Bavent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Magdelaine Bavent.
Bavent
Église Saint-Hilaire du XIIe et XIXe siècle.
Église Saint-Hilaire du XIIe et XIXe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Cabourg
Intercommunalité Communauté de communes Campagne et Baie de l'Orne
Maire
Mandat
Jean-Luc Garnier
2008-2014
Code postal 14860
Code commune 14046
Démographie
Gentilé Baventais
Population
municipale
1 733 hab. (2011)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 54″ N 0° 11′ 05″ O / 49.2316666667, -0.184722222222 ()49° 13′ 54″ Nord 0° 11′ 05″ Ouest / 49.2316666667, -0.184722222222 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 66 m
Superficie 18,45 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Bavent

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Bavent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bavent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bavent
Liens
Site web www.bavent.fr

Bavent est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 1 733 habitants[Note 1] (les Baventais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est en bordure nord de la plaine de Caen et du pays d'Auge. Son bourg est à 6 km au nord de Troarn, à 9 km au sud-ouest de Cabourg et à 15 km au nord-est de Caen[1].

Couvrant 1 845 hectares, son territoire est le plus étendu du canton de Cabourg.

Communes limitrophes de Bavent[2]
Bréville-les-Monts Gonneville-en-Auge, Varaville, Petiville Varaville
Bréville-les-Monts,
Escoville
Bavent[2] Goustranville
Touffréville Troarn Basseneville

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Caen#Climat.

En raison de sa proximité à la mer, Bavent bénéficie d'un climat océanique.

Relevé météorologique de Caen-Carpiquet
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,8 1,9 3,2 4,9 7,7 10,4 12,3 12,3 10,6 7,9 4,6 2,7 6,7
Température moyenne (°C) 4,5 4,9 6,9 8,8 12 14,8 17 17 15,1 11,9 7,7 5,4 10,5
Température maximale moyenne (°C) 7,3 8 10,5 12,7 16,3 19,2 21,6 21,7 19,7 15,9 10,9 8,1 14,3
Précipitations (mm) 63,5 57,6 56,3 45,6 58,4 52,3 47,7 46,5 61,4 67,7 84,9 69 710,8
Source : Infoclimat[3]


Toponymie[modifier | modifier le code]

Bavent est attesté sous les formes : Bavent en 1059[4], Badvento en 1063[5], Batvent en 1066.

L'origine de ce nom de lieu divise les toponymistes:

  • Albert Dauzat et Charles Rostaing[6] bat vent : « endroit où bat le vent ».
  • René Lepelley émet une hypothèse similaire : celle d'un ancien moulin dont « les ailes battaient le vent »[7]. Il existe effectivement un moulin à Sénoville (Manche), appelé La Masse de Bavent
  • Ernest Nègre[8] propose d'expliquer Bavent par un anthroponyme germanique Badvin, pris absolument.

On peut proposer un nom celtique en -ent-, latinisé -entu(m), que l'on trouve également dans Douvrend (Dovrent XIIe siècle)[9] précédé d'un élément indéterminé en l'absence de forme plus ancienne. Le même suffixe a pu être identifié dans les Nogent (Novientum, sur novio, nouveau) et Drevant (Derventum, sur dervo, chêne, cf. breton derv, chêne).

Homophonie avec Bavans (Bavens XIe siècle, nom d'homme germanique Bavo et suffixe germanique -ingen, romanisé en -ingos).

Robehomme

Il est attesté sous les formes : Raimberti Hulmus en 1083, Robbehomme en 1190.

Le premier élément Robe- s'explique, selon les formes anciennes, par l'anthroponyme germanique Raimbert. Le second élément -homme est répandu en Normandie sous cette forme avec le hiatus (h « aspiré ») : le Homme (et non pas « l'homme ». cf. Saint-Quentin-sur-le-Homme). Il s'agit d'un appellatif toponymique issu du vieux norrois holmr « îlot, prairie au bord de l'eau ». Il a aussi pris les formes Houlme et Hom. D'ailleurs il existe précisément un Hameau du Hom à Robehomme.

On retrouve ce nom de personne associé à un appellatif norrois, topt > -tot, dans Raimbertot à Cauville-sur-Mer (Seine-Maritime).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1974, Bavent (984 habitants en 1968) fusionne avec Robehomme (122 habitants en 1954)[10], qui garde le statut de commune associée.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Bavent
La Municipalité de Bavent a modifié son ancien blason de manière à le "moderniser". Elle en a fait un logo, qui ne peut plus se définir comme blason. Ce nouvel emblème est visible sur le site de la Mairie de Bavent à cette adresse : « Nouveau blason de la commune de Bavent. »
Les anciennes armes de la commune de Bavent se blasonnent ainsi :
D'argent à la cotice de gueules chargée de quatre poteries de Bavent d'or (un pot à deux anses, un broc, un vase et un pot à col évasé) posées en barre, et accompagnée en chef de trois fleurs de jonquilles aussi d'or* ordonnées en orle et en pointe d'un héron contourné du même* becqué et membré de sable ; au chef d'or chargé de l'inscription en capitales de sable BAVENT senestré de gueules à deux léopards aussi d'or l'un sur l'autre[11].
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (or sur ag).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1956 mars 1982 André Yvonnet   Médecin généraliste
1983 mars 2008 Joël Leroy   Professeur
mars 2008 en cours Jean-Luc Garnier   Cadre administratif
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres, dont le maire et trois adjoints. Deux de ces conseillers, dont un maire délégué, représentent la commune associée de Robehomme.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 733 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Au XIXe siècle, Bavent avait compté un maximum de 968 habitants en 1831, avant de dépasser ce nombre en 1968 (984). Avant la fusion, Robehomme avait atteint 323 habitants en 1836.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
827 778 846 941 968 870 880 907 890
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
912 871 817 812 791 739 727 675 675
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
669 638 597 641 660 686 547 741 905
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 -
984 993 914 1 606 1 723 1 739 1 738 1 733 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2004[13])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Le groupe Terreal y dispose d'une usine de production de tuiles.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Manifestation[modifier | modifier le code]

À partir de juin 2012, un Festiv'Argile est organisé, en principe tous les deux ans[19].

Sports[modifier | modifier le code]

Le Football club baventais fait évoluer une équipe de football en division de district[20].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[21].
  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. « Relevé météorologique de Caen-Carpiquet : 1961-1990 », sur Infoclimat (consulté le 30 mars 2010)
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud 1978.
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France. 2. Formations non-romanes…, Volume 2, Droz, p. 829.
  6. Ibidem
  7. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presses Universitaires de Caen, 1996 (ISBN 2-905461-80-2), p. 60.
  8. Ibidem
  9. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard,‎ 1979, 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Bavent », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 13 juin 2009) et fiche liée (Robehomme).
  11. « GASO, la banque du blason - Bavent Calvados » (consulté le 2 mai 2010)
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  14. a, b, c et d Le patrimoine des communes du Calvados, vol. 1, Paris, Flohic Éditions,‎ mars 2001 (ISBN 2-84234-111-2), p. 359-362
  15. « Notice no PA00111041 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Parc », base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Château », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. DREAL Basse-Normandie pdf
  19. « Ouest-france.fr - Un festival de l'argile en projet pour 2012 - Bavent » (consulté le 8 juin 2012)
  20. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – F.C. Baventais » (consulté le 21 février 2013)
  21. « Bavent sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :