,8 Drapeau : Trinité-et-Tobago Hasely Crawford Colorado Springs 30/07/1978
-0,1 Drapeau : États-Unis Clancy Edwards Zurich 16/08/1978
1979 10 s 01 0,9 Drapeau : Italie Pietro Mennea Mexico 04/09/1979
1980 10 s 02 1,0 Drapeau : États-Unis James Sanford Westwood 11/05/1980
1981 10 s 00 0,0 Drapeau : États-Unis Carl Lewis Dallas 16/05/1981
1982 10 s 00 1,9 Drapeau : États-Unis Carl Lewis Modesto 15/05/1982
1983 9 s 93 1,4 Drapeau : États-Unis Calvin Smith Colorado Springs 03/07/1983
1984 9 s 96 0,1 Drapeau : États-Unis Mel Lattany Athens 05/05/1984
1985 9 s 98 1,6 Drapeau : États-Unis Carl Lewis Modesto 11/05/1985
1986 10 s 00 1,0 Drapeau : Nigeria Chidi Imoh Berlin 15/08/1986
1987 9 s 93 1,0 Drapeau : États-Unis Carl Lewis Rome 30/08/1987
1988 9 s 92 1,1 Drapeau : États-Unis Carl Lewis Seoul 24/09/1988
1989 9 s 94 0,8 Drapeau : États-UnisLeroy Burrell Houston 16/06/1989
1990 9 s 96 0,7 Drapeau : États-Unis Leroy Burrell Villeneuve-d'Ascq 29/06/1990
1991 9 s 86 1,2 Drapeau : États-Unis Carl Lewis Tokyo 25/08/1991
1992 9 s 93 -0,6 Drapeau : États-Unis Michael Marsh Walnut 18/04/1992
1993 9 s 87 0,3 Drapeau : Royaume-Uni Linford Christie Stuttgart 15/08/1993
1994 9 s 85 1,2 Drapeau : États-Unis Leroy Burrell Lausanne 06/07/1994
1995 9 s 91 1,3 Drapeau : Canada Donovan Bailey Montréal 15/07/1995
1996 9 s 84 0,7 Drapeau : Canada Donovan Bailey Atlanta 27/07/1996
1997 9 s 86 0,2 Drapeau : États-Unis Maurice Greene Athènes 03/08/1997
1998 9 s 86 1,8 Drapeau : Trinité-et-Tobago Ato Boldon Walnut 19/04/1998
1999 9 s 79 0,1 Drapeau : États-Unis Maurice Greene Athènes 16/06/1999
2000 9 s 86 -0,2 Drapeau : États-Unis Maurice Greene Berlin 01/09/2000
2001 9 s 82 -0,2 Drapeau : États-Unis Maurice Greene Edmonton 05/08/2001
2002 9 s 89 0,9 Drapeau : États-Unis Maurice Greene Rome 12/07/2002
2003 9 s 93 1,8 Drapeau : Australie Patrick Johnson Mito 05/05/2003
2004 9 s 85 0,6 Drapeau : États-Unis Justin Gatlin Athènes 22/08/2004
2005 9 s 77 1,6 Drapeau : Jamaïque Asafa Powell Athènes 14 juin 2005
2006 9 s 77 1,5 Drapeau : Jamaïque Asafa Powell Gateshead 11/06/2006
1,0 Drapeau : Jamaïque Asafa Powell Zurich 18 août 2006
2007 9 s 74 1,7 Drapeau : Jamaïque Asafa Powell Rieti 09/09/2007
2008 9 s 69 0,0 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt Pékin 16/08/2008
2009 9 s 58 0,9 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt Berlin 16/08/2009
2010 9 s 78 -0,4
0,9
Drapeau : États-Unis Tyson Gay
Drapeau : Jamaïque Nesta Carter
Londres
Rieti
13/08/2010
29/08/2010
2011 9 s 76 1,3 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt Bruxelles 16/09/2011
2012 9 s 63 +1,5 Drapeau : Jamaïque Usain Bolt Londres 05/08/2012
2013 9 s 75 +1,1 Drapeau : États-Unis Tyson Gay Des Moines 21/06/2013
Femmes[modifier | modifier le code]
Meilleures performance mondiales féminines[121]
Année Temps Vent Athlète Lieu Date
1964 aucune performance répertoriée
1965
1966
1967
1968 11 s 08 1,2 Drapeau : États-Unis Wyomia Tyus Mexico 15/10/1968
1969 aucune performance répertoriée
1970
1971
1972 11 s 07 -0,2 Drapeau : Allemagne de l'Est Renate Stecher Munich 02/09/1972
1973 11 s 07 1,8 Drapeau : Allemagne de l'Est Renate Stecher Dresde 20/07/1973
1974 aucune performance répertoriée
1975
1976 11 s 01 0,6 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Annegret Richter Montréal 25/07/1976
1977 10 s 88 2,0 Drapeau : Allemagne de l'Est Marlies Göhr Dresde 01/07/1977
1978 10 s 94 1,4 Drapeau : Allemagne de l'Est Marlies Göhr Dresde 12/08/1978
1979 10 s 97 0,8 Drapeau : Allemagne de l'Est Marlies Göhr Dresde 13/06/1979
0,9 Drapeau : États-UnisEvelyn Ashford Walnut 16/06/1979
1980 10 s 93 2,0 Drapeau : Allemagne de l'Est Marlies Göhr Dresde 24/05/1980
1981 10 s 90 0,6 Drapeau : États-Unis Evelyn Ashford Colorado Springs 22/07/1981
1982 10 s 88 1,9 Drapeau : Allemagne de l'Est Marlies Göhr Karl-Marx-Stadt 06/07/1982
1983 10 s 79 0,6 Drapeau : États-Unis Evelyn Ashford Colorado Springs 03/07/1983
1984 10 s 76 1,7 Drapeau : États-Unis Evelyn Ashford Zurich 22/08/1984
1985 10 s 86 2,0 Drapeau : Allemagne de l'Est Marlies Göhr Berlin 22/09/1985
1986 10 s 88 1,9 Drapeau : États-Unis Evelyn Ashford Rieti 07/09/1986
1987 10 s 86 0,8 Drapeau : Bulgarie Anelia Nuneva Belgrade 17/06/1987
0,6 Drapeau : Allemagne de l'Est Silke Möller Potsdam 20/08/1987
1988 10 s 49 0,0 Drapeau : États-Unis Florence Griffith-Joyner Indianapolis 16/07/1988
1989 10 s 78 1,8 Drapeau : États-Unis Dawn Sowell Provo 03/06/1989
1990 10 s 78 1,7 Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey Séville 30/05/1990
1991 10 s 79 1,7 Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey Vigo 23/07/1991
1992 10 s 80 1,6 Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey Salamanque 13/07/1992
1993 10 s 82 1,5 Drapeau : États-Unis Gail Devers Lausanne 07/07/1993
0,3 Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey Stuttgart 16/08/1993
1994 10 s 77 0,9 Drapeau : Russie Irina Privalova Lausanne 06/07/1994
1995 10 s 84 1,4 Drapeau : États-Unis Gwen Torrence Göteborg 07/08/1995
1996 10 s 74 1,3 Drapeau : Jamaïque Merlene Ottey Milan 07/09/1996
1997 10 s 76 0,9 Drapeau : États-Unis Marion Jones Bruxelles 22/08/1997
1998 10 s 65 1,1 Drapeau : États-Unis Marion Jones Johannesburg 12/09/1998
1999 10 s 70 -0,1 Drapeau : États-Unis Marion Jones Séville 22/08/1999
2000 10 s 78 1,1 Drapeau : États-Unis Marion Jones Londres 05/08/2000
2001 10 s 82 -0,3 Drapeau : Ukraine Zhanna Block Edmonton 06/08/2001
2002 10 s 83 0,4 Drapeau : Ukraine Zhanna Block Heusden-Zolder 20/07/2002
2003 10 s 86 1,2 Drapeau : États-Unis Chryste Gaines Monaco 14/09/2003
2004 10 s 77 0,7 Drapeau : Bulgarie Ivet Lalova Plovdiv 16/06/2004
2005 10 s 84 1,9 Drapeau : Bahamas Chandra Sturrup Lausanne 05/07/2005
2006 10 s 82 -0,7 Drapeau : Jamaïque Sherone Simpson Kingston 24/06/2006
2007 10 s 89 1,0 Drapeau : Jamaïque Veronica Campbell Kingston 23/06/2007
2008 10 s 78 1,8 Drapeau : États-Unis Torri Edwards Eugene 28/06/2008
0,0 Drapeau : Jamaïque Shelly-Ann Fraser Pékin 17/08/2008
2009 10 s 64 1,2 Drapeau : États-Unis Carmelita Jeter Shanghai 20/09/2009
2010 10 s 78 0,8 Drapeau : Jamaïque Veronica Campbell-Brown Eugene 03/07/2010
2011 10 s 70 2,0 Drapeau : États-Unis Carmelita Jeter Eugene 04/06/2011
2012 10 s 70 0,6 Drapeau : Jamaïque Shelly-Ann Fraser-Pryce Kingston 29 juin 2012
2013 10 s 71 -0,3 Drapeau : Jamaïque Shelly-Ann Fraser-Pryce Moscou 10 août 2013

Athlètes sous les 10 secondes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Barrière des dix secondes.

Dopage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dopage (sport).
Photographie de Marion Jones à l'arrivée d'une course
La sprinteuse américaine Marion Jones a avoué en 2007 avoir eu recours au dopage

Les cas de dopage sont sévèrement sanctionnés lors des championnats de haut niveau comme l'illustre le cas du Canadien Ben Johnson, à la fois pour préserver l'image du sport et protéger la santé des athlètes. Ceci n'empêche pas les cas de dopage de toucher le 100 mètres de manière récurrente, au cours des vingt dernières années[122].

Après une course ou pendant les périodes d'entraînement, les athlètes sont soumis à des contrôles anti-dopages, via des analyses de sang ou d'urine. En 2010, l'IAAF a procédé à 4 310 contrôles[123]. Toutefois, selon Dwain Chambers, sprinter anglais convaincu de dopage aux stéroïdes en 2003, les contrôles sont très « faciles à fausser »[124]. Les hormones de croissance, produit efficace très utilisé par les athlètes, sont difficilement détectables. Les sprinteurs américains Justin Gatlin[125] ou Tim Montgomery[126] (alors détenteur du record du monde de la distance) ont été également contrôlés positifs. Mi-juillet 2013, les autorités révèlent qu'Asafa Powell et Sherone Simpson ont subi un contrôle antidopage positif. Le même jour, Tyson Gay est également mis en cause par l'Agence américaine antidopage (USADA) pour un contrôle positif à une substance interdite lors d'un contrôle effectué le 16 mai hors compétition.

Chez les femmes, les performances de Florence Griffith-Joyner ont toujours créé la polémique. En effet, ses records irréels sur 100 mètres (10 s 49) et 200 mètres (21 s 34), encore inaccessibles de nos jours, et sa mort prématurée ont nourri des soupçons concernant son dopage. Si celle-ci ne fut jamais contrôlée positive, ses transformations physiques ne laissent guère de doutes[82]. Avec la chute du Mur de Berlin en 1990, les archives de la Stasi laissent suggérer que le dopage était institutionnalisé sous le régime de la République démocratique allemande. De nombreux athlètes parmi lesquels Marlies Göhr auraient reçu de hautes doses d'Oral-Turinabol en 1983 et 1984. En 1993, la championne est-allemande Katrin Krabbe est convaincue de dopage au clenbuterol, substance interdite[127]. Plus récemment, en 2007, la multi-médaillée Marion Jones a avoué s'être dopée[83], tandis que Kelli White qui remporta les deux médailles d'or du sprint lors des Championnats du monde 2003 à Paris-Saint-Denis fut contrôlée positive au modafinil et déchue de ses titres mondiaux[128]. Le titre mondial 2003 revient alors à Torri Edwards, laquelle est reconnue coupable de dopage à la nicéthamide en 2004, et est suspendue deux ans[129]. Enfin en 2011, l'Ukrainienne Zhanna Pintusevich-Block, championne du monde 2001 est sous le coup d'une enquête pour des soupçons de dopage en lien avec l'affaire Balco[130].

Entraînement[modifier | modifier le code]

L'entraînement spécifique au sprint se divise en plusieurs axes de travail parmi lesquels se trouvent l'aérobie et le travail musculaire, le départ et la mise en action, la technique et la fin de course[131]. La masse musculaire naturelle est composée de fibres rouges ou fibres lentes et de fibres blanches ou fibres rapides, ainsi que de fibres indéterminées ou neutres qui s'apparenteront aux fibres rouges ou blanches suivant l'entraînement accompli. Ainsi, chez un sprinteur, la proportion de fibres rapides peut atteindre 85 %, contre seulement 15 % chez un marathonien[132]. L'entraînement sportif pour le 100 mètres consiste à travailler le départ grâce à des exercices de concentration. Il vise également à développer la puissance musculaire de l'athlète par la musculation et le travail en charge. Le sprinteur travaille ses départs et son explosivité en traînant derrière lui des disques de poids qui lui sont rattachés par des cordes ou des sangles. Des exercices de Préparation Physique Généralisée (PPG) et de Préparation Physique Spécifique (PPS) sont nécessaires tout comme les exercices de talon fessiers, de genoux abdomen. Le travail de la technique gestuelle, la course en côte comme les foulées bondissantes sont également efficaces. En fonction du style de course, l'entraînement doit s'adapter au profil du coureur. Un travail sur la foulée (cycle avant ou cycle arrière) et les appuis est incontournable.
Des répétitions de 200 m à 600 m à allure élevée (120 à 140 % de la VMA) sont courues sur pistes pour permettre à l'athlète de maintenir plus longtemps sa vitesse de pointe et d'être endurant.

Revenus et dépenses[modifier | modifier le code]

Les performances exceptionnelles de Bolt, régulièrement nommé comme sportif ou athlète de l'année lors de remises de prix, ont eu pour conséquence d'attirer toujours plus de sponsors. Usain Bolt est ainsi devenu en 2010, l'athlète le mieux payé au monde avec un contrat de 24 millions de dollars sur trois ans avec son équipementier Puma[133]. Pour ce qui est des meetings, les meilleurs athlètes peuvent être rémunérés pour leur simple participation, sans présager de leur résultat. Par exemple, la participation de Usain Bolt au Meeting Areva en 2010 lui a rapporté 250 000 dollars[134].

Une victoire en meeting donne droit à une prime, par exemple le vainqueur du 100 m au meeting Lille Métropole en 2010 reçoit 2 000 euros[135].

Ces chiffres sont à mettre en perspective avec la relative simplicité du matériel nécessaire, une paire de pointes coûtant autour d'une centaine d'euros.

Médiatisation[modifier | modifier le code]

Discipline reine de l'athlétisme de par l'intensité et le caractère spectaculaire de l'épreuve, le 100 mètres réalise des audiences télévisées considérables : la finale de 100 mètres aux Championnats du monde d'athlétisme 2009 avec le record du monde de Bolt a attiré 33 millions de téléspectateurs dans le monde — soit la 4e meilleure audience de l'année 2009 pour un événement sportif[136]. La victoire de Christophe Lemaitre en finale du 100 mètres aux Championnats d'Europe d'athlétisme 2010, a quant à elle réuni 5,5 millions de téléspectateurs en France[137].

Autre preuve de la grande notoriété du 100 mètres, le million de demandes reçues par les organisateurs pour assister à la finale du 100 mètres des JO 2012 de Londres[138],[139].

Déclinaisons du 100 mètres[modifier | modifier le code]

60 mètres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 60 mètres (athlétisme).

En salle, le 100 mètres est généralement remplacé par le 60 mètres par manque de place, les pistes couvertes ne disposant que très rarement d'une ligne droite de 100 mètres. Sur 60 mètres, compte tenu de la distance, le temps de réaction au départ et la mise en action sont prépondérants. De ce fait, certains sprinteurs font l'impasse sur la saison hivernale. Il existe néanmoins des 60 mètres courus en plein air, et il fut épreuve olympique chez les hommes aux Jeux olympiques d'été de 1900 et de 1904[140].

Le record du monde est détenu par l'Américain Maurice Greene en 6 s 39 chez les hommes, et par la Russe Irina Privalova en 6 s 92 chez les femmes[141].

4 × 100 mètres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Relais 4 × 100 mètres.

Cette épreuve consiste en la succession de relais pour quatre athlètes qui doivent chacun parcourir une distance avoisinant les 100 mètres et se transmettre un témoin (sous forme de bâton cylindrique). Le coureur qui va recevoir le témoin prend son élan dans une zone d’élan, la transmission du témoin se passe dans une zone de transmission de 20 mètres. Si le passage du témoin est réalisé avant ou après cette zone, l’entièreté du relais est disqualifiée à la suite de la course[142].

100 mètres lancé[modifier | modifier le code]

On parle de 100 mètres lancé pour les courses d'une distance supérieure ou pour les relais, notamment 4 × 100 m, afin de désigner une course de 100 m (accompagnée en général de son temps) dont le début théorique est situé après le départ réel. Théoriquement, un 100 m lancé peut permettre de courir la distance encore plus vite. Il n'y a ni statistiques officielles ni record officiel. Toutefois, en 2008 lors de la finale du 4 × 100 m hommes aux Jeux olympiques, Asafa Powell boucla son passage en 8 s 70[143]. C'est aussi le cas d'Usain Bolt lors du record du monde du relais 4 × 100 m des JO de Londres en 36 s 84[144].

100 mètres handisport[modifier | modifier le code]

Le 100 mètres handisport est une des épreuves d'athlétisme handisport. Elle se court en fauteuil ou debout. Peuvent y participer les amputés inférieurs comme supérieurs, les Infirmes Moteurs Cérébraux (IMC) debout ou en fauteuil, les déficients visuels ou auditifs et les athlètes en fauteuil roulant (paraplégiques, tétraplégiques)[145]. Des catégories sont constituées selon le handicap des athlètes[146].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence de base, tous utilisés pour la rédaction de cet article.

  • Wojciech Liponski, L'encyclopédie des sports, Poznan, Atena, réédition 1993 (édition française, Paris, Grund et UNESCO, 2005) (ISBN 2700012275)
  • Gilles Navarro, Athlétisme, les records du siècle - Le Livre d'or, Solar,‎ 1999 (ISBN 978-2-263-02786-4)
  • Robert Parienté et Alain Billouin, La fabuleuse histoire de l'Athlétisme, Paris, Minerva,‎ 2003 (ISBN 978-2-8307-0727-4)
  • (en) Joseph L. Rogers, USA Track & Field Coaching Manual, Human Kinetics,‎ 2000 (ISBN 978-0-88011-604-6, lire en ligne)
  • (en) Edward Seldon Sears, Running Through the Ages, McFarland,‎ 2001 (ISBN 978-0-7864-0971-6, lire en ligne)
  • Yaya Koné, Anthropologie de l'athlétisme en Afrique de l'Ouest, La condition d'athlète, Paris, L'Harmattan,‎ 2011 (ISBN 978-2-296-56181-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La MPMA (10 s 78) de 2008 est codétenue par l'américaine Torri Edwards avec un vent plus favorable que celui de l'autre codétentrice Shelly-Ann Fraser

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri-Irénée Marrou, Histoire de l'éducation dans l'Antiquité. I : le monde grec, Paris, Seuil, coll. « Points »,‎ 1981 (1re édition 1948) (ISBN 2-02-006014-0), page 182
  2. Stephen G. Miller (trad. Lydie Échasseriaud), « Organisation et fonctionnement des Jeux olympiques », dans Alain Pasquier, Olympie, actes du cycle de conférences organisées au musée du Louvre du 18 janvier au 15 mars 1999, Paris, la Documentation française et le musée du Louvre,‎ 2001 (ISBN 2-11-004780-1), p. 75-125
  3. Pausanias, VI, 13, 4.
  4. (en) « Hunt turns from food to medals », The Times (consulté le 4 juin 2011)
  5. « Histoire des Jeux antiques », Site des Jeux olympiques de 2008 (consulté le 4 juin 2011)
  6. Parienté & Billouin 2003, p. 192
  7. Wojciech Liponski, L'encyclopédie des sports, Poznan, Atena, Paris, Grund et UNESCO, 2005, p. 119 (ISBN 2700012275)
  8. (en)[PDF]Compte-rendu d'un meeting d'athlétisme en 1880, archives du New York Times, consulté le 16 novembre 2008.
  9. (en) « Les débuts des starting-blocks, le crouch start », Site Track Pathos (consulté le 25 mai 2011)
  10. (en) « Résultats des Championnats des États-Unis », Site Track and Field News.com (consulté le 16 novembre 2008)
  11. Sears 2001, p. 86
  12. (en) Bernie Wefers introduit à l'USA Hall of Fame en 2008, supersport.co.za, consulté le 19 novembre 2008.
  13. « Les grands moments de l'athlétisme », Dyligences, décembre 2005.
  14. a et b (en) « Symbols and traditions - Amateurism », USA Today,‎ 12 juillet 1999
  15. (en) Biographie de Franck Jarvis, Nationmaster.com, consulté le 17 novembre 2008
  16. Article sur Archie Hawn sur le site johistoire, consulté le 20 novembre 2008
  17. (en) « Biographie de Reginald Walker », Site biographybase.com (consulté le 20 novembre 2008)
  18. (en) « 100 years of the 100 metres World record – IAAF Centenary », IAAF,‎ 6 juillet 2012
  19. (en) Informations sur Howard Drew, site de l'African American Registry, consulté le 20 novembre 2008
  20. (en) « Paddock smashes 4 world's records - 24 avril 1921 », The New York Times (consulté le 24 mai 2011)
  21. (en) Harold Abrahams dans la mémoire du sport britannique, English Heritage, consulté le 20 novembre 2008
  22. (en) « Biographie de Percy Williams », Panthéon des sports canadiens (consulté le 25 mai 2011)
  23. À l'origine, les startings-blocks étaient interdits, Sport.fr, consulté le 20 novembre 2008
  24. (en) Biographie d'Eddie Tolan sur le site USA Track and Field, consulté le 20 novembre 2008
  25. (en) « Greatest 45 minutes ever in sports », Site sportsillustrated.com,‎ 24 mai 2010
  26. Jesse Owens, le héros de Berlin, site du Comité international olympique, consulté le 20 novembre 2008
  27. a et b Nicolas Herbelot, « Sprinteur, mais blanc », dans L'Équipe du mercredi 5 août 2009, p. 9.
  28. (en) « Former Sprinter Clyde Jeffrey Dies At 88 », Site de l'Université Stanford,‎ 26 septembre 2006
  29. (en) « Biographie de Harold Davis », USATF - Hall of Fame (consulté le 24 mai 2011)
  30. (en) Article consacré à Barney Ewell après sa mort, New York Times, 5 avril 1996
  31. (en) « Biographie de Harrison Dillard », Site clevelandseniors.com (consulté le 24 mai 2011)
  32. L'incroyable histoire de Lindy Remigino, Sportstar, consulté le 17 novembre 2008
  33. Parienté & Billouin 2003, p. 72
  34. Vidéo de la finale olympique de 1960 remportée par Armin Hary, youtube.com
  35. (en) Biographie de Bob Hayes, Sport illustrated, 19 septembre 2002
  36. Parienté & Billouin 2003, p. 81
  37. (en) Biographie de Jim Hines, USA Track and Field, consulté le 18 novembre 2008
  38. Vidéo de la finale des Jeux olympiques de 1968, Youtube.com
  39. La carrière de Valeriy Borzov, sport24.com, consulté le 18 novembre 2008
  40. (en) Entretien avec Don Quarrie 30 ans après les Jeux de Montréal, sportsjamaica.com, consulté le 18 novembre 2008
  41. (en) « Allan Wells 1980 Moscow Olympics » (consulté le 18 novembre 2008)
  42. [PDF]« Carl Lewis, un coureur en or », entretiens sur le site du CIO, consulté le 19 novembre 2008
  43. (en) Biographie de Carl Lewis, USA Track and Field, consulté le 19 novembre 2008
  44. Parienté & Billouin 2003, p. 93
  45. Vidéo de la finale des Mondiaux de Rome, Youtube.com
  46. « Il était une fois les Jeux, le fait Ben Johnson », Eurosport.fr, consulté le 19 novembre 2008
  47. (en) Biographie de Leroy Burrel, Site uhcougars.cstv.com, consulté le 19 novembre 2008.
  48. (en) Biographie de Linford Christie, Site ukathletics.net, consulté le 19 novembre 2008
  49. Leroy Burrell bat le record du monde du 100 mètres, site en ligne de l'Humanité, 7 juillet 1994
  50. Avec Bailey et Surin, le sprint américain devient canadien, site en ligne de l'Humanité, 7 août 1995
  51. Bailey au panthéon des sports canadiens, Canada Sport Hall of Fame, consulté le 19 novembre 2008
  52. (en) Biographie de Maurice Greene, Sport Illustrated, consulté le 19 novembre 2008
  53. Les dessous de l'affaire Balco, site en ligne de l'Express, 14 mars 2005
  54. Condamnation de Tim Montgomery, site en ligne du Nouvel observateur, 10 octobre 2008
  55. (en) « Collins crowned sprint king », BBC Sport,‎ 25 août 2003
  56. (en) « Gatlin guns to 100m glory », BBC Sport,‎ 22 août 2004
  57. (en) « Asafa Powell one stylish record holder », MSNBC,‎ 17 juin 2005
  58. Gatlin toujours le roi, site en ligne de Radio-Canada, 7 août 2005
  59. Dopage, et maintenant Gatlin, site en ligne de La Dépêche, 31 juillet 2006
  60. (en) « Tyson Gay, one mission completed, more to come », sur osaka2007.iaaf.org,‎ 27 août 2007
  61. Nouveau record du monde en 9 s 74 pour Asafa Powell, AFP, 9 septembre 2007
  62. « Bolt en 9 s 72 ! », Eurosport.fr,‎ 1er juin 2008
  63. Usain Bolt fait entrer le 100 m dans le XXIe siècle, AFP, 16 août 2008
  64. « Usain Bolt champion olympique au terme d'un 100 m ahurissant » », Site en ligne du Nouvel Observateur,‎ 16 août 2008
  65. « FOUDROYANT ! », titre L'Équipe du 17 août 2009, sur toute la largeur de sa une.
  66. a et b « Lemaître 9"98 », L'Équipe,‎ 9 juillet 2010
  67. « Championnats d'Europe d'athlétisme: triplé historique pour Lemaître avec le relais 4 x 100 m », Le Point,‎ 1er août 2010
  68. (en) Ivan Tchechankov, « 2011 already a record-breaking year for the men’s 100 metres - Updated », sur www.iaaf.org (consulté le 3 septembre 2011)
  69. (en) « 2011 Toplists 100 m - o », sur www.iaaf.org (consulté le 3 septembre 2011)
  70. (en) « All-time Toplists 100 m - o », sur www.iaaf.org (consulté le 3 septembre 2011)
  71. « Asafa Powell forfait pour le 100m », sur www.rtbf.be (consulté le 3 septembre 2011)
  72. Salif Diallo, « Le président de l’IAAF exclut tout retour sur la règle du faux départ », sur www.aps.sn (consulté le 3 septembre 2011)
  73. « Finale du 100m: Lemaitre 4ème, Yohan Blake champion du monde », sur www.liberation.fr (consulté le 3 septembre 2011)
  74. Parienté & Billouin 2003, p. 877
  75. (en) « Could This Women's World Champ Be a Man? », TIME,‎ 21 août 2009
  76. (en) « Fanny Blankers-Koen - Woman athlete of the 20th century », Site de The Independant,‎ 27 janvier 2004
  77. (en) « Biographie de Marjorie Jackson », Site lithgow.com (consulté le 24 mai 2011)
  78. (en) « Rudolph ran and world went wild », ESPN.com (consulté le 23 mai 2011)
  79. (en) « Biographie de Wyomia Tyus », USATF (consulté le 25 mai 2011)
  80. (en) « Records du 100 mètres », IAAF (consulté le 24 mai 2011)
  81. (en) « Résultats des Championnats du monde de 1987 », IAAF (consulté le 24 mai 2011)
  82. a et b « Griffith-Joyner: la comète s'éteint - L'Américaine, sulfureuse reine du sprint, meurt à 38 ans. », Libération.fr (consulté le 24 mai 2011)
  83. a et b (en) « Marion Jones's fall from grace », BBC Sport,‎ 11 janvier 2008
  84. « Nesterenko en a profité », Eurosport.fr,‎ 21 août 2004
  85. a et b (en) (en) « 100m - For the expert », sur Site de l'IAAF
  86. (en) « Starting Blocks », Site athletesacceleration.com (consulté le 4 juin 2011)
  87. (en) « Règle 161.2 - Competition Rules 2010-2011 », IAAF (consulté le 24 mai 2011)
  88. (en) « Sprinters under new false-start orders », Site guardian.co.uk,‎ 1er février 2003
  89. (en) « IAAF tightens false start rules », ESPN,‎ 12 août 2009
  90. « Biomécanique : coureur et ressort », Site volodalen.com (consulté le 4 juin 2011)
  91. Isabelle Musy, Relâchement et décontraction maximaux, Le Temps,‎ 20 août 2009
  92. (en) « Règle 164 - Competition Rules 2010-2011 », IAAF (consulté le 23 mai 2011)
  93. (en) « Règle 167 - Competition Rules 2010-2011 », IAAF (consulté le 25 mai 2011)
  94. (fr) Pourquoi les photos finish sont-elles incompréhensibles ?, Télérama, 8 août 2009
  95. Véronique Billat, « Physiologie et méthodologie de l'entraînement: De la théorie à la pratique », De Boeck (consulté le 1er juin 2011)
  96. Jacques R. Poortmans et Nathalie Boisseau, « Biochimie des activités physiques », De Boeck (consulté le 3 juin 2011)
  97. (en) « Règle 260.22.d - Competition Rules 2010-2011 », IAAF (consulté le 23 mai 2011)
  98. « Podologie : les chaussures », Site volodalen.com (consulté le 5 juin 2007)
  99. (en) « Règle 160.4 - Competition Rules 2010-2011 », IAAF (consulté le 25 mai 2011)
  100. La piste la plus rapide du monde inaugurée à Barcelone, www.sportweek.fr, 17 avril 2010
  101. (en) « Beijing Running Track Will Be The Fastest Ever », sur www.designnews.com,‎ 15 août 2008
  102. (en) « Bolt to run Rome, by Alfons Juck », sur www.runblogrun.com,‎ 28 janvier 2011
  103. Pierre-Jean Vazel, « Athlétisme : pourquoi la piste de Daegu est-elle bleue ? », Le Monde,‎ août 2011
  104. Athlétisme : l'énigme musculaire des sprinters, site en ligne des Echos, 19/08/2008
  105. La fin du « Citius », site de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, consulté le 15 septembre 2008
  106. Wojciech Liponski, op. cit., p. 119
  107. (en) « How much faster could Usain Bolt have gone? », New Scientist,‎ 10 septembre 2008
  108. L'Équipe du 17 août 2009, p. 3.
  109. « Usain Bolt, au-delà des limites », Le Temps,‎ 24 août 2009
  110. (fr) Usain Bolt en 9"40 ? « Réalisable », L'Équipe, le 25 juillet 2012
  111. (fr) Le 100 mètres en 9.40 est "réalisable", selon une étude néerlandaise, Le Monde, le 25 juillet 2012
  112. « Le temps des records est compté », Libération,‎ 17 décembre 2007
  113. (en) « Records du monde du 100 m », sur iaaf.org (consulté le 12 décembre 2011)
  114. (en) « ACTN3 Genotype Is Associated with Human Elite Athletic Performance », The American Journal of Human Genetics (consulté le 25 mai 2011)
  115. « Christophe Lemaitre, une exception à la règle génétique », Le Télégramme,‎ 9 juillet 2010 (consulté le 10 juillet 2010)
  116. Nicolas Herbelot, « L'étonnante exception », L'Équipe,‎ 10 juillet 2010, p. 2
  117. (en) Men 100 Metres All Time, site de l'IAAF, consulté le 30 juin 2012
  118. (en) Women 100 Metres All Time, site de l'IAAF, consulté le 30 juin 2012
  119. a et b Très forte présomption de dopage car il a été convaincu de dopage quelques semaines après seulement
  120. Meilleures performances mondiales masculines, site Apulanta.fi, consulté le 15 septembre 2008
  121. Meilleures performances mondiales féminines, site Apulanta.fi, consulté le 15 septembre 2008
  122. (en) « Olympic Sprint Overshadowed by Doping Past », Spiegel Online,‎ 13 août 2008
  123. (en) « Annual Doping Control Statistics », IAAF (consulté le 26 mai 2011)
  124. (en) « 'Walking junkie' Chambers reveals full extent of his drug use », Site guardian.co.uk,‎ 2 mars 2009
  125. (en) « Gatlin admits failing drugs test », BBC Sport,‎ 29 juillet 2006
  126. (en) « Montgomery Admits Using Drugs Before Games », The New York Times,‎ 25 novembre 2008
  127. Parienté & Billouin 2003, p. 890
  128. (en) « Sprinter reveals career demise », USA TODAY,‎ 2 décembre 2004
  129. (en) « Edwards' appeal against two-year ban fails », The Telegraph,‎ 18 août 2004
  130. (en) « Ex-sprint champ Zhanna Block in doping probe », USA Today,‎ 24 mars 2011
  131. (fr) « Christophe Lemaître : «Logique» », sur L'Équipe (consulté le 8 juin 2011)
  132. Hervé Guénard, Physiologie humaine, Pradel,‎ 2001, page 562
  133. « 24M$: Usain Bolt devient l’athlète le mieux payé au monde ! », Site sportune.fr,‎ 26 août 2010
  134. « 250 000$ pour faire venir Usain Bolt au meeting Areva de Saint-Denis », Site sportune.fr,‎ 15 juillet 2010
  135. « Dotations du meeting », Meeting Lille Métropole,‎ 6 août 2010
  136. (en) « Champions League final tops Super Bowl for TV market », BBC Sport,‎ 31 janvier 2010
  137. « La fusée Lemaître décolle », Le Point,‎ 5 août 2010
  138. « Un million de demandes pour le 100m », L'Équipe,‎ 20 mai 2011
  139. (en) « London 2012: One million bid for Olympics 100m tickets », BBC,‎ 20 mai 2011
  140. (en) « OLYMPIC GAMES MEDALLISTS - ATHLETICS (MEN) », sur www.gbrathletics.com (consulté le 15 décembre 2011)
  141. (en) « Records du 60 mètres », IAAF (consulté le 25 mai 2011)
  142. (en) « Règle 170.14 - Competition Rules 2010-2011 », IAAF (consulté le 24 mai 2011)
  143. (en) « Asafa Powell or Bob Hayes – World’s Fastest 100 meters? », Site speedendurance.com (consulté le 24 mai 2011)
  144. (en) « Usain Bolt: the Fastest Relay Split in 4×100? », Site speedendurance.com (consulté le 7 septembre 2012)
  145. « Présentation de l'athlétisme handisport », Site athletisme-handisport.org (consulté le 25 mai 2011)
  146. (en) « Classification Handbook », International Paralympic Committee (consulté le 25 mai 2011)
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 14 juin 2011 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.