Irina Privalova

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Privalova.
Irina Privalova Portail athlétisme
Informations
Disciplines 100m, 200m, 400m, 400m haies
Nationalité Drapeau : Russie Russe
Naissance 22 novembre 1968 (45 ans)
Lieu Malakhovka
Taille 1,74 m
Poids 63 kg
Entraîneur Vladimir Parashchuk
Records
50 mètres (salle) : s 96, détentrice (RM)
60 mètres (salle) : s 92, détentrice (RM)
200 mètres (salle) : 22 s 10, détentrice (RE)
Distinctions
Trophée de l'athlète européen de l'année en 1994
Palmarès
Jeux olympiques 1 1 2
Championnats du monde 1 3 2
Championnats du monde en salle 3 2 0
Championnats d'Europe 3 2 1

Irina Anatolyevna Privalova (en russe : Ирина Анатольевна Привалова), née Sergeyeva le 22 novembre 1968 à Malakhovka dans la banlieue de Moscou en RSFS de Russie, est une athlète russe, spécialiste du sprint.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Des débuts prometteurs[modifier | modifier le code]

D'abord patineuse de vitesse[1], elle débute sa carrière en athlétisme sous le maillot de l'URSS à la fin des années 80 en remportant le titre national sur 100 mètres en 1989 et en 1990.

En 1990, elle participe aux Goodwill Games, se classant 6e sur 100 mètres et remportant la médaille d'argent sur 4 × 100 mètres avec l'équipe soviétique[2].

En 1991, elle se révèle au grand public en battant en finale du 60 mètres des championnats du monde en salle à Séville, la grande favorite, Merlene Ottey. Elle descend l'été venu sous la barre des onze secondes sur 100 mètres, se classe 4e des Mondiaux de Tokyo en 1991 à la fois sur 100 mètres et 200 mètres et remporte l'argent sur le relais 4 × 100 mètres avec l'équipe soviétique.

Les Jeux olympiques de 1992[modifier | modifier le code]

L'année suivante, lors des Jeux olympiques de Barcelone, l'Union des républiques socialistes soviétiques n'existe plus. Irina Privalova court alors pour la CEI, sous le maillot de l'équipe unifiée. Sur 100 mètres, elle remporte la médaille de bronze au terme d'une finale particulièrement serrée où 5 jeunes femmes se départagent en 6 centièmes, le titre revenant à l'Américaine Gail Devers. 4e sur 200 mètres, elle remporte une nouvelle fois l'argent avec le relais 4 × 100 mètres derrière l'équipe américaine.

1993, la montée en puissance[modifier | modifier le code]

L'hiver suivant, elle surclasse ses concurrentes aux Mondiaux en salle de 1993, en s'imposant sur 200 mètres et en battant le record du monde en salle du 60 mètres (toujours d'actualité) en 6 s 92.

Mais l'été venu, Privalova subit de nouveau la loi des sprinteuses jamaïcaines et américaines aux Mondiaux de Stuttgart. Finissant au pied du podium sur 100 mètres (derrière Gail Devers, Merlene Ottey et Gwen Torrence)[3], elle prend finalement la médaille de bronze sur 200 mètres (22 s 13)[4], soit sa première médaille individuelle aux championnats du monde. Elle remporte son premier titre mondial sur 4 × 100 mètres (41 s 49) en terminant le relais de l'équipe russe composé également de Olga Bogoslovskaya, Galina Malchugina et Natalya Voronova[5], et ajoute une médaille d'argent sur le relais 4 × 400 m, derrière les États-Unis[6].

1994, année faste[modifier | modifier le code]

L'année 1994 sera celle de la consécration : elle bat le record d'Europe du 100 mètres de Marlies Göhr (10 s 81) avec un temps de 10 s 77. Elle améliore également son record personnel sur 200 mètres en 21 s 87.

Lors des Goodwill Games, se déroulant à Saint-Pétersbourg, Irina Privalova remporte deux médailles d'argent, sur 100 mètres et 200 mètres, devancée à chaque fois par Gwen Torrence[7].

Aux championnats d'Europe d'Helsinki, elle réalise le doublé sur 100 et 200 mètres, devançant à chaque fois l'Ukrainienne Zhanna Pintusevich[8]. Irina Privalova remporte aussi la médaille d'argent sur 4 × 100 mètres avec le relais russe, derrière l'Allemagne.

En septembre, elle participe à la Coupe du monde des nations d'athlétisme sous les couleurs de la Russie. À cette occasion, Irina Privalova remporte le 100 mètres et le 400 mètres, et termine deuxième du 200 mètres.

Ces performances lui vaudront l'attribution du Trophée de l'athlète européenne de l'année, décerné par l'IAAF.

1995, les débuts de la polyvalence[modifier | modifier le code]

Très polyvalente, Irina Privalova avait déjà réalisé un temps de 49 s 89 sur 400 mètres en plein air en 1993.

Lors de l'hiver 1995, elle poursuit l'expérience sur 400 mètres, et remporte le titre mondial en salle à Barcelone avec un temps de 50 s 23, qui fait d'elle alors la quatrième meilleure performeuse de tous les temps[9]. Elle devient ainsi la seule athlète à avoir gagné une médaille d'or en salle sur trois distances différentes, à savoir 60, 200 et 400 mètres[10]. Elle échoue néanmoins dans sa quête d'un titre mondial en plein air aux championnats du monde de Göteborg, en finissant 3e sur 100 mètres, battue par Gwen Torrence et Merlene Ottey et 2e sur 200 mètres, une nouvelle fois devancée par la Jamaïcaine.

Des problèmes physiques et des blessures perturbent sa préparation pendant deux années, en 1996 et 1997.

Les championnats d'Europe de 1998[modifier | modifier le code]

Elle revient au-devant de la scène en 1998, en grande forme. Déterminée à conserver ses titres européens aux championnats d'Europe de Budapest, elle réalise un incroyable départ en finale du 100 mètres pour finalement se faire battre et déposséder de son record d'Europe par la Française Christine Arron, qui l'emporte en 10 s 73. La Russe quant à elle, réalise un temps de 10 s 83. Sur 200 mètres, elle conserve néanmoins son titre devant l'Ukrainienne Zhanna Pintusevich-Block. Lors de la finale du 4 × 100 m, elle prend le dernier relais largement en tête, avec plus de 5 mètres d'avance sur Christine Arron, mais ne peut résister au finish de la Française, et ne prend que la 3e place.

Blessée en 1999, elle renonce à participer au 1/4 de finale du 100 mètres lors des Mondiaux de Séville, alors qu'elle avait pourtant passé facilement le premier tour.

Les Jeux olympiques de 2000[modifier | modifier le code]

Voyant la domination sans partage du sprint par l'Américaine Marion Jones et souhaitant ménager son physique, Irina Privalova se tourne vers le 400 mètres haies en vue des Jeux olympiques de Sydney[11]. Elle arrive aux Jeux olympiques avec simplement cinq 400 mètres haies dans les jambes, dont une victoire au meeting Herculis de Monaco (54 s 06)[12].

À Sydney, elle réalise alors l'improbable en remportant l'or olympique devant la tenante du titre Deon Hemmings et les championnes du monde Nezha Bidouane (1997) et Daimí Pernía (1999). Elle réalise à cette occasion un temps de 53 s 02[13],[14]. Elle ajoute à son palmarès une derrière médaille, en bronze, avec le relais 4 × 400 m russe. Privalova prend le dernier relais, et réalise un tour en 49 s 6[15]. L'équipe russe pourrait toutefois obtenir la médaille d'argent, suite à la disqualification du relais américain victorieux, du fait des aveux de dopage de Marion Jones. Le CIO n'a pour le moment pas encore donné sa décision sur une éventuelle redistribution des médailles[16].

La carrière continue[modifier | modifier le code]

Pour ménager son physique et prolonger sa carrière, elle prévoit alors de se tourner vers le 800 mètres[17]. Mais de nouveaux problèmes physiques la contraignent à tirer un trait sur la saison 2001 et différer son éventuel retour à la compétition[18].

En 2003, elle s'essaye sur 800 mètres, et réalise un temps de 2 min 09 s 40. Espérant participer aux Jeux olympiques de Pékin en 2008[19], elle se prépare à nouveau sur 100 et 200 mètres, mais échoue à se qualifier lors des championnats de Russie : elle est éliminée en demi-finale sur 100 mètres[20], et termine 7e sur 200 mètres[21]. À presque 40 ans, elle réalisera tout de même un temps de 11 s 32 sur 100 mètres et de 23 s 25 sur 200 mètres.

Vie extra-sportive[modifier | modifier le code]

Au début de sa carrière, Irina Privalova s'est mariée et a eu un enfant, Aleksey, né en 1988, avant de divorcer. Elle s'est par la suite mariée avec son entraîneur, Vladimir Parashchuk, ancien sprinteur dans les années 70, avec qui elle a eu deux enfants[19],[1].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Épreuve Performance
1990 Goodwill Games Seattle 6e 100 m 11 s 25
2e 4 × 100 m 42 s 67
Championnats d'Europe Split 6e 100 m 11 s 40
1991 Championnats du monde en salle Séville 1re 60 m 7 s 02
2e 200 m 22 s 41
Championnats du monde Tokyo 4e 100 m 11 s 16
4e 200 m 22 s 28
2e 4 × 100 m 42 s 20
1992 Jeux olympiques Barcelone 3e 100 m 10 s 84
4e 200 m 22 s 19
2e 4 × 100 m 42 s 16
Finale du Grand Prix IAAF Turin 2e 200 m 22 s 06
1993 Championnats du monde en salle Toronto 2e 60 m 6 s 97
1re 200 m 22 s 15
Championnats du monde Stuttgart 4e 100 m 10 s 96
3e 200 m 22 s 13
1re 4 × 100 m 41 s 49
2e 4 × 400 m 3 min 18 s 38
Finale du Grand Prix IAAF Londres 2e 100 m 11 s 09
1994 Goodwill Games Saint-Pétersbourg 2e 100 m 10 s 98
2e 200 m 22 s 23
Championnats d'Europe Helsinki 1re 100 m 11 s 02
1re 200 m 22 s 32
2e 4 × 100 m 42 s 96
Finale du Grand Prix IAAF Paris 3e 100 m 11 s 02
Coupe du monde des nations Londres 1re 100 m 11 s 32
2e 200 m 22 s 51
1re 400 m 50 s 62
1995 Championnats du monde en salle Barcelone 1re 400 m 50 s 23
Championnats du monde Göteborg 3e 100 m 10 s 96
2e 200 m 22 s 12
1996 Jeux olympiques Atlanta 4e 4 × 100 m 42 s 27
1997 Championnats du monde en salle Paris 6e 60 m 7 s 88
1998 Championnats d'Europe Budapest 2e 100 m 10 s 83
1re 200 m 22 s 62
3e 4 × 100 m 42 s 73
Coupe du monde des nations Johannesburg 5e 100 m 11 s 15
5e 200 m 22 s 61
5e 4 × 100 m 43 s 11
2000 Jeux olympiques Sydney 1re 400 m haies 53 s 02
3e 4 × 400 m 3 min 23 s 46

Records[modifier | modifier le code]

Irina Privalova est l'actuelle détentrice des records du monde du 50 mètres[22] et 60 mètres[23] en salle.

En plein air
Épreuve Performance Lieu Date
100 mètres 10 s 77 Lausanne 6 juillet 1994
200 mètres 21 s 87 Monaco 25 juillet 1995
400 mètres 49 s 89 Moscou 30 juillet 1993
800 mètres 2 min 09 s 40 Moscou 27 juillet 2003
100 m haies 13 s 56 Melbourne 2 mars 2000
400 m haies 53 s 02 Sydney 27 septembre 2000
Saut en hauteur 1,72 m
Saut en longueur 6,45 m Tallinn 23 juin 1984
En salle
Épreuve Performance Lieu Date
50 mètres 5 s 96 (RM) Madrid 9 février 1995
60 mètres 6 s 92 (RM) Madrid 11 février 1993
200 mètres 22 s 10 (RE) Liévin 19 février 1995
400 mètres 50 s 23 Barcelone 12 mars 1995
60 mètres haies 8 s 16 Moscou 27 janvier 2000
Saut en longueur 6,48 m Berlin 23 février 1985
Triple saut 13,72 m Moscou 26 février 1989

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fiche d'Irina Privalova sur le site des Championnats du monde 1999, IAAF
  2. (en) « Athlétisme aux Goodwill Games de 1990 », Site des Goodwill Games (consulté le 11 février 2011)
  3. (en) « Résultats du 100 m féminin aux Championnats du monde 1993 », IAAF,‎ 16 août 1993
  4. (en) « Résultats du 200 m féminin aux Championnats du monde 1993 », IAAF,‎ 19 août 1993
  5. (en) « Résultats du 4 × 100 mètres féminin aux Championnats du monde 1993 », IAAF,‎ 22 août 1993
  6. (en) « Résultats du 4 × 400 m féminin aux Championnats du monde 1993 », IAAF,‎ 22 août 1993
  7. (en) « 1994 Goodwill Games Medalists », Site des Goodwill Games (consulté le 11 février 2011)
  8. (en) « Privalova Increases Fame, Collecting 200-Meter Gold », sur nytimes.com,‎ 12 août 1994 (consulté le 14 mars 2013)
  9. (en) « In the New Russia, Privalova Stands Out as Unique, Rich and Threatened », sur nytimes.com,‎ 14 mars 1995 (consulté le 14 mars 2013)
  10. (en) « In a world championship with few stars, Irina Privalova stands », sur apnewsarchive.com,‎ 10 mars 1995 (consulté le 14 mars 2013)
  11. (en) « Privalova to line up in the 400m hurdles in Monaco », IAAF,‎ 18 août 2000
  12. « Archives des résultats du meeting Herculis de Monaco », Site du meeting Herculis (consulté le 28 août 2010)
  13. (en) « Women's 400m hurdles final », IAAF,‎ 27 septembre 2000
  14. (en) « New Achilles helps Privalova to gold », ABC,‎ 28 septembre 2000
  15. (en) « Women's 4x400m relay final », IAAF,‎ 30 septembre 2000
  16. « Les coéquipières de Jones disqualifiées. », Site sport24.com (consulté le 28 août 2010)
  17. (en) « Privalova tackles new hurdle », Site de BBC Sport (consulté le 28 août 2010)
  18. (en) « Privalova to miss world championships with knee injury », IAAF,‎ 29 mai 2001
  19. a et b « Privalova, 38 ans, rechausse les pointes. », Site de Libération (consulté le 28 août 2010)
  20. (en) « Veteran Privalova fails to make Olympic team », sur reuters.com,‎ 18 juillet 2008 (consulté le 14 mars 2013)
  21. (en) « Résultats des Championnats de Russie 2008 », Site de la Fédération russe d'athlétisme (consulté le 28 août 2010)
  22. (en) « Records sur 50 mètres en salle », IAAF (consulté le 23 juin 2011)
  23. (en) « Records sur 60 mètres en salle », IAAF (consulté le 23 juin 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]