Stanisława Walasiewicz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stanisława Walasiewicz

Stanisława Walasiewicz (alias Stella Walsh, 11 avril 19114 décembre 1980) était une athlète polonaise, naturalisée américaine en 1947. Elle aurait établi 100 records mondiaux et/ou nationaux, dont 51 records en Pologne, 18 records mondiaux, 8 records européens, et gagné la médaille d'or aux 100 mètres des JO de 1932 et celle d'argent en 1936, avant d'être accusée, cinquante ans plus tard, d'être hermaphrodite.

Courant pour la Pologne, elle remporta le 100 mètres lors des Jeux de Los Angeles en 1932, égalant le record du monde alors fixé à 11,9 secondes (le 100 m.), et la médaille d'argent aux Jeux de Berlin en 1936. Athlète célèbre aux Etats-Unis, elle fut tuée par une balle perdue lors d'une fusillade à Cleveland (Ohio).

Les JO de 1928 et les années 1930[modifier | modifier le code]

Née dans le Powiat de Brodnica, Stanisława Walasiewicz vécut dès l'âge de 3 mois à Cleveland, Ohio.

En 1928, ne pouvant rejoindre l'équipe olympique américaine malgré le soutien de la presse locale, en raison de sa nationalité polonaise, elle rejoint le Sokół, une organisation sportive connue dans la diaspora, après avoir vu les succès de Halina Konopacka (médaille d'or au lancer de disque des JO de 1928). Après sa médaille d'or des JO de 1932, elle obtint six médailles d'or aux championnats de Varsovie, malgré une blessure dans la saison. Le 17 septembre 1932, à Poznań, elle battit deux records mondiaux le même jours : 7,4 secondes pour le 60 mètres et 11,8 secondes pour le 100 mètres, avant de battre son record personnel et mondial en faisant 7,3 secondes pour 60 mètres à Lviv la semaine d'après.

Sa médaille d'or des JO de 1932, accompagnée d'une sixième place au lancer de disque, lui valut l'acclamation immédiate de son pays natal et la Croix du mérite (en).

Au summum de sa carrière, elle courut alors aussi dans diverses compétitions américaines. Elle gagna son dernier titre aux États-Unis en 1951, et fut inscrite dans le Hall of Fame en 1975, un an après sa création.

JO de 1936[modifier | modifier le code]

Aux JO de 1936, détentrice du record mondial, elle n'arriva que deuxième derrière Helen Stephens, qui fut contrainte à se soumettre à une inspection génitale afin pour qu'on s'assure de son sexe féminin.

Elle se maria en 1947 et prit le nom de Stella Walsh Olson, prenant alors la nationalité américaine. Elle fut tuée lors d'un braquage à Cleveland.

Les questions à l'autopsie[modifier | modifier le code]

Après sa mort, une autopsie fut menée et aboutit à la conclusion qu'elle était hermaphrodite, certaines sources affirmant qu'elle était à la fois de chromosome XX et XY (en)[1]. Un journal local avait en effet accusé l'ex-sportive d'être un homme, contraignant les autorités locales à pratiquer une autopsie au cours de laquelle ils avaient conclus qu'elle possédait des organes génitaux masculins, sans se prononcer sur les chromosomes[2].

Ses médailles n'ont pas été annulées. La presse locale fit état de témoignages d'enfance selon lesquels tout cela était connu depuis longtemps.

Stanislawa Walasiewicz est enterrée au Calvary Cemetery de Cleveland.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :